Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Chine : de l’internationalisme prolétarien à la stratégie globale par Sun Wei

De l’internationalisme prolétarien à la «Stratégie globale» Incontestablement l’épidémie de cornavirus a montré à quel point la Chine avait conservé une organisation sociale qui unissait les traditions les plus profondes avec le communisme.

«Tous les peuples du monde, unissez-vous, pour renverser l’impérialisme américain! Pour renverser le révisionnisme soviétique! Pour renverser les réactionnaires de toutes les nations! » Affiche du Red Eagle Corps de la PLA Air Force stationnée à Nanjing, 1969.CC BY-NC-SA 2.0 , PLA Air Force Red Eagle Corps [Domaine public], via Flickr

Les XXe et XXIe siècles ont marqué une période de changements spectaculaires dans la culture, la politique et la nation chinoises dans leur ensemble. Au cours du XXe siècle, la lutte de la Chine pour la libération nationale était étroitement liée au mouvement socialiste mondial. Le prolétariat chinois, et avec lui le Parti communiste chinois (PCC), ont été confrontés aux mêmes questions de «pouvoir» que leurs homologues d’autres pays: à savoir, comment conquérir – et conserver – le pouvoir d’État? De plus, une fois au pouvoir, comment les communistes devraient-ils relever les défis internationalistes concrets?

Sun Wei travaille en tant que chef de projet au bureau de Pékin de la Rosa-Luxemburg-Stiftung, où elle est responsable du développement, de la facilitation et de l’évaluation des collaborations et des projets politiques à travers la Chine.

Les expériences de la Chine au cours des dernières décennies sont représentatives des difficultés typiques auxquelles les mouvements socialistes sont confrontés pour traiter et résoudre les contradictions entre le nationalisme et l’internationalisme. D’une manière générale, les 100 dernières années d’internationalisme dans l’histoire chinoise peuvent être divisées en trois périodes distinctes.

1921–1949

Cette période s’étend de la fondation du Parti communiste chinois en 1921 à la fondation de la République populaire de Chine (RPC) en 1949. Le PCC a été fondé sur deux principes idéologiques principaux: la «dictature du prolétariat» et l’internationalisme prolétarien, comme Cai Hesen, l’un des plus grands révolutionnaires chinois et la première personne à proposer le nom de «Parti communiste chinois» à Mao Zedong en 1920, a souligné. Le nationalisme, motif directeur de la campagne du PCC pour mobiliser le peuple chinois en faveur de l’indépendance nationale, était intimement lié à la pensée internationaliste.

Fondée par l’Union soviétique en 1919, l’Internationale communiste ou «Komintern» a été activement impliquée dans la relance du PCC, qui est ensuite devenu une section nationale de l’Internationale. Fortement convaincu de la prétention du Komintern à représenter le prolétariat mondial, le PCC a démontré sa loyauté en se tenant même aux côtés de l’Union soviétique lors des négociations sur l’indépendance de la Mongolie dans les années 1920.

Au fil du temps, le Komintern est devenu progressivement une sorte de bras étendu de la politique étrangère soviétique. La domination de l’Union soviétique sur l’internationalisme a conduit à une augmentation des conflits entre le PCC et le Komintern, incarnant un exemple typique des relations entre le Komintern et ses sections nationales respectives dans les différents pays. Le PCC a commencé à remettre en question ses relations avec l’Internationale à mesure que les tensions entre les différents intérêts devenaient plus évidentes, attribuant l’échec de la révolution de 1927 aux mauvais conseils des dirigeants soviétiques à Moscou qui cherchaient à imposer mécaniquement l’expérience révolutionnaire de la Russie au contexte chinois.

Alors que le prolétariat d’Europe occidentale à l’époque combattait uniquement contre le capitalisme, le prolétariat du monde en développement (y compris la Chine) luttait non seulement contre le capitalisme mais aussi contre l’impérialisme et le colonialisme. Cela a poussé les communistes chinois à considérer le nationalisme comme une condition préalable à un internationalisme réussi. Dans son discours de 1938 sur la position du PCC dans la guerre civile, le secrétaire général du PCC, Mao Zedong, a précisé que “chaque communiste chinois doit être internationaliste”. Il a critiqué le soi-disant «patriotisme» des fascistes allemands et japonais, responsables de la catastrophe qui a frappé les peuples de ces deux pays et leurs voisins. En ce sens, il a souligné que le patriotisme chinois était bien un internationalisme pratique, exprimé sous la forme d’une guerre de libération nationale.  

1949-1978

Cette période s’étend de la fondation de la RPC jusqu’au début de la politique de «réforme et d’ouverture» sous Deng Xiaoping. L’internationalisme a changé au cours de cette période, obtenant un nouveau statut. La libération du monde en développement et décolonisé est devenue un enjeu majeur dans la lutte du prolétariat mondial contre l’hégémonie capitaliste occidentale. Avec cela, une nouvelle question se pose: à savoir, comment le prolétariat peut-il s’unir contre l’exploitation dans un monde dominé par le capitalisme?

Face à l’hostilité de l’Occident capitaliste dirigé par les États-Unis ainsi que du bloc socialiste dominé par l’Union soviétique depuis les années 1950, la Chine a progressivement amélioré sa position dans le monde en établissant un certain nombre de partenariats avec des pays impliqués dans leurs propres luttes pour l’indépendance nationale. Lors de la Conférence de Bandung de 1955, première conférence internationale réunissant principalement des pays asiatiques et africains, la Chine a proposé «cinq principes de coexistence pacifique» comme base pour traiter des relations internationales: respect mutuel de la souveraineté territoriale, non-agression, non ingérence mutuelle dans les affaires intérieures, l’égalité et le bénéfice mutuel. Bien que des différends idéologiques aient surgi lors de la conférence, les délégués se sont félicités des cinq principes et les ont ajoutés aux dix principes constituant «l’esprit de Bandung».

La Chine a soutenu de manière proactive le mouvement anti-impérialiste et anti-colonial en Asie et en Afrique au cours de cette période, y compris divers projets de développement. Peut-être parce que ces projets sont progressivement devenus moins idéologiques et plus pragmatiques au fil du temps, en 1971, la République populaire de Chine a été élue pour devenir l’un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies. Le président Mao aurait déclaré: «Ce sont nos frères africains qui nous ont transportés à l’ONU». Cette évolution soulève une autre question: l’internationalisme s’est-il peut-être déplacé au cours de cette période pour promouvoir la justice mondiale entre pays en développement et pays développés?

1978 – Aujourd’hui

En Chine, la période actuelle est caractérisée par la mise en œuvre de la politique de «réforme et d’ouverture» et la construction d’un socialisme aux caractéristiques chinoises. Estimant que «le socialisme pauvre n’est pas un véritable socialisme», le PCC a lancé une série de réformes orientées vers le marché et dirigées par l’État. Pendant la période de réforme initiale, c’est-à-dire les années 80 et 90, l’attitude du PCC envers ses «amis» asiatiques et africains de longue date est passée à une orientation plus économique. En se concentrant sur la croissance économique, la Chine a réduit l’aide à ses «frères» d’une part, tout en les reconnaissant de manière perceptible comme des marchés potentiels et des fournisseurs de ressources nécessaires.

La Chine a accéléré ses efforts pour suivre les règles commerciales «universelles» dans l’espoir d’être intégrée au marché mondial. S’appliquant initialement à l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT) en 1986, la RPC a finalement été confirmée en tant que membre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2001, ouvrant ainsi la voie à une plus grande implication du pays dans l’économie mondiale. , en particulier pour explorer les marchés étrangers de capitaux, de ressources et de technologie. La «Stratégie mondiale» adoptée par la neuvième session du Congrès national du peuple en 2000 a été considérée comme l’orientation économique nationale.

Plutôt que de suivre passivement les «règles universelles» rédigées principalement par les pays capitalistes développés, la Chine a commencé à jouer un rôle proactif de «nation montante» en exerçant une influence non seulement sur les questions purement économiques. Outre l’Initiative Belt and Road, l’Organisation de coopération de Shanghai et la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures, la Chine s’est également engagée à assumer davantage de responsabilités dans la lutte contre le changement climatique. En ce sens, la «communauté d’avenir commun pour l’humanité» proposée au dix-neuvième Congrès du Parti CPC en 2017 représente une nouvelle interprétation de l’internationalisme.

Chine ” Global Future

La politique étrangère de la Chine est-elle ancrée dans un discours internationaliste et pouvons-nous considérer l’idéologie internationaliste comme toile de fond? Bien que l’Occident considère la politique étrangère chinoise comme strictement pragmatique, motivée uniquement par l’intérêt national et le gain économique, les universitaires et les responsables des partis en Chine soutiennent que la «Stratégie mondiale» représente en fait une nouvelle vision de l’internationalisme.

Enraciné dans la solidarité unie du prolétariat mondial et la réalisation de la libération humaine de l’exploitation, l’internationalisme a été mis à l’épreuve par la montée du nationalisme et la fragmentation de la classe ouvrière. Sur le chemin d’une nation pauvre et opprimée à la deuxième puissance économique mondiale, la Chine – et en particulier le PCC en tant que principal parti – a lutté avec les théories idéologiques du nationalisme et de l’internationalisme pour faire face aux contradictions et aux défis. La «voie de la Chine», telle que proclamée par le PCC, a soulevé des questions vitales du pouvoir de l’État face à l’internationalisme. Comment l’État peut-il différencier l’internationalisme des intérêts nationaux étrangers? Où se situent exactement les contradictions entre nationalisme et internationalisme? En outre,

Il n’y a pas de réponse définitive à ces questions, mais il faut plutôt la résoudre continuellement et la poser à nouveau en Chine et dans le reste du monde. Néanmoins, l’expérience chinoise peut nous apprendre au moins une chose: il n’y a pas d’internationalisme statique et transhistorique, mais plutôt une réinterprétation et une renégociation constantes entre les besoins d’un pays individuel dans sa trajectoire de développement et ceux de la mouvement socialiste international comme notre lutte politique commune et notre avenir international commun.

Xi Jinping mène la guerre de la Chine contre le COVID-19 Épisode 10

Xi Jinping mène la guerre de la Chine contre le COVID-19 Épisode 10Le COVID-19 est combattu sur deux fronts : le premier dans les hôpitaux où les médecins traitent les patients et sauvent leur vie, et le second dans les quartiers d'habitation où les mesures de prévention et de contrôle sont strictement appliquées. Le président chinois Xi Jinping a souligné plusieurs fois que pour remporter la bataille contre l'épidémie, l'accent devait être mis sur la « prévention ». Il faut s'appuyer sur le peuple et le mobiliser pleinement. Il faut fortifier une défense puissante basée sur les communautés. #CORONAVIRUS #COVID19 #XiJinping

Publiée par CGTN Français sur Jeudi 2 avril 2020

Partager:

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
3 Commentaires
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

Quel contraste dans le reportage chinois et dans nos télévision: d’une part le collectif, l’implication de chacun anonyme, l’esprit de corps, le soucis de l’efficacité dans l’action, le soucis des plus fragiles, l’organisation de la société civile et du Parti. Chez nous, les grandes paroles, la piraterie, le spectacle autour de spéculations sur le traitement, l’arrogance de notre gouvernement, la poursuite de la casse de l’hôpital, la stigmatisation des indiscipliné à qui ont inculqué l’individualisme dès la plus tendre enfance, la répression, l’exploit de l’armée qui monte une tente de 30 lits, ou encore un maire qui se rêve Seigneur… Lire la suite »

Les masques il suffit d’aller sur XINHUA, lorsque l’on n’est pas un fanatique antichinois. Les patrons d’entreprise expliquent depuis un bon moment que la commande française date du 30/03/2020 et que chaque ouvrier s’attelle à ne pas perdre une seconde pour les produire. De meme pour les USA , l’essentiel des masques est produit actuellement en CHINE! Ces 2 gouvernements de l’empire du crime, les USA et la FRANCE ont volontairement abandonné les productions matérielles ds le but d’exploiter des nations et d’autre part de détruire, avachir , démonétiser la classe ouvrière de leur pays. Ces assassins du capitalisme poussent… Lire la suite »

En désaccord avec SUN WEI lorsque celui-ci parle de l’internationale et de ses désaccords internes pour expliquer les problèmes nés entre CHINE et URSS. L’internationale a disparu en 1943 sur décision du bureau politique de l’URSS après accord avec les USA. STALINE a clairement indiqué que cela faciliterait le travail des sections devenant nationales. La séparation de la CHINE d’avec l’URSS date de KROUTSCHEV. Et les USA pendant les années 1970 ( 1972) par NIXON ont remarqué que les états socialistes pour se développer réclamaient des capitaux qu’ils n’avaient pas. Ces capitaux nul doute que les USA les ont alors… Lire la suite »