Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Pompeo expose les arguments en faveur de la Seconde Guerre froide avec la Chine

Il y a dans la chute de l’empire américain une tentative de répétition de ce qui a jadis réussi contre l’URSS, à la fois à usage interne pour faire oublier une gestion catastrophique et pour tenter de rassembler des alliés auxquels on apporte que désastre, tout en répondant une fois de plus aux intérêts industrialo-militaro-financier les véritables maîtres du jeu. L’argument reste : ce sont des “rouges”, bref le maccarthysme n’est pas mort… (note et traduction de Danielle Bleitrach)

“Le régime est idéologiquement et politiquement hostile aux nations libres.”par Matthew Petti Suivez Matthew Petti sur TwitterL

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a critiqué la Chine comme “hostile aux nations libres”, décrivant mercredi Pékin comme fondamentalement opposé aux Etats-Unis.

Les tensions entre les États-Unis et la Chine ont atteint un pic de fièvre lors de la pandémie de coronavirus. Le discours de Pompeo lors d’une conférence de presse mercredi matin a présenté une vision d’un affrontement mondial entre deux sociétés fondamentalement différentes.

“La Chine est dirigée par un régime autoritaire et brutal, un régime communiste depuis 1949”, a-t-il dit. «Nous avons largement sous-estimé le degré d’hostilité idéologique et politique de Pékin aux nations libres. Le monde entier prend conscience de ce fait. »

Il a ajouté que se concentrer sur la pandémie de coronavirus “risque de manquer la vue d’ensemble du défi présenté par le Parti communiste chinois.”

La pandémie a accéléré les tensions américano-chinoises.

 La semaine dernière, une nouvelle du Parti communiste chinois a menacé de sanctions contre les législateurs américains pour avoir tenté de poursuivre le gouvernement chinois pour la pandémie, et les forces de l’ordre américaines ont accusé les pirates chinois de cyberattaques contre des chercheurs américains.

Mais le secrétaire d’État a souligné des problèmes plus profonds dans la relation, affirmant que «la nature du régime n’est pas nouvelle».

“Pendant plusieurs décennies, nous avons pensé que le régime deviendrait plus semblable à nous grâce au commerce, aux échanges scientifiques, à la sensibilisation diplomatique, en les laissant entrer dans [l’Organisation mondiale du commerce] en tant que pays en développement”, a-t-il déclaré. “Cela ne s’est pas produit.”

Pompeo a accusé le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, de “liens inhabituellement étroits avec Pékin” qui “ont commencé bien avant la pandémie actuelle”.

L’administration Trump a accusé la Chine de dissimuler des informations sur le nouveau coronavirus – impliquant même que le virus a émergé d’un accident de laboratoire à Wuhan, en Chine – et a pointé du doigt l’Organisation mondiale de la santé pour avoir aidé la dissimulation de la Chine .

Le secrétaire d’État a critiqué le groupe de santé publique pour avoir exclu Taiwan dans son discours de mercredi, abordant un sujet sensible pour Pékin.

Taïwan, une île qui était autrefois dirigée par la Chine, se dirige depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1950. Pékin considère l’île comme une province chinoise séparatiste qui doit être réunie avec le continent, tandis que l’Alliance pan-verte au pouvoir de Taïwan se penche vers indépendance.

“Le processus démocratique à Taiwan est devenu un modèle pour le monde”, a déclaré Pompeo, félicitant le président Tsai Ing-wen pour sa réélection. «Malgré une forte pression de l’extérieur, Taiwan a démontré la sagesse de donner aux gens une voix et un choix.»

Mais il a hésité à changer U..S. politique envers Taiwan ..

Pompeo a déclaré que des travaux qui «concordent avec l’histoire des accords entre les États-Unis et la Chine sont la bonne solution pour maximiser la stabilité dans les détroits».

Les États-Unis ont reconnu la position chinoise selon laquelle «il n’y a qu’une seule Chine et Taiwan fait partie de la Chine» dans le cadre d’un communiqué conjoint de 1979 avec Pékin, et ne reconnaît pas officiellement Taiwan en tant qu’État, mais maintient des liens informels étroits avec le gouvernement taïwanais et s’oppose aux tentatives de changer le gouvernement de l’île par la force.

“Le président a expliqué comment nous allons répondre [à la Chine], comment il commence à penser à répondre à la calamité qui a frappé le monde à la suite des actions du Parti communiste chinois”, a déclaré Pompeo. «Je ne veux pas prendre de l’avance sur lui en termes de réponse de l’administration à cela, mais vous pouvez déjà commencer à en voir les grandes lignes.»

Matthew Petti est journaliste à la sécurité nationale au National Interest . Suivez-le sur Twitter: @matthew_petti .
Cet article indiquait initialement que les États-Unis “reconnaissaient” qu’il n’y a qu’une seule Chine et Taiwan fait partie de la Chine “dans un communiqué conjoint de 1979”. Le communiqué déclare en fait que les États-Unis «reconnaissent» cela comme la position chinoise. L’article a été mis à jour pour refléter plus correctement le communiqué.
Image: Reuters
 .

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments