Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Le Parti communiste chinois offre plusieurs leçons dans la lutte contre la pandémie

Je suis ravie cher José Antonio Egido, étudiant de sociologie de jadis, d’avoir de tes nouvelles et de te savoir toujours aussi à l’avant-garde de tous les combats, du pays bas à la Chine où tu enseignas, en passant par le Venezuela. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et societe)

par José Antonio Egido | ElComún – Traduction de Gideão Gabriel OF pour Opera MagazinePar Gideão Gabriel Oliveira Feliciano -18 mars 20200908

Premièrement, seule une société fondée sur l’intérêt collectif pour la solidarité individuelle et pratique et des objectifs spirituels élevés tels que la construction du communisme peut donner une cohésion à la lutte commune face à des problèmes énormes comme cette pandémie. Plusieurs exemples: le 23 février, le siège de la prévention et du contrôle des épidémies de Wuhan, capitale de la province du Hubei et épicentre de la pandémie, a appelé des volontaires pour aider les résidents confinés à acheter de la nourriture, pour mesurer la température des voisins et pour desservent les quartiers les plus touchés par le virus. En 10 heures, 10 000 bénévoles se sont présentés et ont créé des comités communautaires pour servir leurs compatriotes. Autre exemple: le gouvernement a mobilisé 42 600 personnes du système de santé de la province susmentionnée, pas seulement des médecins et des infirmières, dont 28 000 femmes, la majorité militante du Parti. En outre, il a mobilisé 34 000 fonctionnaires et employés du gouvernement pour rechercher et répondre aux personnes touchées par le virus. 10,59 millions de personnes ont été servies dans la province, selon l’agence de presseXinhua  le 11 février.  

La seconde est que seul le socialisme, exprimé constitutionnellement comme la dictature démocratique populaire, brise le cadre inhumain et aliéné du capitalisme néolibéral ou monopolistique, incapable de défendre le bien commun. Un peuple confiant dans son système politique, dans son Parti et dans sa direction politique avec le camarade Xi Jinping à la tête, prend avec une discipline consciente les directives préventives exprimées le 10 février par la Commission nationale de la santé pour stopper la propagation de l’épidémie. Xi démontre non seulement avec des mots mais avec des actions que «garantir la santé et la sécurité des personnes est une tâche importante pour notre Parti».

La troisième, c’est que le Parti doit véritablement se mettre à l’avant-garde de la société pour faire face aux problèmes en payant le prix nécessaire. 17 700 membres du Parti se joignent aux comités créés à Wuhan et au Hubei pour faire face à l’urgence. Le personnel médical, éduqué idéologiquement au marxisme où il y a de nombreux militants communistes, paie cher sa lutte en première ligne. Aujourd’hui, quatre médecins de l’hôpital central de Wuhan, dont le directeur adjoint et deux chefs de département adjoints, sont dans un état critique affecté par le virus, après avoir mené la bataille qui l’a pratiquement vaincu. Rien que dans cet hôpital, 4 médecins sont morts et 200 sont infectés. ils ont été partout en Chine     

1 700 médecins infectés en février. Le 5 février, le jeune Li Wenliang, ophtalmologiste du même hôpital, a rejoint le Parti pendant ses jours d’étudiant, qui a été le premier à dénoncer le début de l’épidémie. Bien que, initialement, les autorités l’aient menacé de “diffuser de faux commentaires”, la Cour populaire suprême l’a soutenu. Le secrétaire du Parti à Wuhan a été démis de ses fonctions et le Dr Li Wenliang est désormais un héros aimé du peuple. Le 18 février, le directeur de l’hôpital de Wuchang, Liu Zhiming, décède. Le Parti du Jiangsu a donné l’exemple du docteur Xu Hui, de l’hôpital de Nanjing, décédé après avoir travaillé 18 jours consécutifs contre le coronavirus. Les membres du parti qui ont apporté des fournitures aux personnes confinées sont également morts de la maladie.

Le quatrième est que le système de santé publique et les entreprises publiques gérées par l’État socialiste sont des outils pour lutter contre l’épidémie. La technologie, dirigée par des sociétés d’État, aide à contrôler le virus. Une application vous permet de savoir si un citoyen a été en contact avec un porteur de virus dans un avion, un train ou un bus. Les entreprises avec un pourcentage de capital privé assument les directives fixées par l’État et n’imposent pas les leurs. Par exemple, BYD Auto devient le premier producteur mondial de masques de protection médicale, avec 5 millions par jour. Le système de santé en Chine n’a pas été privatisé, ni transformé en un objectif rentable. Quelque chose de jamais vu en 10 jours, le gouvernement a construit des hôpitaux énormes et complexes, ce que le secteur privé n’est pas en mesure de faire seul.

Le cinquième est que la pensée libérale bourgeoise centrée sur les “ droits individuels ” des propriétaires, capitalistes et autres agents antisociaux (et des travailleurs défavorisés qui se croient libres), ne sert pas à affronter collectivement les problèmes sociaux majeurs. Cette pensée se reflète même dans les dirigeants politiques soi-disant «de gauche» dans le monde capitaliste, mais elle est éloignée de l’idéologie dominante du Parti et de la République populaire, bien qu’il y ait des exceptions, comme c’est normal dans toute la société humaine. Le libéralisme bourgeois (à notre époque, souvent déguisé en «gauche») le dénonce «horrible dictature», «contrôle social» ( The New York Times ) et «système fort» ( Euronews) la décision du gouvernement chinois de mettre en quarantaine 40 millions de personnes, qui s’est avérée être une mesure radicale et efficace pour contenir la pandémie. En effet, le libéralisme bourgeois favorise l’expansion de la pandémie. 

Le sixième est que la Chine n’est pas indifférente aux problèmes de l’humanité qui dépassent ses frontières. Dans ce cas, en raison de la propagation de la pandémie qui a émergé dans leur société, alors que les dirigeants capitalistes ignorent les populations et la dimension mondiale de la crise, la Chine offre son aide et son expérience aux pays les plus touchés, comme l’Italie et l’Iran.

La Chine populaire, absolument stigmatisée lorsqu’elle n’est pas complètement inconnue, montre au monde l’essence humaniste de son propre socialisme et le succès de son système politique.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments