Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

DES FAITS RIEN QUE DES FAITS : UN DOCUMENTAIRE SUR LA DROGUE SUR ARTE

Ce documentaire sur l’histoire de la drogue présenté hier soir sur Arte est à voir absolument. Il s’agit officiellement d’un plaidoyer contre la prohibition, mais il dit autre chose :

Certes la prohibition est une comédie pour augmenter les profits dans un système capitaliste, il lie toujours plus étroitement le crime organisé, le capital, les pouvoirs en place, les trusts pharmaceutiques, au plan international comme dans les pays impérialistes?

Mais il y a une autre solution la résistance, les luttes contre l’exploitation, contre la guerre, et tous les pillages, contre le racisme qui renverse les responsabilités en faisant des pays à qui l’on a imposé le libre marché de la drogue les coupables.

Ce choix alternatif a eu jadis en France, et encore aujourd’hui dans d’autres pays du monde un nom : le socialisme. Sa mise en œuvre a été menée par des partis communistes .

Comment, deux siècles durant, les pouvoirs en place ont fait naître et prospérer le commerce des drogues, envers occulté du libre-échange. Cette fresque dense et limpide pulvérise les idées reçues et se donne comme objectif de démontrer l’impasse de la prohibition, mais en fait elle démontre bien autre chose encore plus intéressant:

Pour exploiter et dominer les peuples, colonialisme et impérialisme ont eu besoin d’utiliser le trafic de drogue, de l’utiliser à la fois pour avoir les fonds financiers de leurs expéditions, pour imposer leur conditions de l’échange, et pour abrutir les peuples. Mais comme Marx l’a noté en particulier dans le Capital: la vengeance de l’orient c’est la manière dont se répand l’opium à Londres et dans les pays colonialistes. Au XIXe siècle, l’opium se répand à travers toute l’Asie, sous l’impulsion des puissances coloniales. Parallèlement, l’industrie pharmaceutique occidentale découvre des produits miraculeux : morphine, cocaïne, héroïne. Là encore, le profit s’empare de la découverte et la diffuse pour ses profits. L’addiction devient un fléau mondial et un enjeu de santé publique ; la prohibition va progressivement s’imposer et ce que dit officiellement le documentaire c’est que puisqu’il n’y a pas moyen de condamner le capitalisme, il faut accepter la commercialisation.

Notons le parallélisme avec le choix posé au Coravirus: il est vain de vouloir contrôler le virus, il faut laisser faire l’épidémie et que se produise une vaccination spontanée..

Mais cette stratégie va lier indissolublement les impérialistes aux mafias du crime, y compris la démocratie chrétienne en alliance avec la mafia, le Kuomitang… c’est le début d’une longue histoire qui continue aujourd’hui sous nos yeux, puisque partout les meilleurs alliés des Etats-unis suivent les circuits des armes et de la drogue avec toujours un seul ennemi: le communisme.

Cette criminalité connaît un essor sans précédent pendant la guerre froide, quand les services secrets utilisent les drogues comme un instrument politique. Les États-Unis en paient le prix : en 1970, un tiers de leurs soldats au Viêtnam sont accros à l’héroïne. Un an plus tard, le président Richard Nixon lance la guerre contre la drogue.

Qu’on le veuille ou non, les faits sont là éclatants, les seuls qui arrivent à vaincre la drogue ce sont les communistes comme ils arrivent à libérer les peuples de la faim, de l’humiliation, comme ils mettent l’éducation et la santé au service du peuple.

La question effectivement si on reste dans la société capitaliste est l’absurdité de la la prohibition, mais si on cherche une alternative réelle: il y a le communisme.

Parce que c’est cela que montre le film: partout les adversaires les plus résolus de cette terrible aliénation sont les communistes, ils subiront torture et morts pour en finir avec toutes les humiliations, les addictions et ce dans des conditions inimaginables.

Jamais des gens que l’on maintient dans l’assistanat, la peur de perdre le peu qu’ils ont tout autant que dans le marché de la drogue comme unique ressource ne seront le terreau fertile de la lutte des classes. On parle souvent de l’aliénation religieuse, mais comme le montre le documentaire quelquefois certaines églises sont entrées en lutte alors que des mouvements sectaires ont souvent partie liée. Là encore les FAITS RIEN QUE LES FAITS.

Le PCF a renoncé à tout cela, et il soutient de fait désormais les mafias, au plan international en approuvant leurs expéditions militaires. il a renoncé à organiser la classe ouvrière, il a renoncé à la solidarité internationale. Il a suivi la social-démocratie et il ne lui reste plus qu’à vanter la fin de la prohibition, la légalisation du marché de la drogue pour complaire à la clientèle de bobos du libéralisme libertaire dont il s’agit de masquer les anxiétés d’un mode de vie qui les détruit comme les autres, tout en les berçant d’un socialisme de rêve qui ne viendra jamais… OU ce qui revient au même d’un mouvement sans organisation officielle pour affronter “la dictature impitoyable du capital, des mafias, des armées ou encore de limiter la lutte au plan syndical, tout peut contribuer à faire mûrir le problème, mais il n’y a pas d’autres solutions que politique…

Ceci nous conduit à poser une question: qui peut donner des leçons de liberté à ceux qui ont mené de tels combats ?

La série Arte en trois épisodes sur le sujet

https://www.arte.tv/fr/videos/078196-000-A/histoire-du-trafic-de-drogue-1-3/

https://www.arte.tv/fr/videos/078197-000-A/histoire-du-trafic-de-drogue-2-3/

https://www.arte.tv/fr/videos/078198-000-A/histoire-du-trafic-de-drogue-3-3/

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Encore un texte que tu mets dans les catégories civilisation, cinéma, etc… mais que tu transformes comme souvent en texte fondamental.
Et cette remarque ne vient pas particulièrement d’un adepte de la lèche.

Sur la prohibition de la drogue, je me souviens plus si c’est une lecture ou un reportage, un historien avait fait l’étude de la prohibition de la drogue aux USA. Montrant comment la drogue plébiscitée dans les journaux comme bienfaisante (pour les classes moyennes supérieures) était petit à petit prohibée pour s’en servir en particulier de système de répressions raciale. La législation évoluant en fonction des modes de la toxicomanie et des populations ciblées pour finir aujourd’hui par une répression généralisée des classes pauvres. Traitement réservé au noirs pauvres dans les premières prohibitions. L’historien avait évoqué les taux d’incarcération importants… Lire la suite »

:o) aussi fort que Bill Gates dans les prédictions… (pensa t’il d’un ton ironique)