Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Vu de Russie : Trump a préparé pour la Chine “la punition ultime”

Trump ment effrontément mais il le fait en considérant qu’il a entamé avec la Chine une partie de poker. Les mensonges des Etats-Unis peuvent on le sait être énormes, on se souvient de Collin Powell et ses preuves d’armes de destruction massive pour entrer en guerre en Irak. Ce qui s’est passé en Ukraine, en Libye, en Syrie, etc… n’est pas mal non plus… Que l’économie mondiale, qui comme l’épidémie, avait un urgent besoin de coopération en connaisse des effets désastreux importe peu à Trump – mais il n’est pas seul à le vouloir ainsi, il a un peuple imbécile et le nôtre n’est pas loin, un peuple sans alternative- son seul souci est de rester le maître du jeu et il tente de recommencer le coup de 1973, utiliser la crise du capital pour imposer l’échange de plus en plus inégal et réduire à quia la Chine, le chef de file des résistances, comme il a agi avec l’URSS… (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Selon Trump, il existe désormais un "jeu difficile", comparable aux "échecs ou au poker"15  4 mai 2020, 18:07
Photo: Christian Ohde / imago-images.de / Global Look Press
Text: Olga Samofalova
Version imprimable  •
Signet   •
Permalien   •
  •
Signaler un bug   •

Le président américain menace la Chine de la reprise de la guerre commerciale, qui l’année dernière a été incroyablement difficile à arrêter. Mettre le blâme sur Pékin pour le grand nombre de morts en Amérique apporte non seulement des points à Trump avant les élections, mais donne également un nouvel effet de levier à la pression économique sur la RPC. La Chine cédera-t-elle cette fois – ou mettra-t-elle le dollar américain à genoux?

Donald Trump a menacé la Chine de «la pire punition», à savoir l’introduction de nouveaux droits sur les produits chinois. Il est en train de jouer un petit jeu, entre les échecs et le poker.

La raison du déclenchement d’une nouvelle guerre commerciale serait le COVID-19. Les États-Unis subissent les pires pertes. Il y a déjà plus de 60 000 morts. C’est plus que ce que l’Amérique a perdu pendant les dix ans de la guerre au Vietnam. 

Si auparavant Washington ne soupçonnait Pékin que de nombreux péchés, il prétend maintenant qu’il y a des preuves de culpabilité des politiciens chinois dans ce qui s’est passé. Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a déclaré qu'”il existe des preuves significatives que ce virus est sorti des murs du laboratoire de Wuhan”. “Dès le début, nous avons dit que le virus est apparu à Wuhan”, a ajouté le secrétaire d’État, “maintenant le monde entier peut le voir”. Cependant, aucune preuve réelle n’a été présentée.

Dans le même temps, Pompeo s’est abstenu de répondre à la question de savoir si la propagation du virus était intentionnelle ou si elle s’était produite à la suite d’un accident dans le laboratoire. Selon lui, le Parti communiste chinois bloque toujours l’accès de l’OMS à ce laboratoire.

Quelle est l’origine du COVID-19, est-il artificiel ou naturel, cela n’aurait pas encore été décidé. Pompeo s’appuie sur ce que les experts et les scientifiques affirment différentes versions. Bien que Trump ait récemment promis que l’enquête en cours de son pays répondrait à cette question.

Cependant, il est peu probable que cela ait une importance quelconque – l’aggravation des relations avec la Chine était inscrite dans l’ordre des choses. Les États-Unis accusent les dirigeants chinois d’avoir “caché délibérément la gravité” de l’infection dans le monde au début du mois de janvier, a rapporté l’Associated Press, citant un rapport de renseignement du 1er mai du Département de la sécurité intérieure.

À ce moment-là, la Chine était censée déjà connaître le danger du virus, qui se transmettait de personne à personne, mais n’en aurait pas informé l’OMS. Parce qu’alors elle aurait dû augmenter l’importation de masques faciaux, de blouses chirurgicales et de gants. Après tout, lorsque le monde entier a appris la gravité de la situation, les pays ont bloqué les exportations de produits médicaux comme stratégiquement importantes dans une pandémie. En outre, la Chine a également réduit les exportations de produits médicaux, mais a tenté de le cacher “en niant les restrictions à l’exportation et en retardant la communication de ses données commerciales”. Trump estime qu’en Chine “ils ont fait une terrible erreur et ne veulent pas l’admettre”, ils ont essayé de “le cacher, de l’éteindre comme un incendie”. 

La seule façon d’inverser les développements négatifs actuels liés à la lutte contre le coronavirus et d’atténuer ses conséquences économiques aurait été la coopération entre les États-Unis et la Chine, mais seuls les pays tiers pouvaient les persuader de le faire, a écrit en avril Evan Feigenbaum, chercheur principal invité au programme asiatique de la Fondation. Carnegie. Cependant, maintenant, on ne peut plus tabler sur cette coopération.

Au lieu d’un allié, Trump a cherché un ennemi en Chine, ceci parce qu’il escompte en acquérir des points d’avance dans les élections présidentielles. C’est une astuce courante en politique.

«La recherche d’un ennemi peut être un moyen convaincant d’augmenter la cote du président américain, qui a commencé à décliner dangereusement à l’approche des élections.

Selon une enquête Harris, plus de 70% des Américains pensent que la Chine a rapporté de fausses informations sur l’épidémie et ses conséquences, et plus de 75% considèrent le gouvernement chinois comme étant le principal responsable de la propagation du virus. Il s’agit d’une stratégie extrêmement confortable pour Donald Trump, qui a été accusé à plusieurs reprises de répondre tardivement et de manière inadéquate à la menace d’une épidémie imminente », a déclaré Alexei Kirienko.

Dans le même temps, Trump y voit la possibilité de résoudre les problèmes commerciaux du pays. Dans un premier temps, Washington peut introduire des droits sur un certain nombre de catégories de marchandises qui ne sont pas liées à la «première phase» de ce qui avait été déjà convenu, et ensuite la deuxième étape consisterait à annuler tous ces accords signés à la fin de l’année dernière, n’exclut pas Alexander Kuptsichevich, un analyste de premier plan FxPro. «En réponse, l’Empire céleste peut refuser d’acheter des produits américains dans des volumes énormes précédemment convenus, par exemple, des produits agricoles. Mais cela ne rentrera dans les faits que si la Chine fait preuve de volonté politique. Et avec la campagne des dernières critiques, la volonté politique chinoise pourrait bien fléchir », explique Kuptsikevich.

Selon le South China Morning Post, Trump a déjà menacé de résilier l’accord commercial de première phase si la Chine ne remplit pas son obligation d’acheter des biens et des services américains. «Ils ont profité de notre pays. Maintenant, ils devront acheter, et s’ils n’achètent pas, nous résilierons l’accord. Tout est très simple », a déclaré Trump.

La pandémie a probablement miné la capacité de la Chine à acheter des produits américains. L’économie de la Chine au premier trimestre a diminué de 6,8% par rapport à la même période l’an dernier. Il s’agit de la première réduction de ce type depuis que le pays a commencé à publier des données trimestrielles sur le PIB en 1992.

L’escalade de la guerre commerciale avec les États-Unis signifie pour Pékin une nouvelle sortie de capitaux du pays et l’affaiblissement de la monnaie nationale, ce qui oblige la Banque centrale chinoise à dépenser des réserves pour maintenir le taux de change. Si la Chine ne le fait pas, elle devra affronter une nouvelle vague de critiques l’accusant d’avoir manipulé le cours et cela entraînera la déstabilisation des marchés financiers du pays, explique la source.

Pour tenter de se placer dans des positions plus avantageuses pour eux-même dans de nouvelles négociations commerciales, les États-Unis peuvent à nouveau recourir aux menaces qui ont été exprimées avant le coronavirus pendant la guerre commerciale, Kiriyenko ne l’exclut pas. En particulier, en plus de l’introduction de droits commerciaux, Trump a menacé de geler les actifs des entreprises chinoises. L’adoption d’une loi a également été discutée, qui obligerait le retour de production de biens importants pour la sécurité nationale des États-Unis de la Chine vers les États-Unis.

«Peut-être de nouvelles sanctions apparaîtront qui limiteront le déploiement de nouvelles industries en Chine, en particulier les entreprises technologiques. En ce sens, Trump est toujours fidèle à sa politique électorale de restituer la production des entreprises américaines aux États-Unis », explique Kiriyenko.

Un retour à l’escalade du conflit commercial entre les deux principales puissances économiques, qui sont non seulement fortement dépendantes l’une de l’autre, mais également dont dépend le bien-être de l’ensemble du monde économique, est capable de conduire ce monde dans une grande dépression.

«Les investisseurs redoutent une fois de plus que l’histoire des années 30 ne se répète lorsque des pays du monde entier ont introduit des tarifs d’importation et des exportations subventionnées. Plus tard, cela a été désigné comme la politique de “l’appauvrissement du voisin” , qui a provoqué une profonde et longue récession. Ensuite, politiciens et économistes ont longtemps eu peur d’une répétition d’une telle politique. Cependant, une tentative maladroite de créer rapidement des emplois dans leur propre pays au détriment des partenaires commerciaux risque de se révéler identique à ce qu’elle était il y a plus de 90 ans », a déclaré Kuptsichevich.

La Chine a peu d’options pour apporter une réponse aux Etats-Unis. En option, Pékin pourrait, en réponse, introduire des droits sur les importations américaines, mais des tarifs plus bas pour d’autres pays dans le but d’augmenter ses échanges avec eux, et les produits chinois continueront d’arriver aux États-Unis, seulement maintenant sous le label «Made in India», l’expert ne l’exclut pas. Peut-être, comme l’année dernière, Pékin devra céder à Washington après une série de combats. Donner ce que Trump veut, c’est acheter encore plus de marchandises américaines et, finalement, abandonner une partie de la production.

Cependant, n’oubliez pas que Pékin a un atout très sérieux dans sa manche. Si la Chine le souhaite, elle peut mettre l’économie américaine à genoux d’un seul coup. La Chine est le deuxième plus grand détenteur de titres du Trésor américain après le Japon (un peu moins de 1,1 billion de dollars). Si elle jette toutes ces dettes américaines sur le marché, cela fera s’effondrer le dollar et l’économie américaine, dont la confiance tombera à zéro.

Cependant, une telle mesure drastique peut détruire l’économie mondiale dans sa forme actuelle, et elle blessera et rebondira durement sur la Chine elle-même. Par conséquent, Pékin ne décidera d’agir ainsi que dans le cas le plus extrême, si Washington tente de la mettre à genoux.

«Avec la Banque centrale ayant dans ses réserves environ un billion de dollars, et au niveau national ce montant est plusieurs fois plus élevé, il est difficile d’imaginer que la Chine annoncera ouvertement son intention de vendre des dettes américaines. En effet, cela dépréciera immédiatement les réserves restantes, déstabilisant les marchés et l’économie. Personne n’en a besoin », explique Alexander Kuptsichevich.

Cependant, la Chine vend déjà lentement la dette américaine, ce qui pourrait se produire pour des raisons naturelles. «Le resserrement des conflits commerciaux exerce une pression sur le yuan chinois, forçant la Banque nationale de Chine à vendre la partie la plus liquide de ses réserves, à savoir les titres américains. Cependant, il est peu probable que ce soit la décision politique exprimée de Pékin », conclut l’interlocuteur. 

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments