Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Le coronavirus devient l’un des plus grands défis des États-Unis dans l’histoire moderne

Dans le fond cet article est encore une confirmation de ce qui s’avère le principal danger face à l’épidémie, c’est-à-dire la société elle-même, non seulement des dirigeants puérils, instables, ne pensant qu’aux profits de leurs pairs et totalement indifférent au peuple dont ils ont la charge.Mais cet état de fait génère une société elle-même en pleine anomie, en difficulté à s’unir, à travailler ensemble et malade d’angoisse devant cette absence de confiance généralisée. Puissions-nous tirer leçon de cette épisode, est-ce que quelque chose est fait pour reconstruire ce collectif? Nous ne sommes pas encore assez conscients au-delà de quelques bravos de nos véritables héros.(note et traduction de Danielle Bleitrach)

Rubrique: PolitiqueRégion: USA dans le monde

Selon CNN,   “l’urgence du coronavirus se transforme rapidement en l’un des défis politiques et sociétaux les plus graves de l’ère moderne”, mais les dirigeants américains “commencent à peine à comprendre la tâche gigantesque qui leur incombe”. La pandémie sera un test beaucoup plus important pour l’économie et le système de santé des États-Unis que ce que l’on pouvait prévoir . Et bien que les dirigeants américains aient apparemment compris la gravité de la situation, ils doivent encore prendre des mesures suffisantes. CNN a rapporté que le président Donald Trump, “qui a caché la vérité et creusé de profondes divisions politiques au cours de trois années de mandat turbulentes, fait face à l’un des défis les plus profonds que ceux subis par le tout récent titulaire du bureau ovale”.

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, qui se bat actuellement pour sauver l’économie, a déjà brossé un «tableau désastreux de ce qui pourrait arriver si le Congrès n’agissait pas». Une source du GOP au Sénat a informé CNN que Steven Mnuchin avait déclaré aux sénateurs que “le taux de chômage pourrait atteindre 20%”. Et «un tel scénario de cauchemar s’approcherait» de celui de la Grande Dépression, «et dépasserait de loin le nombre de chômeurs après la crise financière de 2008, qui a culminé à 9,9%», a déclaré l’article de CNN.

Selon les données du Johns Hopkins Coronavirus Resource Center (qui rapporte le nombre de cas confirmés de COVID-19 sur la base des informations fournies par les autorités fédérales et locales), le 20 mars, aux États-Unis, il y avait plus de 13 100 cas de coronavirus (un chiffre qui a pratiquement doublé tous les deux jours) et au moins 176 décès à la suite de l’infection. Le gouverneur de Californie Gavin Newsom a déclaré que les prévisions indiquaient qu’environ 56% des résidents de la Californie, soit 25,5 millions de personnes, seraient infectés par le nouveau coronavirus en 8 semaines “s’il n’y avait pas d’ efforts d’atténuation”.

Les relations entre les États-Unis et leurs alliés européens étaient tendues avant même le début de la crise déclenchée par la pandémie. Selon le Global Times , la décision unilatérale des États-Unis de fermer leurs frontières aux Européens n’a fait qu’exacerber ces tensions, et ces mesures, prises par Donald Trump pour lutter contre l’épidémie, ont “apparemment irrité l’Europe” et l’ont poussé à coopérer avec la Chine. Le Global Times a rapporté que Washington avait initialement induit ses alliés en erreur en leur faisant croire que «le virus provenait de Chine». “Compte tenu de l’attitude passive précoce de Trump envers les efforts de prévention des épidémies, la possibilité que les États-Unis soient la source de l’épidémie européenne ne devrait pas être exclue”, a déclaré l’article.

Il est important de se rappeler que le personnel militaire américain fait face au risque d’infection dans les installations militaires américaines à l’étranger. “Il y a eu des cas confirmés de COVID-19 dans la base militaire américaine en Corée du Sud, qui a depuis été fermée”, écrit le Global Times. L’auteur de l’histoire a également déclaré que la crise actuelle des coronavirus en Europe pose un risque important pour la santé des personnes, y compris des militaires américains, dans la région, et qu’une «épidémie de virus à grande échelle» dans les bases militaires américaines du monde entier pourrait « avoir un impact énorme sur l’hégémonie mondiale des États-Unis et pourrait accélérer l’éloignement entre les États-Unis et l’Europe. “

Le Monde a rapporté que le coronavirus avait finalement éteint les lumières dans les villes américaines, comme New York. Selon le journal français, les rues de la Big Apple, toujours grouillantes de monde, sont désormais vides car les bars, restaurants et centres financiers ont progressivement fermé leurs portes au public. Le maire de la ville a ordonné la fermeture des jardins d’enfants et des écoles. L’article dit que «les quartiers chics de Manhattan sont déserts, les plus riches » ont fui vers leurs résidences secondaires à la campagne (après tout, ils avaient de tels plans de secours depuis un certain temps). Broadway est «devenu sombre» depuis au moins un mois. Seuls les pauvres, souvent des Afro-Américains, restent dans la rue pour essayer de vendre des souvenirs à des touristes inexistants.

Des commentateurs politiques américains, tels que Jimmy Dore, ont souligné avec indignation que jusqu’au déclenchement de la pandémie de coronavirus dans le pays, les politiciens américains de Californie, par exemple, n’avaient pas été inquiétés du sort de milliers de pauvres vivant dans les rues de leurs États. . Étant donné que les sans-abri sont particulièrement vulnérables à l’heure actuelle, ce n’est que maintenant que des mesures sont prises pour leur trouver un logement afin de prévenir la propagation du virus, ce qui est une preuve supplémentaire de la faillite morale du pays.

Dans le climat actuel, le nombre de personnes souhaitant acheter des armes à feu a grimpé en flèche. Selon The Guardian , «les craintes de troubles sociaux possibles au milieu de la crise des coronavirus poussent certains Américains à se tourner vers les armes à feu comme une forme d’autoprotection». L’article indique que «dans l’État de Washington et en Californie, lieux des premières flambées de virus, les ventes d’armes ont augmenté de façon aiguë, souvent par les Américains d’origine asiatique, craignant de pouvoir faire face à des violences xénophobes et racistes contre leurs familles étant donné que la source d’origine du coronavirus était la Chine». Lorsqu’on lui a demandé pourquoi le pic se produisait, Larry Hyatt, propriétaire de l’un des plus grands magasins d’armes à feu des États-Unis, a déclaré: «L’effondrement financier, la pandémie, le crime, la politique… vous jetez le tout dans le pot, et vous avez un enfer de un gâchis.”

Alors que les discussions sur les mesures prises par les États-Unis pendant la pandémie actuelle de coronavirus se poursuivent, certains commentateurs ont souligné que, alors que le monde faisait de son mieux pour arrêter la propagation du COVID-19, les États-Unis n’avaient pas l’intention de payer l’Organisation mondiale de la santé. (OMS) l’argent auquel il est censé contribuer. Selon l’article, les États-Unis n’ont même pas payé la moitié de ce qu’ils étaient supposés pour l’année 2019 à l’OMS, et les contributions attendues de Washington pour 2020 dépassent 120 millions de dollars. Cela limite les capacités de l’Organisation mondiale de la santé à soutenir les efforts mondiaux de lutte contre la pandémie pendant cette période critique. En conséquence, l’auteur pense que la «superpuissance» n’a pas seulement une dette financière mais morale envers la communauté mondiale.

On parle de plus en plus de la possibilité que la pandémie de coronavirus laisse libre cours aux tendances autoritaires du président américain Donald Trump. Selon Le Journal de Montréal, le leader américain, en quête de plus de pouvoir, pourrait «déclarer l’état d’urgence» puis reporter l’élection présidentielle de 2020. De l’avis de l’auteur, une telle possibilité est d’autant plus plausible que, jusqu’à présent, «la gestion de la crise des coronavirus par Donald Trump a révélé ses graves déficiences intellectuelles, décisionnelles et émotionnelles». “Ses mensonges et ses dénis de responsabilité pour le chaos dans lequel le coronavirus a plongé le pays ne sont crus par personne”, et “le masque est sur le point de tomber sur le sinistre cirque de Donald Trump et sa bande de tristes clowns”, l’article États. L’histoire du Journal de Montréal postule que «le coronavirus est une menace existentielle pour sa présidence… à moins qu’il ne trouve un moyen de l’utiliser.

Vladimir Odintsov, politologue expert, exclusivement pour le magazine en ligne « New Eastern Outlook ».Mots clés: Donald Trump

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Non,aujourd’hui l’analyse de cet article semble contredite: Trump a déclaré qu’il ne proclamerait pas le confinement généralisé. Il a fait marcher la planche à billets déversé je ne sais combien de milliards de dollars l’équivalent de 3/4 du PIB annuel de la France. La bourse de New-York (ville confinée) est remontée de 11%. Il a déclaré qu’il sera “ravi le 12 Avril (date des Pâques catholiques et évangélistes) de voir “les églises pleines”. Fin de partie car bien sûr il y aura des morts mais le pays le “plus fort du monde” [sic] va s’en sortir encore plus fort. Culture… Lire la suite »