Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La Chine achète en masse du pétrole vénézuélien pour soutenir le gouvernement Maduro

Le 25 mars, déja, plusieurs dizaines de tonnes d’aide, dont des respirateurs et 5 millions de masques, sont arrivées à Caracas par avion depuis la Chine pour aider le Venezuela dans sa lutte contre le coronavirus qui demeure avec Cuba un des pays d’Amérique latine où l’épidémie est le plus sous contrôle.Parmi les 55 tonnes de matériel et de médicaments arrivés à l’aéroport de Maiquetia, près de Caracas, se trouvent notamment 500.000 “tests de diagnostic rapide”, les premiers à arriver au Venezuela, selon la vice-présidente Delcy Rodriguez, qui s’est rendue à l’aéroport pour réceptionner le matériel avec l’ambassadeur de Chine, Li Baorong L’achat du pétrole dans un contexte là aussi de tensions croissantes avec les Etats-Unis prouve à quel point la chine a choisi face à l’agressivité américaine mais aussi de sa politique propre de faire fi des menaces (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Les exportations de brut vénézuélien ont augmenté pour le deuxième mois consécutif, indique l’agence Bloomberg. En avril, la quantité de pétrole exporté est passée à 739 400 barils par jour et a atteint son plus haut niveau en trois mois. Près de 10% de plus qu’en mars.

Le mois dernier, les deux tiers du pétrole vénézuélien ont été exportés vers la Chine, qui préfère payer plus pour le pétrole du pays sud-américain que celui proposé par l’Arabie saoudite, qui est considérablement moins cher.

Le Venezuela est soumis à des pressions économiques et à une déstabilisation permanente des États-Unis, tandis que la politique chinoise va dans la direction opposée.

Les États-Unis accusent la Chine de ne pas avoir respecté les termes de l’accord commercial, en vertu duquel elle est tenue d’acheter un volume garanti de schiste américain d’une valeur de 52,4 milliards de dollars.

Malgré l’accord, la Chine préfère d’autres types de fournisseurs pour des raisons clairement politiques.

De son côté, le Venezuela soutient la nouvelle Route de la soie promue par la Chine, qui s’est engagée à financer de nombreux projets industriels dans le pays d’Amérique latine.

La Chine a montré beaucoup d’intérêt pour l’Amérique latine. En 2015, la région a reçu le financement le plus important des banques publiques au cours des cinq dernières années.

Les prêts chinois aux pays d’Amérique latine dépassent ceux de la Banque mondiale et de la Banque interaméricaine de développement (BID) et se concentrent sur deux grands chapitres économiques: les infrastructures et l’exploitation minière.

Une partie des prêts que le Venezuela reçoit de la Chine est remboursée avec du pétrole.Publié par Political Movement of Resistance à 17 h 41Envoyé par emailÉcrire un blogPartager avec TwitterPartager avec FacebookPartager sur PinterestTags: Chine , Amérique latine

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
3 Commentaires
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

Super

Une gifle énorme dans l’escarcelle de l’impérialisme qui se croit encore les maîtres du monde ! VIVE la Solidarité Internationaliste

Il semblerait d’après les envois par l’Iran de 5 navires chargés d’essence que le Venezuela n’aurait pas de raffineries, ce qui me surprend ? Avec les menaces de Trump puissent ces navires arriver à destination, ce serait une autre victoire anti-impérialiste ! Cuba a sa raffinerie construite avec l’URSS mais est-elle toujours en activité ?