Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Pandémie de COVID-19 et population âgée

cet article fait le même constat que l’éditorial de Global Times que nous publions par ailleurs: les sociétés occidentales ont révélé leur vrais visages, les pauvres et les vieux peuvent crever et il est probable que cette tendance ira s’aggravant maintenant que le masque est tombé. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

La pandémie de COVID-19 qui ravage actuellement le monde a révélé non seulement les vulnérabilités  des politiques sociales mises en œuvre par divers pays et des systèmes de soins de santé et de gestion des urgences, mais aussi d’autres afflictions dont souffrent les sociétés occidentales modernes, telles que la xénophobie, l’indifférence au sort des les communautés les plus pauvres et l’accent mis par les élites sur l’augmentation de leurs propres revenus. Pendant la crise des coronavirus, la mort a souvent été vue de manière très pragmatique. Les décisions sont parfois prises en fonction des coûts, c’est-à-dire du nombre de lits et de ventilateurs disponibles pour ceux dont la vie vaut la peine d’être sauvée en utilisant l’équipement et le personnel rares. En d’autres termes, la valeur d’une vie humaine a parfois été déterminée par le temps et l’argent dépensés pour la sauver.

Une variété de déviations mentales sont omniprésentes dans les sociétés modernes et certaines d’entre elles ne manqueront pas de nous faire honte quand nous allons regarder dans les yeux de nos descendants. Parmi ces écarts, on peut citer le niveau de prise en charge des personnes âgées qui s’est considérablement dégradé récemment.

Ce n’est un secret pour personne que le Coronavirus (comme toute autre épidémie ou catastrophe naturelle) est particulièrement dangereux pour les personnes âgées car beaucoup d’entre elles souffrent de maladies chroniques; ils n’ont pas une forme physique aussi bonne qu’auparavant et leur système immunitaire est généralement plus faible. C’est pourquoi ce groupe d’âge à risque de 65 ans et plus devrait être traité plus humainement et avec plus de soin. Après tout, la plupart des gens atteindront tôt ou tard cet âge.

Pendant la pandémie de COVID-19, de nombreux pays ont essayé de faire exactement cela en créant des réseaux spéciaux de volontaires et de services de sécurité sociale pour aider les personnes âgées; en accordant aux personnes âgées des subventions et des avantages supplémentaires et en leur garantissant un meilleur accès à divers services. De telles mesures ont été prises en Chine, en Russie et dans un certain nombre de pays européens.

Néanmoins, il faut dire que certains pays ont choisi d’ignorer les besoins de leurs populations âgées.

Par exemple, au début de la pandémie, alors que l’Italie manquait du soutien suffisant  de l’Union européenne ainsi que du personnel médical et des équipements nécessaires, il a été demandé de ne pas donner la priorité au traitement des patients âgés, comme l’a rapporté la BBC.. En fait, ces conseils sont venus d’une organisation qui a pour but de préconiser un traitement humain de tous les individus, à savoir SIAARTI – la Société italienne d’anesthésie, d’analgésie, de réanimation et de soins intensifs. L’organisme a recommandé de prodiguer des soins intensifs aux patients présentant les meilleures chances de réussite thérapeutique. «Il peut devenir nécessaire de fixer une limite d’âge pour l’accès aux soins intensifs», expliquent les lignes directrices spécialement publiées par le SIAARTI à l’intention des professionnels de la santé pendant la crise. Le document déconseillait essentiellement aux médecins et aux infirmières de dispenser des soins intensifs à ceux «qui sont trop âgés pour avoir une forte probabilité de guérison, ou qui ont trop peu« d’années de vie », même s’ils devaient survivre».

Après que la Russie a envoyé de l’aide médicale en Italie et que la situation résultant de la pandémie de coronavirus s’est progressivement stabilisée, il n’était plus nécessaire de tenir compte de ces recommandations. Pourtant, l’attitude loin d’être humaine envers les seniors italiens manifestée par certains Italiens et institutions nous donne certainement matière à réflexion…

Le rapport de la BBC mentionné plus tôt apporte une preuve supplémentaire à la théorie selon laquelle les médias britanniques sont trop enclins à diffuser le linge sale des autres pays en public au lieu de se concentrer sur leurs propres affaires intérieures. Après tout, il est de notoriété publique que toutes les personnes âgées du Royaume ne sont pas traitées de la même manière. À l’heure actuelle, 11,56 millions de personnes âgées résident en Grande-Bretagne. Selon un rapport préparé par le Council Support for Care Self Funders, environ 170 000 citoyens britanniques résidant dans des établissements de retraite paient des frais pour y rester eux-mêmes. Un quart d’entre eux finissent par dépenser toutes leurs économies de cette manière. Ils dépensent également tout l’argent reçu de la vente de leur propriété, le cas échéant, et, par conséquent, leurs enfants et petits-enfants sont laissés sans héritage. Lorsque les retraités manquent de fonds, les gestionnaires de foyers de soins font pression sur leurs proches pour qu’ils paient les frais ou suggèrent qu’un aîné déménage dans un établissement où les conditions sont pires. De nombreux rapports, publiés par des médias britanniques, sur ce sujet prouvent une fois de plus que les maisons de retraite au Royaume-Uni (en raison de la nature très rentable de ces entreprises) se sont longtemps détournées des institutions destinées à fournir un soutien social aux personnes âgées en de simples sources de revenus pour leur famille. propriétaires et investisseurs.

Il n’est donc pas surprenant que le nombre de décès dans les maisons de retraite britanniques ait considérablement augmenté pendant la pandémie de coronavirus. Selon les données publiées par l’Office britannique des statistiques nationales, au 15 mai, 40% des décès signalés par le COVID-19 dans le pays étaient survenus dans des établissements de retraite. Le gouvernement britannique a déjà été sévèrement critiqué pour avoir permis au Coronavirus de se propager de façon incontrôlable (comme l’ont rapporté les médias) dans les maisons de soins. Un article du Daily Mail a déclaré que certains résidents des centres de retraite britanniques «ont été forcés de mourir seuls et à l’agonie parce que les maisons débordées n’avaient pas assez de personnel pour être avec chaque victime lors de leur décès».

La situation dans laquelle se trouvent les personnes âgées aux États-Unis est également assez triste. Certains patients âgés infectés par le coronavirus aux États-Unis n’ont pas reçu l’assistance médicale dont ils avaient besoin. Richard Mollot, le directeur exécutif de la Long-Term Care Community Coalition, a décrit de nombreux problèmes rencontrés par les personnes âgées à la suite de la pandémie de COVID-19 dans les maisons de retraite américaines.

Un média allemand a récemment publié un rapport sur la question «de savoir comment les médecins devraient décider» qui mettre les respirateurs s’ils «deviendraient réellement rares, comme en Italie». Une autre question encore plus importante à considérer est «Qui veut vivre avec des maladies graves et pour combien de temps?». Selon la Fondation allemande pour la protection des patients, «environ la moitié des personnes à la recherche d’aide qui les appellent de nos jours – souvent des personnes âgées souffrant de nombreuses maladies antérieures – disent que si elles sont infectées par COVID-19 et sont gravement malades, elles ne veulent être ventilés par des machines ».

L’hypothèse actuelle est que ceux qui se sont rétablis d’une infection à coronavirus acquièrent une immunité au COVID-19 et peuvent donc profiter de tous les avantages que les sociétés ont à offrir. Cependant, certains scientifiques ont des doutes sur cette théorie. Néanmoins, à l’heure actuelle, de nombreux pays s’efforcent d’introduire des «passeports d’immunité», un problème faisant l’objet de pressions de la part des secteurs commerciaux qui ont été gravement touchés par la pandémie. C’est triste à dire, mais dans un tel contexte, les personnes de plus de 65 ans sont de plus en plus ostracisées de nos jours. Les statistiques actuelles sur les taux de mortalité par COVID-19 réduisent de plusieurs fois leurs chances d’obtenir un passeport d’immunité, car en moyenne 10% des personnes âgées infectées par le coronavirus meurent en conséquence.

En outre, les droits des citoyens de plus de 65 ans ne manqueront pas d’être violés. Après tout, au lieu d’essayer de sauver la vie, par exemple, d’un citoyen de 70 ans par tous les moyens nécessaires (c’est-à-dire les soins intensifs, les professionnels de la santé travaillant par roulement, etc.), dans de nombreux pays, il est considéré comme beaucoup plus facile et moins cher empêcher ces personnes de visiter les lieux publics; pour s’assurer que les personnes âgées visitent certains magasins où elles peuvent acheter de la nourriture uniquement pendant les heures spéciales, et pour les encourager à s’isoler essentiellement du reste du monde.

Vladimir Odintsov, observateur politique, exclusivement pour le magazine en ligne « New Eastern Outlook ».

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments