Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

L’héritage idéologique de Lénine et la lutte des travailleurs pour le socialisme au XXIe siècle

Il me semble que ce rapport du jubilé par le KPRF constitue une contribution d’une grande valeur pour l’avancement du socialisme et du communisme.

Hervé Fuyet

Rapport du jubilé par le président du CC du KPRF Gennady Zyuganov lors de la 10ème session plénière du Comité Central du Parti.

La durée de vie des grandes idées se mesure en siècles et en millénaires. Répondant aux aspirations des gens ordinaires, elles se perpétuent parmi les masses et les inspirent dans la lutte pour la construction d’un monde nouveau et juste. C’est pourquoi les idées de Lénine continuent à vivre et à triompher.

Bientôt 150 ans se seront écoulés depuis la naissance de Vladimir Lénine. Il nous incombe de nous souvenir de son héritage, de l’étudier en profondeur et de l’appliquer énergiquement et correctement dans les conditions modernes.

Aller de l’avant, évoluer avec son temps

Dans les heures les plus sombres de l’histoire, avant l’aube, le génie de Lénine a brillé pour éclairer la nouvelle voie de développement de l’humanité. C’est arrivé lorsque le capitalisme s’est étendu au monde entier. Il a divisé les continents en colonies et a établi un système sophistiqué d’exploitation des personnes et des ressources. Les défenseurs zélés du capitalisme le saluaient déjà comme le triomphe de la raison, le proclamant comme la seule voie possible de développement. Mais les bienfaits de ce système n’ont profité qu’à une poignée de capitalistes. Cherchant à s’enrichir, il a condamné les masses populaires à la pauvreté et à la privation de droits, et les a utilisées comme chair à canon.

Au tournant des XIXème et XXème siècles, le capitalisme entrait dans la phase de l’impérialisme. Les grandes puissances ont commencé à rediviser la planète. Elles n’ont pas seulement déclenché des conflits locaux. Des millions de personnes sont mortes pendant la Première Guerre mondiale, sacrifiées au Moloch de l’avidité et de la soif de gain.

C’est à cette époque que le monde a entendu parler de Lénine. Ses slogans immortels – Paix aux peuples ! Du pain pour les affamés ! La terre aux paysans ! Les usines aux travailleurs ! Le pouvoir aux Soviétiques ! sonnent comme un clairon pour les ouvriers qui transpirent et se fatiguent dans les champs, les usines et les mines. Le léninisme leur a donné l’espoir de se débarrasser de la souffrance, d’avoir une vie décente et heureuse.

Le génie de Lénine n’était pas un accident. Le fondateur du bolchevisme n’était ni un philosophe solitaire, ni un surhomme debout sur un piédestal au-dessus de la foule. Bien au contraire, il a consacré sa vie à servir les travailleurs, les libérant des chaînes de l’oppression, de l’ignorance et du manque de foi en leur force. Comme l’a écrit Vladimir Maïakovski,

« Il s’est montré tendre envers ses camarades.
Il était dur comme le fer envers ses ennemis
. »

Profondément convaincu du vaste potentiel des masses populaires, Lénine ne s’est jamais éloigné des travailleurs ordinaires. Il entretenait des liens étroits avec eux, s’inspirant de leur lutte et de leurs efforts créatifs.

Lénine étudia en profondeur et développa le grand héritage théorique de Marx et Engels. En même temps, il était un organisateur de talent, un révolutionnaire et le fondateur d’un nouveau type d’État, le premier État socialiste du monde. Comme l’a écrit l’éminent révolutionnaire chinois Sun Yatsen, « au cours des siècles de l’histoire du monde, il y a eu des milliers de dirigeants et d’érudits avec de belles paroles sur les lèvres, des paroles qui n’ont jamais été mises en pratique. Vous, Lénine, êtes une exception. Vous n’avez pas seulement parlé et enseigné, mais vous avez mis vos paroles en pratique, vous avez créé un nouveau pays. Vous nous avez montré la voie ».

Ces mots ont un noyau particulièrement important. Le marxisme-léninisme n’est pas un ensemble de dogmes et de prescriptions pour toutes les situations de la vie. Penser ainsi, c’est commettre une erreur, c’est transformer un enseignement de génie en une sorte de culte religieux. Lénine lui-même a souligné que la doctrine communiste n’est pas tant un ensemble de dispositions qu’une méthode d’analyse de la réalité. Le marxisme est un système scientifique cohérent. Il combine des points de vue philosophiques, économiques, sociopolitiques qui servent d’instruments de connaissance et de transformation du monde. « Appliquer la dialectique matérialiste pour retravailler toute l’économie politique, de ses fondements à l’histoire, aux sciences naturelles, à la philosophie, à la politique et aux tactiques de la classe ouvrière – c’est ce qui intéresse le plus Marx et Engels, c’est leur contribution la plus essentielle et la plus récente, c’est leur trait de génie dans l’histoire de la pensée révolutionnaire ». C’est ainsi que Lénine a défini l’essence du marxisme. Il a été guidé par cela toute sa vie. Pendant la lutte contre le marxisme légal, l’économisme et le menchevisme ; lors de la création du parti de la classe ouvrière, le RSDLP ; en exposant les révisionnistes de la Seconde Internationale ; en avril 1917, lorsqu’il soulève la question de la révolution socialiste en Russie.

Comprendre le marxisme comme un guide d’action est ce qui a fait de Lénine un grand penseur et un leader populaire. Le résultat de son approche créative fut le bolchevisme. « Nous ne considérons nullement la théorie de Marx comme quelque chose de complet et d’intouchable, a-t-il souligné, au contraire, nous sommes convaincus qu’elle n’a fait que poser les pierres angulaires de la science que les socialistes doivent faire avancer dans toutes les directions s’ils veulent se tenir au courant de la vie ».

Lénine nous donne l’exemple d’une approche approfondie de chaque sujet. Pour s’attaquer à n’importe quel problème, Lénine a commencé par étudier toutes les sources disponibles. Lors de la rédaction de son ouvrage “Le développement du capitalisme en Russie“, il a fait 583 références à diverses sources. Les notes préparatoires à “L’impérialisme, stade suprême du capitalisme“, comptent près de 800 pages.

Nadezhda Krupskaya s’en souvient : « Lorsque nous vivions à Londres en 1902-1903, Vladimir Ilyich (Lénine) passait la moitié de son temps au British Museum qui possède une très grande bibliothèque ». Dans une lettre de 1916 à sa mère, Lénine écrit : « Nous vivons actuellement à Zurich. Nous sommes venus ici pour étudier dans les bibliothèques locales ».

La sphère d’intérêt de Lénine ne se limitait pas aux problèmes sociaux. Ainsi, les découvertes dans le domaine de la physique l’ont incité à écrire son livre Matérialisme et empirio-criticisme. Lénine considérait les réalisations des sciences naturelles comme le début d’une révolution scientifique grandiose. Il leur fournit une base philosophique et développa la doctrine du matérialisme dialectique, démolit les théories bourgeoises du machisme, du pragmatisme et donna un brillant exemple du développement créatif de Marx.

Un communiste doit être un fervent adepte du matérialisme dialectique et historique. C’est pourquoi les congrès du KPRF et les sessions plénières de son Comité central procèdent à une analyse approfondie des tendances modernes, étudient leur dynamique et l’alignement des forces de classe. Si nous voulons réussir et diriger les masses, nous devons déployer des efforts laborieux. Notre tâche immédiate est de suivre la méthode dialectique, de développer le marxisme-léninisme et, sur cette base, d’arriver à des conclusions pratiques. Sans cela, nous ne pouvons pas assurer la victoire des travailleurs.

Nombreux sont ceux qui, dans le mouvement de gauche, rejettent le bagage théorique et pratique des précédents combattants du socialisme. Nous entendons toutes sortes de choses de la part des adeptes de divers pseudo-socialismes. C’est souvent le résultat d’une incapacité ou d’une réticence à maîtriser notre théorie dans toute sa profondeur. C’est à ces personnes que Lénine s’est adressé en 1920 lors du troisième congrès de la Ligue de la jeunesse communiste de Russie : « Vous ne pouvez devenir communiste que lorsque vous avez enrichi votre mémoire de la connaissance de toutes les richesses élaborées par l’humanité ». Aujourd’hui, les propres idées de Lénine font partie du trésor intellectuel de l’humanité. Elles occupent une place centrale dans la vie politique du monde moderne.

Le mondialisme : forme moderne d’impérialisme

Alors que nous célébrons le 150ème anniversaire de la naissance de Lénine, nous devons mettre en lumière les éléments les plus importants de son grand héritage idéologique.

Tout d’abord, l’enseignement sur l’impérialisme. Joseph Staline l’a formulé de manière très précise : « Le léninisme est le marxisme de l’époque de l’impérialisme et de la révolution prolétarienne ». En analysant les tendances du développement du capitalisme, Lénine est arrivé à la conclusion que celui-ci était entré dans sa plus haute et dernière étape. Il a identifié les principales caractéristiques de l’impérialisme :

- l’émergence de monopoles qui jouent le rôle clé dans l’économie ;

- l’émergence du capital financier et de l’oligarchie financière ;

- la priorité de l’exportation des capitaux sur l’exportation des marchandises ;

- la formation d’alliances monopolistiques de capitalistes qui divisent le monde ;

- la division territoriale finale du monde entre les plus grandes puissances.

Comme le soulignait Lénine, la concentration de la production sociale entre les mains des monopoles ne supprime pas les contradictions capitalistes. Des conflits apparaissent à l’intérieur des États et sur la scène mondiale. Les crises économiques deviennent de plus en plus profondes et destructrices. Les contradictions entre le travail et le capital se font plus aiguës. Les monopoles exploitent et ruinent non seulement les travailleurs, mais aussi les paysans et la petite bourgeoisie.

La thèse de Lénine sur la réaction croissante sous l’impérialisme est très pertinente aujourd’hui. Le capitalisme monopoliste établit sa dictature. Il opprime le mouvement ouvrier et démocratique et supprime les droits et les libertés. Les patrons des monopoles cherchent des annexions et contestent l’indépendance nationale. Lénine l’a appelé le pivot « de la démocratie à la réaction politique » et a souligné que dans la politique étrangère comme dans la politique intérieure, l’impérialisme cherche à violer la démocratie et à promouvoir la réaction. En ce sens, il est incontestable que l’impérialisme est une négation de la démocratie en général.

Tout aussi pertinentes sont les paroles de Lénine selon lesquelles l’impérialisme apporte à la classe ouvrière une intensification sans précédent de la lutte des classes, de la pauvreté, du chômage, des prix élevés, de l’oppression par les trusts, du militarisme et de la réaction politique qui se manifeste dans tous les pays, même les plus libres.

Dans ces conditions, tout discours sur la “liberté” et la “démocratie” n’a qu’un seul but : distraire et tromper les masses populaires. En réalité, comme Lénine ne se lassait pas de le souligner, le capital financier et les monopoles « apportent partout la domination et non la liberté ».

La recherche du profit par les oligarques et l’approfondissement des contradictions sous l’impérialisme conduisent à des conflits militaires dévastateurs et à des guerres mondiales. Affaiblies et divisées par la réaction, les couches démocratiques sont souvent incapables d’arrêter les agissements des bellicistes criminels. Pour parvenir à l’unité, il faut une force prolétarienne de base.

La découverte de Lénine n’a rien perdu de sa pertinence aujourd’hui : les caractéristiques de l’impérialisme n’ont pas disparu et la mondialisation a mis en évidence toutes les contradictions. Ainsi, la concentration, entre les mains des monopoles, des moyens de production, des sources de matières premières, des transports, des communications, des découvertes scientifiques et techniques et des travailleurs qualifiés et des ingénieurs a atteint un niveau sans précédent. Cinq cents entreprises dominent l’économie américaine, dont la moitié possède des actifs dans cinq secteurs ou plus. Elles emploient 20 % de la main-d’œuvre totale et réalisent 60 % des bénéfices.

En 2020, les fusions et les rachats représentent 4.000 milliards de dollars. Le groupe pétrolier et gazier américain Chevron a racheté la société Anadarco pour devenir le deuxième plus grand groupe mondial après Exxon Mobil. La fusion du conglomérat américain United Technologies avec la société Raytheon a créé un géant industriel militaire qui contrôle la production de moteurs d’avion, d’hélicoptères, de missiles de croisière, de systèmes de défense aérienne et d’autres armements.

En Russie aussi, les fusions et les rachats représentent des milliards de dollars. Ainsi, la banque VTB a racheté la chaîne de magasins Magnit. La société gazière de Leonid Mikhelson, NOVATEK, a racheté Severneft-Urengoy Geotransgas, Urengoy Gas Company et plusieurs autres.

L’impérialisme mondial renforce le rôle des sociétés transnationales. Une grande entreprise est aujourd’hui un complexe multisectoriel complexe de structures de production, de commerce, de finance et d’investissement. Grâce à un réseau d’entrepreneurs et de sous-traitants, elle est liée à une multitude de petites et moyennes entreprises qui ne peuvent être qualifiées d’indépendantes que de loin. En étendant la production à différents pays, la société mère fait naître une multitude de succursales. Mais le centre de décision de ce conglomérat international reste le siège principal.

Les STN sont bien plus efficaces que les autres entreprises. Elles sont en mesure d’éviter les barrières douanières, d’accumuler des capitaux dans les zones les plus rentables et d’allouer des ressources massives à la R/D.

La capitalisation des principales STN dépasse le PNB de la plupart des pays. Elles contrôlent plus de la moitié de la production industrielle mondiale, plus de 60 % du commerce mondial, plus de 80 % de l’ensemble des brevets et licences de nouvelles technologies.

Comme le soulignait Lénine, la domination des STN dans le monde est assurée par l’exportation de capitaux. Les investissements étrangers directs ont été multipliés par 20 entre 1982 et 2006, 90 % d’entre eux provenant des STN. Un pour cent des plus grandes entreprises contrôlent 50 % de tous les investissements étrangers.

Seule une petite partie de l’économie mondiale fonctionne dans un environnement de marché libre. Les prix de transfert interne sont fixés par les entreprises. En général, les STN fonctionnent strictement selon un plan, ce qui garantit le succès. C’est d’ailleurs la planification qui a offert des avantages concurrentiels à l’Union soviétique. Le fondateur de la société japonaise THK Hirosi Teramachi a écrit : « En 1939, vous les Russes étiez intelligents et nous les Japonais étions stupides. En 1949, vous êtes devenus plus intelligents alors que nous étions encore des imbéciles. En 1955, nous sommes devenus plus intelligents et vous êtes devenus des enfants de cinq ans. Tout notre système économique est une copie conforme du vôtre. Toutes nos entreprises affichent vos slogans de l’ère stalinienne. ».

Contrairement à ce que disent les démagogues, la mondialisation n’a pas changé la nature du capitalisme. L’ouvrage de Lénine qui a fait date, “L’impérialisme, stade suprême du capitalisme“, est prophétique. Il explique le monde moderne encore plus qu’il n’explique le monde de 1916.

Les meilleurs cerveaux de notre temps arrivent à la conclusion que le colonialisme économique et politique n’a pas disparu. Il est plus sophistiqué et plus dur qu’au XXème siècle. L’attaque contre la souveraineté des États se poursuit. Le mouvement de libération nationale est réprimé. La diversité culturelle est supplantée par la culture de l’ersatz de consommation. Comme l’écrit William Robinson, la mondialisation supplante l’État-nation comme principe essentiel de la vie sociale sous le capitalisme.

L’économie mondiale devient une économie transnationale. Les idéologues libéraux voudraient nous faire croire que ce processus n’est pas lié au capitalisme et parlent d’une réalité “post-capitaliste”. Mais, comme le fait remarquer le chercheur britannique Barry Jones, la mondialisation est le stade le plus élevé de l’intégration capitaliste de l’économie mondiale. Et ses collègues ajoutent que les relations capitalistes s’étendent et s’approfondissent pour englober les domaines toujours plus nombreux de l’activité humaine.

Soyons clairs : si la mondialisation reflète des processus objectifs d’intégration des pays et des peuples, le mondialisme est la forme moderne de l’impérialisme qui étouffe le monde dans son étreinte.

Les fraudeurs et les voleurs

La base idéologique du mondialisme est le néo-libéralisme. Lors de la 9ème session plénière du CC du KPRF en octobre 2019, nous avons rappelé que son père fondateur est considéré comme étant Friedrich Hayek, économiste et philosophe autrichien et un anticommuniste farouche. Ses idées sont un croisement entre le fascisme, le racisme social et la théorie colonialiste de l’expansion mondiale du capital. L’élève de Hayek, Freedman, a transformé l’université de Chicago en une usine de néo-libéraux. Ses diplômés étaient des collègues et des conseillers de l’homme fort indonésien Suharto, du général chilien Pinochet et de l’usurpateur russe Eltsine.

L’école de Chicago a donné la forme finale au programme néo-libéral. Ses principes clés sont le retrait de l’État de l’économie, une privatisation totale, la liberté totale du commerce, une réduction des dépenses sociales et la saisie de tous les secteurs par l’économie privée. En politique, le néo-libéralisme cherche à détruire la souveraineté nationale et à consolider le pouvoir du capital mondial pour semer le “chaos géré” comme moyen d’établir un nouvel ordre mondial, le tout sous le couvert d’une “société ouverte”. L’État se voit confier le rôle de gardien des intérêts du capital contre ceux du peuple. Comme nous l’avons souligné dans les documents du dernier plénum du CC, « Tout en héritant formellement des slogans de la liberté d’expression et des élections démocratiques, le néolibéralisme exclut l’expression d’une réelle volonté populaire. Il ne reconnaît que le pouvoir total du capital, le droit pour les riches de s’enrichir et de tous les autres de s’appauvrir et de mener une maigre existence ».

La nature du néo-libéralisme écrase en mille morceaux les théories lénifiantes de “l’humanisation du capitalisme”. L’appauvrissement des travailleurs, les inégalités et les injustices croissantes, la violence et la réaction dans tous les domaines – tout cela correspond à la description du capitalisme de Lénine. Le philosophe marxiste occidental David Harvey note des méthodes du capitalisme telles que l’usage de la force, la fraude, les pratiques prédatrices et le pillage.

Il existe une multitude d’exemples qui justifient son évaluation. Le nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde ne cesse d’augmenter. Selon le rapport des Nations unies sur la sécurité alimentaire de juillet 2019, 821 millions de personnes souffrent de la faim et le nombre de personnes sous-alimentées a atteint deux milliards. La pauvreté, la faim et le manque de soins de santé accessibles portent leurs fruits. Cinq millions d’enfants meurent chaque année avant d’atteindre l’âge de cinq ans. Deux milliards de personnes n’ont pas accès à l’eau potable. L’ONU admet que l’objectif d’élimination de l’extrême pauvreté ne sera pas atteint d’ici 2030.

Le rapport sur l’inégalité dans le monde, présenté par une équipe dirigée par Thomas Picketty et Facundo Alvaredo, indique qu’au cours des 30 dernières années, les inégalités de revenus ont augmenté dans presque tous les pays. C’est en Russie, aux États-Unis et dans les pays asiatiques que la croissance a été la plus rapide. La raison en est l’effondrement de l’URSS et l’avènement du néo-libéralisme. Les grandes entreprises, bien sûr, en ont profité. La privatisation à grande échelle, la modification du système fiscal, l’accès plus difficile à l’éducation et la réduction des programmes sociaux ont fait leur travail. Cinquante pour cent des pauvres du monde gagnent la moitié du revenu de 1 % des riches du monde. Et le fossé ne cesse de se creuser.

L’ancienne communauté socialiste connaît un clivage dramatique. En Russie, la part des revenus des dix pour cent les plus riches est passée de 20 à 55 pour cent, ce qui est l’un des indicateurs les plus élevés au monde.

Dans les années 1990, le prix Nobel Joseph Stieglitz a attesté : « Peu après mon arrivée à la Banque mondiale, j’ai commencé à me pencher sur ce qui se passait et sur les stratégies. Lorsque j’ai fait part de mes préoccupations sur l’état des choses, un économiste de la Banque mondiale qui a joué un rôle clé dans la privatisation s’y est opposé avec véhémence. Il a cité des voitures Mercedes bloquées dans la circulation à Moscou et des magasins remplis de produits de luxe. J’ai concédé que de nombreux Russes étaient devenus si riches qu’ils provoquaient des embouteillages et créaient une demande pour les chaussures Gucci. Mais les embouteillages causés par les voitures Mercedes dans un pays où le revenu par habitant est de 4730 dollars (1997) sont un signe de malaise et non de santé. ». Cela montre clairement que la richesse de la société est concentrée dans les mains de quelques-uns et non pas répartie entre la majorité.

Le tableau est encore plus frappant si l’on considère non pas les revenus, mais la propriété de la richesse nationale. Selon le rapport annuel du Credit Suisse sur la richesse mondiale, la moitié de la richesse de la planète est détenue par 1 % de super-riches.

Cela n’est pas surprenant si l’on considère qu’après 2010, la richesse totale des milliardaires a augmenté au rythme de 13 % par an, soit six fois plus vite que les revenus des salariés. Après 1980, presque tous les pays, qu’ils soient riches ou en développement, ont connu un flux massif de propriété de l’État vers le secteur privé, expliquent les auteurs du rapport sur l’inégalité dans le monde. Ainsi, la pratique néo-libérale fait des grandes entreprises les bénéficiaires.

En Russie, les 10 % de personnes aisées ont capté 83 % de la richesse totale de l’ensemble des ménages. En 2019, le nombre de milliardaires dans le pays est passé de 74 à 110 et celui des millionnaires, de 172.000 à 246.000. Vingt-trois des oligarques russes les plus riches se sont enrichis de 53 milliards de dollars.

Contrairement à ceux qui figurent sur la liste de Forbes, les Russes ordinaires continuent de s’appauvrir. Leurs revenus réels n’ont cessé de diminuer. Aujourd’hui, l’aggravation de la crise du capitalisme est aggravée par la chute des prix du pétrole, la dévaluation du rouble et l’épidémie de coronavirus.

L’opposition au capital s’accroît. Des études montrent que près de 60 % des habitants de la planète pensent que le système capitaliste fait plus de mal que de bien à l’humanité. Dans certains pays, les trois quarts de la population partagent ce point de vue. La désaffection massive pour le capitalisme et le déplacement à gauche des sentiments publics se produisent sur tous les continents. Aux États-Unis, Bernie Sanders a obtenu un soutien sans précédent lors des élections primaires du candidat à la présidence. Ces dernières années, des rassemblements de masse ont balayé la France, l’Inde, le Chili et la Colombie. Des millions de manifestants dans le monde entier descendent dans la rue pour dire “Non” à la pauvreté et à l’absence de droit. Les gouvernements capitalistes ont plus d’une fois utilisé la police et l’armée contre les travailleurs. Cependant, les luttes de classes vont s’intensifier.

La pandémie de coronavirus a aggravé les contradictions. Le monde est confronté à de formidables défis. Seul le socialisme garantit une réponse à ces défis. C’était le cas de l’URSS qui pouvait résoudre les problèmes les plus aigus. La Chine en a fait la démonstration et a réussi à stopper la dangereuse épidémie par la mobilisation et les actions collectives concertées.

Le fait est que la principale menace pour l’humanité est le virus du capitalisme. Les diverses manifestations de la crise mondiale sont les signes avant-coureurs de l’effondrement du système scientifiquement prédit par Lénine. L’effondrement inévitable se manifeste déjà dans la conscience des personnes qui se rebellent contre le système d’exploitation, d’injustice et de mensonges généralisés.

La Russie aussi est amenée à une confrontation accrue entre les classes. La lutte contre la réforme des retraites et pour la défense des entreprises populaires démontre le potentiel unificateur du KPRF. De temps en temps, la bourgeoisie fait des concessions. Mais elle n’abandonnera pas volontairement les politiques néo-libérales. Le capital préfère noyer le monde dans le sang plutôt que de régenter son appétit. Craignant la protestation populaire, il se rabat sur les idées les plus barbares. Il encourage le fascisme en Ukraine et dans les pays baltes. Il fomente l’extrémisme religieux en dressant les sunnites contre les chiites au Moyen-Orient, les musulmans et les hindous en Inde. Son racisme se manifeste par la persécution des Indiens au Brésil et en Bolivie. Un exemple d’anticommunisme viscéral est la résolution du Parlement européen qui met sur le même pied le communisme et le fascisme et qui accuse l’URSS d’avoir déclenché la Seconde Guerre mondiale. Pour aider tous ceux qui luttent contre les mensonges cyniques, j’ai écrit un article intitulé “La grande victoire de la civilisation soviétique : Mythes calomnieux et vérité de l’histoire“. Je vous encourage à utiliser activement les faits et les arguments qui y sont exposés.

A la veille de la révolution socialiste

Le mondialisme a encore une autre caractéristique de l’impérialisme notée par Lénine. Il s’agit de la redivision des marchés par les “grandes” puissances et les monopoles qui les soutiennent. La destruction traître de l’Union soviétique a éliminé un ennemi dangereux et a donné aux sociétés transnationales un marché énorme. Pendant une courte période, cela a stabilisé le système capitaliste. Mais les appétits des prédateurs du marché exigeaient davantage de victimes. Leurs bouches sanguinolentes et avides ont déchiré la Yougoslavie, l’Irak, la Libye et ont tenté de dévorer la Syrie.

La crise financière mondiale de 2008 a été la crise la plus grave depuis la Grande Dépression. Elle a révélé les failles des fondements mêmes du capitalisme mondial. La réduction des marges bénéficiaires exacerbe la rivalité pour les ressources et les marchés. Aux États-Unis, elle est devenue particulièrement évidente après l’arrivée au pouvoir de Donald Trump. Pour garantir les profits des entreprises américaines, il a abandonné les tactiques des alliances impérialistes et a choisi la voie du protectionnisme et de la pression sur ses rivaux. Cela a accru les tensions avec l’Union européenne, la Turquie, le Japon et a provoqué une guerre commerciale avec la Chine.

Les coups économiques sont souvent suivis de frappes militaires. Telle est la logique de l’impérialisme si brillamment mise à jour par Lénine. Cependant, le capitalisme n’est pas éternel. Après avoir examiné ses contradictions, Lénine a conclu que l’impérialisme est la veille de la révolution socialiste.

À mesure que l’impérialisme se développe, le capital financier est concentré et les entreprises fusionnent avec l’État. Les oligarques ont largement recours aux mécanismes d’aide du gouvernement. Cela a été mis en évidence en 2008 lorsque les gouvernements ont utilisé tous les leviers pour renflouer les faiseurs de bulles financières en faillite. Le même scénario est utilisé pour les événements de cette année.

La socialisation de la production dans le cadre des STN est en contradiction flagrante avec les rapports de production capitalistes. Ces rapports, selon Lénine, sont une coquille qui ne correspond plus au contenu. Elle va inévitablement pourrir si son élimination est artificiellement retardée.

Les membres de l’oligarchie financière sont de plus en plus conscients des vents de changement historique. Ils sont de plus en plus préoccupés par la perspective de l’effondrement du capitalisme. Le financier Ray Dalio, dont la valeur nette, selon Forbes, s’élève à 17 milliards de dollars, a récemment déclaré que l’inégalité croissante crée une situation révolutionnaire, de sorte que le système a un besoin urgent de réforme.

Cependant, il est impossible de guérir les plaies du capitalisme. Elles ne peuvent être camouflées que temporairement. La vraie réponse est de renverser ce système inhumain. Le premier coup a été porté par la grande révolution d’octobre 1917. La formation de l’Union soviétique, la création du système socialiste mondial et l’effondrement du colonialisme ont ébranlé, mais pas détruit, l’hégémonie capitaliste. La destruction de l’URSS a apporté un répit et a injecté du sang neuf dans le corps vieillissant.

Cependant, le cours de l’histoire ne peut être inversé. La crise systémique s’est à nouveau aggravée. C’est la tâche de tous les opprimés et des personnes de bonne volonté de s’unir dans la lutte pour détruire le capitalisme. Cette perspective seule garantit un avenir décent et même la survie de l’humanité. La pensée académique insiste de plus en plus sur ce point. Le message est exprimé de plus en plus fort par des autorités telles que le prix Nobel Joseph Stieglitz et l’économiste le plus lu, Thomas Picketty.

Telles sont les principales conclusions auxquelles Stieglitz est parvenu : la situation échappe à tout contrôle, l’injustice sociale est devenue une menace pour le monde entier. Ses paroles sont également en accord avec le marxisme : la domination du système de crédit financier sur l’économie réelle n’augmente pas seulement l’inégalité et la pauvreté, mais constitue un frein à l’économie mondiale dans son ensemble.

Thomas Picketty va encore plus loin. Il appelle à une redistribution massive de la richesse mondiale. Il préconise l’introduction de limites légales sur le montant du capital qu’une personne peut posséder. Envisageant l’élimination totale de l’oligarchie en tant que classe, il propose des mesures socialement révolutionnaires.

Il faut souligner que ce ne sont pas des gens que la communauté scientifique considère comme des excentriques et des marginaux. Leurs idées sont au centre de l’attention des économistes et des sociologues. Elles sont discutées dans les cercles politiques. Elles sont étudiées dans des institutions de premier plan en Europe et en Amérique. Elles trouvent même un écho chez les millionnaires qui comprennent que si le mécontentement croissant se transforme en un bouleversement social, le vent de l’histoire les balayera impitoyablement, eux et leurs fortunes. Ce n’est pas un hasard si le milliardaire Ray Dalio a déclaré lors d’une conférence en Arabie Saoudite que dans les dix prochaines années, l’économie mondiale connaîtra des processus susceptibles de déboucher sur des conflits et des révolutions. Les affrontements internes dans les principaux pays vont changer l’ensemble de l’ordre mondial dans les années à venir. Cette position a été publiquement partagée par le président de Goldman Sachs, John Waldron.

La faillite totale du capitalisme approche. Les processus en cours dans le monde justifient les idées de Lénine et démontrent la grande puissance de son appel au socialisme. Son appel à l’humanité renforce notre foi dans la victoire des idées d’égalité et de justice sociale.

Le prolétariat est le fossoyeur du capitalisme

Parmi les idées les plus importantes de Lénine figure la définition du rôle du prolétariat dans le renversement du pouvoir du capitalisme. À la suite de Marx et Engels, il a défendu l’idée que la mission historique de la classe ouvrière est de devenir le fossoyeur du capitalisme et de créer une société communiste. Il a écrit que les conditions mêmes de la vie des travailleurs les rendent capables de lutter et les incitent à lutter. Le capital rassemble les travailleurs en grandes masses dans les grandes villes, les unit et leur apprend à agir ensemble. À chaque étape, les travailleurs se retrouvent face à leur principal ennemi, la classe capitaliste. En luttant contre cet ennemi, le travailleur devient socialiste, réalise la nécessité d’une restructuration totale de toute la société, d’une destruction totale de toute pauvreté et de toute oppression.

Aujourd’hui, cet argument est l’une des principales cibles des idéologues bourgeois et des opportunistes de toutes tendances. Ils déclarent que la classe ouvrière en tant que telle n’existe plus et qu’elle a été remplacée par des propriétaires, si petits soient-ils. Ils ont quelque chose à perdre et ils ne veulent pas de bouleversements. Mais il faut être réaliste. Oui, les réformes libérales et la désindustrialisation ont porté un coup puissant à la classe ouvrière russe. Elle a diminué numériquement, s’est fragmentée et est devenue moins qualifiée. Cependant, elle forme toujours la majorité de la population active. Selon l’agence statistique russe Rosstat, il y a 67 millions de travailleurs salariés pour un million d’employeurs. Le nombre de travailleurs qualifiés dans l’industrie, la construction, le transport et les emplois connexes est proche de 19 millions. Ils constituent le noyau de la classe ouvrière.

Si l’on ajoute les travailleurs engagés dans le commerce de détail, la pêche et les spécialistes de diverses industries, décrits par Engels comme des prolétaires du travail intellectuel, il devient clair que la classe ouvrière est la plus grande force sociale en Russie.

Il en va de même dans la plupart des pays du monde. Le nombre total de travailleurs embauchés sur la planète est de plus de 2 milliards. Dont 760 millions sont employés par l’industrie, soit 200 millions de plus qu’il y a vingt ans, et beaucoup plus qu’au début du XXème siècle.

Cependant, il ne s’agit pas seulement de chiffres. Lénine a souligné que la force du prolétariat dans le développement historique est incommensurablement plus grande que sa part dans la population totale. Mais si la classe ouvrière doit devenir le moteur du changement révolutionnaire, elle doit être consciente de ses intérêts de classe. Le prolétariat doit comprendre pleinement et clairement que tant que la bourgeoisie existera, elle sera inévitablement exploitée, car le capitaliste ne peut réaliser des profits qu’en exploitant la main-d’œuvre salariée.

Tant que la propriété privée et le marché capitaliste seront en place, le pouvoir de la bourgeoisie perdurera. Tant que les forces productives seront entre les mains du capital, le prolétaire vendra son travail pour survivre. Il ne peut être question de justice dans ces conditions.

Marx et Engels soulignaient en leur temps que pour se libérer de l’exploitation, le prolétariat doit devenir “une classe pour elle-même”, prendre conscience de ses intérêts particuliers, créer sa propre organisation et mettre en avant son programme. « Le prolétariat doit avant tout acquérir une domination politique, s’élever à la position de la classe nationale, se constituer en nation », comme ils l’ont écrit dans Le Manifeste Communiste.

Ce n’est que la lutte acharnée pour ses intérêts qui fait de la classe ouvrière “une classe pour elle-même”. La politisation du mouvement ouvrier commence par la lutte économique sur le lieu de travail. La lutte des syndicats contre les employeurs est une école nécessaire pour le prolétariat. Elle permet d’acquérir les habitudes d’organisation, et de comprendre le lien entre l’économie et la politique.

Dans son ouvrage “Que faire”, Lénine a souligné que la lutte des travailleurs contre les propriétaires d’usines pour leurs besoins quotidiens confronte inévitablement les entreprises à des questions d’État, à des questions politiques, à des questions sur la façon dont l’État russe gère, sur la façon dont les lois et les règles sont élaborées et sur les intérêts qu’elles servent. Lénine a mis en avant le principe fondamental selon lequel la conscience socialiste n’apparaît pas spontanément. Elle est introduite dans les masses prolétariennes par le parti révolutionnaire. Il a ainsi brisé les constructions cérébrales de “l’économisme” qui adoraient la spontanéité dans le mouvement ouvrier et donnaient la priorité à la lutte pour des améliorations économiques partielles.

Au lieu de cela, Lénine a souligné l’importance d’une théorie révolutionnaire. Il a montré l’interconnexion inséparable de toutes les formes de lutte de classe du prolétariat – politique, économique et idéologique. Seul un parti marxiste peut être la force directrice du mouvement ouvrier de masse. Le parti doit être son organisateur et montrer le chemin sur la base d’une théorie.

Le nouveau type de parti

Le génie de Lénine s’est manifesté par rapport aux questions de la construction du parti. « Il ne peut y avoir de mouvement révolutionnaire sans une théorie révolutionnaire », a-t-il écrit. « Le rôle du combattant avancé ne peut être joué que par un parti guidé par une théorie avancée ». Il a fait un travail brillant en créant un tel parti.

Une organisation efficace et une discipline stricte dans le parti prolétarien impliquaient une rupture avec les pratiques groupusculaires. Lénine fit remarquer que si « toutes les couches sociales saines et en développement du peuple tout entier étaient favorables à la démocratie et au socialisme, pour mener une lutte systématique contre le gouvernement, nous devons amener l’organisation révolutionnaire, la discipline et la technique de conspiration au plus haut degré de perfection ».

L’organisation marxiste des travailleurs doit être intolérante envers l’opportunisme, le révisionnisme et l’apaisement. Lénine a justement créé un tel parti, le parti des Bolcheviks. Il a formulé le principe du centralisme démocratique qui est obligatoire pour un parti authentiquement communiste. Il s’agit aujourd’hui d’une disposition fondamentale de la Charte du KPRF.

Le parti bolchevique est devenu un parti prolétarien d’un nouveau type. En ce qui concerne ses principes, ses formes et ses méthodes de travail, il correspondait pleinement aux conditions de l’époque de l’impérialisme et de la révolution socialiste. La charte du POSDR élaborée par Lénine envisageait un parti qui était une unité de combat révolutionnaire dans laquelle chacun est un combattant dévoué. C’était une différence fondamentale par rapport aux partis d’Europe occidentale de la Deuxième Internationale. Engagés dans un travail parlementaire légal, ils ont perdu leur caractère révolutionnaire et ont glissé vers la voie de l’apaisement de la bourgeoisie. Nous avons toujours gardé cela à l’esprit, en mettant en garde le parti contre le risque d’être emporté par le parlementarisme.

Les partisans de Lénine ont rejeté les méthodes des Narodniki (populistes) révolutionnaires et des socialistes-révolutionnaires comme menant à une impasse. La conséquence des tactiques de conspiration et de terreur est l’aliénation des masses. Mais le parti marxiste ne peut pas exister sans un lien étroit avec les masses et un travail constant avec les masses. L’unification de la classe ouvrière autour d’un parti marxiste est une condition essentielle pour rassembler tous les travailleurs et créer une alliance pour une révolution socialiste réussie. Cette alliance, a souligné Lénine, n’est possible que sous la forme d’une dictature prolétarienne, c’est-à-dire le pouvoir de la majorité ouvrière.

Les anticommunistes utilisent le terme “dictature du prolétariat” comme un épouvantail. Cependant, Lénine a constamment souligné que sa signification principale n’est pas la violence mais l’unification de la majorité des travailleurs pour détruire la dictature du capital. C’est pourquoi la dictature du prolétariat est « un million de fois plus démocratique que la plus démocratique des républiques bourgeoises ».

L’histoire a donné raison à Lénine. Le développement créatif du marxisme, l’idée de l’alliance entre le prolétariat et la paysannerie ouvrière, la découverte des Soviets comme la meilleure forme d’État prolétarien ont rendu possible la Grande Révolution socialiste d’Octobre. L’émergence de l’État soviétique a marqué un grand pas en avant. Le rêve séculaire de justice de l’humanité commence à être mis en pratique. L’effondrement du système de classes qui divisait le peuple en maîtres et en esclaves a libéré les forces qui sommeillaient dans le peuple. La discipline bolchevique était une condition préalable à la Grande Révolution d’Octobre et à la victoire sur l’Intervention et les Gardes Blancs.

L’industrialisation, la révolution culturelle, la défaite du fascisme, la conquête de l’espace extra-atmosphérique ont été les jalons de la progression de la société socialiste vers l’avenir. La Grande Révolution d’Octobre a donné une impulsion au réveil des peuples dans les colonies et les dépendances. Lénine s’attribue le mérite de l’idée d’un front révolutionnaire-démocratique uni contre l’impérialisme. Ces tactiques ont entraîné l’effondrement des empires coloniaux et les victoires des forces révolutionnaires en Chine, au Vietnam, en Corée, au Laos et à Cuba.

Ni la contre-révolution du début des années 1990, ni l’effondrement de l’URSS, ni les complications qui s’ensuivirent dans le mouvement communiste mondial n’ont dévalorisé l’héritage de Lénine. La crise du capitalisme, l’appauvrissement des masses, la réticence des peuples à croupir dans un état d’injustice rendent le socialisme de plus en plus attrayant. Nous avons le droit d’en dire plus : seules nos idées peuvent éloigner l’humanité de l’abîme dans lequel la folle politique du capitalisme pousse le monde. Comme dans les années de la lutte contre le fascisme, seuls les communistes sont capables de protéger la civilisation de la réaction la plus folle.

Pour atteindre notre objectif, nous avons besoin d’un parti qui soit fort sur le plan idéologique, organisationnel et moral. Nous avons besoin d’une discipline stricte et consciente de la lutte de classe du prolétariat pour le pouvoir des travailleurs. Staline l’appelait “la discipline de fer”. Les règles de la charte sont contraignantes pour tous. Le statut de membre du CC ou de secrétaire du comité régional du parti n’est pas un document qui donne droit à des privilèges. On doit gagner la confiance des camarades en travaillant avec une énergie redoublée. Il faut se conformer aux normes les plus élevées.

L’exemple de Lénine en matière de discipline

Le parti d’un nouveau type ne pourrait pas être formé sans une discipline stricte. Pour en apprécier l’essence, Lénine insiste sur la nécessité d’examiner le problème de l’antagonisme entre l’intelligentsia et le prolétariat. Comme d’autres marxistes, il décrivit l’intelligentsia philistine comme “flasque” et donna une définition de la philosophie de l’élu “se tenant au-dessus des masses”. Les élus considèrent que la discipline de parti est quelque chose d’obligatoire pour les autres, mais pas pour eux.

Certes, l’antagonisme entre l’intelligentsia et le prolétariat est d’un autre ordre que celui entre le travail et le capital. Un membre de l’intelligentsia n’est pas un capitaliste. Il doit vendre le produit de son travail et souvent sa force de travail. Il souffre souvent de l’exploitation par le capitaliste et de l’humiliation sociale. L’intellectuel ne ressent aucune hostilité économique envers le prolétariat. Mais sa position non prolétarienne dans la vie et les conditions de travail lui dicte une autre mentalité. Ces caractéristiques ont été relevées par Karl Kautsky que Lénine a soutenu sans réserve sur ce point.

Dans son article de 1904 “Un pas en avant, deux pas en arrière“, Lénine, à la suite de Karl Kautsky qui était encore à l’époque un marxiste convaincu, souligne que le prolétariat tire toute sa force de l’organisation. Il se sent grand quand il fait partie d’un organisme fort. Le prolétarien mène sa lutte en faisant partie d’une grande masse de compagnons d’armes. Il ne recherche pas les avantages personnels ou la gloire, il se soumet volontairement à la discipline et remplit son devoir dans n’importe quelle fonction.

Il n’en est pas de même pour un membre de l’intelligentsia. Son arme n’est pas le pouvoir de l’action collective, mais les qualités, les connaissances et les capacités personnelles. Il reconnaît la nécessité de la discipline pour la masse, mais pas pour “quelques privilégiés”. Une telle attitude est évidemment une entrave à la lutte des classes qui exige que tous les participants se consacrent à l’objectif commun, l’instauration de la dictature du prolétariat.

Bien sûr, de nombreux sociaux-démocrates et bolcheviks sont issus de milieux intellectuels. Mais ils se sont imprégnés de l’esprit prolétarien et ont marché au même rythme que les autres personnes travaillant à quelque titre que ce soit pour la cause de la classe ouvrière. Les auteurs du “Manifeste communiste“, Karl Marx et Friedrich Engels, ont donné l’exemple d’un respect strict de la discipline. La vie a toujours divisé l’intelligentsia en révolutionnaires, prêts à accepter une discipline rigoureuse, et en bourgeois, qui ont évité la lutte des classes. Lénine a distingué l’intelligentsia ouvrière. Étant l’unité de première ligne de la révolution, elle a ouvert la voie au prolétariat dans la lutte contre le tsarisme et la bourgeoisie. Les barricades héroïques de la première révolution russe ont produit une galaxie d’intellectuels ouvriers : Ivan Babouchkine, Kliment Vorochilov, Mikhail Kalinin, Alexandre Shotman, Innokenty Dubrovsky, Grigory Petrovsky, Alexandre Artyukhin, Anatoly Vanin et Pyotr Zaporozhets.

De nombreux intellectuels ouvriers sont morts sur les champs de bataille de la Grande guerre patriotique. Avant la guerre contre le fascisme, ils ont réussi à maîtriser les sciences à temps partiel et à former le noyau des bâtisseurs du socialisme.

La mère patrie n’oubliera pas les représentants éminents de l’intelligentsia prérévolutionnaire, les académiciens Pavlov, Fersman, Vernadsky, les géants littéraires Gorky, Alexey Tolstoy et les metteurs en scène Stanislavsky et Nemirovich-Danchenko.

Le panthéon du pays multinational soviétique comprend les principaux représentants de l’intelligentsia ouvrière Kurchatov et Korolyov, Semyonov et Kapitsa, Khariton et Landau, Keldysh et Paton, Koptyug et Alfyorov. Ils ont donné des exemples brillants de discipline exceptionnelle et d’efforts créatifs inlassables, perpétuant la tradition des grands intellectuels de type prolétarien, Lénine et Staline.

L’histoire a donné au KPRF une noble mission, celle d’unir tous les penseurs et les honnêtes gens. À la fin du XIXème siècle, Lénine a noté que la Russie avait une “intelligentsia travailleuse” et a insisté sur le fait que « nous devrions appliquer nos efforts pour élargir constamment ses rangs, pour répondre à leurs hautes ambitions intellectuelles afin que ses rangs produisent des dirigeants du parti travailleur social-démocrate russe ».

Pour devenir un véritable travailleur-intellectuel, il faut surmonter l’attitude bourgeoise en matière de discipline. Pour le parti, il ne s’agit pas d’une question bureaucratique formelle divisée des aspirations nobles et des sentiments moraux. Le leader du prolétariat a écrit en 1904 : le “bureaucratisme“, qui peut être exprimé en langage simple par “esprit de clocher”. Le bureaucratisme signifie soumettre les intérêts de la cause aux intérêts de sa carrière, accorder une attention particulière aux intérêts locaux et ignorer le travail…

Lénine a souligné qu’en politique, l’individualisme de l’intellectuel conduisait à l’opportunisme. Il a travaillé sans relâche pour l’unité du parti. La discipline de parti a élevé les bolcheviks au rang historique d’avant-garde prolétarienne et son absence a plongé les mencheviks dans le bourbier de l’opportunisme.

Le bolchevisme a été trempé dans la lutte contre le menchevisme, qui était enclin à faire des concessions au capital, contre les révolutionnaires petit-bourgeois (les SR) et contre le nihilisme intellectuel des anarchistes. Il a affiné son approche de classe dans l’analyse des faits et des phénomènes en évitant les extrêmes du révolutionnisme “de gauche” et les compromis avec la bourgeoisie.

Le bolchevisme a cultivé la discipline du respect et de la confiance mutuels, une attitude exigeante les uns envers les autres, l’ouverture et la “glasnost”. Sa condition indispensable est le collectivisme dans le travail et la prise de décision collégiale. C’est le genre de discipline pour laquelle Lénine a appelé les mencheviks lorsque le POSDR était encore uni, jusqu’en 1912. Il appelait à une critique ouverte du parti et pensait qu’il était inadmissible de « dissimuler au parti les raisons émergentes et croissantes d’une scission ». Cependant, selon Lénine, la critique amicale était possible « tant que la lutte ne mène pas à l’anarchie et à la division ».

En 1921, le parti est confronté à une crise liée au débat sur les syndicats. Lénine propose des mesures pour mettre fin à l’individualisme de l’intelligentsia et à l’anarchisme. Il fustige « l’unilatéralisme, la tendance à l’emportement, l’exagération et l’obstination » de Trotsky et la discipline de groupe de « l’opposition ouvrière, distincte de la discipline commune ».

L’approche de Lénine envisageait la critique du fond tout en ne permettant pas le fractionnisme. Une telle critique est appelée à tenir compte de la position du parti et à éviter ses formes qui pourraient aider les ennemis de classe du prolétariat. Il est inadmissible d’utiliser la critique de manière spéculative en la remplaçant par une critique caricaturale dans le but de faire avancer sa carrière.

Les rebondissements de l’histoire du PCUS ont donné des leçons importantes et tragiques au mouvement communiste. Une chose qui les rend pertinentes pour nous est que la majorité des membres du KPRF ne sont pas des membres de la classe ouvrière. Ce sont des intellectuels travailleurs, des cols blancs et des membres de la petite bourgeoisie. Le travail individuel et le travail dans de petits collectifs de travail rendent ces personnes vulnérables à l’influence de l’individualisme et de l’égoïsme de groupe. Ceci est couplé au changement de générations au sein de la KPRF dans le contexte de l’anticommunisme, qui est devenu une partie de la politique de l’État dans la Russie actuelle.

La situation exige de nous que nous soyons stricts et rigoureux dans nos efforts pour parvenir à des évaluations communes et à l’unité d’action. Il est essentiel d’accorder une plus grande attention aux questions d’idéologie, de théorie et de formation idéologique de nos camarades. La dure confrontation entre le parti et le régime au pouvoir dicte une fois de plus l’impératif incontournable : se conformer sans relâche aux normes du centralisme démocratique.

La génération qui rejoint le parti aujourd’hui n’a pas toujours une attitude ferme en matière de vision du monde. Elle a rejoint nos rangs en raison de sentiments de protestation. Ces nouveaux membres ne sont pas à l’abri de sentiments d’optimisme facile, de carriérisme et de flou idéologique. Parfois, nos jeunes camarades sont sujets à l’agitation et à la panique petites-bourgeoises, aux sautes d’humeur, aux poussées d’activité et à la dépression. Le monde virtuel des réseaux sociaux tend à masquer l’état réel de la société et le sens de l’équilibre des forces politiques. Le bagage théorique de nombreux membres fait défaut.

La cause que nous servons a grand besoin de la fermeté idéologique léniniste. Nous comprenons que les jeunes communistes ont besoin d’une base solide. À cette fin, le parti a créé le Centre d’éducation politique qui fait un excellent travail. Nous avons toutes les raisons de remercier ses organisateurs et ses conférenciers. Nous pouvons et devons maintenant aller de l’avant. Nous devons tout faire pour renforcer et déployer les programmes éducatifs du parti.

Le grand Lénine et la Grande Victoire

Nous célébrons deux dates avec un court intervalle entre elles : Le jubilé de Lénine et les 75 ans de la Victoire du peuple soviétique dans la Grande Guerre Patriotique.

La statue de bronze de Lénine,
Le pollen de peuplier,
Ruines d’une gare bombardée.
Les Allemands sont entrés dans la ville dans la soirée.
Et ont fait tomber la statue de son piédestal…
L’Oberst nazi dormait vite la nuit
Et le matin, il a failli devenir fou de peur :
Le bronze de Lénine était debout comme avant,
Soulevé de la poussière par une force invisible.

Ce poème de Stepan Schipachev a été publié dans les premiers jours de la Grande Guerre patriotique. Il ne reflète pas seulement un grand et émouvant épisode du conflit avec le nazisme. Aujourd’hui, le message symbolique de cette histoire poétique s’est renforcé. C’est un rappel vivant de la lutte constante entre les partisans de la vérité de Lénine et ses ennemis.

Au début de la lutte acharnée contre le nazisme, le grand écrivain Cholokhov a envoyé un télégramme à Moscou depuis le village de Veshenskaya : « Cher camarade Timochenko, Veuillez accepter le prix Staline de première classe qui m’a été décerné pour le Fonds de défense de l’URSS. Je suis prêt, à votre appel, à tout moment à rejoindre les rangs de l’Armée rouge des ouvriers et des paysans. Pour défendre la Mère Patrie socialiste, la grande cause de Lénine et de Staline jusqu’à la dernière goutte de mon sang. Signé : Commissaire de régiment (retraité) de l’Armée rouge des ouvriers et paysans, auteur Mikhaïl Cholokhov ». La signature est d’une importance fondamentale.

Au début du mois de juin 1941, le commandement de la Wehrmacht a envoyé un ordre spécial à ses troupes. Il prescrit que les commissaires et les travailleurs politiques ne doivent pas être faits prisonniers mais doivent être fusillés sur place. C’était une revanche pour les principes, les idées, la détermination de Lénine. Son parti, cependant, ne pouvait pas céder, ne pouvait que vaincre l’horrible bête fasciste.

Vladimir Maïakovski, un poète de génie, a trouvé une formule poétique importante : « Nous disons le Parti et nous voulons dire Lénine, nous disons Lénine et nous voulons dire le Parti ». En identifiant ces deux images, Maïakovski a souligné la pureté des sources spirituelles de l’idéologie du parti. Lénine n’était pas seulement un stratège et un organisateur, un révolutionnaire et un homme d’État. Lénine était le dirigeant politique le plus éclairé de son temps.

Ses goûts et ses convictions ont été formés par Nekrasov, Herzen, Belinsky, Saltykov-Schedrin et Tchernychevsky. En 1902, il parle de “l’importance mondiale” que la littérature russe acquiert. Lénine était fier de la culture russe et appelait l’œuvre de Léon Tolstoï “le miroir de la révolution russe”. Dans la difficile année 1918, il avait sur son bureau un volume de vers de Fiodor Tutchev et, en 1919, dans son article “Sur les tâches de la Troisième Internationale“, il attira l’attention sur le roman “Le Feu” d’Henri Barbusse, le décrivant comme un roman artistiquement convaincant et extrêmement utile pour la formation de la conscience révolutionnaire d’un individu.

La révolution russe a donné naissance à des personnages littéraires uniques. Comme les portraits de commissaires créés par Furmanov dans “Tchapayev“, Vishnevsky dans “La tragédie optimiste” et Cholokhov dans “LesTerres vierges “.

Les écrivains russes sont sensibles à la marche triomphale du socialisme. Les écrivains progressistes hors de Russie étaient très conscients de cette sincérité. Ils réagissent au chant retentissant de la Révolution russe. Ils ont contribué à colorer le XXème siècle de l’écho de la percée du socialisme. Cette grande percée a donné naissance à des générations de Soviétiques qui n’ont pas cédé à la peste nazie, qui ont tenu bon et qui ont gagné.

L’exemple personnel des travailleurs politiques soviétiques a inspiré l’héroïsme de masse des soldats soviétiques. Les noms du commissaire de régiment Efim Fomin dans la forteresse de Brest, de l’instructeur politique Alexandre Pankratov qui a copié l’exploit héroïque d’Alexandre Matrosov, de l’instructeur politique d’une compagnie de mitrailleuses Alexandra Nozadze qui est mort en sauvant des soldats sous une grêle de balles sont inscrits dans l’histoire. L’instructeur politique principal d’un escadron aérien, Andreï Danilov, qui a abattu et éperonné trois avions Messerschmitt en juin 1941.

Les envahisseurs allemands considéraient les travailleurs politiques de l’Armée rouge comme la force de frappe du parti bolchevique. L’Académie politique de Lénine a été marquée comme la cible principale sur la carte de Moscou trouvée sur un aviateur allemand abattu.

L’un des historiens allemands qui a écrit sur la guerre était Paul Karel, le pseudonyme du SS Obersturmfuhrer Schmidt. Il réfléchit sur le rôle des commissaires rouges dans son livre Le front de l’Est : « Depuis la bataille de Koursk, le commissaire soviétique est de plus en plus considéré comme un auxiliaire dans la lutte contre les commandants myopes et les bureaucrates stupides… En réalité, les commissaires étaient des soldats politiquement actifs et fiables, mieux formés que la majorité des officiers soviétiques. Ils pouvaient être impitoyables, mais dans la plupart des cas, ils ne s’épargnaient pas non plus ». Venant de la bouche de notre ennemi, c’est le plus grand éloge de la force de notre idéologie.

Dans la lutte contre le fascisme, le parti a beaucoup compté sur le pouvoir de la parole. L’appel de Staline aux “frères et sœurs” a atteint la profondeur de l’âme du peuple. Il était galvanisé par les vers poignants des poètes soviétiques. Les cœurs qui ne sont pas devenus insensibles sont encore émus jusqu’aux larmes par le poème de Konstantin Simonov “Toi, souviens-toi, Aliocha, les routes de la province de Smolensk“, “Lève-toi, vaste pays“, cet hymne de la Grande guerre patriotique, a un formidable pouvoir d’évocation.

La parole du parti léniniste a combattu avec les soldats de l’Armée rouge. Après la guerre, les radios ont diffusé dans toute l’Union soviétique la merveilleuse chanson de Mikhail Matusovsky “Commissaires” :

Vous envoyiez les hommes au combat corps à corps,
Vous frappiez l’ennemi, vous, instructeurs politiques,
Anciennement appelés commissaires.
Dans une hutte brûlée,
Ayant tenu bon durant cinq jours,
Vous avez gardé la dernière balle pour vous
Comme récompense.
Le matin, retour au feu.
Et la route sans fin qui s’ouvre devant nous.
Vaincre ou mourir,
C’est votre principal travail politique.

La grande guerre patriotique a montré que l’idéologie de la justice et de l’éducation dans la vision du monde soviétique a permis à nos pères et à nos grands-pères de survivre dans des conditions insupportables. Sous la direction du parti bolchevique, le peuple soviétique a réussi à se rallier à la lutte et à la victoire. Le pouvoir socialiste fondé par Lénine a offert au monde des exemples incroyables d’héroïsme. Son Armée rouge, commandée par le généralissime Staline, a apporté la liberté aux peuples d’Europe et a hissé le drapeau rouge au-dessus du Reichstag. Nous avons protégé la bannière de la victoire avec un marteau et une faucille pour éviter qu’elle ne soit barbarement coupée par le parti au pouvoir. Aujourd’hui, elle flotte avec défi au-dessus du vaste pays et des colonnes du Régiment des Immortels.

Le médicament contre la peste

Trente ans de néo-libéralisme ont assuré le recul de la Russie sur tous les fronts. La restauration des voies capitalistes a entraîné une régression tragique, une désindustrialisation, une profonde crise socio-économique et sociale. En quête de profits, la classe dirigeante n’a pas pu adopter la grande image de l’avenir qui a propulsé le peuple soviétique, l’a inspiré pour des actes héroïques, des découvertes et des réalisations.

Le régime en place a des objectifs très différents. Ils sont tout à fait utilitaires et sont axés sur les intérêts d’une poignée d’oligarques. Alors que leurs profits augmentent, la science s’effondre, la production de haute technologie est anéantie, l’éducation et les soins de santé se détériorent et les inégalités sociales battent tous les records. La bourgeoisie russe n’hésite pas à mettre la main dans la poche des personnes âgées. Le mépris du peuple s’est traduit par la réforme des retraites et le refus du parti Russie Unie d’adopter une loi fédérale sur les enfants de la guerre.

Vingt millions de nos concitoyens vivent dans l’extrême pauvreté. Mais les chiffres officiels sont sous-estimés, comme même Rosstat l’a admis. Selon ses données, déjà la moitié des familles russes n’ont pas les moyens d’acheter des biens de consommation durables. Seuls 2,7 % des Russes peuvent acheter ce qu’ils veulent.

La baisse des revenus réels, les prestations misérables, la diminution de l’accessibilité et de la qualité des services de santé et d’éducation ont déclenché une nouvelle vague de dépeuplement. L’année dernière, le déclin naturel de la population a atteint un niveau record au cours des 11 dernières années. L’afflux de migrants n’a pas compensé ces pertes. La population se réduit à nouveau. La principale cause de dépeuplement est la baisse du taux de natalité qui a touché 80 des 85 régions. À Ivanov, Novgorod et dans certaines autres régions, le taux de natalité a chuté de 18 à 23 %. Le caractère catastrophique de ce qui se passe est évident.

Les autorités, cependant, maintiennent le cap libéral. Dans le cadre du plan de privatisation des biens de l’État pour 2020-2022, la banque VTB, la Sovkomflot, les ports maritimes de Novorossiisk et de Makhachkala et Almazyuvelireksport – des centaines de biens de l’État en tout – vont passer sous le marteau.

La survie de la Russie en tant qu’État indépendant est en jeu. Le capital mondial a hâte de s’emparer des ressources de notre pays. Notre bourgeoisie nationale finira tôt ou tard par céder aux assauts de prédateurs plus puissants. Seule la puissance des travailleurs peut sauver la Russie. Cela aussi justifie les ordres de Lénine. Reprenez et relisez le brillant ouvrage du leader bolchevique “La catastrophe imminente et les moyens de la conjurer”. Vous verrez que chaque mot sonne comme un tocsin et montre la voie à suivre pour sortir de l’impasse. Aujourd’hui encore, le système de mesures qu’il a mis en place est le seul qui puisse sauver la Russie.

Le programme du KPRF a assimilé les ordres de Lénine. Il les a adaptés aux exigences du moment pour devenir notre programme anti-crise. Les idées créatives du parti ont été renforcées par ses activités législatives. Le deuxième Forum économique d’Oryol a résumé nos propositions comme le point de départ d’une lutte significative au Parlement et dans la rue, dans les collectifs de travail et avec nos alliés.

L’équipe du KPRF défend les intérêts des travailleurs avec honnêteté, compétence et énergie. I.I Melnikov, V.I.Kashin, Yu.C. Afonin, D.G.Novikov, N.C.Kolomeytsev, S.E.Savitskaya, N.M.Kharitonov, N.N. Ivanov, L.I.Kalashnikov, V.S.Shurchanov, K.K.Taysayev, V.V.Chikin, N.O.Komotskaya, O.N.Smolin, A.A.Kravets, N. I.Osadchiy, T.V.Pletneva, S.A.Gavrilov, A.C.Kurinniy, N.A.Octanina, A.A.Ponomaryov, S.I.Kazxaankov, L.G.Paranova, L.N.Shvets, L.N.Dobrokhotov et bien d’autres travaillent chacun dans leur domaine de responsabilité.

La KPRF a été le parti qui a réagi immédiatement à la proposition de modification de la constitution. La loi principale actuelle est héritée de l’époque d’Eltsine, marquée par l’ivresse et le sang. Pour faire court, elle doit être remplacée dans son intégralité. Il va sans dire que les autorités n’y sont pas parvenues. Mais après avoir “déverrouillé” le texte de la Constitution, le régime au pouvoir a indirectement admis qu’il ne répondait pas aux exigences de la société.

En tant que force politique, il nous incombe de tirer le meilleur parti possible du débat public qui s’est ouvert. Oui, les autorités s’efforcent de le “modérer”. Mais nous sommes habitués à nous heurter au poids de la propagande administrative.

Le KPRF a une position bien réfléchie sur laquelle il peut s’appuyer. Cette position répond pleinement aux intérêts des travailleurs. Elle doit être promue avec vigueur. Permettez-moi de vous rappeler nos quinze idées principales pour la réforme de la Constitution :

1. Les ressources naturelles du pays appartiennent au peuple russe.

2. Le peuple russe joue le rôle de formateur d’État dans la famille des peuples égaux.

3. L’âge de la retraite doit être fixé à 60 ans pour les hommes et à 55 ans pour les femmes.

4. Indexation annuelle des pensions, des prestations sociales et des allocations en fonction de la croissance de l’indice des prix à la consommation.

5. Les salaires et pensions minimums ne doivent pas être inférieurs au minimum vital.

6. Les tarifs des services publics ne doivent pas dépasser 10 % du revenu familial.

7. Contrôle du travail des bureaucrates, en fixant les concepts “interrogation parlementaire”, “enquête parlementaire”.

8. Le droit de la Douma d’État de décider de ne pas faire confiance au gouvernement, à ses ministres, vice-premiers ministres et aux chefs des organes exécutifs fédéraux

9. Élection du Conseil de la Fédération, des gouverneurs et des maires par la population au scrutin secret direct sans “filtre”.

10. Élection des juges de paix, des juges régionaux et municipaux.

11. Sanctions sévères pour le trucage des votes comme empiètement sur les fondements du système constitutionnel.

12. Détermination de la croissance économique et du bien-être des citoyens en tant que tâches de la Banque de Russie.

13. Le droit de l’autonomie locale à une part des recettes fiscales qui garantit l’exercice de ses pouvoirs.

14. Une réforme profonde de la Constitution dans l’intérêt du peuple. La formation d’une Assemblée constitutionnelle.

15. L’adoption d’une nouvelle loi sur le référendum. L’approbation des amendements proposés par l’Assemblée constitutionnelle par référendum.

La tâche qui nous attend aujourd’hui est de poursuivre la campagne d’agitation et d’expliquer activement notre position. Si le travail est mené avec compétence, notre position bénéficie du plus large soutien. Pour le parti et ses alliés, c’est un élément important de mobilisation à l’approche d’une grande campagne électorale. Leur préparation est déjà au centre de l’attention de tout le Comité central, en particulier du quartier général des élections du KPRF dirigé par I.I.Melnikov.

Dans l’ensemble, la “réparation” de la Constitution répond à la demande de changement de la société. Mais les cercles dirigeants passent largement à l’acte et leur “réforme” est en partie devenue une couverture pour “mettre les mandats présidentiels à zéro”. Seul le KPRF a voté contre. Ce fait devrait être au centre du travail de propagande de nos sections. C’est un tournant important dans l’évaluation de principe du comportement des partis politiques, en particulier ceux qui sont représentés au Parlement.

Notre parti est appelé à unir toutes les forces saines du pays dans un véritable Front Populaire de résistance et de victoire. Nous appelons à l’unité tous ceux qui lient leur avenir à la Russie plutôt que de préparer des “terrains d’atterrissage sûrs” sous la forme de domaines étrangers et de comptes bancaires offshore.

Seul le prolétariat dirigé par son parti peut être le noyau de l’unité victorieuse du peuple travailleur. Le plénum d’octobre 2014 du CC a été consacré à la position de la classe ouvrière. Augmenter l’influence du KPRF dans le milieu prolétarien est notre tâche principale. Le Comité central a réaffirmé à plusieurs reprises l’importance d’attirer les masses ouvrières à rejoindre les rangs du KPRF et à sauvegarder son esprit prolétarien. Il ne s’agit pas d’un salut à la tradition, mais d’un besoin pressant. Seul un noyau prolétarien fort peut tenir à distance la dégénérescence de la petite bourgeoisie, les apaisements opportunistes, les illusions parlementaires et la peur de travailler au milieu des masses. Lénine a mis en garde contre cette menace en disant que « l’essence de l’opportunisme est de sacrifier les intérêts solides et durables du prolétariat à ses intérêts éphémères ».

Le caractère prolétarien du parti implique son influence croissante sur les travailleurs et sur les syndicats. Il est vrai qu’il y a peu de syndicats actifs. Il est d’autant plus important de renforcer notre présence en leur sein. Lénine a écrit que « nulle part dans le monde le prolétariat ne s’est développé ou ne pourrait se développer autrement que par les syndicats, par leur interaction avec le parti des travailleurs ».

Ce n’est qu’en devenant l’avant-garde du mouvement ouvrier et en y introduisant la conscience socialiste que nous pourrons former un véritable poing de combat. C’est particulièrement important pour le large front populaire. Le parti ne peut éviter d’être dilué par ses compagnons de route et devenir le centre des forces patriotiques de gauche qu’en assurant son influence sur les travailleurs. Rappelons-nous le principe de Lénine : « à travers tous les compromis, dans la mesure où ils sont inévitables, nous devons rester fidèles à nos principes, à notre classe et à notre tâche révolutionnaire ».

Il est impossible d’avancer sans aller vers le socialisme. C’est notre principal objectif. Tout doit être orienté vers cet objectif : alliances, compromis, agitation, travail dans les organes du pouvoir, participation aux élections et activités de rue. C’est ce que Lénine nous a demandé, à nous, communistes du XXIe siècle : « En éduquant le parti ouvrier, le marxisme éduque l’avant-garde du prolétariat capable de prendre le pouvoir et de conduire tout le monde vers le socialisme, de diriger et d’organiser le nouveau système, d’être un enseignant et un dirigeant de tous les travailleurs et de tous les exploités en organisant leur vie sociale sans la bourgeoisie et contre la bourgeoisie ».

Renforcer la solidarité

En développant son enseignement sur l’impérialisme, Lénine a découvert la loi du développement économique et politique inégal du capitalisme. Dans de telles conditions, les révolutions socialistes mûrissent à des moments différents dans des pays différents. Il en découle une conclusion extrêmement importante : « Le socialisme ne peut pas triompher dans tous les pays simultanément. Il triomphera d’abord dans un ou plusieurs pays tandis que les autres resteront bourgeois ou pré-bourgeois pendant un certain temps ».

Lénine a également souligné la diversité des formes de la transition des nations vers le socialisme. Il a souligné : « Toutes les nations arriveront au socialisme, c’est inévitable, mais elles ne le feront pas de la même manière, chacune apportera ses caractéristiques à telle ou telle forme de démocratie, telle ou telle variété de dictature prolétarienne, tel ou tel rythme de transformations socialistes des divers aspects de la vie sociale ».

Malgré les différences de vitesse, de forces motrices et de formes concrètes de la lutte des travailleurs pour le socialisme, leur solidarité internationale est vitale. Lénine a accordé une attention particulière à l’internationalisme. La trahison des dirigeants de la Seconde Internationale qui ont soutenu le massacre mondial a confirmé la nécessité pour les travailleurs de tous les pays de s’unir. On ne peut s’empêcher de rappeler la campagne massive de solidarité avec la Russie soviétique dans les pays occidentaux. Elle a joué un rôle majeur pour mettre fin à l’intervention étrangère contre la Terre des Soviétiques.

Lénine s’attribue le mérite d’avoir découvert la solidarité des mouvements prolétariens et de libération nationale comme une forme d’internationalisme. « Nous sommes maintenant non seulement les représentants des prolétaires de tous les pays, mais aussi les représentants des peuples opprimés », disait Lénine en 1920. La même idée sera formulée par Staline lors du 19ème Congrès du PCUS.

L’agressivité croissante des mondialistes rend nécessaire le renforcement du front international contre la toute-puissance du capital. Des réunions internationales des partis communistes et ouvriers se tiennent régulièrement. La dernière en date, qui s’est tenue en Turquie, a réuni des délégations de 74 partis de 58 pays. Des résolutions et des déclarations communes aident à déterminer les tactiques communes de la lutte anticapitaliste.

L’Union des partis communistes – Parti communiste de l’Union soviétique compte 18 membres à part entière et trois partis observateurs. Nous préparons actuellement un congrès de notre Union qui permettra de synchroniser les veilles et d’établir des plans d’activités communes.

Avec nos camarades du monde entier, nous avons organisé des événements de grande envergure pour marquer le centenaire de la Grande Révolution socialiste d’Octobre. Cette année est consacrée au 150ème anniversaire de la naissance de Lénine et au 75ème anniversaire de la victoire du peuple soviétique dans la Grande Guerre patriotique. Nous sommes déterminés à organiser le forum international, les conférences scientifico-pratiques et les manifestations du jubilé.

Le développement des relations bilatérales entre les partis est très important. Les liens entre la KPRF et le Parti communiste chinois se renforcent. Les résultats du voyage de notre délégation en RPC en décembre dernier ont permis la signature d’un mémorandum de coopération. Il fait suite à l’accord précédent et durera jusqu’en 2024.

La solidarité avec les mouvements de libération nationale est extrêmement importante. Les partis communistes et ouvriers soutiennent les peuples d’Amérique latine, d’Afrique et du Moyen-Orient dans leur lutte contre l’impérialisme. Nous continuerons à dénoncer les intrigues du capital qui se fait le champion des “droits de l’homme” et des minorités nationales pour cacher sa véritable nature de conquérant et de pilleur.

En dépit des tentatives de la propagande bourgeoise pour enterrer le communisme, le ridiculiser et le reléguer aux oubliettes, des millions de personnes à travers le monde refusent d’accepter le “paradis capitaliste”. La Chine et le Vietnam font des progrès spectaculaires. La RPDC et le Laos suivent avec confiance leur cours. Sans aucun doute, malgré les “guerres commerciales”, la crise économique mondiale et le défi du coronavirus, la RPC atteindra bientôt son objectif de mettre fin à la pauvreté et de construire une “société à revenus moyens”.

Cuba, le Venezuela et le Nicaragua mènent une lutte héroïque contre l’impérialisme. Malgré une forte pression extérieure, ils mettent en œuvre d’importants programmes sociaux pour sortir les gens de la pauvreté et garantir l’accès aux soins de santé et à l’éducation.

Les partis communistes de l’Inde, du Brésil, de la RSA, du Japon, du Portugal, de la Grèce et d’autres pays jouissent d’une grande confiance. Dans les rues et les places, dans les quartiers industriels et les villages isolés, dans les parlements et dans les pages des journaux, ils défendent les intérêts des travailleurs, exposent les maux du capitalisme, du néolibéralisme et œuvrent pour un avenir socialiste de la planète.

« La destruction du capitalisme et de ses vestiges, l’introduction de l’ordre communiste forment la substance de la nouvelle ère de l’histoire du monde qui a commencé ». Ces paroles de Lénine n’ont pas été recouvertes de la poussière du siècle dernier. Ils figurent en bonne place sur notre bannière rouge sous laquelle nous marchons vers de nouvelles victoires de la cause socialiste.

De nouveaux efforts

La montée des sentiments de gauche dans la société russe renforce logiquement l’autorité de Lénine et de Staline. Les réactionnaires réagissent en intensifiant la propagande antisoviétique.

Les opposants à Lénine voudraient nous faire croire que Lénine était strictement un révolutionnaire, ce qui est pour eux un terme péjoratif. Eh bien, bonne chance à eux pour essayer de faire une percée révolutionnaire dans la vie de la société, dans la science et la culture. C’est l’énergie révolutionnaire de Lénine couplée à la profondeur intellectuelle qui lui a permis d’apporter une contribution gigantesque au développement de la science de la société, aux contradictions de classe, à la nature des crises capitalistes, à l’inévitabilité de la lutte des opprimés pour la justice sociale. Érudit de génie, il a utilisé dans ses travaux de manière convaincante la méthode du matérialisme historique. Grâce à ses travaux scientifiques, il a accompli la plus grande révolution sociopolitique de l’histoire de l’humanité.

Il y a encore un autre aspect du génie de Lénine. Les opposants au bolchevisme versent des larmes de crocodile sur la disparition de l’empire russe, mais oublient miraculeusement un fait simple : il s’est éteint de lui-même, c’est pourquoi il est arrivé au bout du chemin au début de 1917. Alors que le gouvernement tsariste plongeait le pays dans une horrible crise globale, le gouvernement provisoire, en l’espace de huit mois, provoquait l’effondrement territorial du pays. Lénine a reçu des ministres capitalistes un pays impitoyablement dévasté.

En parlant péjorativement de Lénine le révolutionnaire, ses critiques dressent le portrait d’un démolisseur, dans le style de Soljenitsyne. Ils gardent délibérément le silence sur les réalisations colossales du premier président du Conseil des commissaires du peuple en matière de construction de l’État. Ces messieurs refusent de reconnaître Lénine comme un bâtisseur d’État exceptionnel. Cependant, le prix Nobel et philosophe et mathématicien britannique Bertrand Russel a noté que les hommes d’État de la stature de Lénine n’apparaissent pas plus d’une fois par siècle dans le monde et que beaucoup d’entre nous ne vivront probablement pas assez longtemps pour voir quelqu’un qui lui ressemble. Notre siècle passera sans doute à l’histoire comme celui de Lénine et d’Einstein.

Aujourd’hui, le monde est témoin d’une résurgence de l’effroyable ignorance. Cependant, le démantèlement des monuments de Lénine en Ukraine et d’autres actes de vandalisme ne font que confirmer la grandeur du génie et la pertinence de son héritage. La lutte à grande échelle dans le monde s’intensifie et Lénine reste un homme exemplaire sur les barricades de notre époque. Les nombreux volumes de ses œuvres, son héritage idéologique et théorique, et les succès pratiques du socialisme aux XXe et XXIe siècles continuent à lutter pour une vie juste, pour les intérêts des travailleurs et la dignité humaine.

Les héritiers spirituels des fascistes s’en donnent à cœur joie non seulement en Ukraine, en Pologne et dans les pays baltes. En Russie aussi, ils encouragent l’antisoviétisme et la russophobie, érigent des centres Eltsine et demandent que les personnes enterrées sur la Place Rouge soient exhumées. Des anticommunistes de divers degrés d’agressivité persistent. Ils font l’éloge de Mannerheim, Kolchak et Krasnov. Cédant à leur pression, le mausolée de Lénine est caché par du contreplaqué lors des parades de la Victoire. Leurs adeptes tentent d’effacer l’héritage universel de Lénine : idéologique, théorique, révolutionnaire-transformateur et créatif soviétique.

Les tentatives des antisoviétiques de rabaisser la stature de Lénine nous rappellent une vérité séculaire : ceux qui tentent de falsifier et de dévaloriser les génies sont généralement ceux qui sont incapables de créer quelque chose de grand par eux-mêmes. Les personnalités exceptionnelles disent la vérité de manière articulée et convaincante. L’éminent scientifique Albert Einstein a fait une évaluation approfondie de Lénine. Il a déclaré qu’il respectait Lénine qui avait engagé toutes ses forces dans une abnégation totale pour mettre en œuvre la justice sociale. Les gens comme lui sont les gardiens et les rénovateurs de la conscience de l’humanité.

Ce sont des mots à méditer. Aujourd’hui, ils aident les communistes à prendre conscience de leur responsabilité dans la défense du nom de Lénine et nous donnent la force de lutter pour mettre ses idéaux en pratique.

Nous voyons l’anticommunisme et la russophobie fusionner dans leur ferveur destructrice. Leur opposition commune à l’héritage de Lénine n’est pas accidentelle. En dénigrant le grand enseignement, en déformant l’histoire, ils cherchent à priver le peuple de sa volonté de liberté et de justice, à le dépouiller des qualités que lui a inculquées la mission d’être le pionnier d’une nouvelle société. Leur rêve le plus cher est de faire disparaître l’héritage de Lénine. Mais leur bataille est perdue d’avance. Ceux qui font reculer le monde sont condamnés.

Même parmi les ennemis idéologiques de Lénine, nombreux sont ceux qui ont eu le courage de reconnaître sa justice et sa grandeur historiques. Le philosophe religieux russe Nikolas Berdiaev, après avoir repensé dans l’émigration l’expérience de la révolution d’Octobre, a écrit ceci sur Lénine : « Son caractère incarnait les traits du peuple russe : simplicité, intégrité, aversion pour les embellissements et la rhétorique, sens pratique. Personnellement, il n’était pas cruel. La Russie était menacée par l’anarchie, la désintégration, qui a été arrêtée par la dictature communiste qui a trouvé les slogans auxquels le peuple a accepté de se soumettre ».

Les petits détracteurs de Lénine ont utilisé toutes les astuces imaginables pour le décrier. En fouillant dans ses origines, certains “patriotes” n’ont pas compris que Lénine incarnait les meilleurs traits de l’âme russe. C’est ce qui l’a rendu universel. Il est tout aussi large et illimité que les espaces sans limites développés par le peuple russe. Seule une telle âme pouvait aimer tout le monde, quelle que soit la couleur de la peau et la forme des yeux. C’est pourquoi il a été écouté, compris et loué dans différentes parties de notre planète.

Lénine était sur les lèvres d’Ernst Thalmann quand il est mort dans la prison d’Hitler, Lénine a inspiré Mao Zedong et Ho Chi Minh qui ont arraché leurs peuples à l’enfer colonial. Lénine a appelé Fidel Castro et Ernesto Che Guevara à mener une révolution héroïque à Cuba. Lénine a donné de la force à Nelson Mandela dans la lutte contre l’apartheid. Lénine a aidé Hugo Chavez à faire renaître l’espoir de la victoire du socialisme au XXIe siècle.

Lénine est devenu le symbole d’une lutte résolue et d’un effort créatif grandiose. Son nom était sur les lèvres de Korolyov et de Gagarine qui ont inauguré l’ère spatiale. Les personnes qui ont accompli un vol vers l’avenir” se sont tenues sur les épaules” du plan GOELRO de Lénine. Pour la puissance soviétique, c’était plus qu’un grand projet économique. La “lampe d’Ilyich” a éclairé le chemin pour les siècles à venir. Elle a rendu possible l’éducation universelle. Elle a ouvert les portes à l’épanouissement créatif de millions de personnes.

« L’homme – cela sonne fier »

Staline a repris la ligne de Lénine non seulement par le rythme grandiose des plans quinquennaux et par la construction d’une industrie puissante. Il a tout fait pour que la révolution culturelle transforme le pays afin de permettre à son peuple de dire : « L’homme – cela sonne fier ».

« Je ne suis qu’un humble élève de Lénine », disait Joseph Staline. Il était fidèle à son maître lorsqu’il se souciait de la croissance intellectuelle, spirituelle et culturelle constante des masses populaires. Il glorifiait les grandes actions de ses ancêtres. Il rappelait aux gens les grandes réalisations de l’histoire nationale. Il a parlé haut et fort de l’importance mondiale de la littérature russe en célébrant le centenaire de la naissance de Pouchkine en 1937.

Les autorités actuelles ont mis de côté la tendance révolutionnaire-démocratique des classiques russes. Cela a rendu l’enseignement de la littérature au lycée et à l’université, non historique. Plus que cela. Un tel processus d’éducation déforme grossièrement la conscience de la jeune génération dans la période de formation. Léon Tolstoï n’est plus qu’un philosophe religieux et moraliste et non plus « le miroir de la révolution russe ». Dostoïevski n’est plus un réaliste qui exposait les maux sociaux, mais seulement un chercheur de Dieu. Sergey Essenine n’est qu’un poète lyrique et non un homme qui a fait l’éloge de Lénine dans Anna Sneguina.

Et qu’en est-il de Maïakovski ? Et Cholokhov ? Ils ne peuvent être séparés du communisme. Les bureaucrates anti-soviétiques ont trouvé une issue. Tant pis pour eux, ils ont décidé et ont jeté leurs noms hors des programmes scolaires.

En conséquence, une génération de sauvageons issus des examens d’État unifiés a vu le jour. Ils ne sont pas seulement ignorants de Nikolay Ostrovsky. Ils ne peuvent même pas reconnaître Pouchkine et Lermontov. Ce n’est pas seulement un sujet de plaisanteries caustiques. Il s’agit d’une tragédie nationale. La tragédie a sa cause, sa source. C’est la lutte contre l’idéologie communiste. En toute logique, elle a été couronnée par le triomphe de l’idéologie néo-libérale. Les tentatives visant à maquiller les faits et à dissimuler la situation, à revêtir les dogmes libéraux de l’habit du “patriotisme” battant du tambour ont échoué. Leur essence destructrice fait son travail.

Mais le vent de l’histoire peut emporter les déchets de la falsification. Aujourd’hui, 46 % des jeunes de 18 à 25 ans choisissent le socialisme et 81 % ont une attitude positive à l’égard des idées socialistes. Ces chiffres nous ouvrent d’énormes possibilités. Nous n’avons pas encore pu les exploiter pleinement.

Joseph Staline a déclaré : « La jeunesse est notre avenir, notre espoir… elle doit porter notre bannière jusqu’à une fin victorieuse ». Mais si les jeunes veulent poursuivre notre cause avec confiance, ils doivent passer par une école d’éducation communiste. La tâche d’un communiste et d’un jeune communiste est d’étudier le marxisme, de comprendre les lois du développement social, d’apprendre les faits et les phénomènes de notre époque et de se faire une idée de la réalité actuelle et des tendances de son développement. Il faut être capable de choisir dans le corpus de connaissances ce qui est nécessaire pour la victoire.

Lénine a appelé les jeunes à s’imprégner des connaissances acquises par l’humanité. Il pensait qu’il était important de les compléter par l’éducation : « Notre école doit donner aux jeunes les bases de la connaissance, la capacité d’élaborer eux-mêmes la vision communiste, d’en faire des personnes instruites… des participants à la lutte pour la libération des exploiteurs ».

Les réformateurs d’Eltsine ont fait un effort concerté pour éliminer ce caractère de l’éducation à l’université et à l’école. Ils ont dit qu’il était nécessaire de nettoyer l’éducation des caractéristiques qui ne lui sont pas inhérentes. Cela a été fait afin d’épuiser l’esprit soviétique, ses valeurs d’honneur, de vérité, de justice, de respect pour l’armée et l’exploit de travail des héros populaires. L’éducation soviétique était imprégnée de nobles sentiments civiques et patriotiques. Cela a été un grand obstacle aux réformes destructrices, à l’accaparement des biens nationaux et à la déclaration selon laquelle « le patriotisme est le refuge des scélérats ».

Lénine a souligné que l’Union des jeunes communistes doit combiner son éducation avec « le travail des ouvriers et des paysans » : « Chacun doit veiller, a-t-il insisté, à ce que chaque membre de l’Union des jeunes communistes est alphabétisé et en même temps capable de travailler… L’Union des jeunes communistes doit élever tous ses membres par un travail consciencieux et discipliné… ». « Ne pas attendre que les jeunes viennent à vous, mais sortir et travailler avec eux là où se trouve la jeunesse » : ce sont les mots de Molotov s’adressant aux jeunes à l’occasion du 15ème anniversaire de la Ligue des jeunes communistes. Ils constituent toujours un guide d’action pour les Komsomols d’aujourd’hui.

En cette année qui voit les jubilés de la naissance de Lénine et de la Grande Victoire, chaque communiste et notre jeunesse ont toutes les chances de faire leurs preuves. L’appel spécial au parti et à la jeunesse communiste devrait renforcer nos rangs. Nous devons accélérer ce travail.

Dans le cadre de la célébration du 75ème anniversaire de la Victoire sur l’Allemagne nazie, nous attendons une réponse énergique à l’action “Jardin de la Mémoire – Jardin de la Vie“, le soutien à la marche de relais socio-patriotique “Notre Grande Victoire” et la participation au travail massif du Parti pour soutenir les forces antifascistes qui sont cruciales pour l’émergence de l’État des Républiques populaires de Donetsk et de Lugansk.

Le régiment de Staline est devenu une partie importante de l’action du régiment Immortel. Nos militants porteront les portraits du généralissime Staline, des maréchaux de la Victoire et des héros antifascistes. Cela devient une bonne tradition qui doit être consolidée.

Le KPRF à la Douma d’Etat a soulevé la question du financement systématique des unités de recherche, le mouvement qui cherche à récupérer les noms des héros morts dans la Grande Guerre Patriotique. Nos jeunes camarades et leurs instructeurs mènent activement ce travail à Sébastopol et à Belgorod, Moscou et la région de Moscou.

La cause de la jeunesse éclairée a été servie par l’action de la Bannière de notre victoire. Les conférences “Les jeunes héros de la nation, Nous étions les premiers, Commandants de la victoire, Leçons de courage” ont connu un grand succès. Dans le cadre du projet “Terre des Talents“, les membres de la JC de Crimée, des régions d’Astrakhan, de Belgorod, de Samara et de Sverdlovsk ont été les plus actifs.

Nous accordons une grande attention à la santé de notre nation. Nous donnons la priorité aux sports les plus populaires. Le club sportif du KPRF progresse constamment. Nous attendons avec impatience un match de mini-football difficile contre l’équipe de Barcelone en demi-finale des champions de l’UEFA. Nous organisons des tournois pour les enfants et les jeunes dans différents sports dans la capitale et les provinces.

Le mouvement des Jeunes Pionniers au Foulard Rouge compte plus de 200.000 membres. Ces garçons et ces filles ont prêté serment de servir leur mère patrie et les idéaux de justice et se sont engagés à aider les vétérans. Les régions de Moscou, Irkoutsk, Oryol, Volgograd et la République de l’Altaï ont accumulé une expérience utile dans le développement du mouvement des Jeunes Pionniers. Des milliers de jeunes garçons et filles ont participé à la cérémonie d’adhésion aux Jeunes Pionniers sur la Place Rouge.

Une initiative de première ligne vise à impliquer les jeunes dans la lutte pour les droits socio-économiques et politiques. Après les actions anticapitalistes et la formation du syndicat étudiant Discours, d’autres mesures sont nécessaires pour renforcer notre influence sur les jeunes dans la société russe.

* * *

La lutte idéologique se poursuit jour après jour. Beaucoup de mensonges circulent dans le monde au sujet de Lénine, de Staline et du pouvoir soviétique. Cependant, il est surprenant qu’ils aient tous été dénoncés comme des mensonges avant même leur apparition. Ils l’ont été par toute une galaxie d’hommes politiques, de scientifiques et de personnalités culturelles d’envergure mondiale. Ils ont attesté de manière vivante et convaincante de la grandeur de Lénine, de l’ampleur de sa personnalité, de l’influence de son génie, de son impact sur ses contemporains et ses descendants, et de son rôle historique mondial colossal.

L’écrivain français Romain Rolland, prix Nobel, a ainsi réagi à la mort de Lénine : « Je ne connais pas d’individualité plus puissante dans l’Europe moderne. Sa volonté a si profondément sillonné l’océan chaotique d’une humanité flasque que sa trace reste longtemps dans l’eau et désormais son navire, bravant les tempêtes, avance à pleine voile vers un monde nouveau ».

Le pionnier de l’exploration spatiale Konstantin Tsiolkovsky a écrit : « Lénine a initié une cause qui, avec le temps, embrassera toute la Terre, toute sa population. Au fil du temps, la stature de Lénine grandira. Personne n’avait autant foi dans le pouvoir créatif des masses, et personne n’a exprimé les pensées et les aspirations chères au peuple de manière aussi précise et complète. Il est pur de cœur, profond de raison, infiniment juste et clairvoyant. Lénine est le plus grand génie qui ait jamais vécu et je l’appelle grand sans réserve ».

Le cœur de Lénine, qui répondait si facilement à la souffrance des masses opprimées, a cessé de battre il y a près d’un siècle. Mais ses grandes idées continuent de vivre. Tout comme son exemple de service dévoué et désintéressé à la cause de la libération de l’humanité. Ce grand exemple nous inspire pour de nouvelles batailles. Il nous conduit à la victoire du travail honnête, du pouvoir du peuple et de la justice sociale.

Il est du devoir des communistes au XXIème siècle d’en faire un siècle de triomphe du socialisme. Que l’exemple de Lénine nous donne la force, la confiance et la présence des vainqueurs.

Traduction Hervé Fuyet, relue par Marianne Dunlop

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments