Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

UNE FOIS POUR TOUTES QUE LES CHOSES SOIENT CLAIRES: A PROPOS DU PCF

un camarade me reproche que jamais le pCF ne trouve grâce à mes yeux. Voici ce que je lui réponds pour que les choses soient claires.

vous vous trompez, mais premièrement en matière internationale, sur laquelle j’ai quelque compétences, je ne vois pas de différence entre le PCF et le pS… Deuxièmement, plus encore ce n’est pas moi qui invente le fait que même la direction actuelle n’ose pas se référer au socialisme, ni défendre une autre société. Donc n’avoir aucune stratégie dans ce domaine, ce qui pose la question de l’utilité d’un parti communiste.


Au positif, ce qui le distingue des autres partis et qui n’est pas négligeable: Ses militants sont dévoués, son secrétaire national parait un homme honnête, c’est plus que la plupart des partis, et à ce titre son affaiblissement est un drame pour la France, pour le pays autant que pour les salariés, la jeunesse. Mais pour le reste ce n’est pas un parti communiste qui oeuvre au changement de société, au socialisme de notre temps, c’est un travailleur social collectif qui cherche à améliorer le capitalisme, lui reproche son caractère “immoral”. D’où l’importance qu’il accorde à un “mauvais usage” du capitalisme, l’évasion fiscale. Y a-t-il un capitalisme moral, honnête et respectueux des lois ? et que représente l’évasion fiscale par rapport au fonctionnement “normal” du capitalisme financier ? Faute de percevoir ce que représente réellement le capitalisme, la plupart des Français, volontiers fraudeurs se disent “c’est leur argent, ils en font ce qu’ils veulent” et ils ne se préoccupent plus que de broutilles, à savoir ce que gagnent les hommes politiques, parce que eux ils s’attaquent au bien public, ce qui est un thème de l’extrême-droite.

Donc je pense qu’il faut premièrement retourner vers l’entreprise, y reconstruire l’organisation détruite par Robert hue et ses successeurs. Ensuite, il faut aller plus loin dans nos analyse de ce qu’est le capital et améliorer la formation des militants… avec bien sur la question d’une presse adaptée à ces nouvelles pratiques.


Officiellement les communistes depuis le dernier congrès, dénoncent le “capitalisme”, mais sans jamais poser la question des nationalisations autrement que d’une manière périphérique, telle entreprise effectivement utile en temps d’épidémie.

Ni rompre avec l’uE, jusqu’à quand espérera-t-on la corriger? Espérer en faire l’union désintéressée des peuples, leur coopération… Là aussi le problème est moral, pas celui d’une analyse concrète d’une situation concrète sur ce qu’est l’UE et le capital… Jusqu’à quand en revanche, les dirigeants du PCF oseront-ils ne pas manifester notre solidarité avec les autres partis communistes et les forces qui résistent réellement au capitalisme? … Un refus qui nous déshonore et là encore, sur des bases “morales”,: dans l’assaut terrible qui leur est livré est-ce que le Venezuela respecte bien la démocratie, celle de l’occident bien sur? .. Et c’est au nom de cette “démocratie” qui s’accompagne de pillages, de blocus, de guerres, que nous ne nous sommes plus réellement opposés à toutes les invasions occidentales en Libye , en Syrie, cautionnant les interventions africaines.


Mais ces critiques étant faites, loin de stigmatiser les communistes, je suis d’accord pour participer à des mesures immédiates qui peuvent soulager les travailleurs, et dans ces mesures la présence du pCF me donne confiance, je sais que ce sera honnête et désintéressé… qu’ils n’auront pas une vision complotiste de leur action, que l’immense majorité est dénué de racisme, de xénophobie et qu’ils sont bienveillants, attentifs au sort des petits, des sans grade… Il voyaient encore il y a peu les souffrances des corps et de l’âme, et agissaient dans le concret. Ils étaient rudes mais attentifs…


Mais comment ne pas voir qu’il poursuivent sur leur lancée depuis plus de vingt ans, une absence totale de stratégie pour le socialisme, un isolement par rapport au mouvement communiste et anti-impérialiste, une soumission à la social démocratie sous toutes ses formes… et ils se condamnent eux-mêmes à l’effacement ce que je déplore mais constate.


C’est au contraire l’attente et l’espoir que j’ai dans ce parti qui me fait m’obstiner, parce qu’il n’y a rien d’autre en magasin, rien d’autre qui n’exaspère ses défauts sans avoir ses qualités.

Si j’étais jeune sans doute aurais-je plus de patience, mais à mon âge il vaut mieux que je me fasse une raison, il faudra du temps que je n’ai pas, donc il me faut poursuivre mon chemin intellectuel dans une certaine solitude. Pour vous dire mon renoncement, et à quel point il se débarrasse de la colère et de l’amertume: j’ai écrit des mémoires pour tenter de redonner aux communistes la fierté de leur parti et de l’histoire des communistes dans le monde. ce livre a connu une certaine audience, malgré la censure totale dont il a été victime de la part de la presse communiste et de tous les appareils encore liés à la diffusion des livres. j’ai souffert pourquoi le cacher de cette injustice, une de plus. Mais j’ai dépassé cela et même récemment ce qui me faisait plus mal encore, le fait que les cent ans du parti étaient laissés aux liquidateurs et aux trotskistes récemment adhérents qui à l’inverse des militants de terrain, des élus, ont beaucoup de temps pour ce genre de besogne. Je suis en train d’oublier que j’ai écris ce livre et je n’en parle plus.

Mais pour arriver à ce niveau de détachement et plus en core il faut vivre pleinement le temps auquel nous sommes confrontés. Un temps extraordinaire, dont les livres d’histoire feront un seuil et j’essaye de voir ce qui naît. Nous tentons ici avec Marianne de vous apporter le peu que nous découvrons…


Danielle Bleitrach

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
22 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Bonjour cette note me plait, mais il manque une chose importante, il y a encore dans le parti des dirigeants qui sont dans le climat d’avant le congrès. Pour conserver certain privilèges.

Je suis un ancien membre du PCF. J’ai adhéré en 1962, au moment de la Guerre d’Algérie, considérant que c’était l’organisation politique qui se battait le mieux pour la Paix en Algérie. Je ne regrette pas cette adhésion, bien au contraire. Puis j’ai démissionné en 1989 ne supportant pas, à tort ou à raison, le “globalement positif” de G.MARCHAIS. Puis, bien que sans carte, j’ai continué à militer avec mes camarades du PCF. C’était ma maison. Puis j’ai réadhéré pour finalement redémissionné il y a 3 ans, ne supportant pas cette fois-là les positions européistes des dirigeants du Parti. 5… Lire la suite »

Ancien adhérent également, ce qui m’a fait quitter le Parti c’est 2012 et le tapis rouge pour l’opportuniste JLM, bien sûr avec l’accompagnement des idées libérales dont des cadres de la formation du parti faisaient la promotion. Et surtout la faible résistance des camarades à ce travail de sape, qui n’aurait pas résisté si l’on avait pris le temps de la réflexion et de l’analyse des résultats désastreux du Parti sous l’action inlassable des liquidateurs. Je n’ai aucune envie d’y retourner quand j’écoute les énormités que certains de nos dirigeants sortent, et quand les alliances avec nos ennemis sont encore… Lire la suite »

Ce que je regrette c’est qu’on parle de socialisme et non de communisme comme tu le fais toi même.

Bon, j’ai fait une connerie, j’ai oublié d’enregistrer avant de changer de site. Donc je disais pour aller vite, quitte à me faire étriller, mais j’ai l’habitude, la discussion que je vois ci-dessus me ramène 40 ans en arrière alors que le monde a profondément changé, le rapport de forces s’est qualitativement modifié, pas seulement quantitativement. D’ailleurs, et c’est terrible, aucun des commentaires tournant autour du socialisme ou communisme ci-dessus ne fait référence aux changements qualitatifs dans la façon de produire dans les pays hautement développés dont la France. J’ai écris il y a bientôt 20 ans un petit ouvrage… Lire la suite »

Le cyber blabla. La Révolution numérique. Je suis pas un grand savant juste un travailleur “de base” un peu curieux. En cette période de crise révélant notre société de quoi manquons-nous ? De sites Internet et autres applis ? Non de masques,2 élastiques et un bout de tissus, un peu plus compliqués pour les ffp2, de ventilateurs, des tuyaux du métal et plastique et de l’électronique, rien de très nouveau depuis le transistor. Nos rayons se vident, peu de pâtes, de riz, on va devoir manger les télés. Désorganisation de la production, de la distribution ? Nous avons toujours besoin… Lire la suite »

J’ajouterais au propos de Danielle? que je pense, c’est mon opinion? qu’Ivan confond, de mon point de vue, la forme et le fond. Que les formes d’interventions du capital est évoluées cela ne fait aucun doute. les rapports que nouent les hommes dans le procès de production ont cette évolué, en plus raffiné, en plus perfide. MAIS SUR LE FOND RIEN DE CHANGER, NOUS SOMMES TOUJOURS DANS DES RAPPORTS DE SERVITUDE FUT-ELLE INVOLONTAIRE OU SUBIT. DE VENDEURS DE FORCE DE TRAVAIL PAS DE PRODUCTEURS ASSOCIES, TOUT CHANGER POUR NE RIEN CHANGER C’EST A CELA QUE CERTAINS VEULENT NOUS CANTONNER, SUCER… Lire la suite »

Pour ma part, ce que j’ai observé au Parti, c’est que systématiquement, les camarades qui osent avancer aujourd’hui une opinion positive sur l’URSS sont dénigrés, traités de staliniens par d’autres, et que cela s’apparente à une censure et une manoeuvre d’intimidation, et instaure un tabou, celui du socialisme, une gageure au PCF. Effectivement, ce mot semble avoir disparu de notre lexique, à tel point que l’évoquer surprend les camarades : et dès lors il ne faut plus nous étonner de ne pas être écoutés : soyons dialectiques et osons nous affranchir de cet interdit de la doxa qui fait qu’on… Lire la suite »

Je recommande de lire “Sovietica” d’Irina Malenko, une jeun étudiante soviétique qui va connaître la chute de l’URSS et va vivre aux Pays-Bas et en Irlande. Dans sont livre très savant elle dresse un portrait de la vie soviétique et d’une jeune femme en Europe “libre”. Ses grands parents ont bâti la jeune URSS, combattu pour la survie, sa mère est déjà ingénieur responsable de production dans une usine de motos, Irina intègre un institut à Moscou. Son parcours est détaillé, l’éducation toute petite, l’immense culture soviétique accessible à tous, l’école, les valeurs, les critiques en interne. Bref un témoignage… Lire la suite »

Merci ! c’est aux Editions Delga. J’espère qu’on peut aussi se le procurer en anglais ou en espagnol, il y a une camarade chilienne (au Chili) que ça intéresserait (mais qui ne parle pas le français). Franchement, les Russes sont sidérés par l’attitude méprisante de la direction du PCF. Ce n’est vraiment pas “Prolétaires de tous les pays, unissons-nous !” Il y a des Russes au PCF, ici, malgré tout. Mais ils ne sont pas aveugles. Se poser en donneurs de leçons à ceux qui ont bâti le socialisme, c’est une gageure. On pourrait aussi donner des leçons aux Cubains,… Lire la suite »

Merci Danielle pour ce constat lucide de ce qu’est le PCF actuellement. Une organisation rassemblant encore aujourd’hui des milliers de communistes, militants sincères, dévoués et efficaces, mais un parti qui n’est plus communiste depuis longtemps. Verrouillé de l’intérieur pour empécher ces mêmes militants d’inverser le tragique cours de la mutation. Y compris de façon violente. Violence physique comme cela a été le cas dans nombre d’endroit pour chasser ceux qui oser contester la mutation et certaines magouilles, violence intellectuelle – avec notamment la censure dont tu fais l’objet comme d’autres intellectuels communistes mais aussi des syndicalistes de classe et de… Lire la suite »

Verrouillé de l’intérieur. Voilà la formule vraie. Et pourquoi j’y suis revenu il y a peu mais sans y être, sans oser y militer, tellement ceux qui ont les clés de ma fédé nous ont grugés. Adhérent – militant !! – depuis 1966. J’ai laissé, je suis revenu. Toujours avec les mêmes rêves mais un grand malaise. Devant des gens que je ne sens pas communistes…. Quel courage tu as Danielle, de tenir tête, de te battre, contre ces salauds et connards qui te méprisent

Bonjour Danielle, IL existe un mouvement dont l’objectif est de faire renaitre ce grand Parti Communiste En France. C’est le PRCF, que tu connais d’ailleurs.
Amitié.

Didier

Les agressions ad Hominem évitent d’avoir à engager une discussion de fond qui eut pu être féconde, par conséquent, j’en reste là faisant le constat que cette discussion est impossible.

Camrade Danielle Bleitrach, je pense exactement ce que tu exprimes si bien. Dans cet article comme dans tous ceux que j’ai lu de toi. Je voudrais juste ajouter un souhait à ta réponse au commentaire du camarade Didier Olmos. Tu lui dit, notamment ce que tu ferais si tu étais à la Direction du Parti, concernant nos camarades du PRCF. Ta réponse me convient totalement et la direction du Parti serait bien inspirée d’appliquer ta pensée. Si j’étais à la Direction du PCF, il y a bien autre chose que je ferais en priorité. Je t’appellerais aussitôt et te proposerais… Lire la suite »