Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Ziouganov: LA GRANDE VICTOIRE DU SOCIALISME SOVIÉTIQUE

Allocution du président du Comité central du Parti communiste, chef du groupe  communiste à la Douma d’État, Guennadi Ziouganov.

https://kprf.ru/party-live/cknews/194150.html

Chers camarades, chers amis, mes compatriotes!

Je vous félicite à l’occasion de cette très grande fête : le Jour de la Victoire du peuple soviétique sur les envahisseurs nazis!

Il y a 75 ans, les salves victorieuses célébrant la fin de la plus sanglante de toutes les guerres de l’histoire de l’humanité ont retenti. La paix tant attendue est arrivée sur notre terre d’Europe. C’est le libérateur soviétique qui l’a apportée sur la planète sous le soleil de mai 1945. De cette dure épreuve, notre peuple est sorti victorieux, sauvant la civilisation humaine de la peste du nazisme qui menaçait le monde entier.

La Grande Guerre patriotique a duré 1418 jours et nuits. Pour des millions de personnes, ces jours et ces nuits ont été remplis de la douleur des pertes et des défaites, de malheur et de souffrance, d’horreur et de haine. Et aussi de l’espoir indestructible de vaincre et de triompher. Il a fallu pour cela une tension sans précédent. Un ennemi monstrueux nous avait envahis, après avoir créé une puissante machine de mort. Le Reich d’Hitler avait mis à contribution le potentiel militaire, technique et économique de presque toute l’Europe. La cuirasse des blindés et le pouvoir de la finance ont été complétés par la trahison cynique et la théorie de la supériorité raciale des Aryens.

Contrairement à ce que prétendent tous les menteurs, c’est l’Union soviétique qui a subi le plus gros de la lutte contre le bloc fasciste, force de choc de l’impérialisme mondial. Plus des 3/4 du nombre total des divisions ennemies se trouvaient sur le front germano-soviétique. C’est là que les plus grands événements ont eu lieu. C’est notre peuple qui a versé son sang. C’est ici que les pertes ont été tragiquement énormes. 27 millions de citoyens soviétiques ont perdu la vie. Sur les 13 millions de soldats que l’Allemagne a perdus, 10 millions se battaient contre l’URSS.

Malgré les défaites des premières semaines de la guerre, l’Armée rouge et le peuple soviétique tout entier ont brisé la blitzkrieg d’Hitler. Contrairement à l’Europe complaisante, notre terre n’a pas facilité la marche triomphale des troupes de la Wehrmacht. Chaque mètre a été cédé à l’ennemi contre un prix sanglant. Les envahisseurs n’ont jamais réussi à prendre Moscou, à conquérir Leningrad, à s’emparer de Stalingrad et à emmener leurs hordes au-delà de la Volga. Dès la fin de 1941, ils ont été refoulés loin de la capitale. C’est là que l’armada fasciste a subi sa première grande défaite dans la Seconde Guerre mondiale.

Un an plus tard, la victoire de l’URSS à Stalingrad a inversé le cours des événements. Après la bataille d’Orel-Koursk, les nazis ont complètement perdu leur initiative stratégique. Après avoir expulsé l’ennemi, l’Armée rouge a commencé sa mission libératrice en Europe. La dernière bataille acharnée dans le repaire du fascisme, Berlin, s’est achevée par la victoire. Le drapeau rouge au-dessus du Reichstag a annoncé au monde la destruction du fléau universel. La capitulation inconditionnelle de l’Allemagne a permis à la guerre sainte de l’Union soviétique de prendre fin.

Le pays de la grande révolution d’octobre a stoppé la lourde marche des nouveaux croisés d’une Europe unie. Elle a fait défiler les ennemis vaincus à travers les rues de Moscou et a jeté les étendards des envahisseurs au pied du mausolée de Lénine. Les plans de ceux qui annonçaient avec arrogance un «ordre nouveau» dans le monde et transformaient des millions de «sous-humains» en cendres et poussières, s’effondraient. L’agression d’Hitler s’est écrasée contre le pouvoir indestructible du peuple soviétique, sa volonté inflexible, sa foi qui affirme la vie dans la justesse de la cause léniniste.

Les sacrifices apportés à l’autel de la Victoire ont été énormes. Des millions de soldats sont tombés sur les champs de bataille. Des millions de civils sont morts sous les bombardements, anéantis par la famine ou torturés par les envahisseurs fascistes. Les ennemis ont détruit 1710 villes et bourgs, plus de 70 000 villages et hameaux. Mais rien n’a pu briser l’esprit du peuple soviétique. Après avoir survécu à cette guerre féroce, il a rapidement restauré l’économie nationale, reconstruit les villes et les villages détruits, envoyé dans l’espace Youri Gagarine, l’un de ses meilleurs fils.

En déclenchant cette guerre, l’ennemi était convaincu qu’il pouvait vaincre, démanteler, mettre à genoux le peuple soviétique, effacer notre patrie de l’histoire. Mais l’ennemi a été vaincu et le soldat de l’Armée rouge est devenu un symbole d’inflexibilité et d’humanité. Du chaudron des épreuves, l’URSS est ressortie comme une puissance socialiste plus forte. Son autorité dans le monde était colossale. Un soleil d’espoir pour une vie meilleure et un monde juste a commencé à briller pour les simples gens partout dans le monde. Une communauté d’États socialistes était née. Le système du colonialisme s’est effondré.

La victoire de 1945 a de nombreuses causes et sources. En tout premier lieu il s’agit du système socialiste. La grande révolution d’octobre, accomplie par des héros bolcheviks dirigés par Vladimir Ilitch Lénine, a créé un État d’un style nouveau. Il s’est mis totalement au service des travailleurs, et non des capitalistes parasites qui poursuivent avidement leurs intérêts et bradent leur patrie. Les travailleurs sont devenus les maîtres souverains de leur patrie. Dirigés par le Parti communiste, ils ont procédé à l’industrialisation, transformé l’URSS en une puissance industrialisée, équipé l’agriculture et résolument élevé le niveau culturel d’un peuple remarquablement talentueux, mais si longtemps en proie à la pauvreté et à l’oppression. Dans une courte période historique, notre pays est devenu fondamentalement différent. Il s’est trouvé prêt à relever les défis les plus sévères, à affronter un ennemi sans précédent et à surmonter toutes les adversités.

Le peuple s’est levé pour la défense de la patrie soviétique, accomplissant des prouesses d’héroïsme et de travail désintéressé. Le système socialiste a dès que possible mis l’économie sur un pied de guerre, assuré une forte adhésion de l’avant et de l’arrière, et mobilisé les ressources matérielles et de main d’oeuvre. Dès 1942 l’URSS dépassait le Reich fasciste dans la production de matériel militaire.

Grâce au travail des scientifiques et des concepteurs soviétiques, ainsi que des ouvriers des entreprises de la défense, l’Armée rouge a reçu des chars T-34, des mortiers Katioucha, des avions Il-2, Yak-7, La-5 et autres équipements de pointe. Malgré les difficultés de la guerre et la perte de territoires, le gouvernement soviétique a assuré l’approvisionnement ininterrompu de l’avant et de l’arrière. Cela a garanti un travail accéléré de tous les secteurs, sauvé le pays de la famine et des épidémies. Le service de santé s’est révélé extrêmement efficace.

Les commandants de la victoire se sont couverts d’une gloire immaculée. Joukov, Rokossovsky, Vasilevsky, Konev, Malinovsky, Tchouïkov et toute une galaxie de maréchaux et de généraux. Les dirigeants de l’Union soviétique et du Parti communiste, avec Staline à leur tête, ont grandement contribué à l’organisation de la défense et à la défaite de l’ennemi.

Le principal auteur de la victoire a été le peuple soviétique héroïque, en accomplissant un exploit de dimension historique mondiale. Le courage inégalé des guerriers s’est amplifié celui des partisans, des combattants clandestins antifascistes et des travailleurs de l’arrière. La guerre a clairement démontré un niveau inégalé de consolidation des masses. Le socialisme a assuré l’unité du peuple et du gouvernement, impossible dans une société divisée en classes.

La mission d’organisateur de la Victoire a été remplie avec honneur par le Parti communiste (bolcheviks). Le Parti de Lénine et de Staline savait combattre et construire. Il l’a prouvé en accomplissant la révolution socialiste, en battant les interventionnistes et leurs complices de la Garde blanche, en accomplissant l’exploit de la modernisation léniniste-stalinienne.

Le grand écrivain Mikhaïl Cholokhov a déclaré: ” Notre grand pays tout entier doit sa puissance et sa prospérité au parti et à Staline.” Déjà en 1941, 1,5 million de communistes sont entrés dans cette sanglante bataille contre le fascisme. Au cours des années de la Grande Guerre patriotique, plus de 5 millions de personnes sont devenues membres du PCUS (b). Trois millions de communistes soviétiques ont donné leur vie sur les fronts de la guerre. Un homme sur deux tombé au combat est un communiste ou un membre du Komsomol. Ce fait à lui seul efface toutes les viles «théories» sur la victoire du peuple en dépit du système soviétique. Pour nous communistes, c’est un grand honneur et un grand bonheur d’appartenir à un tel parti.

