Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Depuis les Etats-Unis est annoncé le début de la crise financière mondiale en Europe par Anton Nikitin

La mesure de Trump de couper avec l’Europe n’a pas suscité d’opposition réelle y compris dans les médias considérés comme démocrates. L’Europe est non seulement à leurs yeux un amas de gouvernements faibles qui ont été incapables de prendre les mesures prophylactique qui s’imposaient, mais le lieu d’où pourraient surgir la crise économique. L’Italie, pourtant la meilleure élève de l’Europe en matière d’austérité et de néo-libéralisme est même désignée comme le lieu point de bascule, mais la France n’est pas loin. Voici le commentaire que les Russes font de cette vision, non sans y prendre une discrète revanche… Et on continue à nous faire peur avec “les dictatures” communistes, alors que nous en sommes arrivés au stade ultime de la dissolution de la société, la fin des solidarités, l’anomie, la plus terrible des épidémies à laquelle l’individu peut succomber. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et societe)

Le secteur bancaire italien deviendra le foyer de la crise financière mondiale si elle commence en raison de la propagation du nouveau coronavirus, a déclaré David Lynch, analyste économique au Washington Post.

Lynch attire l’attention sur la cessation de l’activité commerciale en Italie et estime que l’avenir de la huitième plus grande économie du monde dépendra de l’endurance du système bancaire, qui a longtemps été considéré comme l’un des plus faibles d’Europe, rapporte RIA Novosti .

L’observateur économique souligne que les entreprises et les particuliers, sans argent, peuvent cesser d’nonorer leurs propres prêts.

Un autre problème que Lynch désigne réside dans le fait que les investisseurs sont effrayés par les mesures anti-crise coûteuses de Rome et e fait que les obligations d’État, qui constituent la plupart des actifs bancaires, peuvent se déprécier. Ceci, à son tour, peut réduire les réserves des banques et limiter leurs prêts, ce qui entraînera un nouveau ralentissement de l’économie.

En outre, les banques italiennes détiennent environ un quart de l’encours de la dette publique du pays, qui s’élève à 2,4 billions de dollars, ce qui lie le sort des institutions financières italiennes et du gouvernement de telle sorte que cela peut conduire à une déstabilisation face à une forte baisse.

L’auteur de l’article estime que les autorités italiennes pourraient ne pas être en mesure de faire face à la crise bancaire soudaine.

Rappelons que le 8 mars, les autorités italiennes ont décidé d’ isoler de toute urgence toute la région nord de la Lombardie, 14 provinces des régions de la Vénétie (y compris Venise), l’Émilie-Romagne, le Piémont et les Marches en raison de la menace de propagation du coronavirus.

Mercredi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé la pandémie de coronavirus. Après cela, le président américain Donald Trump a interdit l’entrée aux États-Unis depuis l’Europe.

Dans ce contexte, les principaux indices américains de clôture de la Bourse de New York NYSE ont perdu plus de 9%. indice Mosbirzhi d’ ici la fin de jeudi a plongé à 8,28% – à 2286.40 points l’indice RTS a chuté de 11,03%, à 1280.58 points.

Le journal VZGLYAD a déclaré que la panique sur les marchés rapproche la crise économique mondiale.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments