Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Qu’en est-il du chômage en Chine, les statistiques du chômage dans ce pays sont -elles fiables ?

Les statistiques du chômage ont souvent été contestée en Chine, mais depuis la réforme de 2018, avec le croisement de deux types de recueil des données, celles-ci sont très proches des normes internationales et les nôtres chacun le sait induisent des biais qui ne les rendent pas plus fiables. L’économie chinoise est passée, au cours de la dernière décennie, d’une économie dépendante de la production industrielle et des exportations, à une économie où les services et la consommation intérieure ont pris de l’importance comme facteurs de croissance. Les économistes occidentaux spécialisés sur la Chine affirment que son économie semble relativement robuste et que son marché du travail est plutôt stable, donc les chiffres du chômage sont crédibles, même si comme nous l’avons vu le secteur de l’exportation qui concerne encore 20% des emplois est celui qui a souffert de l’épidémie (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Par des journalistes du personnel de GT Source: Global Times Publié: 2020/4/30 17:47:58 Dernière mise à jour: 2020/4/30 21:14:460


L’enquête GT montre une enquête conforme aux normes mondiales, la plus adaptée aux conditions chinoises


Note de l’éditeur:
Ceci fait partie d’une série en plusieurs parties où le Global Times examine la gravité des problèmes de chômage en Chine après l’éclosion de COVID-19 et l’affirmation de certains médias étrangers que les troubles sociaux en Chine pourraient être imminents. Cet article se concentre sur la méthodologie des données officielles de la Chine et son exactitude.

Des demandeurs d’emploi communiquent avec un employeur lors d’un salon de l’emploi à l’Université Anhui Jianzhu de Hefei, dans la province d’Anhui en Chine orientale, le 19 avril 2019. Plus de 4 200 offres d’emploi ont été proposées par 126 employeurs lors du salon de l’emploi. (Xinhua / Zhang Duan)


Certains médias occidentaux depuis longtemps divulguent l’opinion selon laquelle la Chine a trafiqué ses données officielles sur le chômage, une impression non fondée et préjudiciable, car non seulement la Chine a fait des efforts constants pour améliorer ses méthodes statistiques, mais son modèle actuel d’enquête sur le chômage est conforme aux normes internationales et peut généralement refléter le statut de l’emploi dans le pays, selon une enquête du Global Times.

L’enquête, qui comprenait des entretiens avec des représentants du gouvernement, des experts statistiques et des travailleurs, a également montré qu’au-delà d’un parti pris contre la Chine, les médias étrangers n’avaient pas non plus une bonne compréhension des conditions uniques et complexes en Chine et des efforts déployés par les responsables pour améliorer les méthodes de réflexion sur l’évolution mouvante du marché du travail dans le pays.

Un tel jugement, selon lequel les données officielles sur le chômage en Chine sont “fausses” et bien inférieures à la réalité, existe depuis longtemps dans les médias occidentaux, mais il a été remis au goût du jour récemment après que certains aient trouvé que le taux de chômage de la Chine récemment publié était inférieur à leurs attentes, et qu’il suggère une meilleure situation sur le marché du travail et l’économie générale que ceux attendus en Chine.

Selon les données publiées par le Bureau national des statistiques le 17 avril, le taux de chômage enquêté dans les zones urbaines de Chine est tombé à 5,9% en mars, contre un sommet de 6,2% en février. 

Le taux de chômage enregistré dans le pays s’élevait à 3,66% à la fin du premier trimestre, a révélé le 21 avril Lu Aihong, porte-parole du ministère des Ressources humaines et de la Sécurité sociale (MOHRSS).

En comparaison, le taux de chômage national américain a été enregistré à 4,5% en mars, selon le US Bureau of Labor Statistics. 

Deux séries de calculs

Les médias étrangers doutent de la véracité des données sur le chômage en Chine, principalement en raison du fait que les travailleurs migrants chinois incapables de trouver un emploi en dehors de leurs provinces d’origine ne sont pas inclus dans le champ statistique chinois. Ces médias ont également souligné que le taux de chômage urbain enregistré en Chine n’était pas objectif car de nombreux chômeurs omettent souvent de s’enregistrer. 

Sur la base de ces “raisons”, ils sautent à la conclusion que le taux de chômage en Chine devrait être beaucoup plus élevé que ce qui a été officiellement déclaré. Le Financial Times, par exemple, a récemment noté que la véritable population sans emploi de la Chine pourrait être ” 

Les experts ont déclaré que certains des problèmes signalés par les médias étrangers existaient effectivement dans les anciennes méthodes statistiques de la Chine, mais ces médias n’ont pas suivi les réformes de la Chine dans les enquêtes statistiques, et ils n’ont pas pris en compte la complexité et les caractéristiques distinctives du marché du travail chinois.  

La Chine utilisait une méthode d’enregistrement pour calculer son taux de chômage depuis des années. Le taux est un pourcentage calculé en divisant le nombre de chômeurs par la population active totale (salariés et chômeurs). Le nombre de chômeurs est principalement basé sur le nombre de personnes qui déclarent leur statut de chômeur aux institutions gouvernementales locales (en échange de prestations de chômage). 

Cependant, pour être classés comme chômeurs, les individus devaient répondre à un ensemble de critères dont la détention d’un hukou urbain local (enregistrement des ménages). Cela excluait la grande population de travailleurs migrants qui n’ont généralement pas de hukou urbain dans la région enregistrée mais qui sont vulnérables aux changements d’emploi.

Un autre problème avec cette méthode était que de nombreux chômeurs ne déclarent pas volontairement leur statut de chômeur aux autorités. Le Global Times s’est entretenu avec trois personnes qui avaient autrefois caché leur statut de chômeur au gouvernement, et ils ont cité des raisons telles que “ne pas savoir comment s’inscrire” et “le montant des allocations de chômage n’est pas suffisamment attractif pour qu’ils pensent à s’inscrire”. 

Cependant, en 2018, la Chine a adopté une nouvelle méthode statistique pour calculer son taux de chômage sur la base d’une enquête nationale. L’enquête est réalisée auprès des résidents urbains ou ruraux quel que soit leur hukou . 

Toutes les villes et tous les villages ne sont pas couverts par les échantillons de l’enquête, mais pour les travailleurs migrants, tant qu’ils résident dans une région enquêtée pendant plus de six mois, ils peuvent être inclus dans les échantillons de l’enquête, a déclaré un membre du personnel du Bureau national des statistiques au Global Times sous couvert d’anonymat.

Liu Dawei, professeur à l’Université de Chine orientale qui était un enquêteur sur le terrain, a déclaré que les enquêtes sur l’emploi dans les comtés chinois peuvent couvrir un grand pourcentage de travailleurs migrants avec hukou rural.

Actuellement, les deux ensembles de méthodes statistiques sont tous deux utilisés, le taux de chômage enquêté étant publié par le NBS sur une base mensuelle et le taux de chômage enregistré publié par le MOHRSS sur une base trimestrielle. 

Ning Jizhe, chef du Bureau national chinois des statistiques, a déclaré que les deux méthodes statistiques pour calculer le taux de chômage jouent des rôles différents, le taux enquêté pouvant refléter la situation macroéconomique et le marché du travail de la Chine de manière complète et précise, tandis que le taux enregistré est d’une grande utilité pour aider le gouvernement à concevoir des politiques de chômage et à fournir des services de chômage ciblés.

Ye Qing, directeur adjoint du Bureau des statistiques du Hubei en Chine centrale, a déclaré au Global Times que la Chine procédait constamment à des réformes de ses méthodes statistiques sur le chômage, depuis le début de la publication régulière des données sur le chômage jusqu’à l’utilisation de la méthode statistique d’enquête la plus précise. Il a également prédit que le taux d’emploi enregistré serait progressivement supprimé en Chine. 

La Meilleure méthode jusqu’à présent

Certains médias étrangers doutent également de la fiabilité des enquêtes sur l’emploi en Chine sans détailler les raisons de ces doutes. Des experts et des responsables interrogés par le Global Times ont réfuté de telles accusations, affirmant que le taux de chômage par enquête en Chine est à ce jour les données sur l’emploi “les plus fiables” en Chine, bien qu’il ne le soit pas à 100%. 

Zheng Bingwen, directeur du Center for International Social Security Studies de l’Académie chinoise des sciences sociales (CASS), a déclaré au Global Times que le NBS dispose de deux grandes équipes d’enquête – des équipes d’enquête urbaines et rurales qui enquêtent sur les résidents chinois à l’échelle nationale sur la base d’un échantillonnage aléatoire, avec diverses méthodes, notamment des questionnaires et des enquêtes auprès des ménages. 

L’enquête couvre toutes les provinces et villes de Chine ainsi que 1 800 comtés nationaux. Un total de 120 000 ménages sont interrogés chaque mois, et les échantillons sont renouvelés à raison de 8% par mois, a déclaré Liu. 

Dans ces enquêtes, les critères de chômage sont très proches, mais pas totalement les mêmes, que les normes étrangères, a noté Liu. Par exemple, les Chinois doivent chômer pendant trois mois pour être classés comme chômeurs, alors que la norme est de “quatre semaines sans emploi” au Royaume-Uni. Les Chinois dans les villages ne sont pas comptabilisés dans les enquêtes. 

“Qu’il s’agisse d’attendre passivement que les gens fassent un rapport ou d’enquêter activement sur leur situation montre que la Chine n’a pas peur de partager ses véritables données économiques avec le monde. Cela reflète également la confiance du gouvernement dans l’économie”, a déclaré Liu.

Liu a également déclaré que la méthode d’enquête actuelle de la Chine est conforme aux pratiques internationales, et avec le large échantillonnage d’enquête, elle est beaucoup plus crédible que le taux enregistré.

“La Chine travaille toujours pour être de plus en plus proche des données les plus précises, et je pense que les méthodes évolueront à l’avenir”, a-t-il déclaré. 

Zheng a également déclaré que la Chine était prête à perfectionner ses méthodes statistiques sur le taux de chômage et que le taux de chômage enquêté était le meilleur qu’il pouvait faire pour le moment et dans le cadre scientifique. 

Complexité en Chine

Les experts et les responsables ont également noté qu’étant donné la complexité de l’économie chinoise et certaines caractéristiques distinctives du marché du travail chinois, il n’est pas nécessaire que la Chine copie totalement les méthodes statistiques à l’étranger. 

Par exemple, de nombreux agriculteurs chinois ont toujours des revenus et des terres même s’ils perdent un emploi ailleurs, donc le chômage ne signifie pas nécessairement que les gens ne peuvent plus subvenir à leurs besoins, a déclaré le responsable NBS susmentionné. 

Liu a également noté que de nombreux étrangers ne comprenaient pas réellement le marché du travail chinois. Par exemple, la Chine offre de nombreuses opportunités pour des emplois “informels”, comme l’ouverture de boutiques en ligne ou devenir coursier. Les personnes qui n’ont pas d’emploi formel peuvent être classées comme chômeurs selon les normes d’outre-mer, mais en réalité, elles peuvent très bien vivre avec des revenus fragmentaires en Chine, il est donc inapproprié de les inclure dans la catégorie des chômeurs. 

Les médias étrangers ont douté de la véracité des données sur le chômage en Chine après que différentes images ont émergé des marchés du travail en Chine et aux États-Unis – alors que nombreux étaient ceux aux États-Unis qui se seraient précipités pour percevoir les allocations de chômage, en revanche le marché du travail chinois, malgré le ralentissement économique, ne montre pas fluctuations trop intenses. 

Cela pourrait également refléter les différences culturelles en Chine et aux États-Unis, les Chinois ayant tendance à épargner de l’argent tandis que les résidents américains dépensent souvent de l’argent à crédit en utilisant des cartes de crédit, de sorte qu’ils dépendent davantage de revenus stables, ont déclaré des experts. 

Le MOHRSS a récemment déployé une série de mesures pour stimuler le marché du travail chinois, telles que le déploiement d’environ 10 milliards de yuans de subventions à l’emploi au premier trimestre et ont incité les entreprises publiques à élargir leur échelle de recrutement.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Très intéressant à lire pour notre savoir, j’apprécie. J’aimerais en savoir un peu plus sur la fiscalité en Chine car cela explique beaucoup de la justice sociale hostile au capitalisme ! Par ex. , comment les bénéfices sont imposés ou taxés?