Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Le hooliganisme infecte le système judiciaire américain

Source : Global Times Publié : 2020/4/23 : Éditorial du Global Times La Chine qui est désormais dans le viseur des Etats-Unis, l’Etat-voyou, la plus invraisemblable des puissances, avide, procédurière, infligeant l’injustice sans état d’âme et tentant à travers des médias à ses ordres de faire croire que c’est là sa manière de protéger le monde (note de Danielle Bleitrach, traduction de Catherine Winch).

Le Missouri, état  républicain, est le premier État américain à intenter un procès à la Chine pour sa gestion de l’épidémie de COVID-19, exigeant que la Chine compense les pertes causées par le coronavirus. Le Mississippi, autre État républicain, a suivi le mouvement et des propositions et actions similaires émergent de certains avocats occidentaux et d’institutions non gouvernementales telles que Codacons, la principale association de consommateurs italienne.


Comme il est absurde de vouloir tenir la Chine responsable et que le gouvernement chinois est protégé par l’immunité souveraine, une telle action en justice n’aboutira jamais. Même si certains tribunaux américains ou occidentaux soutiennent la demande de compensation, ils ne peuvent pas obliger la Chine à payer des indemnités tant que celle-ci refuse. 
L’administration Trump tente de créer un nouveau point chaud autour de la Chine, en soutenant soit ouvertement soit secrètement de telles poursuites, afin de détourner la colère des Américains provoquée par l’incapacité de leur gouvernement fédéral à contenir la propagation de COVID-19. 
Ce sera une autre histoire si le gouvernement fédéral américain soutient publiquement ce type de procès contre la Chine et emploie sa force nationale pour le faire aboutir. 


La première mesure du gouvernement fédéral américain serait d’annuler l’immunité souveraine de la Chine telle que définie par la loi sur les immunités souveraines étrangères (Foreign Sovereign Immunities Act, FSIA) de 1976. Une telle mesure devrait être approuvée par le Congrès américain et signée par le président Donald Trump. Si les États-Unis en viennent là, ils ouvriront une boîte de Pandore et entraîneront l’effondrement du système mondial d’immunité souveraine. Cela signifierait que n’importe qui pourrait poursuivre le gouvernement américain dans son propre pays – un malade du sida pourrait le poursuivre pour obtenir une compensation, par exemple. 


Aucun gouvernement n’appliquera de tels jugements. L’exécution d’un tel jugement ne pourrait se faire qu’en privant par la force les pays défendeurs de leurs biens à l’étranger, ce qui entraînerait un engrenage de représailles et plongerait le monde dans le chaos.  


La campagne visant à rejeter la faute sur la Chine n’est rien d’autre qu’un battage publicitaire des États-Unis. Les avocats et les organisations impliqués savent qu’ils ne gagneront pas ; ils se soucient davantage de la couverture médiatique qu’un tel procès pourrait obtenir que du résultat lui-même. Cela vaut également pour l’administration Trump. 


Le gouvernement américain est devenu tristement célèbre pour avoir à plusieurs reprises rejeté la responsabilité de ses propres manquements sur la Chine, tout en lançant des attaques contre des organisations internationales telles que l’Organisation Mondiale de la Santé. 
Les États-Unis et d’autres pays occidentaux ont mis en place un système qui favorise le camp occidental de manière hégémonique et brutale. Ces pays ne peuvent pas accepter que la Chine se soit renforcée. Ils poursuivent donc une nouvelle série d’intimidations afin de bloquer le développement de la Chine, qui progresse plus vite qu’eux. 


En ce qui concerne la lutte contre COVID-19, les mesures prises par la Chine se sont révélées les plus efficaces et le pays contribue à la prévention du virus dans le monde. Si l’on considère la bataille comme un match, les États-Unis sont en train de perdre la partie. Ils essaient donc de manipuler l’arbitre pour tâcher de prendre le dessus. 


Par le passé, les États-Unis ont agi comme un hooligan dans les sphères de la politique et de l’opinion publique, et le hooliganisme s’est maintenant étendu au domaine judiciaire. Les hooligans sont des tricheurs qui enfreignent volontiers les règles lorsqu’ils ne peuvent pas gagner. Les actions des États-Unis en sont un bon exemple. 


Le plus important pour la Chine est de renforcer ses mesures de lutte contre le hooliganisme américain, d’intensifier le renforcement de sa puissance nationale et de veiller à ce que ses intérêts ne soient pas compromis. Si Washington va au-delà des attaques verbales et prend des mesures concrètes pour provoquer la Chine, celle-ci doit riposter fermement, pour prouver qu’on ne peut pas l’intimider. 

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

Nous vivons un moment historique passionnant…le pays qui s’assoit tout le temps sur le droit international, en essayant d’imposer au reste du monde ses propres lois, arrive aux limites de la puissance d’un empire telles que les ont connu tous les empires au cours de l’histoire de l’humanité (grec, romain, perse, ottoman…), ce pays les USA a entamé son déclin et comme le montre l’histoire il ne fera que s’accélérer et être démantelé. Bien sûr, par sa force militaire il est dangereux, mais là encore sa fragilité explose aux yeux de tous : le virus sur le porte avion, ce… Lire la suite »