Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Que faire ? Un riche débat sur la prise de position individuelle de responsables du PCF…

L’article publié hier a provoqué un important et riche débat dont je me félicite par sa tenue et ses approfondissements. Je n’ai eu à censurer qu’un seul intervenant qui avait cru bon de le prendre de haut ironiquement sur un ton désagréable. Pour l’essentiel, la plupart des intervenants partageait nos inquiétudes, mais d’autres posent le problème de la manière qui a été si souvent celle des communises: il faut bien se débarrasser de ceux qui nous gouvernent et puis les communistes sont tous honnêtes, ils agissent pour un bien. voici l’intervention du camarade Joël par exemple:

Je partage tes craintes, l’histoire nous a appris à nous méfier et nous connaissons l’identité politique de ces représentants verts ou PS. Mais la situation impose des choix à court terme. Vu l’immondice qui nous gouverne, nous ne pouvons plus accepter qu’il reste jusqu’en 2027. Le calcul est vite fait: si chacun y va (PS, Verts, Mélenchon, extremes gauches et PCF), c’est la déroute assurée. Penses tu que les plus fragiles, que la fonction publique, etc. y gagneront? Nos responsables sont tres lucides, et je fais confiance à nos deux portes paroles (leurs grands pères respectifs plaident pour eux).

cher camarade, il ne s’agit plus de ma part de “craintes”, il s’agit de certitudes acquises à partir d’une longue expérience et qui m’interdisent d’apporter caution à ce qui est une orientation désastreuse pour notre pays, pour les travailleurs et pour toutes les victimes de cette société.

Est-ce que l’actualité d’aujourd’hui ne nous aide pas à mieux voir ce qui se met en place avec la double annonce: celle du miracle “européen”, dans lequel Macron aurait convaincu Merckel d’en finir avec le monétarisme pour devenir keynesienne ou l’équivalent. L’annonce de 500 milliards, l’acceptation de l’endettement mais pour lequel nous n’aurons voix au chapitre ni au profit de qui, ni à quelles conditions de respect de quelles orientations. celles incontournables de la dictature du capital .Le contraire par parenthèse de la Chine et sa planification,l’agenda contraignant imposé tant au secteur privé ou public, le cap fixé sur les soins pour tous et l’amélioration de la vie de tous. Je pense que n’importe qui voit l’opération telle qu’elle se dessine, l’emprunt , l’argent déversé sur les mêmes avec à la fin le sacrifice de l’emploi et du secteur public, de plus en plus livré au privé. On n’oublie pas qu’il a été défendu il y a peu par la même UE toute nationalisation. Je ne développe pas. Et il y a la deuxième annonce: La Republique en marche perd sa majorité, 17 députés forment un nouveau groupe, baptiser députés de gauche ces gens là qui ne se sont pas réveillés quand on a supprimé l’iSF, attaqué les retraites, est excessif autant que d’en faire des écologistes, mais beaucoup ont eu des démêles parce que l’on n’a pas tranché en leur faveur dans une élection. Bref tout cela dit à quel point le capital tente d’avoir une social démocratie à sa botte face à la colère des peuples, et celle du peuple français est connue pour être une des plus forte d’Europe.

Toutes ces manœuvres de sommet sont à l’oeuvre dans les élections qui se préparent- et c’est peu dire que la République en marche aussi bien que les verts de jadot ont fait leur compte et doivent jouer les coucous pour avoir une assise électorale. Et tout cela se joue dans les institutions mais celles-ci doivent être verrouillées face à la peur d’une explosion sociale.Qu’il se trouve quelques individualités de la direction du PCF pour s’y prêter en se retrouvant avec un jadot pour mener l’affaire doit être dénoncé. Surtout si l’on considère que dans le même temps se met en place une internationale “progressiste” sous le parrainage de Sanders acoquiné avec les débris de l’aventure Tsipras , que certains des “dirigeants” à travers le pGE et ses financements occultes par les fondations allemandes sont mouillées jusqu’au coup dans cette internationale progressiste, roue de secours d’une Europe prise d’un accès keynesien… Que ce sont les mêmes qui nous interdisent de fait de manifester la moindre solidarité avec les partis communistes et les forces progressistes désignées par la CIA.

Je suis convaincue qu’un changement radical d’orientation s’impose non seulement pour les partis communistes mais pour toute la gauche. Parce que comme je l’analyse dans mes mémoires, ce n’est pas simplement le parti communiste mais toute la gauche et aussi le pS dans sa composante ouvrière qu a subi les effets du mitterrandisme.


Si je dis que la stratégie eurocommuniste s’est trouvée inappropriée c’est justement parce qu’il y a eu une évolution de la place de la social démocratie qui est allé de plus e plus vers le capital, au niveau de l’uE avec le passage de willy Brandt à Helmud Schmidt et le jeu du capital qui a été d’utiliser en priorité cette social démocratie contre le communisme et l’URSS.


Mitterrand est la forme achevée de cette évolution. Ils ont trouvé l’homme corrompu qui avait déjà trempé dans bien des manoeuvres anticommunistes et au colonialisme sans complexe qu’il n’a pas craint de mettre en oeuvre au Rwanda et ailleurs. D’une côté il se fait écrire le discours de Cancun , de l’autre il active les réseaux foccart. iI correspond bien à la recomposition du capital qui s’opère avec le néo-libéralisme et les plans d’ajustement structurel. Et il a réussi à enchaîner les communistes, à brider la pression ouvrière tandis qu’il désindustrialise, transforme de l’intérieur les grands groupes nationaux pour les lancer à l’assaut de la mondialisation libérale en les coupant de tout contrôle, en transformant leur gestion, regardez sanofi… même ce que l’on nous présente comme le pôle de la défense de la santé et ses liens réels avec une France qui continue à lui assurer le soutien de l’Etat… Ce processus c’est une complicité totale entre Gattaz et Mitterrand qui le lance et les communistes, Mauory aussi à sa manière sont pris là-dedans… les travailleurs ont tout perdu …

Aujourd’hui les années de survie que s’est donné le capital avec l’effondrement de l’URSS, le pillage que cela a représenté se heurte partout à la montée des résistances, il cherche à reproduire la stratégie tout e mettant d’autres fers aux feux de toutes les répressions.


Nous sommes dans une nouvelle tentative du capital pour soutenir sous une forme écologique cette opération qui se présente comme de gauche. Si nous cédons et acceptons une fois de plus de sacrifier l’autonomie du pCf -et c’est visiblement le choix de ces gens-là- nous ne créerons que des désillusions et cela renforcera les solutions les pires, les plus répressives tout en dépouillant les travailleurs, la jeunesse, tous ceux qui n’en peuvent plus de véritables défenseurs. Cela se traduira n’en doutons pas une scission au sein des organisations syndicales entre ceux qui choisiront le compromis et les autres, aux dépends de tout rassemblement et de toute unification.

Leur organisation,celle qui peut les aider à se battre sera définitivement détruite et ils n’auront plus rien pour faire face aux résultats de tous ces simagrées politiciens qui ne mènent nulle part.


Je peux me tromper mais la censure dont mes interrogations sont l’objet dit clairement ce que l’on peut attendre de gens qui agissent au mépris de la démocratie de leur parti et des décisions du 38 e congrès.

Qu’est-ce que je propose: ne pas céder aux sirènes de toutes les participations à des opérations politiciennes mais de renforcer partout les organisations de classe, de leur redonner une formation, une organisation et que partout celles-ci soient orientés pour la défense de la santé, l’emploi, les salaires et l’environnement, la paix, que partout soient encouragées les initiatives qu permettent des actions en ce sens. Que les communistes ne participent à des coalitions électorales qu’en conservant leur autonomie en étant assuré que les programmes seront respectés.

Par exemple, je suis convaincue qu’il faut effectivement des plans de relance de l’économie, mais que ceux qui sont le mieux placés pour leur donner un sens qui ira dans l’intérêt des peuples, des travailleurs, de l’environnement, etc… ce seront les travailleurs eux-memes… La position des travailleurs des services publics, de la SNCF, de la culture, etc… ne sont pas les mêmes que ceux de l’UE, de Macron ni même de Jadot ou tous ceux qui ne voient que l’uE, donc une démarche qui prend l’initiative de faire l’union avec ces gens-là sans consulter les travailleurs ne peut qu’aller à contrario de ce qu’exige la situation…

Les communistes malheureusement sont trop bons, trop sincères, surtout quand on leur a desappris la méfiance de classe: ils imaginent que certains agissent comme eux pour améliorer le sort des pauvres, des démunis, mais malheureusement il arrive un moment où certains sont conduits de plus en plus à masquer leurs ambitions personnelles sous ces excuses-là.. Il n’y a pas d’autres garanties que de ne pas tolérer que des responsables prétendent incarner les communistes sans leur demander leur avis.

Comme pour moi il ne s’agit pas d’individus mais de choix politiques, je n’ai pas à sonder les reins et les coeurs mais à analyser des FAITS.
Ma position, je le répète encore une fois est celle d’un individu qui avec d’autres anime un blog dont chacun s’accorde à reconnaître qu’il a une certaine audience et qu’il bénéficie d’une certaine reconnaissance pour n’avoir jamais défendu autre chose qu’une orientation communiste c’est-à-dire d’abord, la justice et la paix mais aussi des principes moraux à l’égard de la politique. Mais à l’inverse de ces gens-là je n’ai reçu mandat de personne…

danielle Bleitrach

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
4 Commentaires
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

La dernière phrase de Joêl:”Nos responsables sont très lucides et je fais confiance à nos deux portes paroles” est significative d’un mal qui ronge le parti: la CONFIANCE en nos dirigeants (confiance pouvant aller jusqu’au culte de la personnalité).Les adhérents ne sont pas que de colleurs d’affiches et ont le droit de demander des comptes aux dirigeants et aux élus.La critique, l’autocritique et le débat devraient être une chose naturelle.Ce qui nécessite la circulation de l’information et la formation des adhérents.

Je crois que c’est de Lénine : “La confiance c’est bien, mais le contrôle c’est mieux”. Les communistes je j’ai connus tout au long de mes 45 ans de Parti font hélas une confiance souvent aveugle à leurs dirigeants qu’ils soient nationaux ou locaux. Par ailleurs comme dit Danielle ils imaginent que les Mélenchon, les Jadot, les Laurent et Cie sont comme eux et veulent sincèrement l’amélioration de la vie des “gens”. Il faut juger les hommes politiques aux faits et pas à leurs déclarations. L’expérience du programme commun aurait du ouvrir les yeux à un plus grand nombre de… Lire la suite »

les 150 se sont trompés ou alors plus grave ont trompé le peuple mais surtout les travailleurs en appelant à voter MACRON. De plus ils refusent profondément l’influence d’un mouvement organisé par les travailleurs eux mêmes. Ce st des petits bourgeois souhaitant que le monde ressemble à LEUR MONDE ce qui est impossible. La classe ouvrière élargie existe même si, nos dirigeants, pour l’affaiblir expédient au bout de l’Union européenne ou du monde ses ateliers. Tout montre que la confiance se mérite et que le contrôle c’est nécessaire. Que les voies de la raison s’expriment par des faits démontrables et… Lire la suite »

Ca fais du bien de lire quelqu’un de lucide au parti. J’y ai ma carte car il n’y a toujours eut qu’un parti, mais on me vois peu au réunion de cellule pour les raisons que vous décrivez, comment pourrais je brandir un tract avec des propositions social-démocrate dont je connais les impasses et la tête des fossoyeurs opportunistes dessus. Merci de continuer à écrire, n’en déplaisent à ceux dans mon entourage qui vous range a responsabilité égale avec le partie de Robert Hue.