Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

1) Le système américain alimente le hooliganisme politique de l’équipe Trump 2) La Chine ne cède pas à la guerre des mots.

Si la question que se pose chacun est de savoir si la Chine va céder dans la guerre froide lancée par les Etats-Unis, nous avons réuni deux textes qui cernent assez bien la question. Le premier un éditorial de Global Times fait un bilan très froid sur le système politique des USA et ce qu’on peut en attendre quel que soit l’hôte de la maison blanche. Réponse, c’est tout le système qui contribue à l’hooliganisme. Depuis un citoyen sous informé, gorgé de mensonges jusqu’au démocrates qui n’osent pas dénoncer les mensonges… La conclusion est claire, on ne peut pas faire confiance au système tel qu’il est, l’attaque verbale contre la Chine va durer… Le deuxième texte Est-ce que pour autant la Chine va durcir le rapport des forces et aller jusqu’au bout ou va-t-elle gagner du temps. Les deux, elle va adopter une attitude rationnelle et dissuasive, refuser de jouer avec l’arme suprême: la vente des avoirs de la Chine en bons du trésor US. Bref. La Chine attend pour le moment, il s’agit de menaces, en terme de poker, l’adversaire agit dans un mélange d’anxiété et de vanité, il bluffe, je vois son jeu (note et traduction de Danielle Bleitrach).

1) C’est le système américain en entier qui est comme, ça. La Chine doit se préparer à une féroce guerre de l’opinion publique.

Source: Global Times Publié: 2020/5/7 20:38:403

https://www.globaltimes.cn/content/1187709.shtml

Le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a déclaré mercredi que les États-Unis n’étaient pas certains que le coronavirus provenait d’un laboratoire de Wuhan. Mais il a également affirmé “qu’il existe des preuves importantes que cela provenait du laboratoire”. “Ces déclarations peuvent être toutes les deux vraies”, a-t-il ajouté. 

Il y a deux jours, Pompeo a affirmé que les États-Unis disposaient “d’énormes preuves” pour prouver que le virus provenait d’un laboratoire de Wuhan, ce qui a été rejeté par l’OMS, des experts américains et des responsables du renseignement, le plaçant dans une position délicate. Il a été contraint de revenir en arrière tout en réussissant à défendre ce changement. Il s’agit d’un revers majeur pour la campagne de l’administration Trump visant à faire du laboratoire de Wuhan l’origine du virus. 

Cependant, l’administration Trump ne mettra pas fin à ses attaques contre la Chine. Cibler la Chine est devenue la principale stratégie de l’administration Trump pour gagner sa réélection et c’est devenu une question de vie ou de mort en politique. Pompeo a accusé mercredi la Chine de la mort de centaines de milliers de personnes dans le monde, tandis que le président américain Donald Trump a déclaré que l’attaque par coronavirus était “pire que Pearl Harbor” et “le World Trade Center”. Tous les deux essayaient d’attiser l’émotion des Américains et d’augmenter leur ressentiment envers la Chine. 

Les allégations selon lesquelles la Chine devrait être tenue responsable de l’épidémie de pandémie perdront progressivement de leur attrait. Les accusations selon lesquelles le coronavirus proviendrait d’un laboratoire de Wuhan se sont avérées fausses et des cas infectés plus précoces ont été découverts aux États-Unis et en Europe. Alors que la pandémie se prolonge, les accusations sur l’origine de l’épidémie deviendront de plus en plus secondaires. Plus de 73 000 personnes sont décédées aux États-Unis et la reprise du travail entraînera davantage de décès. La Chine ne peut pas être blâmée pour cela. 

Pour gagner aux élections, il n’y a rien d’autre à faire à la Maison Blanche que d’incriminer la Chine. Et la seule façon d’atteindre cet objectif est de créer plus de frictions avec la Chine pour maintenir les tensions sino-américaines et “tenir la Chine responsable”. 

Trump a menacé de manière inappropriée la Chine sur l’accord commercial de phase un. En outre, certains médias occidentaux, dont certains aux États-Unis, ont publié à plusieurs reprises des informations selon lesquelles les États-Unis puniraient la Chine conjointement avec ses alliés et l’Occident déplacerait leur chaîne industrielle hors de Chine. Les États-Unis sont à l’origine de ces rapports. 

La farce de poursuivre la Chine continuera, et les sénateurs américains qui soutiennent Trump continueront de l’aider. En bref, ils ne permettront pas des relations pacifiques et stables entre la Chine et les États-Unis dans les prochains mois.

Le gouvernement Trump salit la Chine parce que les deux partis américains et les élites, y compris ceux anti-Trump, ont créé une atmosphère anti-chinoise aux États-Unis. Dans ces conditions, insulter la Chine coûte peu, voire rien. De plus en plus de gens croient maintenant que le laboratoire de Wuhan est innocent, mais Pompeo et ceux qui ont jeté de la boue n’ont pas à payer de prix ou seulement un prix dérisoire. 

Les élites politiques et d’opinion publique américaines ont attisé collectivement la colère du public envers la Chine. L’équipe Trump a habilement profité de cette “volonté publique” pendant la campagne électorale, construisant sa stratégie de campagne sur le sentiment anti-chinois du peuple, et a capitalisé sur les efforts des démocrates pour diaboliser la Chine avant que le rideau des élections ne soit levé. 

Le Parti démocrate ose-t-il dire la vérité sur qui est responsable de l’épidémie? Les médias américains traditionnels qui soutiennent les démocrates peuvent-ils rendre compte objectivement des performances anti-épidémiques de la Chine? Ils balancent et hésitent. Accablés par les accusations grossières et sans fondement de Trump contre la Chine, ils ont affirmé que Trump était responsable des échecs américains dans la lutte contre le virus, mais d’un autre côté, ils n’osent pas dire que la Chine n’a aucune responsabilité dans les affaires américaines. 

Le système américain a alimenté le hooliganisme politique de l’équipe Trump. Aucune force aux États-Unis n’est en mesure de le contenir. La Chine devrait se préparer à une féroce guerre de l’opinion publique avec Washington, en écartant toute illusion que nous pouvons raisonner avec un voyou. 

2-Les mots ne sont pas les actes, on attend que le bluffeur abatte son jeu.

Est-ce que pour autant la Chine va user de l’arme suprême: vendre ses bons du trésor américain? Elle a également répondu cette fois d’une manière officielle : c’est peu probable.

En exposant les coûts et avantages d’une telle opération.

D’une manière générale, il est peu probable que la Chine se débarrasse de ses avoirs en bons du Trésor américain simplement en raison d’un certain bruit sur la possibilité que les États-Unis manquent intentionnellement à leurs dettes détenues par la Chine. La Chine ne verra pas non plus cette décision comme un moyen de représailles en réponse à la reprise des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine au milieu de la pandémie mondiale.

Ce n’est un secret pour personne que sur les plus de 3 000 milliards de dollars de réserves de change de la Chine, environ un tiers est détenu en bons du Trésor américain. Selon des données publiées par le Département du Trésor américain à la mi-avril, les avoirs chinois en obligations du Trésor américain ont atteint 1,09 billion de dollars en février.

Cependant, il convient de noter que bien que la Chine et le Japon soient les deux plus grands détenteurs étrangers de billets du Trésor américain dans les médias, environ 60% des bons du Trésor américain sont effectivement émis à des investisseurs nationaux américains, tandis que les avoirs étrangers totalisent 7 billions de dollars. En ce sens, les avoirs de la Chine en dette américaine sont certes importants, mais pas suffisamment pour ébranler les fondamentaux du marché américain des bons du Trésor.

Donc, si la Chine a vraiment l’intention de réduire ses vastes avoirs en titres du Trésor américain, elle doit vendre à rabais, ce qui signifie une perte potentielle sur l’investissement. Et cette décision ne porterait pas nécessairement un coup sérieux au gouvernement américain.

De même, il serait insensé de la part de Washington d’annuler les dettes américaines envers la Chine, car une telle décision nuirait davantage aux États-Unis qu’à la Chine en détruisant la confiance des investisseurs et le crédit du gouvernement américain – ce qui serait préjudiciables à la position hégémonique mondiale du dollar. Même le tenant d’une ligne dure contre la Chine, Larry Kudlow, a déclaré: “La pleine confiance et le crédit de la dette américaine sont sacro-saints.”

En fait, une guerre de mots entre les États-Unis et la Chine concernant qui devrait être responsable de la pandémie de coronavirus a alimenté les inquiétudes du marché concernant les risques auxquels sont confrontés les avoirs chinois en dette américaine et les actifs des entreprises chinoises aux États-Unis. Pour être honnête, nous avons vu les effets de telles menaces sur la sécurité des investissements et des actifs chinois.

Il convient également de mentionner que le département du Trésor américain devrait emprunter un record de 3 billions de dollars au deuxième trimestre pour payer les frais de traitement de l’épidémie de coronavirus. Alors que la Fed a promis un crédit illimité, il est toujours essentiel que les États-Unis stabilisent le sentiment du marché pour éviter des turbulences financières inutiles à ce stade. En ce sens, Washington doit envoyer des signaux plus positifs garantissant le crédit des bons du Trésor américain et la sécurité des actifs chinois dans le pays.

Les réserves de change de la Chine ont légèrement augmenté pour atteindre 3,09 billions de dollars fin avril, ont révélé jeudi les données de l’administration d’État des changes (SAFE). Quoi qu’il en soit, les dernières statistiques indiquent que la Chine n’a pas décidé de réduire ses avoirs du Trésor américain, malgré les informations des médias américains selon lesquelles Washington pourrait revenir sur ses obligations envers la Chine.

Si la Chine voulait sérieusement vendre les bons du Trésor américain pour riposter aux récentes demandes d’indemnisation COVID-19 de Washington, les réserves de change d’avril auraient au moins enregistré des changements plus drastiques.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments