Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

LE PCF EST UN FANTÔME IVRE DÉSHONORANT LA MÉMOIRE DE SON HISTOIRE, JE RENDS MA CARTE

OUI, ce qui s’est passé hier est inqualifiable : Tout ce qui m’a fait adhérer au parti a été bafoué depuis tant d’années… Mais là, il y a de l’indécrottable bêtise , ils ne voient même pas ce qui s’ouvre devant nous ou alors ils le voient et ce sont des flics.

Après ce qui s’est passé hier, l’incapacité de s’associer à la célébration de Lénine d’une manière digne, je quitte ce parti? Parce que ce fait clot une série de découvertes toutes plus amères les une que les autres sur la réalité de ce qu’est devenu le pCF. je ne peux plus ignorer qu’il s’agit dans sa direction d’une officine trotskiste soumise à la social démocratie et qui depuis pas mal de temps n’a cessé de détruire la mémoire de ses fondateurs, je ne peux plus cautionner ce qui s’y passe désormais.Ce qui définit ce trotskisme là c’est l’entrisme, l’anti-léninisme, la haine de l’uRSS et de tout socialisme réel… les pratique fractionnelles , leur art et la manière d’aller déposer leurs œufs au sein des partis, d’y développer le réformisme la rupture avec les travailleurs par des querelles abstraites… jusqu’à l’écœurement et la destruction de tout collectif, c’est un virus..

Il y a dans ce PCF des gens respectables, ceux qui ont impulsé le 38 ème congrès mais ils ont été littéralement submergé par tous ceux qui avaient pris l’habitude de se taire et de tout valider, tout y compris le soutien à Robert Ménard contre Cuba. Oui l’habitude de tout cautionner y compris les campagnes contre tout ce qui est communiste, socialiste dans le monde et au nom des droits de l’homme œuvrer contre l’humanité. Nous en étions là, à exercer la censure contre Lénine et les communistes pour mieux faire passer en contrebande toutes les idées reçues de la bourgeoisie y compris sous ses formes gauchistes de petit bourgeois . Un de plus que l’on prétendait étouffer sans procès parce qu’il n’y a effectivement personne de capable dans ce parti de se mesurer à Lénine, des tartufes seulement capables de taire son existence, de tenter de le sortir des mémoires, des bigots qui frôlent les murs et se signent quand on ose évoquer l’uRSS et dans la foulée tous les socialismes réels, ce qu’ils ont accompli.

Mais il ya pire : dans la situation de confinement où nous sommes, alors que le peuple français est malheureux et qu’il souffre, alors q’il est sensible aux rumeurs, à l’irrationnel, aux campagnes de haine, alors que la dimension de classe apparaît au grand jour et alors que les mensonges du capital sont de plus en plus remis en cause, fallait-il que les “dirigeants” de ce parti soient si médiocres si incapables de saisir la violence de ce que vit notre peuple, et que ces gens-là se déchirent en bons trotskistes entre chapelles dérisoires? Ce constat montre à quel point ils ne sont tous que les fils à papa d’un appareil que leurs caprices ont mené là, cela rend encore plus frappant le fait que ce soient les mêmes qui se montrent incapables de reconnaître la grandeur de Lénine…

Fallait-il qu’ils se montrent à ce point incapable de tenter d’explorer les chemins d’une autres société, ne pas savoir faire constater à notre peuple que les seuls qui font face, qui soignent, qui pratiquent l’internationalisme sont les communistes, pas eux non les vrais communistes ceux qui n’ont pas mis leur nombril et leurs petits arrangements à la place de l’Histoire… Il faut beaucoup de médiocrité pour ne pas voir cela ou alors être vendus… j’espère qu’ils sont vendus parce que s’ils agissent ainsi gratuitement c’est dommage pour eux.

Cela fait des mois que je vois la manière dont ces gens-là ont décidé de détruire l’espoir qui est né au 38 e congrès, l’art et la manière de retourner dans les ornières de la gauche plurielle. Ils trahissent ceux qui se battent dans les syndicats, dans les associations, d’autres qui attendaient au bord de la route, des jeunes qui éditaient des vidéos que je publiais, toute cette force que leurs imbéciles manoeuvres frappaient d’inertie… Toutes les initiatives étaient engluées dans l’incapacité à se penser dans autre chose que les pratiques de couloir des institutions. J’ai essayé de croire qu’il s’agissait de contraintes électorales, puis j’ai vu des “secteurs”, des bureaucrates qui se prennent pour des “penseurs” faire campagne à l’intérieur du parti pour leur boutique, alors même qu’un grand mouvement existait en France… Il y avait ça et là des communistes qui se conduisaient bien, étaient dans les luttes, je ne voulais voir que ça… Mais non il a fallu que les “dirigeants” continuent leurs manœuvres, aillent chercher leur points d’appui dans le PGE et continuent leurs pratiques stupides et criminelles parce que ceux qui avaient accepté le titre n’avaient plus la capacité de les arrêter… Nous étions la risée de tous les partis communistes du monde, ces gens là étaient au-dessous de tout.

Et dans cette logique venue d’en haut il n’y avait plus que propriété intellectuelle, celui-là de l’audience de son blog , l’autre d’une traduction, l’autre l’oeuvre de son papa, la convocation poing levée à la une de l’huma pour aller faire la peau à Polanski avec d’autres people comme canada dry du féminisme, l’un pour ou l’autre contre la chloroquine, ou encore résumant tout à un revenu universel, etc.. Tout le monde se foutait de leurs écrits mais il fallait encore qu’ils en soient à ces querelles dans lesquelles les intellectuels se perdent faute d’une espérance… Les rumeurs obscurantistes, les divisions de toutes sortes étaient en train d’offrir à l’extrême-droite ce terrain d’un peuple malheureux que nous désertions et tout ce monstrueux univers picrocholien se rassemblant autour de la négation de Lénine .

Je m’étais donné jusqu’à la fin du confinement pour prendre une décision parce que je ne pouvais pas accepter la trahison qu’allait être la célébration des cent ans du parti par une pareille bande, mais hier ce refus quasi unanime de l’Humanité de Patrick le hyarec à tous les “secteurs” du comité central, la bande de Pierre Laurent mais aussi les députés, le secrétaire national lui même tous refusant de célébrer Lénine, tandis que des imbéciles se racontaient des fadaises narcissiques… a été une journée de trop dans le constat que je ne pouvais pas trahir tous ceux que j’ai aimés,respectés et qui ont subi la torture, les camps de concentration, et qui ont été les héros d’une épopée, donc je rend ma carte du parti pour rester communiste.

Tant qu’il a s’agi de moi, de l’interdiction de parler de mes livres, de la censure immonde, des campagnes mensongères, des coups mêmes, j’ai tout subi avec l’idée que je ne voulais pas leur laisser le parti. Je dois dire que ceux qui sont restés sur la marge attendant que “je fasse le ménage” comme ils me le disaient portent à mes yeux une responsabilité aussi forte que les minables qui dirigent cette “chose” c’est pourquoi je ne les rejoindrai pas. Donc tant qu’il n’a s’agi que de moi j’ai tout accepté, mais là toute cohabitation est impossible.

Je n’irai nulle part ailleurs, ne tenterai aucune aventure groupusculaire et je continuerai à défendre ce que j’estime juste, le parti j’en reste de fait membre jusqu’à ma mort mais ils l’ont tué, ce n’est plus qu’un fantôme grandiose tous les jours déshonoré par des nains et hier ils ont tombé le masque de ce qu’ils étaient réellement, des liquidateurs comme les désignait Lénine. Oui celui qui a rendu possible la grande révolution d’octobre à la tête des peuples soviétiques, cette révolution sans laquelle aucune autre n’aurait été possible, l’auteur “d’impérialisme stade suprême du capitalisme”, nous y voici, est plus actuel que tous ces gens-là parce qu’il est à l’origine de ce qui continue à se développer, ce mouvement qui change l’ordre des choses existant, dénonce la misère,les guerres et donne sa chance à chaque individu pour s’accomplir… C’est ce qu’il m’a donné, une vie dont je lui dois ce qui en fait le prix… Un jour en se moquant quelqu’un a dit de moi: danielle Bleitrach est prête de tout accepter du communisme, du dirigeant de la Corée du nord au printemps marseillais, c’est un peu excessif mais il y a du vrai, je pensais que si nous conservions un but commun nos différences pourraient être une richesse.

En ce qui concerne le parti communiste français, il n’y a plus de but, plus de références… un processus d’autodestruction… Tout est interdit , de parler de planification,de nationalisation, de mettre en cause l’uE mais même de prononcer le mot socialisme, de l’envisager comme but, sinon c’est la scission… mais de qui se moque-t-on? Qu’un secrétaire national du PCf en s’interdise le mot socialisme comme but de notre action et se condamne à ne faire que référence qu’à “un vague idéal communiste”(celui sans doute qui rallume les étoiles”, ce qui ne mange pas de pain mais n’en garantit à personne), dit à quel point le contrôle de nos mémoires passe par celui de notre langage, l’imposition d’une novlangue qui draine notre pensée dans les eaux boueuses de l’impossible action… la honte de ce que nous avons été et la rupture avec tout ce qui se réalise parce que qu’on le veuille ou nom il n’y a jamais eu de révolution dans la durée, une révolution socialiste que Léniniste…

Il existe de par le monde d’autres partis dans lesquels je me reconnais, je reste membre de cette internationale là et je continuerai dans mon blog à vous en parler, cette internationale dont les textes ne sont plus signés par l’officine trotskiste avec quelques îlots respectables qu’est désormais le pauvre parti communiste français qui n’est plus que d’avoir été.

A mon tour de dire faites le ménage dans cette pétaudière, rendez-nous des dirigeants dignes de ce nom et on verra…

Danelle Bleitrach

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
7 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Ce qui est sûr c’est que tu es communiste camarade, je ne te dirai pas de venir au PRCF puisque tu dis ne vouloir aller aucune part ailleurs,mais il peut y avoir des occasions de rassembler les communistes (les vrais) à des dates marquantes bien sûr comme la célébration du centenaire du PCF mais plus proche le 15 émé anniversaire du NON à la constitution de l’UE le 29 mai,le PRCF prépare une initiative.Le déconfinement devrait libérer la colère du peuple et les communistes devront être présent.Permets moi de transmettre mes sincères amitiés fraternelles Gabriel

Le délitement, l’automutilation du parti était depuis longtemps perceptible. Je n’ai pas eu ta patience, Danielle, j’espérais que tu tiendrais le coup jusqu’au bout, chose que je n’ai pas su faire lorsque j’ai découvert combines, magouilles, et trahisons dans ma fédé, il y a déjà plus de 10 ans. Ces comportements de petits despotes sont indignes du PARTI que j’ai eu l’honneur de servir, du temps où ces dirigeants étaient des hommes d’honneur. No comment. Pour recoller les morceaux, il faudra beaucoup de temps et d’abnégation. Et de vraies convictions. Courage, chère Danielle. Et donne nous au moins et pour… Lire la suite »

Pedrito a la bonne formule, difficile de “tenir le coup jusqu’au bout”… en fait difficile de tenir le coup dans ce parti qu’une longue suite de dirigeants a patiemment, systématiquement, coupé de son histoire, de ses militants et du monde ouvrier. Difficile de vivre son délitement et l’autophobie communiste comme la nomme Losurdo… Et pourtant… difficile de tenir le coup jusqu’au bout ? Mais quel bout ? La seule vérité, c’est de tenir ou pas ! Soit on cède à la difficulté, soit on se relève après chaque coup, et on “recolle” un morceau, l’un après l’autre, avec la main… Lire la suite »

Je suis totalement d’accord avec ce commentaire. J’ai fait l’erreur de le quitter en 1987 voyant poindre ce qui allait suivre.
En quittant le bateau, comme bien d’autres, nous avons laissé la voie libre à ceux qui l’ont détruit ou presque.
Cette fois-ci je tenterai d’aller jusqu’au bout.

Quel bout? Effectivement, matière à disserter. Vaste sujet, pourtant bien simple, façon de parler…Jusqu’au bout, pour moi, comme tu peux l’imaginer, Pam, c’était espérer de toute ma conviction intacte le jour où une majorité , une avant-garde, finirait par secouer le cocotier, pour rendre au Parti de la classe ouvrière sa couleur, et par là-même son rôle moteur. C’est pourquoi j’admire la battante exceptionnelle qu’est et restera Danielle et je soutiens mordicus son combat. En espérant malgré tout que quelque chose finira bien par se produire, dussent ses fossoyeurs quitter Fabien pour fonder leur boutique. Au moins, on y verrait… Lire la suite »