Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Dis aux responsables de cette entreprise, au préfet, ce que tu penses de leur attitude criminelle

Nous avons constitué un groupe en liaison avec la CGT qui dénonce auprès de l’opinion publique et des responsables gouvernementaux ceux qui agissent de cette manière avec leurs salariés. Nous est un bien grand mot, l’initiative en revient à des jeunes camarades, le web master de cette liste est un jeune communiste qui n’a pas trente ans.

les organisateurs de cette initiative à laquelle vous pouvez adhérer : https://www.facebook.com/groups/2369681540002152/2370920326544940/?comment_id=2370921203211519&reply_comment_id=2370922613211378&notif_id=1586335725146306&notif_t=group_comment

Donc voyez ci-dessous comment agir aujourd’hui qui est le jour consacré à ST Microelectronic,4000 salariés qui fabriquent des puces numériques, mais lisez plutôt.


STMicroelectronics Crolles, c’est 4000 salariés qui fabriquent des puces numériques dans une entreprise leader mondial du domaine. Une entreprise qui continue de tourner, malgré le fait que sa production n’ait aucun rapport avec la lutte contre l’épidémie ou le maintien des chaînes d’approvisionnement vitales. 4000 salariés exposés au Covid-19 au nom des profits financiers, malgré les alertes des syndicats et de l’inspection du travail. (53 cas étaient suspects le 3 avril dernier)

Le 18 mars dernier, la CGT de l’entreprise a alerté sur une situation de mise en danger des salarié-e-s et de la population en lien avec l’activité du site industriel de STMicroelectronics Crolles. Ils ont déclenché une procédure de Danger Grave et Imminent qui a été validée le 20 mars par le Comité Social et Economique du site. L’inspection du travail a rédigé un rapport fourni d’une dizaine de pages et va dans le sens des salarié-e-s en rappelant les différentes sources de danger sur le site.

Au 3 avril dernier, il y avait 53 cas suspects de contamination au Covid-19 parmi les salarié-e-s. Ce chiffre est certainement vu à la baisse par la direction car les représentants des salarié-e-s n’ont aucune information concernant les intérimaires et les sous-traitants. Aujourd’hui encore, près de 700 personnes sont amenées à se croiser dans la journée sur le site, avec des équipes postées constituées d’environ 100 personnes par unité de fabrication…

Nous demandons donc pour les salarié-e-s du site l’application du Décret n°2020-293 du 23 mars 2020 et la fermeture temporaire des unités de production du site. Les salarié-e-s précisent qu’ils considèrent « que l’industrie de la microélectronique est stratégique pour la France et l’Europe », mais qu’également, dans la période de propagation du Covid-19, l’activité du site n’est pas « immédiatement une activité indispensable à la continuité de la vie de la population ».

Laisser en activité les unités de production de Crolles, c’est contredire l’esprit du confinement et c’est donc mettre en danger les salarié-e-s qui y travaillent mais aussi la santé de la population de l’Isère, comme la population d’autres départements puisque des salarié-e-s de STMicroelectronics Crolles vivent en Savoie, dans la Drôme etc. C’est une question de santé publique !Une entreprise parmi d’autres dont il faut stopper temporairement l’activité pour sauver des vies !Pour davantage d’informations sur l’entreprise, les interpellations des salarié-e-s et l’action de la CGT STMicro de Crolles, tu peux consulter leur page facebook :https://www.facebook.com/Cgt-Stmicro-Crolles-1632069983729892/

Aucune description de photo disponible.
Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments