Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

LE ROI NU par Abel Prieto

De Cuba nous vient ce magnifique texte, cet appel à regarder la réalité en face: l’épidémie est leur apocalypse, ce qui se passe aujourd’hui ne fait qu’accentuer ce qu’ils ne cessent de choisir, le sacrifice des pauvres, des faibles pour assurer leur bien être. Nous ne sortirons pas différents de cette épidémie si nous ne en donnons pas les moyens, comme le dit Lénine, le capitalisme ne tombe pas de lui-même si nous ne organisons pas, si nous ne choisissons pas le socialisme. «… S’ils vous disent: soyez assurés que la planète est terminée et que notre mode de pensée est terminé, qu’allez-vous faire, commencer à pleurer? Je pense que nous devons nous battre, c’est ce que nous avons toujours fait. » a dit Fidel. La question est posée aux Français et bien sûr en priorité aux communistes? On se bat ou on aménage ce qui ne peut être aménagé? Ceux qui ne veulent que poursuivre les jeux de sérail, ceux qu’ils faut vaincre avant le moindre combat tant vous êtes de fait du côté de l’ennemi, écartez-vous et au moins ne nous tirez pas en arrière, je parle à vous Laurent Bergé, Les verts et sociaux-démocrates sous toutes leurs formes et, Pierre Laurent et ta clique, vous n’êtes plus là que pour détruire votre camp, celui du socialisme réel (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoireetsociete)

Aujourd’hui, la nature inhumaine du capitalisme et sa version la plus obscène, le néolibéralisme, ont été déshabillées par le coronavirus. Son visage satanique a été exposé, sans masque ni embellissement. Des fissures très profondes se sont ouvertes dans le mirage fabriqué depuis tant d’années par le mécanisme de la domination informationnelle et culturelle

Auteur: Abel Prieto | internet@granma.cu

10 avril 2020 23:04:46

Néolibéralisme et Covid
Photo: Extrait d’Internet

Hans Christian Andersen dit que deux coquins, se faisant passer pour des tailleurs et des tisserands, ont promis à un roi de lui faire le plus beau costume imaginable. Tout le monde admirait sa robe, lui ont-ils dit, sauf ceux nés de relations adultères. Le roi a donné avec enthousiasme de l’argent aux charlatans pour acheter du tissu, de la broderie, du fil d’or et a décidé de porter son nouveau costume lors de la prochaine fête de la ville.

Les voyous ont fait semblant de travailler, enfermés dans une pièce, jusqu’à ce qu’ils annoncent que le costume était prêt. Le roi est venu l’essayer, avec un groupe de courtisans; mais personne n’a vu de costume. Tout le monde (y compris le roi lui-même) pensait avec angoisse qu’ils étaient des enfants de parents inconnus, prétendait apprécier le vêtement et le louait théâtralement.

Le roi, vêtu le jour de la fête de la tenue présumée, monta à cheval en procession dans les rues de la ville. Les habitants ont pris conscience de la réalité alors que leur roi paradait; mais, de peur d’être moralement réprouvés, ils se turent. Jusqu’à ce qu’un garçon innocent s’exclame “le roi se promène nu!” et sans le vouloir, il a réussi à faire découvrir la farce à tous.

Avec le cri de l’enfant dans la fable d’Andersen, le mensonge généralisé a été brisé, comme par charme. Aujourd’hui, la nature inhumaine du capitalisme et sa version la plus obscène, le néolibéralisme, ont été déshabillées par le coronavirus. Son visage satanique s’est trouvé exposé, sans masque ni embellissement. Des fissures très profondes se sont ouvertes dans le mirage fabriqué depuis tant d’années par le mécanisme de la domination informationnelle et culturelle.

Fidel l’a répété à plusieurs reprises: “le néolibéralisme conduit le monde entier au génocide”; “le capitalisme est un génocide pour le monde d’aujourd’hui”. Et il l’a dit avec un accent particulier lorsque le socialisme en Europe s’est effondré et le refrain triomphal de la droite a célébré l’avènement du royaume absolu du marché comme synonyme de «liberté» et de «démocratie», tandis qu’une grande partie du monde à gauche se retirait, démoralisée.

Comme le roi, “le système est nu, il n’est plus possible de cacher sa réalité fatale avec l’aliénation culturelle”, explique Juan Manuel P. Domínguez.

De nombreuses autres évaluations d’économistes, de philosophes, de journalistes, de politologues, réitèrent que le coronavirus a brusquement levé le voile du supposé boom néolibéral pour découvrir la férocité du système, ses abîmes d’injustice et d’inégalité. Cela a fonctionné, comme le cri de l’enfant d’Andersen, comme un instrument qui nous dévoile, nous démasque et nous confronte grossièrement à la réalité.

Selon Anne Applebaum, “les épidémies révèlent des vérités enfouies sur les sociétés qu’elles touchent”. Le coronavirus “l’a déjà fait à une vitesse terrifiante”. Et elle conclut:

“La crise actuelle est le résultat de décennies de sous-investissement dans la fonction publique, d’une bureaucratie désobligeante en santé publique et dans d’autres domaines et, surtout, de la sous-évaluation de la planification à long terme.”

Franco “Bifo” Berardi estime que la pandémie a éclaté à un moment de crise profonde du système:

«Le capitalisme est depuis longtemps dans un état de stagnation désespérée. Mais il a continué à s’en prendre aux bêtes de somme que nous sommes, pour nous forcer à continuer à courir, bien que la croissance soit devenue un mirage triste et impossible. Nous ne pouvons pas savoir comment nous sortirons de la pandémie dont les conditions ont été créées par le néolibéralisme, les coupes dans la santé publique, l’hyper-exploitation nerveuse. »

Et Marco Teruggi nous rappelle opportunément que la tendance anti-néolibérale promue par le coronavirus “se développait en Amérique latine, avec les soulèvements de l’année dernière en Équateur, au Chili ou la victoire électorale du Front de tous en Argentine”.

Celui-ci oui, celui-là non

L’une des caractéristiques du système que la pandémie a mis en lumière concerne le dilemme éthique dans lequel les médecins ont été contraints de choisir (compte tenu de la pénurie de respirateurs et de médicaments essentiels, de lits d’hôpital et d’unités de soins intensifs) entre les patients qui peuvent être considérés comme «récupérables» et les «in-sauvables», plus âgés, plus fragiles, avec de plus grandes complications.

Ingar Solty met en garde:

«… D’un point de vue médical, la grande majorité des décès pourraient être évités. Les mécanismes de sélection brisent le cœur du personnel de santé, dont la mission est de sauver des vies. »

Le pneumologue argentin Ricardo Gené a publié un texte troublant intitulé “This yes, this no”:

«… Malgré les progrès des connaissances, du développement et de la technologie, je vois et j’écoute atterré les médecins d’Espagne et d’Italie qui disent qu’ils font cela tous les jours: choisir selon l’âge qui ventiler ou non; ou pire, pour l’espérance de vie, laissez-les à la maison, avec de puissants analgésiques pour mourir dans la solitude, sans l’attention nécessaire et dire au revoir au téléphone à leurs proches. “

Le Dr Gené résume son angoisse avec ces mots choquants:

“Que s’est-il passé dans ce monde, injuste, inégal et criminel? Pourquoi ont-ils utilisé des politiques qui indiquent maintenant clairement que ce sont des politiques qui tuent? Je vis quotidiennement dans la crainte que la pandémie ne nous arrive avec cette énorme capacité à infecter et que nous devions passer par cette fichue limite, par ce dilemme énorme de dire oui ou non. Dire: celui-ci oui, celui-là non. »

La classification des «récupérables» et des «in-sauvables» a été vue à une échelle différente, entre les gouvernements, entre les pays, selon Judith Butler. Et elle donne comme exemple grotesque l’effort de Trump pour marquer des “points politiques” pour sa réélection avec l’achat des droits sur le vaccin contre le coronavirus d’une entreprise allemande: “Est-ce que (Trump) imagine que la plupart des gens pensent que c’est c’est lui qui devrait décider comment le vaccin est développé et distribué? “

Évidemment oui. Pour lui, la «rationalité» du marché est la seule compréhensible. Il était sûr qu’il serait très applaudi par son coup d’Éclat-Etat qui lui aurait permis de se vanter d’avoir obtenu le vaccin susmentionné en exclusivité, devant la caméra et sur Twitter, en tant que super-héros, tandis que le reste de la planète souffrirait de la contagion et de l’humiliation.

«L’inégalité sociale et économique (poursuit Butler) garantira la discrimination du virus. Le virus en lui-même ne fait pas de discrimination, mais les humains le font, façonnés comme nous par les puissances imbriquées du nationalisme, du racisme, de la xénophobie et du capitalisme. »

Le conflit intime, si dramatique et douloureux, qui oblige aujourd’hui les professionnels de santé de nombreux pays à appliquer des «mécanismes de sélection» parmi leurs patients n’est pas apparu dans le monde avec le coronavirus.

Pour Solty (comme pour tous les analystes qui ne sont pas au service du système), il est évident que cela est venu beaucoup plus tôt:

«La nature privée et lucrative des soins de santé a été la garantie que Covid-19 émergerait comme il l’a fait. Aujourd’hui, nous récoltons les fruits de ces mesures économiques. »

La vision des services de santé et de l’industrie pharmaceutique comme une entreprise lucrative, où il n’y a pas de patients mais des clients, pose les bases qui justifient définitivement la division entre «récupérable» et «in-sauvable».

David Harvey dit que “l’industrie pharmaceutique privée a peu, voire aucun, intérêt à mener des recherches non rentables sur les maladies infectieuses”:

«L’industrie pharmaceutique investit rarement dans la prévention. Elle n’est pas très intéressée à investir pour se préparer à une crise de santé publique. Elle aime concevoir des remèdes. Plus les gens sont malades, plus ses propriétaires gagnent d’argent. Le modèle économique appliqué au service de santé publique a éliminé les capacités excédentaires qui seraient nécessaires en cas d’urgence. »

Harakiri, malthusianisme, néolibéralisme

Il y a à peine sept ans, un vice-Premier ministre et ministre des Finances du Japon a à peu près demandé aux anciens de son pays de faire le harakiri pour alléger les charges inutiles sur le budget ( El País , 26/01/2013). C’est monstrueux; mais sa franchise didactique doit être appréciée. (Soit dit en passant, le lieutenant-gouverneur du Texas, Dan Patrick, a fait un commentaire très similaire le 23 mars.)

En fait, le sinistre couple du malthusianisme et du néolibéralisme sévit depuis des années:

“Il est courant d’entendre des néolibéraux dire que lorsqu’il s’agit de sauver le corps, l’amputation d’une jambe peut être recommandée. Socialement, cela équivaut à la croyance malthusienne selon laquelle il y a près de 3 000 millions de pauvres. Les néolibéraux ont été très clairs sur leurs objectifs: la justice est ce que le marché établit par la concurrence et les opportunités qu’il offre aux «efficaces». L’ “efficace” réussit, l’ “inefficace” échoue. ” (Julio Escalona)

“Il semble que le système néolibéral et l’économie de marché soient venus pour réduire la population et ralentir la croissance démographique, comme Malthus le prétend depuis deux cents ans. Le moteur des idées malthusiennes est celui des affaires, ni plus, ni moins. Le profit est au-dessus des gens, en particulier ceux dont la vie est jetable. (…) Des centaines de millions de personnes ont cessé d’importer. Ils ont été exclus. Leur vie, leur dignité n’ont plus d’importance. Si quelque chose doit être sacralisé en ces temps, c’est la personne humaine, hommes et femmes attachés, dévaluée par le système néolibéral. Mais ce qui est vraiment sacré, c’est le marché de la dignité humaine. ” (Elías Neuman)

Ce modèle implique, bien entendu, que l’État abandonne toute responsabilité vis-à-vis de la population et devienne un serviteur des “grands consortiums financiers”.

Pour Neuman:

«Le sentiment éthique concernant la vie et la sécurité a été dilué. L’insécurité sociale constitue un paradigme du modèle de société prôné par le néolibéralisme main dans la main avec la mondialisation et le capitalisme financier, qui nécessitent dans leur voracité d’affaiblir l’État. L’État absent de la vie de la majorité exclue et sans chance, avorte violemment l’aspiration à la justice et délégitime la démocratie. »

Déjà au milieu de la pandémie, Juan Manuel P. Domínguez souligne comment ce malthusianisme barbare se manifeste désormais:

«… Face à cette situation d’anéantissement et de mort de masse (les élites) ne cachent pas leur mépris pour la vie de ceux avec qui ils vivent dans ce monde. Ni pour les États qui tentent de prendre des mesures providentielles en la matière. Dans un moment de mort imminente, le capital montre ouvertement son irrationalité, son hystérie et son égoïsme. Cela ne semble pas être une coïncidence si trois dirigeants politiques qui, sur le continent américain, avaient des attitudes de mépris similaires pour la gravité de la situation, Trump, Bolsonaro, Piñera, étaient en même temps les plus hauts représentants de l’idéologie néolibérale de la région. »

Vous avez raison: ce n’est pas un hasard. Il est tout à fait naturel que la première réaction des politiciens néolibéraux à la flambée ait été de la minimiser et de chercher ailleurs, surtout pour ne pas affecter l’économie. Bien sûr, dans leur logique inspirée de Malthus et du soi-disant “darwinisme social” “Le coronavirus doit être concentré sur” les perdants “, ” les moins en forme “, les personnes” inefficaces “, sans assurance maladie ni ressources minimales pour survivre, les races” inférieures “, migrants ou non, dans la population des” jetables », chez ceux dont la vie et la dignité n’ont aucune valeur pour le système, chez ceux qui doivent faire le harakiri tous en même temps. Mais l’épidémie, on le sait, est allée plus loin que prévu, elle pourrait avoir des conséquences politiques et électorales, et le discours a dû être changé de manière opportuniste.

David Gómez Rodríguez nous remet en mémoire un épisode de la Restauration française pour illustrer la philosophie malthusienne-néolibérale actuelle. Il nous rappelle l’expédition dans la colonie sénégalaise en 1816 par la frégate “La Méduse” et la conduite de son capitaine, le vicomte Hugues Duroy De Chaumareys. Lorsque le bateau s’est échoué, ce capitaine aristocratique a décidé qui pouvait l’accompagner dans les canots de sauvetage (une liste très sélective) et a laissé, dans un radeau précaire, 147 membres d’équipage sans aucun espoir. Ces «jetables», dans leur désespoir, en sont venus à recourir au cannibalisme. 132 sont morts après des tourments atroces.

“Trump a fait la même chose que De Chaumareys (souligne Gómez Rodríguez), aujourd’hui aux États-Unis. Aux USA il sait qu’ils perdront entre 100 000 et 240 000 vies au minimum, le président ne se soucie que de l’élite; c’est la même attitude que le président Lénine Moreno adopte en Équateur, annonçant comme une réalisation du gouvernement, un plan de collecte de cadavres dans la rue, après des jours de négligence. Dans ce contexte, il est important de se rappeler que, selon l’OMS, plus de 100 millions de personnes sont dans la pauvreté, car en raison de l’absence de protection sociale, elles sont obligées de payer leurs soins de santé. L’équipage de ce radeau (…) est l’humanité à celui qu’ils jettent par-dessus bord aujourd’hui. La véritable crise se manifeste par l’effondrement d’une structure de pouvoir pyramidale sur la base insoutenable d’une économie qui place le capital et non le développement humain au centre.

La quarantaine renforce l’injustice, la discrimination et l’exclusion sociale

Le discours des élites qui prétendent que le coronavirus «nous met à égalité», car il attaque les riches comme les pauvres est démagogique et faux. ” La pandémie comprend les classes sociales”, répond Carmen San José. Et elle ajoute: «Non, nous n’allons pas nous unir et faire bloc face à cette pandémie; parce que nous ne sommes ni dans cette situation ni dans aucune autre. »

Ingar Solty nous rappelle que “tout comme cela s’est produit lors de la grippe mortelle espagnole de 1918-1919, les vulnérabilités pendant une crise ont un biais de classe fort et marqué”. Et il donne plusieurs exemples actuels très amers: 

«La manière la plus évidente et la plus directe dont les inégalités sociales affectent différemment la classe capitaliste et la classe ouvrière pendant une crise sanitaire est illustrée par le nouveau phénomène des concierges. Ce sont des médecins qui ne servent que de riches clients privés qui les paient pour leurs soins 24 heures par jour. Alors que la crise des coronavirus fait rage, les personnes riches peuvent être testées pour le virus, même si elles ne présentent aucun symptôme, recevoir des concentrateurs d’oxygène, des masques respiratoires, etc., tandis que les travailleurs qui présentent des symptômes de Covid-19 doivent se battre pour se faire tester et payer la facture. Quand chacun doit choisir de fuir plutôt que de se battre, les capitalistes les plus riches (…) fuient à leur manière. Les voyages en avion privé ont décuplé. Les milliardaires (…) se réfugient dans leur deuxième résidence sûre dans le pays ou à l’étranger, où le même internement sera subi d’une manière très différente de celle que doit subir la classe ouvrière. »

Un rapport du New York Times («Boutique Health Services, Yachts, Private Jets, and Germ-Proof Caches»), par Alex Williams et Jonah Engel Bromwich, explique en détail comment les élites «n’épargnent aucune dépense pour minimiser leur expérience avec le coronavirus ». Des installations isolées sont construites, plus inaccessibles que le bunker d’Hitler, avec un maximum de confort; ils paient pour ce qu’ils appellent des «consultations boutique», avec du matériel médical et des soins spécialisés à domicile; ils voyagent sur des yachts ou des avions privés vers des endroits que le virus n’a pas encore atteint; et les caprices et les extravagances curieuses sont autorisées.

Il y a des “célébrités” qui achètent du gel antibactérien de marque et des masques exceptionnels et très chers. Ils prennent même des selfies sur les réseaux pour les montrer. On préfère un élégant “masque facial urbain” d’une entreprise suédoise appelée Airinum, qui a cinq couches de filtration et une “finition ultra-lisse idéale pour le contact avec la peau”. D’autres achètent ceux fabriqués par Cambridge Mask Co., une entreprise britannique qui utilise ce qu’elle appelle des «couches de filtre à charbon et à particules de qualité militaire».

Aux antipodes de ces millionnaires, il y a les groupes que Boaventura de Sousa Santos répertorie. “Ils ont en commun une vulnérabilité particulière qui précède et est aggravée par la quarantaine”:

«Ces groupes constituent ce que j’appelle le Sud. Dans ma conception, le Sud ne désigne pas un espace géographique. Il désigne un espace-temps politique, social et culturel. C’est la métaphore de la souffrance humaine injuste causée par l’exploitation capitaliste, par la discrimination raciale et sexuelle. »

Femmes, travailleurs précaires et informels, vendeurs ambulants, résidents des quartiers pauvres des villes (favelas, bidonvilles, taudis, caniço, etc.), personnes âgées, internées dans des camps de réfugiés, sans-papiers, populations déplacées, personnes handicapées – Avec la précision du chirurgien, Sousa Santos examine chaque tragédie spécifique de ces groupes vulnérables et pose des questions qui sont des fléchettes:

À quoi ressemblera la quarantaine pour les sans-abri? Les sans-abri, qui passent la nuit sur des viaducs, des stations de métro ou de train abandonnées, des tunnels d’eaux pluviales ou des tunnels d’égouts dans de nombreuses villes du monde. Aux États-Unis, on les appelle les tunneliers. À quoi ressemblera la quarantaine dans les tunnels? »

Bien que le panorama peint par Sousa Santos soit terrifiant, il précise lui-même que “la liste de ceux qui sont au sud de la quarantaine est loin d’être exhaustive”. Cependant, il suffit de démontrer sa thèse:

«… La quarantaine rend non seulement plus visibles, mais renforce également l’injustice, la discrimination, l’exclusion sociale et les souffrances injustes qu’elles causent. Il s’avère que de telles asymétries deviennent plus invisibles face à la panique qui affecte ceux qui n’y sont pas habitués. »

Les groupes vulnérables mentionnés par Sousa Santos devraient être rejoints par les Latinos et les Noirs des États-Unis. Une enquête publiée le 25 mars indique que les Hispaniques sont plus susceptibles que les Américains en général d’être infectés par Covid 19. Le 8 avril, des déclarations ont été faites par le chirurgien général Jerome Adams, l’un des porte-parole du gouvernement sur les questions de Santé: “Beaucoup de Noirs américains (a-t-il dit) sont plus à risque de COVID-19 . ” Les Hispaniques représentent 29% de la population de New York, mais représentent 34% des décès dus au virus dans la ville. La communauté noire de New York est également particulièrement menacée: elle accumule 28% des décès alors qu’elle ne représente que 22% de la population.

Questions sur l’avenir

Que se passera-t-il après l’épidémie? Beaucoup se demandent. Parmi eux, Slavoj Zizek, qui a vu dans le Covid-19 “un coup mortel au capitalisme”, l’arrivée “d’un communisme renouvelé” ou, au contraire, la “barbarie”. D’autres, très pessimistes, voient la pandémie comme une opportunité pour le système de renforcer son contrôle et de le rendre plus cruel. Beaucoup n’osent pas faire de prédictions; mais ils conviennent qu’il n’est pas concevable de revenir à la situation antérieure.

António Guterres lui-même, secrétaire général de l’ONU, a condamné:

«Nous ne pouvons tout simplement pas retourner là où nous étions avant que COVID-19 ne frappe, avec des sociétés inutilement vulnérables à la crise. La pandémie nous a rappelé, aussi durement que possible, le prix à payer pour les faiblesses des systèmes de santé, des protections sociales et des services publics. La pandémie a mis en évidence et exacerbé les inégalités, en particulier l’inégalité entre les sexes. Il a mis en évidence les défis actuels en matière de droits humains, notamment la stigmatisation et la violence à l’égard des femmes. Il est maintenant temps de redoubler d’efforts pour bâtir des économies et des sociétés plus inclusives et durables, plus résilientes aux pandémies, aux changements climatiques et à d’autres défis mondiaux. » 

Javier De Lucas déclare catégoriquement qu’il ne veut pas “revenir à la normalité précédente”:

“… cette façon de comprendre la politique qui oublie ou subordonne toujours ce qui compte vraiment (…). Je ne veux pas revenir à cette normalité dans laquelle les personnes âgées gênent, que nous pleurons hypocritement après les avoir enfermées, enfermées, oui, hors de vue. »

Juan Manuel P. Domínguez écoute attentivement “les voix critiques de plus en plus présentes sur les réseaux sociaux et les médias alternatifs” et espère que la crise les rendra “de plus en plus influentes” face au néolibéralisme “immobilisé par le virus”.

“D’ailleurs, personne ne veut, à l’exception de la poignée de magnats qui se sont enrichis des proies sauvages perpétrées pendant l’ère néolibérale, que le monde soit le même qu’avant”, affirme-t-il, dans la réflexion la plus lucide qui ait été écrite sur cette crise. 

Pour Atilio, “la première victime mortelle” de la pandémie” est la version néolibérale du capitalisme”; Bien qu’il ne pense pas “que le virus en question ait fait le miracle de mettre fin non seulement au néolibéralisme mais aussi à la structure qui le soutient: le capitalisme comme mode de production et comme système international”. “Mais l’ère néolibérale (souligne-t-il) est un cadavre encore non enterré mais impossible à ressusciter”.

Le capitalisme, d’autre part, comme l’a dit Lénine, “ne tombera pas s’il n’y a pas de forces sociales et politiques qui le font tomber”. Il a survécu à la «grippe espagnole» et à «l’énorme effondrement mondial» de la Grande Dépression. Il a démontré “une résilience inhabituelle (déjà constatée par les classiques du marxisme) pour traiter les crises et même en ressortir plus fortes”:

“Penser qu’en l’absence de ces forces sociales et politiques indiquées par le révolutionnaire russe (qui pour l’instant ne sont pas perçues aux États-Unis ou dans les pays européens), la mort tant attendue d’un système immoral, injuste et prédateur, un ennemi mortel, laissera désormais la place à l’humanité et à la nature, est plus l’expression de désirs que le produit d’une analyse concrète.

Atilio propose comme hypothèse de travail:

«… Une transition vers le post-capitalisme (…) avec de profondes avancées dans certains domaines: le dé-financement de l’économie, le dé-marchandisage de la santé et de la sécurité sociale, par exemple, et d’autres plus hésitants, rencontrant une plus grande résistance de la bourgeoisie, en des domaines tels que le contrôle rigoureux du casino financier mondial, la nationalisation de l’industrie pharmaceutique (…), des industries stratégiques et des médias, en plus de la récupération publique des ressources dites “naturelles …”

Un monde post-pandémique avec “beaucoup plus d’État et beaucoup moins de marché” et des masses populaires plus conscientes et politisées (grâce aux amères leçons du virus et du néolibéralisme) et “enclin à rechercher la solidarité, collective, y compris les solutions socialistes”. Au milieu, en outre, d’une nouvelle géopolitique, avec un impérialisme américain discrédité, dépourvu de leadership d’autre temps, “et son prestige international très affaibli”:

«La Chine a pu contrôler la pandémie et les États-Unis ne l’ont pas pu; la Chine, la Russie et Cuba contribuent à la combattre en Europe, et Cuba, un exemple mondial de solidarité, envoie des médecins et des médicaments sur les cinq continents tandis que la seule chose qui vient à l’idée de ceux qui siègent à la Maison Blanche est d’envoyer 30 000 soldats pour un exercice militaire avec l’OTAN et intensifier les sanctions contre Cuba, le Venezuela et l’Iran, dans ce qui constitue un crime de guerre évident. “

Fidel: “semer des idées, semer la conscience”

Le scénario post-pandémique représente, pour Atilio, un “énorme défi” pour “toutes les forces anticapitalistes de la planète” et “une opportunité unique et inattendue qu’il serait impardonnable de rater”. Nous devons “sensibiliser, organiser et combattre, lutter jusqu’au bout”. Et il évoque Fidel lors de cette réunion du Réseau “En défense de l’humanité”, en plein salon du livre 2012:

Fidel Castro, l'homme qui aimait trop les femmes - Le Point

«… S’ils vous disent: soyez assurés que la planète est finie et que le socialisme est fini, qu’allez-vous faire, commencer à pleurer? Je pense que nous devons nous battre, c’est ce que nous avons toujours fait. »

Atilio fait bien de se souvenir de Fidel face à la crise, l’incertitude, l’horreur et le spectacle du néolibéralisme, nu et ridicule comme le roi de la fable. Et aussi face aux espoirs qui pourraient s’ouvrir.

Cuba, grâce à Fidel, ses idées, son œuvre monumentale, a mis la médecine, la science et toutes les forces de l’État au service de l’être humain et en particulier des plus vulnérables, sur son territoire et partout. Si nous voulons penser sérieusement à un monde futur post-capitaliste, nous devons nous souvenir, comme Atilio, Fidel et Cuba. 

Nos médecins et infirmiers internationalistes anticipent jour après jour l’utopie dont beaucoup rêvent aujourd’hui.

10 avril 2020

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments