Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La population supporte le fardeau des dépenses militaires croissantes

La campagne menée aujourd’hui contre la Chine par les Etats-Unis de Trump et la France de Macron doit être mise en regard avec les choix d’armement prioritaires de ces deux pays et le coût d’une telle politique sur leur capacité à lutter contre une épidémie… Faire surenchérir les médias dans une campagne d’hostilité face à un adversaire qui ne les menace pas est la seule manière que ces pays ont trouvé pour ne rien changer à leur folie guerrière (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et societe)

Colonne: ÉconomieRégion: USA dans le monde

Une étude récente réalisée par Forecast International souligne que les dépenses militaires mondiales ont globalement augmenté de plus de 13% au cours des cinq dernières années: de 1451 milliards de dollars en 2015 à 1642 milliards de dollars en 2019. Les plus grands dépensiers pour la défense l’année dernière étaient les pays d’Amérique du Nord (43%), Asie (24%) et Europe (15%). Les dépenses de défense devraient augmenter en moyenne de 3% chaque année au cours des cinq prochaines années, pour atteindre 1907 milliards de dollars d’ici 2024. À ce rythme, il y aura une augmentation de 31,4% d’ici la fin de la décennie. Parallèlement à la croissance des dépenses militaires, les importations d’armes sont également en hausse dans un certain nombre de régions, ce qui pourrait avoir des conséquences dramatiques sur la sécurité à court terme.

Selon l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm ( SIPRI), les États-Unis dominent le marché des armes, devant la Russie, la France, l’Allemagne et la Chine, et l’écart entre les États-Unis et les autres exportateurs d’armes se creuse. La part totale des États-Unis dans les exportations mondiales d’armes lourdes était de 36%, ce qui fait facilement de l’Amérique le plus grand exportateur de cette industrie. En dehors de cela, les exportations d’armes de Washington ont augmenté de 23% entre 2015 et 2019 par rapport à 2004-2008, affirmant davantage la domination américaine dans les ventes d’armes. Entre autres choses, les États-Unis bénéficient de la forte demande d’armes au Moyen-Orient. Les importations d’armes ont augmenté de 61% au cours des cinq dernières années au Moyen-Orient en raison des conflits qui sévissent dans la région. La moitié des exportations d’armes américaines au cours des cinq dernières années sont allées au Moyen-Orient, et la moitié de celles-ci à l’Arabie saoudite. Les États-Unis exportent des armes vers un total de 96 pays à travers le monde.

Le plus grand exportateur d’armes de l’UE est la France. Au cours des cinq dernières années, les exportations d’armes françaises ont atteint leur plus haut niveau sur une période de cinq ans depuis 1990. Au cours de cette période de cinq ans, les exportations mondiales d’armes françaises ont augmenté de 72% grâce aux accords majeurs conclus avec l’Égypte, le Qatar et l’Inde.

L’Arabie saoudite augmente ses importations d’armes. Malgré le fait que l’Allemagne ait cessé de fournir des armes au pays, ses importations d’armes majeures ont augmenté de 130% par rapport à la période quinquennale précédente. Le ministre saoudien des Affaires étrangères, Faisal bin Farhan Al Saud, a déclaré que l’Arabie saoudite achètera les armes dont elle a besoin partout où elle pourra les obtenir. Cela implique principalement de conclure des accords avec les États-Unis, mais inclut également des accords avec le Royaume-Uni et la France.

En conséquence, les pays du Moyen-Orient sont maintenant une région totalement militarisée. Israël arrive en tête du classement régional en tant qu’État le plus militarisé. Sur une population d’environ neuf millions d’habitants, 169 000 soldats et 465 000 réservistes servent dans les Forces de défense israéliennes (FDI), tandis que 4,3% du PIB israélien sont consacrés à la défense!

Les membres européens de l’OTAN continuent de s’armer, en particulier les États baltes et les pays d’Europe de l’Est, qui le font en entretenant des tensions croissantes avec la Russie. Par exemple, la Lettonie et la Lituanie s’arment activement, car leur part du PIB consacrée à la défense (charge militaire) est passée de 1,7% à 2%. La militarisation bat également son plein en Ukraine, pays qui souffre d’importantes turbulences financières et économiques en raison de sa propre mauvaise gestion, et où le défaut de paiement a même été déclaré inévitable par de nombreux politiciens. Le pays a augmenté son budget de défense de 21% en 2019, pour un total de 4,4 milliards de dollars.

Le monde ne devient malheureusement pas un endroit plus sûr, mais ce n’est pas la seule raison pour laquelle ces dépenses de défense injustifiées et cette course aux armements sont particulièrement préoccupantes aujourd’hui. Au contraire, c’est cette militarisation excessive dans certains pays qui alimente leur volonté de mettre à l’épreuve de nouvelles armes, ce qui ne fait que multiplier les conflits armés.

La situation actuelle est une autre cause très importante de préoccupation au sein de la communauté internationale, car la lutte contre la pandémie de coronavirus a montré que les gens ordinaires paient désormais le prix de la course que Washington mène en matière de dépenses de défense, alimentée par la faim des États-Unis. des lobbyistes militaires et industriels pour générer de plus en plus de profits, principalement en réduisant le budget des secteurs socialement importants, y compris les soins de santé, en sacrifiant les besoins fondamentaux des gens. La machine de propagande américaine produit des histoires d’horreur sur des menaces présumées provenant de la Russie, de la Chine, de la Corée du Nord ou de l’Iran dans une tentative éhontée de pétrifier les gens dans de nombreux pays qui se trouvent dans la sphère d’influence de Washington et de persuader ces pays d’allouer des budgets énormes pour défense, l’armée et l’industrie de la défense. Ces pays réagissent en achetant de plus en plus d’armes pour protéger leurs intérêts stratégiques et économiques. Cependant, selon l’analyse du SIPRI, les dépenses militaires de la Russie ont chuté en l’espace de deux ans, passant de 82,6 milliards USD en 2016 à 64,2 milliards USD en 2018! Les statistiques déprimantes sur les décès par coronavirus montrent malheureusement que les pays, y compris les États-Unis, qui ont dépensé d’énormes sommes d’argent pour la défense ne gagnent pas la lutte contre la pandémie – bien au contraire, ils souffrent le plus.

De plus, personne ne va attaquer les États-Unis ou les pays de l’OTAN au milieu de la pandémie de coronavirus. Au contraire, la Chine et la Russie, qui figurent en tête de liste des «adversaires potentiels» du Pentagone, ont en effet fourni une aide très substantielle à l’UE, aux États-Unis et à plusieurs autres régions du monde dans la lutte contre Covid-19. Il s’avère que le vaste potentiel des armes sur lesquelles l’argent a été dépensé est inutile dans la lutte contre la menace objective à laquelle les pays sont confrontés, qui est une épidémie, pas un des mythes ou des histoires d’horreur de Washington.

Selon Reuters , les autorités américaines ont complètement épuisé le stock stratégique national américain d’équipements de protection individuelle dans la lutte contre le nouveau coronavirus, ce qui place ce pays dans une position où il a essentiellement du mal à survivre. Selon des sources officielles, la Federal Emergency Management Agency (FEMA) des États-Unis se bat pour répondre à la demande urgente de masques de protection, de respirateurs, de gants chirurgicaux et de blouses, et a commencé à les chercher à l’étranger. Dans le même temps, la FEMA envisage principalement d’importer des fournitures de Malaisie et de Chine de tous les pays, qui est officiellement répertorié comme un adversaire potentiel dans la stratégie de sécurité nationale des États-Unis!

Dans ces circonstances, on ne peut guère être surpris par les données compilées par l’Université Johns Hopkins et publiées le 2 avril, qui ont enregistré plus de 1 200 décès aux États-Unis ce jour-là sur la base de rapports des autorités américaines, de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). ) et d’autres sources officielles sur la propagation de la pandémie de coronavirus. Il s’agit du nombre de décès le plus élevé enregistré en une journée depuis le début de l’épidémie mondiale! Globalement, Covid-19 a déjà coûté la vie à plus de 3 800 personnes aux États-Unis et 3 500 en France (qui est devenue le plus grand exportateur d’armes de l’UE). Ces deux pays ont dépassé la Chine avec ses 3 300 décès liés à Covid-19.

Comme indiqué dans le quotidien Turkish Daily Sabah , la crise des coronavirus a miné trois piliers clés de la puissance mondiale de l’Amérique. La qualité de la gouvernance dont les États-Unis ont fait preuve dans leur politique intérieure, leur vision stratégique qui avait des avantages mondiaux et la capacité de l’Amérique à diriger le monde dans la gestion des crises et la résolution de problèmes appartiennent désormais au passé.

Pendant la crise des coronavirus, le système de santé aux États-Unis et dans de nombreux pays occidentaux s’est révélé être dangereuse. «De nombreux patients n’ont pas les moyens de se faire soigner. Les citoyens américains ont peur de leur système de santé. La réaction politique n’a pas été systématique », écrit le journal allemand Handelsblatt .

Nous devons donc nous demander si nous devons vraiment dépenser un montant aussi injustifié en armes lorsque nous sommes confrontés à d’autres menaces réelles, dont les plus graves sont les pandémies mondiales, le changement climatique et la faim dans le monde.

Vladimir Platov, expert du Moyen-Orient, exclusivement pour le magazine en ligne « New Eastern Outlook ».

https://journal-neo.org/2020/04/09/the-public-bears-the-burden-of-growing-military-expenditure/

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments