Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Le Kerala «un succès communiste», proclame la première page du Washington Post

cela commence à faire beaucoup de pays où l’on salue les performances des pays dirigés par les communistes: la Chine, Cuba, le Vietnam, le Kerala et la Russie reconnait que ce qui la sauve est ce qui reste en matière médicale en particulier de l’URSS.Il s’avère que je connais Cuba et le Kerala, je peux dire que nous devrions tous les jours avoir des reportages sur ces pays, et pas seulement sur leur lutte exemplaire contre le coronavirus mais aussi sur la manière dont le lie avec la population est au quotidien. Mais le seul journal où les performances d’un pays socialiste dirigé par les communistes est complètement nié est l’Humanité. le secteur international du PCF qui a la main mise sur nos liens avec les pC du monde fait tout pour nous isoler de ces partis pour mieux nous lier avec tout ce que la social démocratie a de plus corrompu en particulier en Europe jusqu’à quand ? (note et traduction de Danielle Bleitrach)

L’un des rares endroits où un communiste peut encore rêver est en Inde, déclare le Washington Post. Devinez, hein?

India Today Web DeskNew Delhi30 octobre 2017MISE À JOUR: 30 octobre 2017 17:03 IST

La première page du Washington Post. P Twitter (@im_sreejith)

Le Kerala est “l’un des rares endroits sur terre où un communiste peut encore rêver”, a déclaré dimanche l’un des journaux les plus prestigieux d’Amérique dans un article de première page.

L’article du Washington Post, intitulé «Un succès communiste», comprenait les nouvelles américaines en colonnes latérales étroites sur la page principale.Sreejith B’ Chandran@im_sreejith

My state Kerala on front page of @washingtonpost praising @CPIM_Keralam #CommunistState

View image on Twitter

86Twitter Ads info and privacy38 people are talking about this

Signée Greg Jaffe et Vidhi Doshi, l’histoire revient sur l’histoire du communisme au Kerala, dresse le portrait du ministre des Finances Thomas Isaac et demande: “Le pays de Dieu peut-il survivre à son propre succès remarquable?”Photo gracieuseté: Twitter (@pinguaji)Photo gracieuseté: Twitter (@pinguaji)

Une “grande raison” de la survie du Parti communiste au Kerala “a été sa capacité à s’adapter aux exigences de la politique électorale et à accepter des points de vue différents et même contradictoires”, notent les auteurs.

Le Washington Post a publié l’article en ligne, sous le titre: “L’un des rares endroits où un communiste peut encore rêver”.

Dimanche, le journal n’était pas le seul à saluer les réalisations du Kerala.

Le président Ram Nath Kovind, qui faisait une tournée dans l’État, a salué ses réalisations dans les domaines de la santé et de l’assainissement, de l’éducation et des technologies de l’information.

Le Kerala, a-t-il dit, était le “visage mondial” de l’Inde.

Le Kérala est dirigé par les communistes depuis 1957, mais depuis une dizaine d’années, il y a eu une alternance, c’est-à-dire qu’au vu des résultats électoraux il y a eu alternance entre “libéraux” et communistes, mais quand les libéraux sont venus au pouvoir le parti communiste très puissant a agi de telle sorte que les acquis sociaux ont été maintenus pour l’essentiel.

Mais je crois qu’il faut aller au Kerala pour mesurer la différence entre ce pays et les reste de l’Inde. Certes ce n’est pas un pays riche mais comme à Cuba, il n’y a pas de mendiants, pas de gens en état d’errance en revanche toujours comme à Cuba les signes du communisme à la keralaise sont partout. Non seulement les portraits du Che Guevara, mais aussi les arrêts de bus en forme de faucille et marteau. Et surtout toujours comme à Cuba des universités, des hôpitaux qui disent les priorités.

L’article explique comment l’IPC (M) a connu un succès inattendu au Kerala en s’éloignant des piliers de la pratique communiste dans d’autres pays tels que la révolution et la saisie d’usines et d’autres «moyens de production».

Il trace un voyage intéressant, avec des pépites curieuses pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire du CPI (M) dans l’État. Par exemple, il raconte comment une pièce musicale Neengalennai Communistakki (You Made Me a Communist) a joué un grand rôle dans la vulgarisation de la pensée de gauche dans les années 1950 et a aidé les communistes à remporter leur première victoire électorale en 1957.

L’article met le ministre des Finances du Kerala, Thomas Isaac, au centre, retraçant l’histoire de ce communiste historique qui a commencé son parcours politique en organisant des piquets de grève dans l’usine de son propre père. «Si vous ne négociez pas avec ces travailleurs, je serai avec eux sur la ligne de piquet de grève», cite l’article.

Les grands succès de l’État sous la domination communiste – le taux d’alphabétisation à 95% et le système de soins de santé premium qui répond à tous les échelons de la société – sont bien sûr mis en évidence. Mais l’article souligne également certaines des contradictions qui ont surgi des opportunités d’expatriation qui se sont ouvertes pour «des millions de travailleurs sains et instruits partant vers les économies capitalistes suralimentées du golfe Persique en rêvant de richesses et les trouvant de plus en plus. “

Ainsi, l’article souligne le phénomène des «maisons du golfe», des maisons massives construites à travers le Kerala avec de l’argent gagné à l’étranger. Ces maisons restent vides et verrouillées la plupart du temps, car leurs propriétaires expatriés travaillent à l’étranger, même s’il y a une pénurie dramatique de logements pour les pauvres, indique l’article. Il parle également du déficit budgétaire massif de l’État, malgré les envois de fonds massifs provenant du Golfe.

L’article du Washington Post intervient à un moment où les succès et les échecs du Kerala font l’objet de vives discussions, grâce à un effort majeur du BJP pour s’assurer un pied dans l’État. Une guerre de mots a éclaté entre le BJP et le CPI (M).

La controverse majeure a été autour de la série sans cesse croissante d’assassinats politiques de travailleurs du BJP et du RSS d’un côté, et de militants du CPI (M) de l’autre, chaque partie blâmant l’autre. Mais le BJP a également tenté d’attaquer l’IPC (M) sur son bilan de développement.

Le Premier ministre Modi, par exemple, a comparé le Kerala à la Somalie l’année dernière, affirmant que le taux de mortalité infantile parmi la population des tribus répertoriées du Kerala était extrêmement bas. En retour, Keralites a lancé une serie de Twitter avec le hashtag #PoMoneModi . Plus récemment, une autre bataille a éclaté lorsque le ministre en chef de l’Uttar Pradesh a rejoint le padayatra du BJP ce mois-ci au Kerala. Alors que le CPI (M) a effectué des fouilles à l’UP CM pour la mort de nourrissons dans les hôpitaux de l’UP, Adityanath a riposté au gouvernement du Kerala au sujet de son record de décès dus à la dengue cette année. 

note de Danielle Bleitrach

Le régime communiste a considérablement profité à la population du Kerala. C’est l’Etat le plus développé d’Inde : l’IDH (Indice de Développement Humain) est de loin le plus élevé de tous les États indiens, estimé à 0,775 (contre 0,547 en Inde et 0,884 en France). Au Kerala, on dénombre près de 3 000 établissements médicaux soit près de 20% de tous les établissements que compte l’Inde. Le Kerala offre à ses habitants 330 lits pour 1 000 habitants, contre 0,7 lit pour 1 000 dans le reste de l’Inde. Grâce à son système de santé publique universel et gratuit l’espérance de vie au Kérala atteint 77 ans, la moyenne en Inde étant de 67 ans. 95% des accouchements se font à l’hôpital, ce qui a permis d’abaisser la mortalité infantile à 12/1000, contre 55/1000 en Inde. Des magasins d’Etat permettent à la population pauvre d’avoir accès aux produits de première nécessité.

L’éducation y est gratuite et obligatoire, jusqu’à la fin du collège et 98 % des enfants ont une école à moins de 2 km. La gratuité est totale et inclut les livres scolaires, les uniformes, le déjeuner et les transports. Les résultats de cette politique sont spectaculaires : le taux d’alphabétisation atteint 92% pour les femmes et 96% pour les hommes, contre 48% pour les femmes et 60% pour les hommes pour toute l’Inde.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

Je lis tous les jours le blog de Nico. Aujourd’hui,encore, permets que je copie ce post magnifique sur mon blog. Peut-être que Fabien finira par ouvrir les yeux?

Thank you for this post. Good luck.