Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Vénissieux : pour répondre à une demande inattendue, le dispositif « cagettes » élargi

Vénissieux, notre blog connait les rencontres internationales… Mais à Vénissieux on pense global et on agit local, la mairie communiste s’occupe sans relâche de cette ville où il y a encore une industrie, des cités comme les Minguettes avec tous les problèmes qui vont avec en particulier le chômage, les difficultés financières. Organiser la solidarité alimentaire entre les paysans et les cités populaires est ce qu’il faut faire. Bien sûr en voyant ces photos, j’aurais souhaité que ces élus puissent distribuer des masques, ce qui permettrait d’élargir la solidarité à tous ceux qui ne veulent pas ou ne peuvent pas rester confinés. Peut-être aurait-on moins de problèmes avec certains jeunes si on était en mesure de voir qui parmi eux est prêt à assurer l’approvisionnement, l’aide à domicile et même le travail aux champs, si on pouvait les vêtir correctement, les protéger. Les Chinois ont pu créer cette solidarité militante en donnant à ceux qui s’en chargeaient des tenues de scaphandrier, ici en France c’est du bricolage dangereux, mais comment avoir des masques alors que l’hôpital, les services publics en manquent. Avoir une municipalité communiste demeure un atout pour les populations les plus démunies (note de Danielle Bleitrach pour histoire et société).

 31 mars 2020Gilles Lulla 479 Views  0 Commentsfrutits et légumesproducteurs locauxVénissieux

Face au succès rencontré par le dispositif d’approvisionnement alternatif en fruits et légumes, la Ville de Vénissieux crée deux nouveaux points de distribution : au Moulin-à-Vent et aux Minguettes.

Le soleil est trompeur en ce 31 mars : il est 10h30 et le froid est encore vif. Cela n’empêche pas plusieurs dizaines de Vénissians d’attendre patiemment leur tour, séparés les uns des autres de quelques mètres. Deux longues queues s’étirent en forme de L sur le parking de l’hôtel de ville. L’une qui mène à Christian Butin, maraîcher à Saint-Symphorien d’Ozon, l’autre à Corinne Corbière, cultivatrice de fruits à Mornant. Ces deux producteurs sont des habitués du marché du Centre. Et la clientèle est au rendez-vous. Bien plus nombreuse qu’on ne l’attendait.

La Ville de Vénissieux n’avait pas anticipé cet engouement quand, le 24 mars, après l’interdiction des marchés de plein air, elle a proposé un approvisionnement alternatif en fruits et légumes. « On a dû arrêter d’enregistrer des inscriptions. Les commandes d’aujourd’hui ont été prises dès vendredi dernier, témoigne Jean-Maurice Gautin, adjoint au maire en charge des marchés. Pour chaque jour de distribution, le mardi et le jeudi, on en est à 80 cagettes réservées. »

Nathalie, qui s’apprête à prendre la sienne, explique pourquoi elle vient de faire 15 minutes de queue : « J’élève seule un enfant de 3 ans, je ne peux pas prendre de risque au niveau sanitaire. Si je tombe malade, je fais comment ? J’évite donc autant que possible les grandes surfaces. Et ici au moins, je sais que j’ai des produits de qualité. »

Une autre motivation revient souvent dans la file d’attente au fil des discussions : la volonté de soutenir les producteurs locaux et de ne pas engraisser les hypermarchés. Face à un tel succès, la Ville de Vénissieux a décidé d’étendre l’expérience. Un nouveau producteur rejoint le dispositif et assurera deux points de vente le jeudi matin : de 9 heures à 10 heures devant la mairie de quartier du Moulin-à-Vent ; puis de 10h30 à 11h30 aux Minguettes, devant le cinéma.


PRATIQUE

• Mardi et jeudi de 10 heures à 11 heures – parking hôtel de ville : deux producteurs proposent des cagettes de légumes et/ou cagettes de fruits à 10 euros chacune.

• Jeudi de 9 heures à 10 heures – parking mairie de quartier Moulin-à-Vent (44, rue Ernest-Renan), puis de 10h30 à 11h30 – cinéma Gérard Philipe (12, avenue Jean-Cagne) : un producteur propose des cagettes de légumes à 10 euros ou des cagettes de légumes avec 6 œufs à 15 euros.

Les habitants intéressés peuvent passer commande auprès du service des marchés forains au 04 72 21 00 42 de 9 heures à 16 heures du lundi au vendredi. Les commandes seront transmises aux producteurs. Seules les personnes ayant préalablement passé une commande pourront percevoir leur cagette sous le contrôle d’un agent du service des marchés forains.

Les cagettes sont garnies d’au moins cinq variétés de légumes de saison et de plusieurs variétés de fruits (pommes, poires, kiwis et bientôt fraises). Chaque cagette devra être perçue en l’état, sans capacité de choix du contenu pour les acheteurs.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments