Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

The Guardian: Les villes américaines vivront-elles une expérience à la Wuhan? Seulement si elles ont de la chance

Il serait temps de suivre la bonne partie du jeu de Wuhan – car cela a fonctionné. Malheureusement, les États-Unis trébuchent à chaque tour face au coronavirus . Ce constat ironique de deux chercheurs en épidémiologie des Etats-Unis nous pourrions nous l’appliquer à nous Français: que de temps avons-nous perdu à laisser notre population dans le déni et nos médias dans la haine de la Chine, quitte à passer de l’inertie à a panique, en poursuivant, fermer tous les lieux publics et maintenir les élections, etc…pourtant la bataille exemplaire de la Chine prouve que la décision exemplaire du gouvernement central a sauvé des milliers, voir des millions de vie et il y en aurait eu plus si nous les avions entendus. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et societe)

Dr Renee C Wurth et Dr Nick Obradovich

Jeu.12 mars 2020 07.12 GMTDernière modification le ven.13 mars 2020 01.38 GMT

La ville de New York sur le bord de la propagation du coronavirus <br> NEW YORK, NEW YORK - 11 MARS: Des travailleurs nettoient une station de métro à Brooklyn alors que la ville de New York affronte l'épidémie de coronavirus le 11 mars 2020 à New York.  Le président Donald Trump a annoncé mercredi soir qu'il limitait les voyages des passagers de 26 pays européens vers les États-Unis afin de contenir le coronavirus qui se propage rapidement dans le monde et en Amérique.  (Photo de Spencer Platt / Getty Images)
 “Apprendre du passé récent de Wuhan – et agir rapidement sur ces leçons – est le seul moyen d’empêcher notre nation de se conduire dans une catastrophe historique.” Photographie: Spencer Platt / Getty Images

Si nous n’apprenons pas de l’histoire, nous sommes condamnés à le répéter. C’est un dicton banal mais vrai le plus souvent appliqué aux comparaisons tirées d’un passé lointain.

Aujourd’hui, nous avons le choix. Nous pouvons apprendre du passé récent – de l’expérience de Wuhan, de la lutte de la Chine contre le coronavirus – ou nous pouvons répéter le passé lointain, pour aboutir à une pandémie rappelant la grippe espagnole de 1918.

Apprendre du passé récent de Wuhan est le seul moyen d’empêcher notre nation de s’enfoncer dans une catastrophe historique

Bien que Wuhan ait eu le plus de cas de coronavirus jusqu’à présent, si nous continuons beaucoup plus loin sur notre chemin national de préparation délibérée , de comparaisons spécieuses , de politisme , d’ hésitation et d’ ineptie dans notre réponse à la pandémie, seules nos villes les plus chanceuses connaîtront un sort comparables à celui de Wuhan. Apprendre du passé récent de Wuhan – et agir rapidement suivant ces leçons – est le seul moyen d’empêcher notre nation de partir dans une catastrophe historique.

Dans une ville de près de 11 millions d’habitants, les quelque 67 000 cas de Wuhan ne représentent que 0,6% de sa population. Et malgré la difficulté d’obtenir des données précises dans le contexte de la crise, les rapports sur le terrain de l’ Organisation mondiale de la santé (OMS) ont vérifié que les chiffres provenant de la ville sont crédibles. Compte tenu des taux de transmissibilité estimés (relativement élevés) de ce virus, comment les autorités chinoises de Wuhan ont-elles empêché une propagation plus rapide?

L’approche initiale de Wuhan vis-à-vis du virus consistait à nier son existence, à minimiser sa gravité et à retarder l’action. Cette approche erronée est sans doute responsable de la croissance massive à un stade précoce des infections causées par le nouveau virus, infections qui ont rapidement submergé le système hospitalier très moderne de la ville.

Selon un haut responsable de l’OMS revenant de Wuhan, le coronavirus est le « Wayne Gret zky of virus ». Initialement, le virus est modeste et ne semble pas menaçant – il se propage  avant même l’ apparition des symptômes – mais il est impitoyablement efficace, car il peut provoquer une mort lente et prolongée, en maximisant sa propagation.

Dès qu’il est devenu clair que le virus submergeait les soins de santé à Wuhan et menaçait d’engloutir la Chine plus largement, le gouvernement chinois a mis en œuvre des mesures radicales de distanciation sociale, associées à de nombreux tests gratuits, pour tenter de ralentir la propagation du virus.

Pourtant, même ces mesures de distanciation sociale – l’arrêt du transport sortant, le blocage des transports en commun et de la conduite, la mise en place obligatoire du port du masque, l’annulation des rassemblements sociaux et la mise en quarantaine à domicile – se sont révélées insuffisantes pour stopper l’expansion du virus.

Puis, le 1er février, Wuhan est passé à la quarantaine centralisée, une décision dont la recherche a montré qu’elle était essentielle pour contenir la propagation du virus à une si petite partie de la population de la ville. En retardant la mise en œuvre des mesures les plus radicales, Wuhan avait laissé son problème se métastaser. Leur hésitation gouvernementale locale a fait plus de morts.

Les autorités chinoises ont sauvé des dizaines de milliers de vies en agissant de manière aussi décisive qu’eux, lorsqu’ils l’ont fait.

Pourtant, cela aurait pu être bien pire. Les autorités chinoises ont sauvé des dizaines de milliers de vies en agissant de manière aussi décisive , lorsqu’ils l’ont fait. Et le chemin de la ville vers le confinement a fourni des informations inestimables et du temps au reste du monde pour devancer le virus.

Aux États – Unis, nous suivons la stratégie initiale de Wuhan de nier, minimiser l’ importance et le retard sans indication importante que nous serons prêts à prendre les mesures radicales nécessaires pour ralentir la propagation du virus. Les responsables américains utilisent une partie du manuel chinois: la mauvaise. Malheureusement, cette stratégie nous met solidement sur la voie d’une relecture de la pandémie de grippe espagnole de 1918.

Bien que nous nous soyons probablement passés de confinement , nous pouvons toujours atténuer. Chaque jour d’inaction augmente la probabilité que nos systèmes de santé soient submergés par la maladie de longue durée . Si nous n’agissons pas maintenant, nous nous demanderons bientôt: de qui la vie vaut-elle le plus? Avec la majorité de la nation en danger, nous n’avons pas de temps à perdre.

Ce n’est pas le moment de faire des efforts fragmentaires et des comparaisons calmes et contre – productives . Il est maintenant temps pour le développement social, civique et gouvernementale dramatique unifiée des mesures – y compris la distanciation sociale immédiate et obligatoire dans tous les domaines où il est démontré la propagation communautaire couplée à quarantaines de masse à l’ échelle. Il est temps de suivre la bonne partie du livre de jeu de Wuhan.

La Chine a utilisé l’ analogie avec la guerre pour mobiliser la réponse de son peuple au virus. C’est adapté. Le coût d’un nouvel évitement sera mesuré dans des centaines de milliers de morts abominables de nos proches.

Très peu d’entre nous étaient en vie pour voir la dévastation de 1918, et nous ne pouvons qu’imaginer les horreurs de ce qui aurait pu arriver si Wuhan n’avait pas agi comme ils l’ont fait. Alors que nous regardions tous le début de la crise il y a des mois, nous craignions que nous ne soyons sur la bonne voie pour que de nombreuses villes américaines connaissent des conditions aussi mauvaises que Wuhan. Aujourd’hui, nous nous rendons compte: nous serions chanceux d’être Wuhan.

  • Le Dr Renee C Wurth est scientifique en santé des populations. Elle a obtenu son doctorat de l’Université Northeastern et a effectué sa formation postdoctorale à l’École de santé publique TH Chan de l’Université Harvard. Le Dr Nick Obradovich est un politologue et un spécialiste des données qui a suivi une formation à l’UC de San Diego, à Harvard et au MIT. Il est actuellement chercheur principal à l’Institut Max Planck de développement humain au Center for Humans & Machines
Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

L’Etat de santé de a population des USA avec l’obésité et les maladies liées, diabète, problèmes cardiaque, risque de donner des résultats malheureux pour le peuple des USA. Problèmes de malnutrition essentiellement liés à la culture, la pub et l’insuffisance de la médecine préventive et de l’éducation. A cela rajouter le stress quotidien pur survivre dans le pays le plus riche du monde, précarité, sans abris, sans couverture médicale. Et pour les primaires démocrate Bernie Sanders écarté de nouveau. Même s’il est un réformiste il aurait peut être pu faire un pas de géant pour le peuple US dans l’accès… Lire la suite »