Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Cinquième jour: qu’est-ce qu’un homme ou une femme d’Etat ?

Le chat a compris que je ne transigerai pas sur certaines questions et il n’insiste pas. Plus question d’aller sur mon lit, si par malheur il vomit ou autre (ça lui est déjà arrivé) puisque je ne pourrais pas aller à a laverie automatique et tout nettoyer. Je pense qu’il a également compris, puisque je ne cesse de le lui répéter, que je ne supporterai plus la moindre critique sur la Chine.

Oui, je sais vous me direz que ce n’est pas une nouveauté et que certains pensent que je suis fanatique, stalinienne, que sais-je encore, qu’ils pensent ce qu’ils veulent, moi je vous dis que c’est comme ça et le chat doit savoir retenir ses réflexions intempestives sur les régimes dictatoriaux et ce qui va avec les remarques sur le fait que “nous nous serions différents heureusement“. Il sait que je ne supporte plus cette simple phrase pas plus que d’imaginer la catastrophe que seraient ses vomissements d’herbe ou de poils sur mon lit.

Parce que avec tout ce qu’il a écouté à la télé, le chat a commencé à comprendre qu’il n’y comprenait rien, mais que tout était de sa faute:

L’image contient peut-être : texte qui dit ’Janvier c'est une grosse grippe qui tue les vieux chinois Février on est les plus forts, il n'arrivera pas ici Mi février les italiens sont des cons Fin février on va continuer à vivre normalement 15 mars allez voter c'est safe 16 mars on est en guerre’

Hier j’ai opéré ma première sortie sur le petit marché qui se tient tous les jeudi sur la place de l’Eglise devant chez moi. J’ai mis un des masques apportés par mon frère dentiste, le premier l’élastique a cassé c’est pas du premier choix, le second a résisté et ma foi je l’ai trouvé seyant, ça me rajeunit comme les voilettes de nos grand-mères qui rendaient l’âge miséricordieux. Les clientes maghrébines en longue robe étaient bizarrement affublées de ces masques, combien étaient tombées du camion? C’est ainsi que l’on baptise à Marseille les produits de larcin. Elles avaient le masque chirurgical, mais un homme à leur côté aussi, J’étais assez contente de voir que mes inquiétudes concernant les tendances complotistes de la communauté étaient levées sans parler de mon contentement de voir un homme voilé.

Mais pour revenir à la Chine le crémier dans son camion qui aime bien causer a tout de suite incriminé la Chine: “Ils mangent n’importe quoi!” D’ailleurs, il n’y tenait pas tant que ça parce que quand j’ai dénoncé l’attitude de Macron et des siens, il a tout de suite approuvé comme le chat. Mon adorable vendeur de légumes, un prolétaire communiste lui pensait à tout autre chose, il vote dans le 8ème arrondissement, dans un îlot prolétarien des beaux quartiers et il proclamait sa joie : pour la première fois de sa vie, il allait voter au deuxième tour, d’habitude la droite passait au premier. Ce fier prolétaire avec lequel nous échangeons d’ordinaire des remarques de bon aloi sur la haine du capitalisme, ne pensait plus qu’à ça, grâce à la gauche plurielle, il allait avoir un deuxième tour et il irradiait de bonheur comme une victime d’une catastrophe nucléaire, en bon marseillais il était passé sans transition de la haine sacrée de la social-démocratie à toutes les fraternisations avec elle, fut-ce au prix de sa vie comme je le lui ai fait remarquer: “C’est bien de s’être embrassé toute la soirée devant le résultat mais ce serait dommage que tous les communistes meurent de l’épidémie et qu’il ne reste plus que les cons“… Il a haussé les épaules: “alors on mourra tous ensemble et de joie” Que voulez-vous dire devant ce genre de chose surtout quand il a ajouté: “moi je continuerai à venir au marché c’est ma vie… ” et il a guidé comme d’habitude mes achats “les endives sont hors de prix, prenez les courgettes du pays elles sont moins chères et meilleures que les espagnoles“, cette entente sur les produits locaux et sur les prix, ça et le poing levé au début et à la fin sont nos signes de ralliement.

Parce qu’il y a au moins une chose que nous avons compris lui et moi c’est que les capitaliste et la racaille qu’ils transportent dans leur sillage, politiciens, éditorialistes, et autres “experts” ne pensent qu’à leur pognon. Et ils sont prêts à féliciter tous les personnels de santé à condition qu’ils réservent le fric pour les leurs. Gerard Darmanin a déclaré : “la meilleure prime que l’on peut donner aux soignants, c’est de respecter les gestes sanitaires”

En rentrant j’ai dit au chat : “et ne crois pas t’en sortir en applaudissant à 20 heures les personnels soignants, toi qui vomissait sur ma couette pendant que j’allais dans les manifs. Je te laisse faire parce que ils le méritent, mais ne crois pas t’en tirer à si bon compte… Il y en a même qui proposent d’applaudir les caissières, comme si elles avaient le choix, moi je propose qu’on hue ceux qui les envoient au front sans masque… et pour des salaires de misère“. Je vois dans son regard passer des lueurs inquiètes devant ma radicalisation: “A quelle extrémités en sera-t-elle au bout de quarante jours! “

Dans la petite cour où j’étends le linge c’est le début du printemps et je retrouve des pratiques de jadis, les voisines qui s’interpellent d’une fenêtre à l’autre. J’ai préparé des plats d’avance avec les légumes du marché et il a fallu nettoyer après le plan de travail. Tout cela me fait le plus grand bien, le plus difficile est de me baisser pour ramasser tout ce que le chat jette par terre pour m’inviter à jouer avec lui. C’est à la troisième fois où il est venu sur ma table de travail pour jeter livre, clé USB, papiers divers qu’il a enfin compris mon mécontentement: “Tu vois Che (il s’appelle Che), je ne supporte plus la médiocrité de tous ces gens-là, parce qu’il s’agit bien de médiocrité et surtout leur manière de la masquer avec une arrogance hors de saison! un esprit de supériorité tout à fait injustifiée. Ils me rappellent la manière dont tu jettes ta litière sur tes besoins dans et hors ta caisse.”

Voilà j’en arrive au sujet principal de ma chronique c’est fou tous ces gens qui ne sont pas à leur place. Est-ce que ce serait la loi de Peter: chacun monte dans la hiérarchie et ne s’arrête que là où il est réellement jugé totalement incompétent, s’y installe. Au bout de quelques temps chacun est alors à la place pour laquelle il a manifesté le maximum d’incompétence. J’ajouterai au portrait que dans nos démocraties l’individu en question a acquis un maximum d’incompétence à servir les autres, mais un maximum de compétence dans l’art d’être utile, voire servile à ceux qui sont au sommet. Toutes les institutions sont atteintes, c’est le virus de notre démocratie, ce sont des pitres sans le moindre sens de la mission d’intérêt général mais redoutablement efficaces dans la flatterie la démagogie…

Que l’on arrive à prendre le discours de Macron comme digne de la situation me parait déjà une des conséquences de cette dégénérescence de ceux qu’on appelle les élites mais que l’on s’apprête à lui voter les pouvoirs spéciaux me paraît encore plus grave que l’illustre vote de même nature à Guy Mollet pour qu’il aille faire la paix en Algérie.

Mais je n’ai pas envie d’ajouter grand chose si ce n’est que je trouve le discours de Frédéric Boccara au dernier CEN tout à fait important et méritant d’être pris en compte : c’est au pied du mur que l’on voit le maçon et les dirigeants actuels du PCF doivent faire la preuve de leur capacité d’hommes d’Etat, les légèretés, les tactiques électoralistes tenant lieu d’objectifs stratégiques ne nous seront pas pardonnées.

Alors quand je vois des esprits légers irresponsables qui sont en train de nous mener à la catastrophe, des experts de n’importe quoi venus cirer les bottes du pouvoir, ne pas savoir reconnaître qu’ils ont eu avec la Chine non seulement des dirigeants dignes de ce nom, mais un parti et un peuple exemplaire et que tout cela a peut-être à voir avec la culture du pays mais aussi le choix du communisme, là j’atteins les limites du supportable. Le Chat a compris: “que tu sois léger, goulu, primesautier, passe encore mais que tu sois incapable de reconnaître le mérite là où il est, ça je te le pardonnerai pas.

Danielle Bleitrach

PS. pour sa punition, j’ai forcé le chat à écouter cette vidéo en entier et bien croyez-moi elle en vaut la peine. Il s’est fait tout petit dans le fauteuil et il a renoncé à venir se placer sur le clavier de mon ordinateur.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

A votre question, “qu’est-ce qu’un homme ou une femme d’Etat?”….J’essaie d’imaginer A.CROIZAT à la place de Mme BUZYN. Nous connaissons tous la réponse.

J’adore
ça me rappelle le sous-commandant Marcos et son cricket.
Va-t-on arriver à qqch.?
Quand tu as parlé du Bénin j’ai sauté des pages pour l’atteindre ce Bénin pas plus béni que d’autres
Catho, croyant, j’ai plongé dans les piscines de Lourdes,
il y a longtemps, lgtps, j’ai adhéré (au parti communiste) en 68 et depuis j’ai quitté, repris, quitté…
j’ai voté dimanche : blanc, cette offensive de l’idéologie verte m’épouvante autant que l’assaut des côtes par les algues vertes…