Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Les communistes de Moscou exigent de « soutenir les citoyens et l’économie dans le contexte de la pandémie de coronavirus »

Le Comité de la ville de Moscou du Parti communiste a publié une déclaration détaillée, demandant aux autorités plus de cohérence et de détermination dans la lutte contre la pandémie de coronavirus et la crise économique. Les communistes de Moscou ont également proposé un certain nombre de mesures pour sauver les citoyens et les entreprises de la situation qui se détériore rapidement.

Le service de presse de Moscou du Parti communiste.

03-04-2020

https://kprf.ru/party-live/regnews/192938.html

«Sur les mesures prioritaires pour soutenir les citoyens et l’économie dans le contexte de la pandémie de coronavirus»

Déclaration du Parti communiste de la Fédération de Russie

La situation causée par la propagation de la pandémie du virus COVID-19 continue de s’aggraver à l’échelle mondiale. Le nombre de cas augmente chaque jour à un rythme qui dépasse de loin le nombre de guérisons; le nombre de victimes se mesure en dizaines de milliers. Dans ces conditions, la défaillance des systèmes de santé dans les pays capitalistes, dont fait partie malheureusement la Russie, apparaît de manière éclatante. La politique à long terme de renoncement de l’État à ses obligations sociales et le véritable saccage du système de santé sous prétexte d ’« optimisation » ont fait leur sale boulot – ils n’ont pas encore réussi à contenir et à circonscrire la propagation du virus. L’élite dirigeante ne manifeste toujours pas la volonté de lutter de manière cohérente contre l’épidémie et ses conséquences socio-économiques, avec le risque non seulement d’une augmentation du nombre de victimes de la maladie, mais aussi un glissement de plus en plus rapide de l’économie russe affaiblie dans le gouffre sans fond de la crise mondiale du capitalisme.

Le 31 mars, un certain nombre de lois ont été adoptées pour mettre en œuvre les mesures proposées par le président de la Russie et complétées par le gouvernement pour lutter contre la propagation de l’épidémie et soutenir l’économie. Ces mesures contrastent fortement avec celles adoptées dans les pays socialistes (Chine, Cuba) et dans les pays impérialistes avancés (USA et Europe occidentale). En Chine, où le Parti communiste est au pouvoir, grâce à des mesures décisives, énergiques et strictes pour lutter contre l’infection, la maladie a été rapidement circonscrite. Maintenant, la RPC a en fait vaincu le coronavirus et soutient d’autres pays.

Nous considérons l’appel de 75 partis communistes et ouvriers, adressé aux gouvernements nationaux, exigeant une action urgente pour protéger la population contre l’épidémie, extrêmement pertinente pour la Russie. Parmi les mesures prioritaires devraient figurer:

· Délivrance immédiate et gratuite par l’État à la population de tous les moyens nécessaires de prévention et de protection (masques, gants, antiseptiques, etc.) et de lutte contre la spéculation.

· Fourniture immédiate de mesures de protection à tout le personnel médical qui met sa vie et sa santé en danger en combattant le coronavirus dans les hôpitaux.

· Protection des revenus et des droits des travailleurs. Mettre un terme à l’arbitraire du capital qui, sous le prétexte de l’épidémie de CoVID-19, procède à des licenciements massifs et tente de violer les droits au salaire, aux horaires de travail, aux congés et autres droits des travailleurs.

· Abolir toutes les sanctions et mesures d’isolement économique, qui dans cette situation sont encore plus injustes et criminelles et compliquent la vie des peuples des pays contre lesquels elles sont dirigées, prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger la santé et la vie des peuples.

Refusant d’imposer l’état d’urgence, les autorités prévoient néanmoins d’appliquer des sanctions sévères en cas de violation du régime d’auto-isolement. Des lois ont déjà été adoptées qui permettent de punir les citoyens en vertu du Code des infractions administratives d’une amende pouvant aller jusqu’à un million [de roubles, environ 12 000 €, NdT], et en vertu du Code pénal – de les emprisonner jusqu’à 7 ans. Ce faisant, aucun travail sérieux visant à informer le public sur la manière dont ces sanctions seront appliquées n’a été fait, les gens n’ont toujours pas été informés clairement sur ce qui peut être fait et ce qui ne peut pas l’être.

De lourdes amendes pouvant aller jusqu’à 5 millions de roubles ont été proposées pour des informations inexactes sur le coronavirus. La désinformation doit vraiment être combattue, elle peut semer la panique et constituer un danger. Bien sûr, il est impossible de se passer de restrictions aux droits et libertés des citoyens dans une épidémie. Cependant, ces restrictions ne doivent pas être arbitraires. Pourquoi le maire de Moscou Sobianine et d’autres chefs de régions qui le suivent se livrent-ils à l’arbitraire? Au lieu d’instaurer l’état d’urgence, ils restreignent les droits des citoyens par décrets, ignorant les procédures prévues dans de tels cas par la loi. Tout cela est susceptible de s’inscrire dans une stratégie à long terme des autorités pour resserrer les vis et renforcer la censure.

Les autorités devraient travailler davantage à améliorer la confiance des citoyens dans les informations officielles, ce qui nécessitera une politique à long terme pour éliminer les fraudes électorales et mener une lutte efficace contre la corruption. Les citoyens auront alors la possibilité de faire confiance aux médias d’État et aux ressources officielles des autorités.

Des dizaines de régions ont imposé l’auto-isolement, mais les règles sont différentes et vagues partout. De nombreux citoyens et entreprises ne savent pas quand aller travailler et quand on peut refuser, même si l’employeur l’exige. Dans certains endroits, il est permis de promener les animaux, d’autres non (à Sverdlovsk, il y a déjà des amendes pour cela). L’absence d’information centralisée des citoyens sur le régime juridique de l’auto-isolement crée une marge d’interprétation arbitraire et contribue à l’arbitraire des services répressifs locaux.

Même sans la pandémie mondiale de coronavirus, les économistes s’accordent à dire que le monde est entré dans une période de crise économique dramatique qui peut dépasser l’ampleur de la Grande Dépression. De nombreux pays prennent des mesures d’urgence pour protéger leur économie.

Aux États-Unis, pour soutenir la population et l’économie pendant la crise, tous les citoyens recevront 1 000 $ chacun, ce qui fait plus de 300 milliards de dollars. Avec ces fonds, les gens achèteront les biens et services nécessaires, les entreprises recevront des revenus, paieront des salaires, paieront des impôts, poursuivront l’activité économique – c’est le soutien de l’économie. En Pologne, le gouvernement prévoit d’allouer environ 9% du PIB pour sauver l’économie, ce qui représente environ 50 milliards. Les mesures du gouvernement russe représentent moins de 1,2% du PIB, ce qui équivaut à 20 milliards de dollars. Ne prêtant pratiquement aucune attention à l’expérience d’autres pays, la classe dirigeante de la Russie s’est limitée pendant longtemps à des demi-mesures, sans résoudre la tâche principale – la création d’une demande solvable.

Les autorités ne sont pas pressées d’instaurer l’état d’urgence, sachant que dans ce cas, elles seront obligées d’assumer l’entière responsabilité de ce qui se passe. L’état d’urgence officialisera le fait de force majeure, ce qui permettra aux citoyens et aux entreprises de bénéficier d’une certaine protection juridique. Cependant, le régime d’auto-isolement instauré par les autorités attribue en fait l’entière responsabilité de la lutte contre l’épidémie à la population. De plus, les gens sont également contraints de prendre en charge la plupart des coûts de la lutte contre le virus, car l’envoi en congé volontaire et obligatoire entraîne pour les travailleurs et les employeurs d’énormes pertes. En l’absence d’économies chez 60% de la population et dans une partie importante des petites et moyennes entreprises – une telle approche des autorités condamne en fait les citoyens à une pauvreté encore plus grande et les entreprises – à la ruine.

Les nombreuses mesures de soutien aux citoyens sont insuffisantes. Les autorités ont décrété que les congés de maladie ne devraient pas être inférieurs au salaire minimum. Cependant, le montant de ce dernier ne couvre pas entièrement les besoins d’une famille russe. Le Parti communiste propose depuis longtemps d’augmenter le salaire minimum à au moins 25 000 roubles [300€, le double de ce qu’il est actuellement ! NdT], mais Russie unie a rejeté cette initiative. De plus, les congés de maladie liés au coronavirus ne peuvent être perçus que par ceux qui sont rentrés de l’étranger ou ont eu des contacts avec des personnes infectées–ils sont très peu nombreux, alors que le nombre de cas déjà à l’intérieur du pays continue d’augmenter à un taux d’environ 30% par jour!

En ce qui concerne le soutien aux petites et moyennes entreprises, le gouvernement a promis le report des paiements vers les fonds et les taxes (hors TVA). En fait, cette mesure ne touchera que quelques industries, que le gouvernement considère comme les plus touchées par l’épidémie. Seules les cotisations d’assurance sociale seront réduites pour tout le monde. Si l’État décide de dépenser de l’argent directement pour soutenir les entreprises, la priorité devrait être accordée aux entreprises et aux industries importantes sur le plan social et de l’État.Par exemple, il faut d’abord soutenir l’industrie aéronautique nationale, puis, si on a suffisamment de ressources, les voyagistes et les transporteurs, y compris sous réserve d’utiliser nos avions au lieu des produits des sociétés Boeing et Airbus. Depuis l’IL-96 amélioré aux autres modèles fabriqués à partir de composants russes. Les entreprises de soutien à la vie (production alimentaire, produits pharmaceutiques, infrastructure) méritent une attention prioritaire.

On ne peut pas dire que tout le nécessaire soit fait pour une production fonctionnelle contre virus. Les autorités compétentes devraient préparer un protocole d’action strict pour protéger la production contre le virus. Y compris en cas de vagues répétées de l’épidémie.

L’État, s’il voulait sérieusement veiller aux intérêts de la majorité de la population, devrait, dans le contexte de cette grave crise, encore compliquée par l’épidémie, reprendre les fonctions de véritable gestionnaire de l’économie. C’est l’État qui se doit d’agir en tant que client de l’essentiel des produits vitaux de l’industrie et de l’agriculture sur une base planifiée. Cela est nécessaire, entre autres, pour contrarier l’action de la “main invisible du marché”, qui profite déjà de l’épidémie et a lancé le mécanisme de hausses spéculatives des prix des médicaments et des produits de base. Formuler un plan pour le salut et le développement de l’économie du pays, sur la base des critères de maximisation des besoins des citoyens et de la sécurité nationale, mettre en œuvre ce plan sous la forme d’un algorithme pour progresser vers un objectif donné basé sur un modèle dynamique d’équilibre intersectoriel – c’est le moyen de vraiment surmonter la crise et d’assurer une croissance économique rapide mais régulière. Les installations de télécommunication modernes et la puissance de calcul des ordinateurs nous permettent d’effectuer des calculs lors de la planification du développement de l’économie nationale rapidement et avec précision, évitant ainsi les difficultés rencontrées par l’Union soviétique.

Nous sommes convaincus que la pandémie de coronavirus a exposé de manière irréfutable la vulnérabilité du monde capitaliste aux défis de notre temps. Il est maintenant nécessaire de surmonter cette situation difficile sans panique grâce aux efforts conjoints des pays et des peuples, en se rappelant que seule la transition vers une société communiste peut protéger l’humanité de manière fiable contre les menaces du XXIe siècle.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments