Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Morning star: Wuhan rouvre alors que la guerre des médias contre la Chine s’intensifie

Cette guerre des médias qui ne se limite pas à l’Angleterre, nous le pensons, n’a rien de spontané, elle a fait partie depuis le début de la guerre commerciale lancée par les USA contre la Chine, guerre complaisamment relayée par les médias occidentaux. Elle nous a coûté très cher dans le refus de prendre en compte la bataille menée par le gouvernement chinois et nous y préparer. Désormais avec l’aggravation du bilan de l’épidémie tant sur le plan humain et économique. Plus est manifeste l’incapacité des gouvernements impérialistes non seulement à assumer une solidarité mondiale mais à faire face à leur propres incapacités intérieure, plus la campagne anti-chinoise ira s’intensifiant. Elle fait partie d’une fuite en avant des mêmes pour se soustraire à leur bilan historique et à “l’après-crise”. Mais c’est un jeu dangereux (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société).

Les passagers quittent un train à grande vitesse de Pékin après leur arrivée à Wuhan dans la province du Hubei, dans le centre de la Chine, aujourd’hui.

La ville chinoise de Wuhan a rouvert ses portes, marquant un succès majeur dans la «guerre populaire» contre le coronavirus, tandis que les pays impérialistes déclenchent une guerre médiatique avec la propagation de la propagande anti-chinoise.

Autrefois épicentre de la pandémie mondiale, Wuhan a vu la levée des barrages routiers après un verrouillage de deux mois, permettant l’entrée dans cette ville de 11 millions d’habitants.

Au plus fort de l’épidémie, il y avait jusqu’à 50 000 cas de Covid-19 à Wuhan, la capitale de la province du Hubei.

Au moins 3 000 personnes sur les 58 millions d’habitants du Hubei seraient mortes après avoir contracté le virus.

Mais samedi, les statistiques officielles ont montré qu’il n’y avait que 54 nouveaux cas de Covid-19, tous importés de l’étranger.

Les routes de la ville ont rouvert vendredi et les 17 gares de Wuhan ont accepté les arrivées samedi. Des mesures strictes restent en place: les participants doivent montrer un code vert sur une application de téléphonie mobile pour prouver qu’ils sont indemnes de Covid-19.

Les restrictions concernant les personnes quittant Wuhan devraient être levées à partir du 8 avril, date à laquelle les vols devraient également reprendre.

Alors que la Chine mène la lutte mondiale contre la pandémie, envoyant des tonnes d’aide et des équipes d’experts médicaux dans les pays les plus touchés, elle fait face à un contrecoup de la part des nations impérialistes et de leurs alliés des médias.

Le président américain Donald Trump n’a jamais renoncé à qualifier le Covid-19 de «virus chinois» – ce qui suscite la condamnation généralisée, de nombreuses personnes l’accusant d’essayer de couvrir son incapacité à faire face à la crise.

Le sénateur républicain Tom Cotton a également repris le flambeau sinophobe, affirmant: “La Chine a déclenché ce fléau sur le monde et la Chine doit être tenue pour responsable”.

Le président américain assiégé a été contraint de faire demi-tour, mettant en œuvre la National Production Act moins d’une semaine après avoir refusé de le faire au motif que ce serait de la «nationalisation».

Il a finalement invoqué la loi en question vendredi, forçant le géant automobile General Motors à changer de production pour fabriquer des ventilateurs indispensables.

En Grande-Bretagne, le Daily Mail a publié un gros titre affirmant que Downing Street était scandalisé par les «mensonges chinois».

Le journal de droite était rejoint par le commentateur libéral de plus en plus erratique Paul Mason, qui accusait la Chine de “supprimer les informations et les statistiques” et d’utiliser “l’aide comme géopolitique”, bien qu’il ait souligné que ces propos étaient destinés à détourner l’attention des Britanniques des échecs du gouvernement.

Malgré l’hostilité, la Chine a continué d’offrir son soutien dans la lutte mondiale contre Covid-19.

Samedi, une équipe de médecins a quitté la province du Shandong pour la Grande-Bretagne pour aider les efforts visant à contenir le virus.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments