Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Lei Hongyan: Sanders, un élément socialiste dans les élections américaines ?

Un ami de ce blog , Patrice, m’a indiqué ce texte dans lequel une intellectuelle chinoise médecin, spécialiste du marxisme, étudie le cas Sanders dans un livre consacré au Etats-Unis. Marianne a traduit le texte à partir du chinois. Le fond de l’analyse est : est-ce que Sanders est socialiste ou est-ce qu’il tente de sauver le capitalisme en proposant une forme socialiste de capitalisme? Plus intéressant encore, selon cette analyse marxiste et dialectique rigoureuse, ce n’est pas Bernie Sanders qui impose que l’on parle du socialisme, mais les contradictions insupportables du capitalisme dans la première puissance du monde qui obligent à ce que soit pris en compte un discours social démocrate sur le socialisme. C’est sérieux, informé, sans polémique inutile. De toute façon, selon l’auteure, cette tentative ne peut pas sauver le système. “La bourgeoisie américaine tente de réformer et de reconstruire le système capitaliste au sein du système existant, mais il est fondamentalement impossible d’éliminer la contradiction entre la socialisation de la production et la propriété privée des moyens de production, ni la lutte entre la bourgeoisie et la classe ouvrière. Bien que l’époque et la voie vers le socialisme dans chaque pays ne soit pas parfaitement identique, la tendance générale du développement social déterminée par les lois sociales ne changera pas. Le «socialisme démocratique» à la Sanders ne peut réussir aux États-Unis, et la tendance historique du socialisme à remplacer le capitalisme ne changera pas“. Ceci nous renseigne à la fois sur le socialisme de Sanders, mais aussi sur ce que le socialisme à la chinoise considère comme indispensable pour qu’il y ait socialisme (note de Danielle Bleitrach et traduction du chinois de Marianne Dunlop pour histoire et société).

  • : 2020-04-14 17:37
  • • Source: Chawang
  • • Auteur:   Lei Hongyan est une femme née en 1986, diplômée de la fac de médecine chinoise de Chengdu, enseignante à l’Institut du marxisme (au sein de la fac de médecine apparemment). et le texte est extrait d’un livre édité en 2018 “Mouvements et courants de pensée socialistes aux Etats-Unis”, la couverture: https://item.jd.com/12384791.html

http://www.cwzg.cn/theory/202004/56606.html

L’influence directe de Sanders a été de forcer Hillary et l’establishment du Parti démocrate à accepter certaines de ses affirmations, indiquant que c’est précisément parce que le capitalisme américain a effectué des réformes de nature socialiste qu’il est devenu une forme socialiste de capitalisme. Dans une certaine mesure, il a atténué les conflits sociaux provoqués par la révolution technologique, la crise économique et la transformation sociale rapide aux États-Unis, il a consolidé et renforcé l’ordre dominant de la bourgeoisie, divisé et affaibli le mouvement socialiste pour l’équité et la justice. Cependant, en tant que pays le plus typique dans le développement du capitalisme, les contradictions capitalistes sont également les plus profondément révélées. La bourgeoisie américaine tente de réformer et de reconstruire le système capitaliste au sein du système existant, mais il est fondamentalement impossible d’éliminer la contradiction entre la socialisation de la production et la propriété privée des moyens de production, ni la lutte entre la bourgeoisie et la classe ouvrière. Bien que l’époque et la voie vers le socialisme dans chaque pays ne soit pas parfaitement identique, la tendance générale du développement social déterminée par les lois sociales ne changera pas. Le «socialisme démocratique» à la Sanders ne peut réussir aux États-Unis, et la tendance historique du socialisme à remplacer le capitalisme ne changera pas.

“Feel the Bern” était le slogan de campagne du candidat démocrate Bernie Sanders à l’élection présidentielle américaine de 2016. En anglais, Berne est homonyme du mot “Burn” [brûler]. La forte personnalité de Sanders a en effet enflammé les États-Unis, passant du plus parfait anonymat au moment de l’annonce de sa participation à l’élection présidentielle de 2015 à sa grande victoire dans la primaire du New Hampshire en 2016, quand le septuagénaire menaçait fortement Hillary Clinton. Dans un pays profondément influencé par l’idée de «tout sauf le socialisme», le concept de Sanders de «socialisme démocratique» a suscité un grand intérêt et obtenu un large soutien chez les jeunes. Pourquoi les États-Unis ont-ils soudainement vu apparaître autant de socialistes? Sanders est-il un vrai socialiste? Peut-il proposer une nouvelle orientation pour les États-Unis? Ces questions méritent une réflexion sérieuse de notre part.

A.  un « socialiste » aux élections présidentielles américaines

Lors des primaires américaines de 2016, l’apparition soudaine de Bernie Sanders, un candidat du parti démocrate qui depuis de nombreuses années s’autoproclamait “socialiste démocratique”, a été plutôt une surprise. Ce grand-père de 75 ans aux cheveux gris, a connu une popularité étonnante auprès des blancs et des jeunes de la classe moyenne et inférieure des États-Unis. Il a vaincu sa rivale et géante de la politique Hillary Clinton lors des élections primaires de plusieurs États.

Sanders est né dans une famille juive à Brooklyn, New York, sa mère est décédée tôt et sa famille était très contrainte financièrement.  L’environnement dans lequel Sanders a vécu dès son plus jeune âge lui a fait ressentir l’injustice de la société et réaliser l’importance de l’argent, ce qui a eu un impact décisif sur sa préoccupation ultérieure concernant la pauvreté et l’équité. Dans sa jeunesse, Sanders a étudié les sciences politiques à l’Université de Chicago. Il a rejoint la “Youth Socialist Union” et s’est passionné pour les mouvements anti-guerre et les mouvements pour les droits civiques. En 1963, lorsque Martin Luther King prononça son célèbre discours “I Have a Dream”, Sanders était parmi la foule. L’étudiant de l’Université de Chicago avait activement dirigé le mouvement civique cette année-là pour défendre les droits et les intérêts des citoyens. La même année, il a été arrêté pour avoir participé à des manifestations. En 1971, Sanders, âgé de 30 ans, est officiellement entré dans l’arène politique, mais au début, cela n’a pas été facile. Il s’est successivement présenté comme sénateur et gouverneur, et a échoué. Jusqu’en 1981, où Sanders a finalement été élu maire de Burlington, Vermont, États-Unis avec un faible avantage. Cette année-là, il avait 40 ans. Après son entrée en fonction, il a été apprécié et réélu pour trois mandats consécutifs.

A partir de là, la carrière officielle de Sanders s’est déroulée sans heurts. En 1999, il a été Représentant fédéral et élu au Sénat en 2006. Sanders est depuis longtemps impliqué dans des activités politiques en tant qu’indépendant et n’appartient à aucun parti politique. Il n’a été considéré comme membre du Parti démocrate que lorsqu’il a rejoint ce Parti avant les primaires américaines :le 30 avril 2015, il est officiellement devenu démocrate, pour participer à l’élection présidentielle de 2016. Étant donné que Sanders venait d’un petit État éloigné du nord-est et qu’il se tenait à l’écart des deux principaux partis, sa campagne n’était pas brillante au début, et a même été délibérément rejeté par les cercles dirigeants du parti démocrate. En août 2015, le taux d’approbation d’Hillary parmi les électeurs démocrates atteignait 61%, tandis que Sanders n’était crédité que de 26%. Lorsque Sanders a commencé à se présenter aux élections dans le New Hampshire, il n’avait même pas d’organisation électorale ni d’argent. Il était souvent considéré comme une personne ordinaire se présentant à l’aéroport avec ses bagages et voyageant en classe économique. Cependant, au cours de l’élection primaire, le taux d’approbation de Sanders au sein du parti a progressivement augmenté, atteignant 57% à la mi-février 2016. En termes de résultats de l’élection primaire, Sanders a finalement remporté 23 États sur les 50 États avec un total de 13 millions de voix. Et surtout lors des élections primaires du 9 février dans le New Hampshire, Sanders a battu Hillary avec une avance de 22%. ①

Bien que Sanders ait finalement annoncé qu’il ne continuerait pas à se présenter devant la Convention nationale démocrate en juillet 2016, par rapport à la situation au début de son élection et aux attentes de la plupart des gens, ce résultat est déjà extraordinaire. C’était une victoire. En avril 2016, Sanders a été classé premier des «personnes les plus influentes au monde» dans le magazine Times pour l’année 2016.

2. La “révolution politique” de Sanders

Sanders a joué la carte socialiste dans la campagne, parlant de la tradition “socialiste américaine” issue du “New Deal” de Roosevelt, propageant avec enthousiasme son idée de “socialisme démocratique”, proclamant vouloir lancer une “révolution politique”. Il a critiqué le fait que “1% des riches détiennent 99% de la richesse américaine”, fustigé l’oligarchie des États-Unis et le système de financement politique, et a présenté ses propres propositions. Le président du Parti communiste américain, John Bachter, estime que la campagne de Sanders est sans nul doute la plus dynamique des élections américaines de 2016. Il a déclaré:

[“Ce n’est pas seulement une campagne présidentielle, c’est aussi un mouvement qui élargit considérablement l’imagination politique, amenant des milliers de personnes (en particulier des jeunes) en politique et promouvant l’idée de”socialisme démocratique” à travers tout le pays. Que Sanders gagne ou perde, la politique américaine sera différente car de nouvelles idées radicales ont été largement débattues et de nouvelles forces rendent le champ électoral plein de vitalité. “②】

L’élection de Sanders a bouleversé les élections américaines de 2016 d’au moins trois façons. Premièrement, il a mobilisé la gauche américaine et promu objectivement diverses mesures pour mener des réformes à travers le pays. Deuxièmement, il a stimulé l’enthousiasme des gens à participer au processus politique,inspirés par la philosophie politique de Sanders, ils ont pris la décision d’utiliser leur bulletin de vote. Troisièmement, en s’affichant comme socialiste démocrate, la proposition politique de Sanders a amené le public américain à se poser durablement des questions comme “qu’est-ce que le socialisme” et ” l’Amérique aura-t-elle le socialisme”, etc. Tous ces éléments ont grandement contribué aux objectifs électoraux stratégiques de vaincre l’extrême-droite. Après l’élection primaire de 2016 dans le New Hampshire, Sanders a réitéré ses idées radicales dans son discours de victoire, notamment en s’opposant aux réductions à grande échelle de l’assurance sociale, des pensions des anciens combattants, de l’assurance médicale, de l’assistance médicale et du financement de l’éducation, et en exigeant l’augmentation du salaire minimum,la mise en place d’un salaire égal pour un travail égal pour les hommes et les femmes, la gratuité des écoles publiques, la réalisation d’une assurance médicale universelle, le changement du système pénitentiaire, la taxation de la spéculation à Wall Street, la réforme du système énergétique, etc. À travers ce discours, Sanders a dénoncé l’injustice dans la société américaine et a préconisé la mise en place d’un système «au service de tous». Sa philosophie politique a atteint le cœur d’un grand nombre de jeunes électeurs aux États-Unis. La liste des donateurs du fonds de campagne de Sanders nous fournit des indices: neuf sur dix des premiers donateurs sont des syndicats; plus de 80% du total des sommes récoltées par leurs fonds de campagne sont de petites contributions de moins de 200 dollars. Cela montre que Sanders a une solide base dans l’opinion publique. En revanche, son adversaire, Hillary Clinton, compte six banques parmi les dix premiers donateurs, illustrant la différence des groupes d’intérêts représentés par l’un et l’autre. De plus, les idées de campagne d’Hillary ont également changé considérablement sous la pression de Sanders, en particulier après ses deux défaites au New Hampshire et au Michigan. Sur la question des frais d’études dans les universités publiques, l’assurance maladie universelle et la protection commerciale, Hillary a adopté le point de vue de Sanders. Du sénateur fédéral du Vermont, à la désormais célèbre star politique, la popularité de Sanders dans les primaires électorales américaines montre que ses opinions politiques correspondent aux besoins du peuple des États-Unis confronté à une grave crise du capitalisme américain et que le concept de socialisme est capable aujourd’hui de susciter l’intérêt et le soutien du peuple plus qu’à toute autre période de l’histoire américaine.

3. Le peuple américain veut du changement

Malgré l’âge avancé de Sanders, le fait que ses ressources politiques et sa popularité n’aient pas été aussi bonnes que celles de ses concurrents et qu’il n’ait pas eu la reconnaissance de l’élite démocrate, il a gagné beaucoup de partisans dans les primaires. Son programme de campagne unique a attiré l’attention d’un grand nombre d’Américains, et en particulier il a gagné le cœur de la jeune génération d’Américains qui déteste l’inégalité et la politique monétaire américaines. Les sondages primaires montrent que 84% des démocrates de l’Iowa âgés de 17 à 29 ans, 82% des démocrates du Wisconsin âgés de 18 à 29 ans et 81% des jeunes démocrates du Michigan ont choisi de soutenir Sanders. Lors de la 19e Rencontre des Partis communistes et ouvriers, le Parti communiste américain a déclaré que même aux États-Unis, où les blessures de la guerre froide et de l’anticommunisme saignent encore, les jeunes soutiennent toujours fièrement une politique qui promeut les idéaux socialistes comme Bernie Sanders.

Après le déclenchement de la crise financière en 2008, l’écart entre les riches et les pauvres dans la société américaine s’est creusé, le sentiment de crise et d’anxiété des gens s’est accru, les possibilités d’emploi sont devenues de moins en moins nombreuses, le statut économique et social des gens ordinaires a continué de diminuer, et l’écart entre les riches et les pauvres et l’inégalité économique se sont retrouvés au centre des préoccupations des gens. Le peuple américain est impatient de changer, et la plupart d’entre eux cherchent une vie meilleure. Les États-Unis sont le pays le plus riche de l’histoire de l’humanité. Le peuple américain ne devrait pas se débattre à ce point dans les difficultés, ni avoir autant de pauvreté, d’insécurité et de désespoir. La productivité des travailleurs américains est la plus élevée au monde et, chaque année, ils créent plus de richesse que les autres pays du monde. Le problème est qu’en vertu du système capitaliste actuel et des règles juridiques, la majeure partie de la richesse est monopolisée par une poignée de milliardaires, et le 1% des ménages les plus riches ont 30 billions de dollars d’actifs. La grande majorité des Américains veulent modifier ces règles et lois. Ils demandent de taxer cette richesse excessive et de l’utiliser pour répondre aux besoins de la population – reconstruire des infrastructures fragmentées, développer des industries d’énergie renouvelable et fournir soins médicaux et éducation de qualité gratuits. Après la crise financière de 2008, les manifestations et protestations collectives ont fait rage aux États-Unis. Les gens sont désireux d’avoir une société plus juste, notamment en luttant pour des salaires plus élevés, en mettant fin aux attaques racistes et aux violences policières, en empêchant le TPP qui menace l’emploi et en développant la sécurité sociale et d’autres questions qui sont souvent négligées ou jugées sans importance dans le système de discours américain traditionnel et qui apparaissent dans la proposition politique de Sanders. Sanders attache une grande importance à l’expression de ses convictions politiques, en particulier par rapport à la ploutocratie américaine et aux inégalités économiques. En 2010, alors que Sanders était encore sénateur du Vermont, Obama était parvenu à un accord avec le Congrès pour prolonger les réductions d’impôts pour les riches, ce à quoi s’opposait fermement Sanders. Sanders a ensuite prononcé un discours de plus de 8 heures sur la question de l’équité sociale. Lors de l’élection primaire de cette élection américaine, Sanders a choisi de se tenir aux côtés des 99% du peuple américain. Il a proposé:

[“Nous voulons créer un concept qui soit au service de tout le monde, pas seulement des 1%. Nous voulons augmenter le salaire minimum à 15 $ / heure. Nous voulons mettre en œuvre un salaire égal pour un travail égal pour les hommes et les femmes. Nous voulons fournir les meilleures ressources éducatives au monde, la gratuité dans les établissements publics. “③】

Les idées politiques radicales de Sanders ne faisaient que répondre aux besoins vitaux du peuple américain en quête de changement. Il a continué à utiliser des mots tels que «révolution» et «mouvement» dans ses discours de campagne, ce qui a permis au peuple américain de trouver un débouché pour sa colère, et a ainsi produit une sorte de désir du socialisme, il a présenté un plan concret pour le développement futur des États-Unis, qui a donné de l’espoir à de nombreux Américains.

4. L’émergence soudaine de Sanders aux élections primaires américaines est le résultat inévitable des contradictions du capitalisme

La crise financière mondiale déclenchée par la crise des prêts hypothécaires à risque aux États-Unis en 2008 a montré la faillite du néolibéralisme. Cette crise a causé d’énormes pertes au monde. La croissance économique de divers pays s’est considérablement ralentie et certains grands pays ou régions développés sont tombés en récession. À première vue, cette crise financière est causée par une série de facteurs entrelacés dans le processus de libéralisation financière aux États-Unis depuis les années 1970, y compris les prêts d’éviction, d’importants emprunts sans réserves suffisantes et un financement opaque,l’économie de marché et de bulle, des produits financiers présentant des problèmes et des risques, les opérations illégales, etc. Mais fondamentalement, cette crise financière est le résultat inévitable de la contradiction entre la socialisation de la production capitaliste et la propriété privée des moyens de production, c’est-à-dire la contradiction endogène du système de base de la société capitaliste dans les conditions de la mondialisation économique. Par conséquent, on peut dire que c’est le système capitaliste lui-même qui a provoqué la crise.

Après la victoire aux élections primaires du New Hampshire en 2016, Sanders a décrit la situation actuelle aux États-Unis dans son discours de victoire:

[“Notre grand pays est construit sur un principe simple, qui est l’équité. Lorsque nos inégalités de revenus et de richesse dépassent aujourd’hui presque tous les principaux pays de la planète, ce n’est pas juste. Lorsque le premier dixième du 1% a presque autant de richesse que les 90% restants, ce n’est pas juste. Lorsque les 20 personnes les plus riches de ce pays détiennent plus de la moitié des biens de la population totale du pays, ce n’est pas juste. “④】

Ces phénomènes reflètent objectivement le statut social de pays capitalistes tels que les États-Unis, c’est-à-dire la politique de l’oligarchie – la classe capitaliste contrôle l’économie américaine et manipule ensuite les votes politiques; la perte continue d’emplois, l’écart grandissant entre les riches et les pauvres, la classe moyenne qui se rétrécit; le système médical ou la privatisation et le monopole conduisent à des traitements médicaux difficiles et coûteux, à des guerres sans fin et à la menace croissante de catastrophes environnementales.

On peut voir que ce n’est pas l’émergence de Sanders qui a poussé les Américains au socialisme. Le succès soudain de Sanders aux élections primaires des États-Unis reflète la situation des pays capitalistes développés tels que les États-Unis. La victoire de Sanders est fondamentalement le résultat inévitable du développement de la contradiction du capitalisme américain, comme en témoignent le mouvement “Occupy Wall Street” en septembre 2011, le succès éditorial du ” Capital du 21ème siècle” en 2014 et le mouvement “Printemps de la Democracie” en avril 2016. Au cours des prochaines élections américaines dans quatre ans, huit ans ou même plus, tant que les contradictions fondamentales du capitalisme ne changeront pas, les États-Unis verront à plusieurs reprises un nouveau Sanders apparaître.

5. Sanders est-il vraiment socialiste?

Sur la base du dilemme actuel du développement social américain et de l’inégalité qui en résulte, Sanders propose de réaliser la transformation sociale et de reconstruire l’État providence. En fait, il est un réformiste contraint par l’ordre politique et économique capitaliste en crise. Sa conception politique représente la réaction de la classe dirigeante à ces changements. Nous devons être conscients que le «socialisme» de Sanders est la «social-démocratie» d’Europe occidentale, et non le «socialisme scientifique» de Marx et Engels, et est très différent du «socialisme aux caractéristiques chinoises». Sanders n’est pas un vrai socialiste, mais un réformateur du capitalisme, un social-démocrate. Dès 1990, Sanders croyait que le socialisme n’est pas la même chose que les nationalisations. Le sens du socialisme pour lui est de construire un pays et un monde où tous les gens peuvent vivre une vie décente. Lors de l’élection présidentielle américaine de 2016, Sanders a également insisté sur ce point de vue. Il a fortement souligné que son “socialisme démocratique” est différent de l’Union soviétique, et ses partisans sont également d’accord avec cela. Sanders a déclaré:

[«Le socialisme démocratique signifie que le gouvernement reflète les intérêts des gens ordinaires, et non les intérêts de la classe milliardaire comme c’est le cas actuellement.» ⑤】

Par conséquent, Sanders admire le modèle de pratique socialiste démocratique de style scandinave en Europe du Nord. Son idéal est d’obtenir un enseignement supérieur gratuit, de généreux avantages sociaux et des soins médicaux universels comme ceux de Norvège, de Suède et du Danemark. Un gouvernement fort qui combine le marché libre avec la fourniture de services publics, poursuivant ainsi la démocratie pour la majorité et formant une société égale. Ce “socialisme” est très différent du socialisme marxiste. Il se concentre uniquement sur la démocratie, l’égalité et la justice. Il se reflète davantage dans la critique du système existant, sans mentionner les relations de classe et les contradictions,la transformation des relations de production et le remplacement du système, sans parler de la formation de rangs de classe et de partis politiques indépendants. Sanders a attaqué la cupidité des “milliardaires”, accusés de l’inégalité des revenus comme “le plus grand problème moral de notre temps”, prétendant faire revivre la “grande classe moyenne américaine”, mais n’a jamais proposé d’abolir la propriété privée et de renverser le système capitaliste. Ces idées «socialistes» ont une couleur forte de socialisme amélioré, qui est une continuation du «New Deal» de Roosevelt et de la «grande société» de Johnson au 20e siècle. En tant que médecin et infirmier au chevet du capitalisme, Sanders est plus intéressé à partager équitablement le rêve américain. Il prend simplement le socialisme comme une recherche de valeur dans le cadre du système capitaliste et applique les principes du socialisme à l’ajustement partiel des relations de production capitaliste, plutôt que l’établissement d’une société socialiste, son objectif fondamental est d’éviter un mouvement politique indépendant et une révolution socialiste de la classe ouvrière aux États-Unis, afin d’obtenir une stabilité et un travail à long terme pour la domination bourgeoise par le biais de réformes légères, la poursuite de l’exploitation du peuple.

L’influence directe de Sanders a été de forcer Hillary et l’establishment du Parti démocrate à accepter certaines de ses affirmations, indiquant que c’est précisément parce que le capitalisme américain a effectué des réformes de nature socialiste qu’il est devenu une forme socialiste de capitalisme. Dans une certaine mesure, il a atténué les conflits sociaux provoqués par la révolution technologique, la crise économique et la transformation sociale rapide aux États-Unis, il a consolidé et renforcé l’ordre dominant de la bourgeoisie, divisé et affaibli le mouvement socialiste pour l’équité et la justice. Cependant, en tant que pays le plus typique dans le développement du capitalisme, les contradictions capitalistes sont également les plus profondément révélées. La bourgeoisie américaine tente de réformer et de reconstruire le système capitaliste au sein du système existant, mais il est fondamentalement impossible d’éliminer la contradiction entre la socialisation de la production et la propriété privée des moyens de production, ni la lutte entre la bourgeoisie et la classe ouvrière. Bien que l’époque et la voie vers le socialisme dans chaque pays ne soit pas parfaitement identique, la tendance générale du développement social déterminée par les lois sociales ne changera pas. Le «socialisme démocratique» à la Sanders ne peut réussir aux États-Unis, et la tendance historique du socialisme à remplacer le capitalisme ne changera pas.

Notes:

① Zhou Qi et Fu Suixin: «Analyse approfondie du « phénomène Trump » et du « phénomène Sanders » aux élections américaines», Revue économique internationale, numéro 3, 2016.

② “Stratégie de gauche en 2016: Construire une véritable indépendance politique”, http: //www.cpusa. Org / article / left-strategy-in-2016-part-1-grasping-the-key-link-of-lutte /.

③④ “Transcription du discours de victoire de Bernie Sanders”, https://www.washingtonpost.com/news/post-politics/wp/2016/02/10/the-transcript-of-bernie-sanderss-victory-speech/? utmterm = .04ee3ef20f2a.

⑤ “Sanders explique les vertus du socialisme démocratique”, http://www.washingtonexaminer.com/sanders-explains-virtues-of-dem-ocratic-socialism/articl/257115.

[Cet article est extrait de “Mouvement socialiste américain et tendance de la pensée” de Lei Hongyan]

Traduit du chinois par Marianne Dunlop (avec l’aide du traducteur automatique qui même pour le chinois – heureusement – a fait quelques progrès)

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

J’avais apprécié la précédente campagne de Sanders, de 2016. Comme pour les récentes élections en GB où le Labour a saboté la campagne de Corbyn organisant la déroute de ce parti en vue d’éradiquer les idées progressistes et toute utopie sociale de la tête des électeurs, Clinton et sa clique avaient préféré la victoire de leur pseudo-ennemi Trump pour casser la dynamique populaire créée autour de Sanders. Mais pour les échos que j’en ai eus, cette campagne a été très différente, déjà après des années de campagne anti-Trump par le PD, qui pour moi, masque une campagne prophylactique anti-socialiste. Et… Lire la suite »