Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La révolution chinoise mérite étude, réflexion et plus de solidarité PAR RUI ALBUQUERQUE

ce texte apaisé d’un professeur de mathématique, communiste portugais ouvre le débat. Il le fait de bonne façon en re-contextualisant les choix de la Chine socialiste devrait être ce que tous les communistes pourraient avoir à coeur de produire face à leur propre histoire pour mieux comprendre les enjeux d’aujourd’hui. Le passé n’est plus ici un corset douloureux ou l’abandon révisionniste mais au contraire l’objet d’un méditation qui libère l’avenir de chacun dans la multiplicité des expériences. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

MARDI 12 MAI 2020

La République populaire de Chine a non seulement sorti 700 millions de personnes de la pauvreté, mais elle est également capable de générer des niveaux élevés de qualité de vie pour l’homme et l’environnement, dépassant tous les besoins.

1.En Chine, la république a été établie en 1911. Le Parti communiste chinois (PC de Chine) est né en 1921 dans la concession française de Shanghai. En octobre 1949, Mao Tse-Tung a déclaré à Tianamen la fondation de la République populaire de Chine (RPC), l’énorme nation qui est toujours dirigée par le parti de Mao.

 En 1960, face à la leçon proche de la Seconde Guerre mondiale, aux bombes d’Hiroshima et de Nagasaki, à la scission de Taiwan, aux guerres de Corée et d’Indochine, et la force explicite de l’impérialisme et du colonialisme dans le reste du monde, l’armée populaire chinoise a lancé son premier missile balistique Dong Feng (vent oriental), résultat de la coopération avec l’Union soviétique. Une coopération qui prendra bientôt fin, cependant, après la mort de Staline, dans les divergences politiques entre le maoïsme et l’ère Kruschev. Mais la Chine a alors commencé son programme spatial,1 , faisant de Yang Liwei le premier astronaute chinois.

Nous disons par ses propres moyens parce que rien de ce que la Chine a fait, dans son retour en tant que civilisation avancée dans le monde – l’essor économique, social, politique et culturel, n’est une conséquence d’opportunités ou la simple reproduction des réalisations des autres. Ou la reproduction également des erreurs des autres.

Ce que nous remarquons, c’est que la Chine a assumé un rôle très important, très indépendant, dans la lutte pour le socialisme dans le monde dès son apparition. C’est indéniable, que ce soit en termes de réalisations nationales, ou, par exemple, dans l’inspiration des luttes de guérilla, à savoir de la libération coloniale, tout au long du XXe siècle en Afrique et en Amérique latine et, principalement, en Asie. L’armée populaire chinoise a elle-même ses origines dans les années 1920 dans l’organisation d’un mouvement de guérilla, d’une résistance tenace des travailleurs et des communistes face à la persécution armée des «seigneurs de la guerre», parfois par la droite traître du Kuomintang qui a terminé à Taiwan, face à l’ Envahisseur japonais. Une telle armée de guérilla révolutionnaire sera parmi les premières et les plus extraordinaires et les plus héroïques de l’histoire du mouvement communiste.

La véritable indépendance de la Chine est due, hier comme aujourd’hui, à cette armée populaire active et vigilante face aux manœuvres impérialistes. La RPC a été, pendant près de 71 ans, un pays engagé, choisissant le socialisme, mais toujours un État trop fragile et précieux pour les communistes du monde, pour s’engager peut-être à la défense active d’autres nations prises au piège ou tombées sous l’emprise du capitalisme. dans le monde. D’un autre côté, sa position à l’arrière-plan dans le domaine socialiste semble avoir exacerbé sa ferveur patriotique, maintenant si claire, aux côtés des valeurs communistes internationales.

Depuis la chute du mur de Berlin (1989), on peut dire que les responsabilités de la Chine dans le domaine socialiste ont doublé, mais finalement elles se sont soudainement trouvées insuffisantes pour rétablir l’équilibre dans la lutte anticapitaliste. Sauver la RPC a revêtu la plus haute importance pour le PC chinois, compte tenu de la taille de sa population et de son territoire. Parallèlement à son immense expérience parmi les sociétés humaines, au cours des 40 dernières années, la Chine a eu l’intelligence suprême d’aller a contrario, par la paix et les valeurs de diplomatie et de courtoisie, de rester éloignée de la présumée «chute du communisme» à laquelle elle était invitée à se joindre au capitalisme depuis la mort de Mao en 1976.

Même dans le camp socialiste, la RPC avait choisi l’indépendance et elle s’était alors trouvée opposée, en raison de divergences connues (telles que l’obtention de l’URSS de plans d’armes nucléaires), à un moment historique où l’Union soviétique était plus forte et plus développée, devenue une référence et modèle pour les communistes, avec toute la splendeur démontrée et prouvée des conquêtes d’une première puissance socialiste mondiale (nous parlons du milieu des années 60 du 20e siècle). Cela a entraîné des malentendus mondiaux au détriment de la Chine. Cela a entraîné un détachement général des communistes “occidentaux” de la longue marche de “l’Empire du Milieu” dans l’histoire de l’humanité.

Cette rupture sur les chemins de l’histoire de la RPC a été concomitante à l’opportunisme et à l’action contre-révolutionnaire des diverses factions d’extrême gauche, parfois absolument identifiées à Mao Tse-Tung et aux sophismes de la Révolution culturelle – peut-être plus dévastatrices qu’inspirantes pour le mouvement communiste . L’ Extrême gauche maoïste, incohérente et antagoniste du mouvement communiste international, utilisée comme une arme anti-communiste, bien que exhaustivement démasquée par les partis communistes.

Il est important de ne pas contester l’exemple et la modernité de la grande révolution d’octobre, qui ont été étonnants et fructueux pour les peuples, sur les traces des révolutionnaires bolcheviques en Russie depuis 1917. Ainsi que la résistance et la victoire sur le fascisme nazi, le colonialisme et l’impérialisme. Convenons, cependant, que cette grande expérience et modèle socialiste reflète une histoire qui est née et était basée sur une société semi-capitaliste du 19e siècle avec un développement social et industriel relatif en Russie. Alors que la Chine, une nation tout aussi riche en passé et en culture et avec un État bien établi, a été essentiellement exploitée par l’ancien féodalisme et, pendant des siècles, elle a été déchirée par l’impérialisme britannique, russe et japonais et d’autres grandes puissances telles que l’Allemagne, la Hollande et les États-Unis, tout au long du 19e siècle et jusqu’en 1949. Par conséquent, on peut dire que l’URSS et son modèle n’auront pas effacé une révolution chinoise inexistante, car il n’y aurait pas eu les dix jours qui ont fait trembler le monde. Mais plutôt, qu’un modèle, il y a eu en Chine une création originale, même si des événements en Europe et en Russie ont éclipsé une expérience d’importance universelle de prise de pouvoir combative et, lente et périlleuse, comme celle du développement socialiste d’un État.

Intérieur de la gare de Tianjin-West à Tianjin, Chine, en octobre 2019 CréditsRui Albuquerque / Chin

2. La montée en puissance de la Chine au sommet de l’économie mondiale, par exemple, dont nous sommes témoins aujourd’hui, doit faire l’objet d’une réflexion et d’un enseignement critique. Contient-elle des éléments d’éclaircissement théorique incontestable pour le marxisme-léninisme et de théorique-pratique pour la lutte des communistes, qui doivent être intégrés et affirmés en tant que tels? Pour donner un exemple, nous nous référons au rôle du marché, que le PC de Chine veut constamment réformer afin de le maximiser dans la construction du “socialisme aux caractéristiques chinoises”. L’idée d’un marché réglementé est-elle apocryphe ou non, non pas à cause de l’éther des “deux systèmes”, mais parce qu’il est affirmé sa présence primordiale et naturelle dans la société socialiste? Nous sommes convaincus que la réponse est non ce n’est pas une invention apocryphe par rapport au socialisme.

La Chine démontre aujourd’hui la force économique de son système socialiste, sans doute doté d’une planification socialiste (en matière d’investissement, de contrôle financier, de participation des travailleurs dans les entreprises, de coopération internationale). Mais la situation chinoise montre aussi que l’État et la société chinois et les investissements publics spectaculaires dépendent fortement des bénéfices des entreprises privées et publiques et des grandes forces industrielles. Et que cette société n’est pas grevée d’impôts sur le travail et la population. (Au contraire, les démocraties sociales engrangent dans l’État des revenus positifs obtenus avec des impôts sur le travail et les bénéfices que la société extorque au capitalisme privé.)

Comment l’existence de la participation au capital et de grandes sociétés totalement privées aboutit-elle à la création d’une bourgeoisie au sein du système et du pouvoir politique, incroyablement autorisée par le PC chinois? Comment sont les idées «entrepreneuriat», «concurrence», «commerce», «ouverture aux investissements étrangers» (synonyme de l’entrée des forces capitalistes mondiales), «État de droit», «fin du monopole public», «placement des entreprises publiques en bourse »(synonyme de privatisation des actionnaires),« marché boursier »et tant d’autres idées pénétrantes et réformistes véhiculées par Pékin, dont nous dirions qu’elles aboutiront à une simple« primauté du droit », jusqu’où sera-t-il respecté par la Chine socialiste ce système, si méchant et indésirable pour les travailleurs qui vivent dans le système capitaliste?

La Chine s’enrichit d’une précieuse connaissance des progrès économiques, sociaux et scientifiques et technologiques. Elle enrichit et approfondit la formation de la culture et de la démocratie, nécessaires à la survie de l’humanité – l’espèce biologique prédominante, celle des humains, qui menace la planète et sa propre extinction. La RPC nous cache également, car nous n’avons pas regardé de près, ce qui semble être une révolution dans l’agriculture et la propriété foncière. Non seulement elle a sorti 700 millions de personnes de la pauvreté, mais elle est également capable de générer des niveaux élevés de qualité de vie pour l’homme et l’environnement, en surmontant tous les besoins. Leurs progrès se font sur une base socialiste.

Réfléchissez simplement à l’espace physique qui a été immédiatement nationalisé, ou l’était déjà, par ses lignes ferroviaires et routières à grande vitesse. Ou le reboisement d’immenses plaines. Ou rappelez-vous ses centaines de ports et aéroports, et tout le développement des voies de communication en général, national, mondial et spatial. Dans les millions de kilomètres carrés alloués au logement et aux immenses bâtiments de services publics dans les villes. Dans l’ urbanisme, combien de secrets de vos entreprises ne sont pas dévoilés dans vos journaux d’État, alors qu’ici nous avons presque été témoins des résultats exceptionnels constants de l’investissement, résultat de la planification de l’État?

3. Et combien de progrès social, de la santé publique à la dignité des femmes, sont aujourd’hui manifestes en RPC, comme dans n’importe quel pays capitaliste riche, et même beaucoup plus que dans d’autres pays capitalistes et des pays ayant des mêmes coutumes que dans cet aire? (Le capitalisme se noie, alors qu’ici les contrastes sont atténués, alors que dans le capitalisme il y a des régressions sociales de toutes sortes, où, par exemple, la consommation de mensonges, illusions, croyances, toutes sortes de stimulants et de drogues, prend des proportions écrasante.)

Tour à vélo partagé à Tianjin, Chine, octobre 2019 CréditsRui Albuquerque /

La population chinoise est amicale, de plus en plus ouverte sur le monde, consciente que le bien-être individuel vient du collectif. Aujourd’hui, la population connaît un bonheur plus sain et plus conscient, qui fera de la Chine une puissance plus libre et plus avant-gardiste.

Plus important encore, c’est surtout ce qui se prononce dans l’histoire future et ce que nous apportons ici avec l’objectif principal de lui apporter le soulagement nécessaire (et vous pouvez le voir si vous vivez en Chine pendant un certain temps). C’est qu’après la fin de la pauvreté et de l’analphabétisme pour 1400 millions d’êtres humains, une nation de haute culture, de développement et de bien-être, d’une éducation publique beaucoup plus élevée dans de multiples domaines de la connaissance, est en train d’apparaître.

L’évolution de l’enseignement est notable. Pour preuve, plus concrets bien qu’imparfaits, nous avons les résultats des tests 2018 du Programme international d’évaluation des étudiants, le bien connu PISA, qui voit aujourd’hui l’ensemble des quatre régions représentatives de la Chine continentale se démarquer dans les trois chapitres de évaluation (lecture, sciences et mathématiques). Principaux pays de l’OCDE et plus de 70 pays associés au PISA. Il convient de noter que Macau occupe la troisième place et que Singapour, la deuxième place, a 7% de moins dans l’évaluation finale en sciences et 3,8% de moins en mathématiques. Lors de l’édition précédente, en 2015, à laquelle la Chine participait déjà dans le même sens, Singapour était en tête, avec les mêmes résultats moyens que toujours en premier lieu … Donc, il y a  une remontéede la RPC par rapport à tous les modèles habituels auxquels nous nous référons pour l’enseignement .

Le silence et la fausse représentation dans les pays capitalistes de ce qui se passe en RPC est symptomatique. Ils ont l’intention de la détruire tout en essayant de cacher la réalité et l’échec du capitalisme. La Chine est accusée d’être fermée et armée, de surveiller et d’interdire des idéaux inexistants et de défendre de manière intransigeante sa souveraineté au-dessus de la menace capitaliste d’extermination de l’humanité. Une telle civilisation de milliers d’années doit être répudiée pourquoi, oui, pour le capitalisme mystique, violent, ignorant et dangereux, qu’elle que soit sa durée. Si, d’une part, nous assistons aux soulèvements anticapitalistes qui, à travers le monde, marchent contre des inégalités criantes, d’autre part, nous voyons une société de paix et de coopération avec les peuples du monde émerger à l’Est. La Chine populaire montre que «l’âge de la poudre à canon» des guerres impérialistes sera bientôt surmonté par «l’âge de la connaissance» et de la coopération. Un monde meilleur est annoncé que nous voudrons partager. À cet égard, un rappel est nécessaire.

Revenons à 1921 en tant que lien commun entre le Portugal et la Chine. La coïncidence de l’année est la fondation des partis communistes portugais et chinois. Les références communes, les liens historiques, les revendications du marxisme-léninisme et l’urgence d’une véritable société socialiste au Portugal devraient nous faire réfléchir sur la leçon actuelle de Mao. (Le mot Chine, qui désignerait l ‘«Empire moyen» de la dynastie Qin, qui a unifié les peuples de cet immense territoire, a été, aujourd’hui, bien connu, introduit en Europe par les Portugais du XVIe siècle).

Rui Albuquerque est mathématicien et professeur à l’Université d’Évora.

L’auteur a écrit dans le cadre de l’accord orthographique de 1990 (AE90)

  • 1.De «tàikōng», espace extra-atmosphérique. Taikonauta a la même signifi
Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments