Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

A propos d’un article de Patrick Le Hyarec sur Lénine dans Russie to day

C’est un contrat moral que nous avons passé avec les lecteurs de ce blog et à ce titre, JE VOUS DIRAI TOUJOURS CE QUE J’ESTIME ETRE LA VERITE, sans haine, ni colère contre les individus mais sur le strict plan de l’estimation politique de leurs actes politiques. A la loyale… Je ne suis plus une dirigeante, seulement une communiste sans carte comme tant d’autres qui ont été forcés de quitter ce parti. C’est mieux, je n’impliquerai personne seulement mon droit à dire contre toutes les censures.

LES FAITS

Patrick le Hyaric, a soutenu Robert Ménard contre Fidel Castro, ne soutient pas le Venezuela aujourd’hui et n’a pas fait paraître une ligne sur Lénine dans l’Humanité le 22 avril. Il est intervenu une première fois en catastrophe en son nom propre à 18 heures, dans son blog, le 22 avril. C’était pour feindre de rendre un hommage à Lénine, mais l’hommage tardif réservait une alouette à Lénine et un cheval à Lucien Sève. Celui-ci fut un stalinien pur, fort et dur, un idéologue de talent. Dans sa vieillesse, il à dénoncé le léninisme, ce qui était son droit le plus absolu. Mais à ce titre, il a eu droit jour après jour à des articles dans l’Humanité alors que tous ceux qui défendaient la Révolution d’octobre -comme moi mais pas seulement- ont été interdits… Le problème est là dans cette expression unique et pas dans le fait qu’un certain nombre de camarades remettent en cause le léninisme, la nécessité d’un parti, le socialisme.

Cette censure s’exerçant sur ceux qui pensaient différemment n’avait rien de personnel, même si elle a souvent été présentée comme telle avec des arguments ad nominem, c’était une censure politique, exercée sans que les militants en aient connaissance. Elle a été impitoyable, totale et a été accompagnée de propos mensongers, comme dans toutes les pratiques fractionnelles. Il s’agissait par son impitoyable et constant exercice sur plus de vingt ans de verrouiller toute réflexion marxiste et communiste dans ce qui aurait pu être défini comme le journal du parti communiste.

L’offensive a été coordonnée puisque à partir de Robert Hue l’Humanité pour des raisons que l’on a défini comme financières n’a plus été le journal du PCF et son mode de financement, de propriété est devenu et reste toujours opaque.

En ce qui concerne la ligne de ce journal, Patrick le Hyaric et son équipe ont utilisé à plein la campagne de la bourgeoisie contre l’URSS pour faire passer la marchandise du” totalitarisme”, pour créer un signe d’égalité entre nazisme et soviétisme … pour étendre leur censure, et pour faire croire qu’elle reflétait l’humanisme communiste contre les méchants dictateurs qu’étaient, selon eux, plus ou moins tous les régimes socialistes et mêmes tous ceux qui prétendaient offrir la moindre résistance à l’impérialisme…Il était aisé d’exercer leur censure contre ceux qui ne voulaient pas abandonner l’enfant avec l’eau du bain, puisque le travail était largement fait par la presse bourgeoise. Peu à peu, ce sont les intellectuels de cette presse qui ont été reconnus , encensés.

Comment aurait-on pu dans un tel contexte savoir l’apport du léninisme et même du marxisme?

Tout cela pour faire oublier que le léninisme c’est une stratégie qui donne à la politique une dimension scientifique, celle d’une approche de la réalité, d’une connaissance de celle-ci. La seule orientation qui ait fait ses preuves jusqu’ici, alors même que le PCF crève d’un manque de but et de stratégie, L’opération parallèle consiste à nier la nécessité du socialisme, l’étape historique où la classe ouvrière crée les conditions politiques, idéologiques, économiques du renversement du capital alors même que celui-ci continue à marquer la societé, les mentalités du millénaire d’emprise de la propriété privée. Pourtant elle s’avère indispensable, parce que le socialisme pose les tâches concrètes à accomplir en ce sens,. Avoir abandonné cette vision des nécessités de la destruction du capitalisme accroît notre rupture avec la classe ouvrière organisée avec la fin des cellules en particulier d’entreprise. IL y a on le voit convergence.

Avec Parick le Hyaric et d’autres comme Bernard Vasseur et Pierre Laurent, le trio, l’anticommunisme, la négation du marxisme a pris ses lettres de noblesse au sein d’un parti soumis à la social-démocratie et infiltré de toutes parts. Nier la manière dont Marx revendique la dictature du prolétariat comme sa véritable création théorique est un mensonge que même Kautsky n’aurait pas osé… Il faut des années d’absence de formation militante dans un contexte de négationnisme historique pour que cela puisse ne pas susciter un immense fou-rire.

Leur action sera jugée par l’histoire mais dès aujourd’hui alors que le capital dévoile de plus en plus ce qu’il est, le double visage de ceux qui s’affirment comme les héritiers du communisme tout en niant sa capacité à transformer ,en entretenant les illusions est de moins en moins crédible. Comment continuer à ne pas dire que d’un côté celui du capital il y a la mort, la fin de l’espèce et de l’autre, le socialisme il y a la coopération, la survie et l’aide réciproque ? Comment nier que tous ceux qui appartenant aux couches populaires, ont vécu le socialisme le regrettent? Comment nier le fait que face à la crise, la Chine, Cuba, le Vietnam sont différents ?

Pour poursuivre dans cette opération de négation du passé autant que du monde qui change autour de nous, il faut continuer à censurer, colmater les brèches . Et Patrick le Hyric s’active donc beaucoup pour essayer de sauver les meubles. Alors que les dirigeants du PCF, ceux qui ont partagé sa dérive, se taisent, lui s’active… Comme il l’a déjà fait quand a été découvert ce qu’il cachait à savoir le vote du parlement européen mettant sur le même plan communisme et nazisme il est monté au créneau pour faire le grand écart, dire sans dire et en maintenant les liens avec ceux qui votaient ce genre de résolution… Pour être très concret: savoir ce qu’était cette résolution, non seulement qui l’avait voté mais qui l’avait mis en oeuvre en Georgie sous la direction de la CIA et de l’OTAN, je veux parler de Rafael Glucksman, n’a jamais empêché l’Humanité d’assurer sa promotion y compris aux élections européennes.

C’est son problème, mais pas celui d’interdire tout autre expression sur les faits.

La réalité et un certain nombre de ceux qui n’ont pas renoncé les obligent à reparler du marxisme, ils tentent d’ériger un contre feu dérisoire.

Voici que Patrick le Hyaric récidive dans Russie Today. ON se demande pourquoi le directeur de l’humanité, qui a empêché la moindre publications sur le sujet dans son journal va tout à coup alimenter Russie Today, le journal officiel en langue française du gouvernement russe? Son interview est également conçu avec la proportion d’une alouette pour Lénine et un cheval pour dénoncer le totalitarisme stalinien. Bref pour remplir le contrat de l’UE cette ligne est la sienne, elle n’a jamais été discutée par personne et elle est l’œuvre de qui je l’ignore..

Personnellement je considère que quand jour après jour on a mené une telle ligne on n’est pas en position de dire qui est Lénine, et surtout pas au nom de l’Humanité, qui en Russie reste le journal du parti communiste et le faire en continuant à entretenir la confusion sur ce qu’est ce journal: parole officielle quand ça l’arrange et parole personnelle pour ne rendre des comptes à personne.

C’est une escroquerie de plus que de diffuser cet article… l’officine anti soviétique et anti socialisme en général que sous sa direction l’Humanité est souvent devenue avec quelques références toujours l’alouette qui veut faire croire que rien n’a changé, n’implique plus que Patrick Le Hyaric soit obligé de rendre des comptes aux lecteurs de l’Humanité, ce journal qui s’affirme désormais celui de la “gauche” et pas celui du parti communiste fait périodiquement appel aux lecteurs communistes … Ceux dont il assure la campagne y compris dans les dernières européennes, la promotion permanente, ne paraissent guère pressés d’assurer fonds et clientèles double visage du moins officiellement: double langage tel sont alors les articles du censeur en chef de toute pensée et dire communiste…

Que les bouches s’ouvrent et que le débat POLITIQUE ait lieu et que chacun s’explique… sans cela il n’y aura aucun espoir de survie…

CE QUE JE PENSE ET QUI M’A FAIT CHOISIR CETTE POSITION INDIVIDUELLLE

d’abord qu’elle ne doit être en aucun cas considéré comme un appel à quitter le PCF, au contraire… Mais je ne suis pas d’accord avec la manière dont le parti est pétrifié par une fraction battue au 38 e Congrès mais qui impose sa ligne sans possibilité de discussion dans l’Humanité, dans le secteur international, dans la préparation des 100 ans du part, etc… Qui empêche que la clarté se fasse sur des questions de fond comme l’UE, le socialisme, les nationalisations, nos relations avec les autres partis, l’iterprétatio du marxisme, la formation des militants, et… et qui bloque par son travail fractionnel toute la réflexion et l’activité du PCF en menaçant de scission…

je n’ai plus l’âge de subir leur répression et leurs stupidités… Je dois dire que voir Lénine censurés par le parti communiste et le journal l’Humanité est une expérience que je n’aurais jamais cru possible. Comme je n’aurais jamais cru possible une aussi risible émasculation du marxisme au titre de la formation des militants laissée il est vrai si longtemps en jachère.

Je pense que ces gens-là doivent être mis à leur place, celle où les responsabilités qu’ils prétendent assumer ne serviront pas un petit groupe à l’exclusion de tout autre. Cela ne nous menacerait d’aucune scission le pCF, parce que ce qui doit être exigé est le respect d’un travail collectif, la fin de constitution de féodalités confortables à l’intérieur du parti, la fin d’un fonctionnement d’instances collectives sous une forme fractionnelle voilà ce qui est cause et pas les opinions de tel ou tel . Il n’est pas demandé que les camarades renoncent à leurs opinions mais qu’il ne fasse pas de celles-ci la chasse gardée d’une poignée qui par copinerie exclue tout autre et exerce la censure. Si certains d’entre eux voulaient tenter l’aventure de la scission dans de telles conditions, il n’auraient pas d’appui et surtout pas d’accueil: le temps est passé où la social démocratie offrait des places d’élus et des sinécures… Il lui reste à peine assez de place pour tous les affamés de leurs camps… En matière de collaboration de classe il y a beaucoup de nécessiteux à récompenser…Donc quelqu’un qui est sénateur a besoin du parti pour conserver sa charge… il faut mettre au jour les questions financières, le nerf de la guerre..

Je ne suis pas en position d’agir en ce sens et alors que je viens d’atteindre ma quatre-vingt deuxième année, il faudrait donc je continue à subir tous les coups, sans la moindre protection parce que telles sont les mœurs actuelles du pCF ?

Faute d’une telle politique, ce qui s’est passé au 38 e congrès sera lettre morte et ils obtiendront ce qu’ils cherchent un parti comme les autres d’adhérents, pas de militants dont une fraction pourra devenir la roue de secours de la gauche dite plurielle ou d’un parti démocrate à l’américaine, le tout en s’affirmant plus rouge que rouge parce l’on se débarrasse du socialisme pour se croire sans effort dans le communisme ? On me dit d’avoir de la patience, d’attendre les échéances que sont les présidentielles,le Congrès du parti… Certes, mais je crois que nous sommes entrés dans une crise dont la pandémie n’est qu’un des signes annonciateurs qui doit poser clairement les problèmes et je ,nai aucun moyen pour pouvoir le faire entendre.

Il est clair qu’en ce qui me concerne ce choix de quitter le pCF est définitif, j’ai adhéré en 1956 et j’ai du le quitter en 2003, ce qui prouve une certaine constance. J’ai cru pouvoir le réintégrer en 2013 parce que l’espoir d’un changement existait par rapport à ce qui s’était passé avec Robert Hue et d’autres. J’espère que cet espoir existe toujours, mais en ce qui me concerne les conditions sont telles qu’il m’est impossible désormais d’accepter que la censure conduise à la trahison de ce que sera la célébration des 100 ans de ce parti. Si j’acceptais non seulement censure, insulte,mais désormais le ridicule de ce qui se passe, je ne trahirai pas que moi mais la plupart de ceux que j’ai connus en restant là et en assistant à ce qui se prépare.
Je ne renonce pas à être communiste, je ne renoncerai pas à rétablir ce que j’estime la vérité, je le ferai sur le plan politique et celui des faits en tant que témoin et en tant qu’intellectuelle au service de la cause d’émancipation que j’ai choisie et à laquelle je ne renonce pas. Une amie plus grande et plus importante dirigeante du PCF m’a récemment dit: pour mon équilibre physique et mental il vaut mieux que je n’ai plus rien à voir avec ces gens-là, elle voulait dire si je ne peux pas agir inutile de me détruire en contemplant, moi il me reste l’écriture et le témoignage,j ‘espère par ce texte avoir contribué à aider le journal l’humanité à être un peu plus la propriété de tous et pas d’un clan.

Danielle Bleitrach

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

…..” l’Humanité pour des raisons que l’on a défini comme financières n’a plus été le journal du PCF et son mode de financement, de propriété est devenu et reste toujours opaque” Et c’est ainsi et pour beaucoup de raisons, toutes éminemment politiques, que j’ai abandonné définitivement la lecture de l’Huma, moi, ancien CDH d’une section rurale qui diffusait de 100 à 110 HD par semaine avec mes camarades fraternels. Pour les gens autour de moi, je suis et reste un coco. Pour mes anciens camarades, je suis rien. Nada. Le néant. Le boulet est parfois difficile à tirer. Et un… Lire la suite »