Il y a 75 ans, nos pères, nos grands-pères et nos arrière-grands-pères ont défendu la liberté et l’indépendance de la patrie soviétique, lui ont assuré un ciel dégagé au-dessus de la tête et la confiance en l’avenir. Nous, héritiers des soldats victorieux, sommes appelés à nous dresser dans une lutte farouche pour la vérité sur la Grande Guerre et la Grande Victoire. Les forces du mal s’efforcent iniquement de priver l’humanité de la vérité, de réviser les résultats de la guerre, de réaliser les plans ignobles d’Hitler.

La situation actuelle est complexe et alarmante. Les sbires des forces antisoviétiques et russophobes opèrent en Russie. Ils déversent des torrents de boue sur les héros, discréditent leurs exploits, rejettent le rôle des communistes dans la victoire. Nous ferons de notre mieux pour confondre leurs tentatives calomnieuses.

Même 75 ans plus tard, la victoire du peuple soviétique dans la Grande Guerre patriotique, la défaite du militarisme japonais et la fin victorieuse de la Seconde Guerre mondiale marquent profondément notre monde. Les décisions historiques des Trois Grands à Téhéran, Yalta, Potsdam, la condamnation de l’idéologie et de la pratique du fascisme à Nuremberg, les condamnations des procès de Tokyo et Khabarovsk pour les criminels de guerre japonais sont directement liées à la réalité d’aujourd’hui. Les conséquences de la Victoire ont un impact sur les relations internationales et l’économie mondiale, sur la politique intérieure des États, sur la vie des gens dans toutes les régions du globe.

Les résultats de la guerre passée sont un avertissement sévère pour les nouveaux candidats à la domination mondiale. Les leçons du XXe siècle en témoignent de manière indiscutable: les tentatives de n’importe lequel des États, s’appuyant sur ses capacités financières, sa puissance militaire et ses technologies modernes pour reformater le monde en sa faveur, comportent d’énormes risques. Elles sont évidemment vouées à l’échec.

Les victoires de mai et septembre 1945 nous enseignent pour toujours: la guerre doit être menée avant qu’elle ne commence. L’aggravation de la crise du capitalisme élève le degré des contradictions anciennes et nouvelles. Pour se protéger contre les guerres et les cataclysmes, contre les plans mondialistes du “nouvel ordre mondial”, des actions unies des États souverains, des partis et mouvements progressistes et des larges masses de travailleurs sont nécessaires. La Russie, la Chine et tous les pays opposés au monde unipolaire devraient coordonner plus étroitement leurs actions.

À l’heure actuelle, la situation dans le pays et dans le monde dicte ses propres règles. Le 9 mai, nous sommes limités dans notre capacité à célébrer comme de coutume notre grande fête, d’honorer nos anciens combattants lors des défilés du Jour de la Victoire, de former des cortèges et appeler à des rassemblements. Mais rien ne nous empêchera de commémorer les héros et de nous incliner à terre. Et aussi, de prêter serment : jusqu’au dernier souffle, prendre soin de la vérité sur la guerre sainte, lutter pour la justice, lutter pour les idéaux qui ont inspiré les combattants soviétiques pour attaquer l’ennemi.

«Lénine-Staline-Victoire» – cette formule contient l’essence même des réalisations historiques de notre patrie soviétique. À un moment où la Grande Victoire est de nouveau la proie des russophobes et des anticommunistes, nous exhortons le monde entier à faire entendre sa voix pour défendre la vérité historique. Nous appelons nos compatriotes et toutes les personnes de bonne volonté à rejoindre les rangs du régiment immortel sous la bannière rouge.

En ces jours de mai, nous honorons la mémoire de nos pères et grands-pères, qui ont sauvé le monde de la lèpre brune. Nous nous féliciterons certainement et accrocherons des écharpes rouges à nos maisons. Nous prendrons certainement de nouvelles photos avec des portraits de nos héros dans nos familles. Nous aiderons les anciens combattants qui ont besoin de nos soins et de notre soutien.

L’action du Parti communiste de Lénine-Staline-Victoire se poursuivra tout au long de l’année. C’est notre veille mémorielle. C’est notre contribution à la cause de la sauvegarde de la vérité et de l’affirmation de la justice.

Être les héritiers des gagnants n’est pas seulement un grand privilège, mais aussi une énorme responsabilité. Nous devons remplir notre mission avec honneur, aller de l’avant, ouvrir la voie à de nouveaux sommets. Qu’il en soit ainsi! Que les exploits des générations inspirent courage et foi au meilleur des cœurs. Qu’ils les élèvent à la lutte pour la dignité humaine, le progrès social et la transformation socialiste du monde!

Vive le 75e anniversaire de la Grande Victoire, chers camarades!

Que la bannière rouge des réalisations et des victoires soit pour toujours avec nous!

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Ça fait du bien de lire cet article.
Merci Marianne et Danielle.
Meri camarades et mes félicitations au Parti Comunidte de la fédèration de Russie✊