Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Ce que les scientifiques cubains m’ont appris sur le pouvoir du vrai travail d’équipe

Dans le fond quand je vous dis que les pays qui se sont montrés à la hauteur d’une pandémie sont ceux qui avaient conservé le sens du collectif, ceux qui savent que la véritable liberté de chacun en dépend. Cuba et c’est ce qui fait sa gloire est au premier rang de ceux qui l’on compris, ils ont du l’apprendre pour surmonter l’horreur du colonialisme qui les divisait en profondeur,pour faire face au plus puissant des ennemis. La France, comme les Etats-Unis, meurent d’individualisme et même la nation n’y est plus un facteur de rassemblement mais de haine en son sein, de xénophobie, de l’imbécillité. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Par Paul Bierman12 mars 2020 à 14h00

Je me suis installé sur mon siège dans un avion à destination de Cuba, frustré. Lorsque j’ai planifié le voyage, j’avais supposé que mes collaborateurs cubains et moi allions frapper le sol en courant, en partant immédiatement sur le terrain pour recueillir des échantillons d’eau et de sédiments des rivières. C’est ainsi que j’avais effectué des travaux sur le terrain en Namibie, en Bolivie et au Groenland. Mais pas à Cuba, semblait-il. Cinq jours plus tôt, un scientifique cubain m’a envoyé un courriel pour m’informer que nous ne nous réunirions que pour parler de notre projet. L’échantillonnage aurait lieu lors d’un voyage ultérieur, écrit-elle. Cela m’a laissé impatient et malheureux. Pourquoi ai-je dû me rendre sur place pour une réunion? Mais j’avais quelque chose à apprendre à Cuba.

personnes jouant des scènes

À l’aéroport, un de mes collaborateurs m’a accueilli avec un large sourire. “Bienvenue à Cuba!” s’exclama-t-il dans un anglais parfait, me serrant la main fermement et me serrant dans mes bras. Le lendemain, nous nous sommes rendus au centre de recherche où il travaillait. Alors que des scorpions se précipitaient à travers le sol de la salle de conférence, chacun de nous a fait une présentation sur notre science et ce que nous espérions apprendre de l’étude des rivières cubaines.

Ensuite, nous avons visité tous les laboratoires du bâtiment. J’ai rencontré des scientifiques, des techniciens, des secrétaires, des étudiants et le cuisinier. Certains parlaient anglais; d’autres m’ont parlé en espagnol pendant que mon collaborateur traduisait. J’ai été impressionné d’avoir été présenté à chaque personne de leur centre. Le manque de hiérarchie – l’atmosphère d’équipe – était différent de tout ce que j’avais connu auparavant dans le milieu universitaire.

Le lendemain, nous nous sommes rencontrés à nouveau pour réfléchir. Ensemble, nous nous sommes penchés sur les cartes pour planifier comment nous allions recueillir des échantillons. Sans les Cubains, je n’aurais pas su que les cartes que j’avais étaient périmées et erronées. Ils ont laissé de côté les réserves, ce qui était un problème parce que si nous avions échantillonné en aval, nos résultats auraient été biaisés. L’implication et les connaissances locales étaient essentielles – ce qui me fait me demander ce qui m’a manqué sans une telle équipe en Afrique, en Amérique du Sud et dans l’Arctique.

Six mois plus tard, je suis retourné à Cuba et, cette fois, nous nous sommes dirigés vers le terrain. J’ai été impressionné, encore une fois, par les efforts déployés par mes collaborateurs pour garantir que tous les membres de l’équipe soient traités sur un pied d’égalité. Nous avons fait le tour de Cuba dans des camionnettes jaune vif et nous nous sommes assurés que chaque camionnette avait un mélange de Cubains et d’Américains à tous les niveaux d’ancienneté. Sur le terrain, étudiants, professeurs et techniciens transpiraient tous ensemble.

La dernière nuit du voyage, nous avons cherché un restaurant qui pourrait nous laisser de la place pour s’asseoir tous les 14 à une table – parce que c’est ce que font les équipes, elles s’assoient ensemble. Lorsqu’un restaurant ne pouvait pas accueillir l’équipe sans nous séparer, mes collaborateurs ont insisté pour que nous continuions et trouvions un endroit avec une table assez grande.

Le manque de hiérarchie… ne ressemblait à rien de ce que j’avais connu auparavant dans le monde universitaire.

En 26 ans en tant que professeur, j’ai toujours fait de mon mieux pour traiter mes étudiants comme de précieux collaborateurs. Je n’ai jamais été fan de la hiérarchie universitaire. Je veux que tous ceux qui travaillent avec moi se sentent comme s’ils faisaient partie d’une équipe. Mais mes collaborateurs cubains amènent le travail d’équipe à un tout autre niveau. Ils indiquent clairement – par des actions à la fois grandes et petites – que tous les membres de l’équipe sont valorisés, que tout le monde est égal et que le véritable travail d’équipe permet une meilleure science.

Je suis retourné aux États-Unis un scientifique changé. Maintenant, je passe plus de temps à écouter et à m’assurer que la voix de chacun est entendue. Il y a quatre mois, j’ai pris à cœur l’approche cubaine lorsque j’ai dirigé un atelier pour des scientifiques de cinq pays. Nous nous sommes rencontrés pour discuter de la façon dont nous allions analyser quelques précieux grammes de roche recueillis sous la calotte glaciaire du Groenland. Je me suis assuré que chaque scientifique avait une voix dans les discussions et que nous tous les 35 dînions ensemble. L’approche a fonctionné: nous avons commencé en tant qu’individus, mais après l’atelier, nous étions une équipe.

Beaucoup de gens en dehors de Cuba se concentrent sur son système communiste ou le mauvais sang entre nos deux pays. À Cuba, mes collaborateurs m’ont appris à me réunir. J’ai appris que les meilleures équipes reconnaissent que les membres individuels apportent des perspectives différentes à la table. Toutes les voix ont du mérite et chaque personne mérite le respect. J’espère que cet essai inspirera les autres à reconnaître le pouvoir du vrai travail d’équipe, même pendant les moments de routine comme le dîner.

Avez-vous une histoire de carrière intéressante? Envoyez-le à  SciCareerEditor@aaas.org . Lisez les  directives générales ici .Publié dans: 

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments