Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Chomsky : le virus est effrayant mais il nous avise d’autres urgences beaucoup plus dramatiques pour l’espèce humaine

. Ce que nous prouve en effet l’épidémie c’est à quel point les civilisations humaines ont du mal à anticiper, comment elles sont pré-déterminées par des impératifs de fait suicidaires, ne serait-ce que l’appât du gain, mais pas seulement et il est vrai que Trump qu’il voit à la tête de cette danse macabre en est l’illustration la plus saisissante mais la transformation nous concerne tous et l’on souhaite simplement que les citoyens profitent de leur temps de réflexion pour réellement dialoguer, échanger expériences et analyses et ne se lancent pas dans des rumeurs mais qu’ils fassent de la politique au sens le plus noble du terme. (note de Danielle Bleitrach).

Le célèbre intellectuel américain Noam Chomsky a de nouveau parlé de la pandémie de coronavirus (Covid-19) dans une interview avec Srecko Horvat, co-fondateur de l’initiative européenne DiEM25. 

La puissance des États-Unis est écrasante. C’est le seul pays qui, lorsqu’il impose des sanctions à d’autres États comme l’Iran et Cuba, cela doit être suivi par tous les autres. L’Europe suit le maître aussi, affirme Chomsky. Ces pays souffrent des sanctions états-uniennes, mais néanmoins

« l’un des éléments les plus ironiques de la crise virale actuelle est que Cuba aide l’Europe. L’Allemagne ne peut pas aider la Grèce, mais Cuba peut aider les pays européens ».

Si l’on ajoute à cela la mort de milliers d’immigrants et de réfugiés en Méditerranée, Chomsky pense que la crise de civilisation de l’Occident à l’heure actuelle est dévastatrice.

La rhétorique actuelle qui fait référence à la guerre est d’une certaine importance, selon Chomsky. Si nous voulons faire face à cette crise, nous devons passer à quelque chose comme la mobilisation en temps de guerre. Par exemple, la mobilisation financière des États-Unis pour la Seconde Guerre mondiale, qui a conduit le pays à s’endetter bien plus lourdement et à quadrupler la production manufacturière états-unienne, ce qui a entraîné une croissance. Nous avons besoin de cette mentalité maintenant afin de surmonter cette crise à court terme et qui peut être gérée par les pays riches. « Dans un monde civilisé, les pays riches apporteraient leur aide à ceux qui sont dans le besoin, au lieu de les étrangler ». « La crise du coronavirus pourrait amener les gens à réfléchir au type de monde que nous voulons ».

Chomsky pense que les origines de cette crise sont un échec colossal du marché et les politiques néolibérales qui ont intensifié de profonds problèmes socio-économiques. « On savait depuis longtemps que des pandémies étaient très probables et on comprenait très bien qu’il y aurait probablement une pandémie de coronavirus avec de légères modifications de l’épidémie de SRAS. Ils auraient pu travailler sur des vaccins, sur le développement d’une protection contre les pandémies potentielles de coronavirus, et avec de légères modifications, nous pourrions avoir des vaccins disponibles aujourd’hui ». En ce qui concerne les Big Pharma, des tyrannies privées, face auxquelles le gouvernement ne peut pas intervenir, il est plus rentable de fabriquer de nouvelles crèmes pour le corps que de trouver un vaccin qui protégera les gens de la destruction totale. La menace de la polio a pris fin avec le vaccin de Salk, par une institution gouvernementale, sans brevet, disponible pour tous. « Cela aurait pu être fait cette fois-ci, mais la peste néolibérale a bloqué cela ».

L’information était là, mais nous n’avons pas fait attention

« En octobre 2019, il y a eu une simulation à grande échelle aux États-Unis, dans le monde, de la possible pandémie de ce genre, mais rien n’a été fait. Nous n’avons pas fait attention à l’information.

Le 31 décembre, la Chine a informé l’Organisation mondiale de la santé de la pneumonie et une semaine plus tard, des scientifiques chinois ont identifié le virus comme étant un coronavirus et ont communiqué l’information au monde entier. Les pays de la région, la Chine, la Corée du Sud, Taïwan, ont commencé à faire quelque chose et cela semble contenu, au moins pour la première vague de crise. En Europe, dans une certaine mesure, cela s’est également produit. L’Allemagne, qui s’est déplacée juste à temps, dispose d’un système hospitalier fiable et a pu agir dans son propre intérêt, sans aider les autres mais pour elle-même au moins pour avoir un confinement raisonnable. D’autres pays l’ont tout simplement ignoré, le pire d’entre eux étant le Royaume-Uni et le pire de tous étant les États-Unis ».

« Lorsque nous aurons surmonté cette crise d’une manière ou d’une autre, les options disponibles iront de l’installation d’États brutaux hautement autoritaires à une reconstruction radicale de la société et à des termes plus humains, soucieux des besoins humains plutôt que du profit privé.

« Il est possible que les gens s’organisent, s’engagent, comme beaucoup le font, et qu’ils créent un monde bien meilleur,

qui sera également confronté aux énormes problèmes auxquels nous sommes confrontés tout au long du chemin, aux problèmes de la guerre nucléaire, qui est plus proche que jamais, et aux problèmes des catastrophes environnementales dont il n’y a pas de reprise une fois que nous sommes arrivés à ce stade, qu’il n’est pas loin, à moins que nous n’agissions de manière décisive ».

« C’est donc un moment critique de l’histoire humaine, et pas seulement à cause du coronavirus, qui devrait nous faire prendre conscience des profondes failles du monde, des caractéristiques profondes et dysfonctionnelles de tout le système socio-économique, qui doit changer, si l’on veut qu’il y ait un avenir viable. Ce pourrait donc être un signe d’avertissement et une leçon pour y faire face aujourd’hui ou pour éviter qu’il n’explose. Mais il faut penser à ses racines et à la façon dont ces racines vont conduire à d’autres crises, pires que celle-ci ».

À propos de la situation de quarantaine à laquelle sont confrontés aujourd’hui plus de 2 milliards de personnes sur la planète, Chomsky souligne qu’une forme d’isolement social existe depuis des années et qu’elle est très dommageable.

« Nous sommes maintenant dans une situation de réel isolement social. Il faut la surmonter en recréant des liens sociaux de quelque manière que ce soit, quel que soit le type d’aide que l’on puisse apporter aux personnes dans le besoin.

Il faut les contacter, développer des organisations, élargir l’analyse. Comme avant de les rendre fonctionnelles et opérationnelles, de faire des plans pour l’avenir, de rassembler les gens comme nous le pouvons à l’ère de l’internet, de les rejoindre, de les consulter, de délibérer pour trouver des réponses aux problèmes qu’ils rencontrent et de travailler sur ces problèmes, ce qui peut être fait. Ce n’est pas la communication face à face qui est essentielle pour les êtres humains. Mais elle en sera privée pendant un certain temps, vous pouvez la mettre en attente ».

Noam Chomsky conclut en disant : « Trouvez d’autres moyens et poursuivez, voire étendez et approfondissez les activités réalisées. C’est possible. Ce ne sera pas facile, mais les humains ont été confrontés à des problèmes dans le passé ».

Vidéo :

Pour voir la vidéo ( 32′ 50′′ ) avec les sous-titres en français : 1. Cliquez sur l’icône Sous-titres (rectangle blanc en bas à droite de la fenêtre du lecteur vidéo).   2. Cliquez sur l’icône Paramètres (roue dentée en bas à droite), puis cliquez successivement sur Sous-titres, puis sur Traduire automatiquement.    3. Dans la fenêtre qui s’ouvre, faites défiler la liste des langues et cliquez sur Français.

Source : Pressenza, Noam Chomsky, 31-03-2020

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments