Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Encore un effort pour être Céline… pour avoir le style adéquat pour dénoncer Charlot, le libidineux

légende: Charlot, l’immigrant

J’ai la mémoire trop pleine, effet de l’âge, mais tout à coup j’éprouve de l’angoisse devant certains actes, certains propos, il me semble les reconnaître, je sais que cela va trop loin et que cela doit être arrêté… Remonte comme un remugle les propos de Celine qui entre nous avait plus de talent que Virginie Despentes et encore moins de frein dans la scatologie; Adèle Haenel a dit que Céline était son auteur favori, connaît-elle ce texte et Bagatelle pour un massacre? Moi je ne peux les dissocier… comme elle entre le cinéaste talentueux et le violeur… Remonte l’interrogation : quel criminel mérite une telle mise au pilori par des individus déchaînés? Il y a certes le fait que Charlie Chaplin vécut un enfer pour avoir osé s’être attaquer aux nazis. Ceux que me too ou balance ton porc dénoncent sont des notables, sans le moindre combat progressiste à leur actif, ça il faut aller le chercher chez Assange, ce n’est pas le même monde, mais il y a ce que l’on apprend et que l’on doit imposer, un procès, pas un lynchage par médias interposés. Le consulat d’Allemagne  entouré de tous les fascistes et censeurs d’Hollywood cherchèrent à faire la peau.à celui qui avait osé tourner le “dictateur”. Comme en écho proviennent ces éructations de Céline, Charlie Chaplin n’était pas juif mais gitan, il ne démentait pas ceux qui le voyaient en juif.. Le FBI de l’abominable Hoover le traqua en particulier dans sa vie sexuelle, on n’arrêta pas à lui faire des procès où il était accusé de tous les viols possibles et imaginables y compris sur mineures et enfin sous la pression du Maccarthysme, il dut s’exiler et cela se passait après la victoire sur le nazisme… Un nouvel acte de la guerre froide, celui où les Etats-Unis recyclait Barbie,  et exécutait les Rosenberg et pourchassait les dix d’Hollywood., pas ces méthodes là… (note de danielle Bleitrach pour histoire et societe)

Hollywood vu par Louis Ferdinand Céline

Entre Hollywood, Paris, NewYork et Moscou un circuit de bourrage continu. Charlie Chaplin travaille aussi,magnifiquement, pour la cause, c’est un grand pionnier de l’Impérialisme juif. Il est dugrand secret. Vive le bon pleurnichage juif ! Vive la complainte qui réussit ! Vive l’immense lamentation ! Elle attendrit tous les bons coeurs, elle fait tomber avec l’ortoutes les murailles qui se présentent. Il rend tous ces cons goymes encore plusfriables, nouilles, malléables, empapaoutables, anti-prégugés ceci, anti-prégugés cela, ” humanitaires ” c’est tout dire, internationaux… en attendant je les connais bien !qu’on les file en bottes ! à la juive ! arrangés aux petits obus ! Dans le fondu sentimenteux le Juif taille, découpe, ronge, effrite, empoisonne, prospère. Les malheurs du pauvre exploité, du calicot de chez Bader, du forçat de chez Citroën, Chaplin comme il peut s’en foutre, lui, plein de milliards… Vive l’excellente jérémiade ! (…)Quel contrat fulgurant! Il ne faut à Hollywood que trois semaines de publicité mondiale intensive pour transmuter le plus grêle, frelaté, en train de surir normalement, rance ulcéromateux petit fifre de youtre en épatantissime Phénix, le réincarner Michel Ange! plus Rembrandt, plus Mirandole! Voyez-vous d’ici! Vous n’existez pas!… LeJuif est à l’origine de tout le cinéma… aux commandes, Hollywood, Moscou, Billancourt… Meyers sur Meyers… Korda, Hayes, Zukor Chaplin, Paramount…Fairbank… Ulmann… Cantor…, etc…, etc. Il est au milieu dans les salles “circuits”, dans les rédactions… les critiques. Il est au bout… à la caisse… Il est partout… Ce qui vient du Juif retourne aux Juifs! automatique! (…) Ces “artistes” ne voyagent qu’en service commandé… Ils participent tous à la grande colonisation mondiale par le cinéma juif… Chacun apportant à Hollywood tour à tour, sa petite trahison personnelle, ses petits renseignements intimes, ses petites félonies, infiniment anxieux de plaire encore aux Ben Mayer, Ben Zuckor… frémissant de leur rapporter [223] encore une autre ficelle émotive, volée aux arts autochtones, aux arts aryens, pour faire mieux encore passer la marchandise filmée juive pourrissante. Un petit secret de pénétration… Tout cela soigneusement rétribué, trafic abject je vous assure… spirituellement… Juifs de toutes les grimaces unissezvous!… C’est fait!…(…) Autre trafic parallèle, pour les apprenties vedettes, entre l’Europe et Hollywood. Trafic des plus belles, des plus désirables petites Aryennes bien suceuses, bien dociles, bien sélectionnées, par les khédives négrites juifs d’Hollywood “Metteurs en scène” (!) écrivains (?) gouines de pachas, machinistes… banquiers assortis… Tous nos vizirs de l’Univers juif!… Ce n’est plus la route de Buenos… c’est la route de Californie et de “haut luxe” et vice versa. Les petits culs d’Aryennes, les plus tendres, bien junéviles, et mignons, tout ce qu’il y a de mieux dans le cheptel, absolument tout premier choix, pour les gros vielloques, négrifiants… les plus fermentées pourritures concentrées youtres du suprême cinéma!… Juif partout! au cul! de tout! et dans la pipe!… le bon foutre juif! … Tu les boufferas les hémorroïdes du gros paneux, suiffeux fameux youtre, haineux pacha, petite soeur de race!… reine de beauté!… Ils en raffolent des chichis fourrés! Tu n’as pas seize ans pour les prunes! Tu veux faire carrière ?… Minois ? Tu veux être adulée! dis-moi ?… Tu veux être Reine de l’Univers juif! Minute!… Attends un petit peu d’abord… frémissante! A la pipe enfant!… Tu crois qu’il suffit d’être belle ?… Ouvre d’abord ton gentil ventre… Tu crois les journaux de cinéma ?… Tu n’as pas fini! Tu veux passer souveraine, petite garce?… Mondiale favorite? Très bien! Alors descends un petit peu d’abord à l’anus de M. Lévy-Lévy, dit Samuel l’Abyssin, dit Kalkeinstein, dit Ben Cinéma, lui amuser sa procidence… suce tout doucement le lourd paquet… qu’il t’éprouve!… Assez de phrases! là!… Ne crève rien de tes quenottes!.. La gloire c’est un trou du cul! bien compliqué, fragilement boursouflé, de suiffeux juif… doucement!… N’abîme rien, ma charmante, surtout! Ne fais pas saigner M. Kalkeinstein… Il t’attend!… Dépêche-toi chérie. Tout doux!… A présent une autre! raffole des “blondes” par-dessus tout, M. Kalkeinstein, Ben Cinéma… comme tous les nègres… Il possède, chères postulantes! toutes les photographies déjà bien en place, sur son grand bureau directorial… Il mouille. Le Parc aux Cerfs Abdul-Hamid? Rio-Janeiro? Primitives bordelleries! Hollywood fait lui bien mieux… une sélection bien plus fine… bien plus astucieuse, plus rationnelle… Préface de [224] la grande Réserve des plus belles blanches pour les Juifs exclusivement. Razzia tous les dimanches. La sélection française des petits tendrons de beauté se trouve particulièrement guettée par les grands chacals juifs de Californie.
Une magnifique réputation de suceuses, de très mignoteuses putains précède les
Françaises partout… Le nabab judéo-canaque d’Hollywood, tard sorti de son ghetto… veut, c’est naturel, il est le roi… se rendre compte… J’ai connu l’un de ces pachas, il était splendide dans son genre. Il est mort d’ailleurs à la tâche… Au moment où il débarquait il arrêtait pas de se réjouir jusqu’à son départ… Il éprouvait en personne à longueur de bite et de nuit, toutes les aspirantes vedettes… C’était pas possible d’imaginer la consommation de cet homme… Le nombre de mignonnes qui se présentent pour se faire calcer rien qu’à la furtive perspective d’un engagement pour Hollywood …ou même un petit rôle d’essai aux environs de Paris… Complètement affriolées! C’est par douzaines que ça radine! plus mignonnes les unes que les autres pour sucer la bite du monsieur… et sa chaude-pisse et sa vérole… Et pas des blèches, je vous assure! rien que des tendrons.!… toutes présentées par leurs familles, et même des pucelles. Rien que des Aryennes et des petites bourgeoises pas faméliques. Rien au-dessus de la “majorité” … L’ambition!… Et l’Abyssin horrible en plus! laid, vieux et sale, lourdingue et con, une vraie ordure, en tout et partout… une vraie dégueulure de ghetto. Jamais il avait de résistance… Il se les farcissait toutes… à l’espérance, au mirage juif, au bon mot! Ah! Don Juan! quel causeur! Les mères auraient fait l’impossible peur qu’ils les enculent davantage, leurs jolies fillettes! si douées pour les Arts… Il en pouvait plus… Elles le léchaient sur toutes les faces… ses vieilles burnes flasques… Hollywood! Plus elles étaient “fiancées” plus ça plaisait… Il tenait un petit carnet pour numéroter les pucelages… parfois 25 dans un mois… Il était sadique comme 36 chats de Perse… De temps en temps ca tournait mal, y avait du tabac, des pères, des frères de familles qui se montraient… des petits chantages en perspective… Mais les pachas sont protégés… il avait même, celui-là, tout spécialement, pour son service, un vrai commissaire de police attaché à sa personne pour le dépêtrer.. quand ça fumait un peu fort… La police intervenait. On réveillait même la nuit le Préfet dans
sa Préfecture pour qu’il donne des ordres… pour qu’on lui ramène ses mignonnes, quand elles se faisaient la valise… absolument comme sous Louis XV… quand sa queue l’empêchait [225] de dormir… Ça. sert à quelque chose nos impôts. Seulement faudrait pas que je vous gâte, que vous alliez vous croire Pacha… Il y a l’énorme différence!… Le “Bon Plaisir” ça subsiste… c’est plus les mêmes qui en profitent, voilà tout… Faut pas confondre!… Vous petite cloche, vous cave d’Aryen, vous vous feriez drôlement sonner s’il vous prenait la fantaisie de jouer comme ça les petits satyres! même le quart! même le dixième! on vous ferait passer vite le goût… Vous auriez même pas le coup de Bastille! Vous auriez droit aux “castagnettes”… Pfoui! la raclure d’indigène! qui pisse à présent partout! Le sale coyote! La débranlure! à la niche! infect… couché!… Ce ne sont là, je vous l’affirme, que tout autant de gamineries…Délassements de conquérants! distractions de khédives. Bagatelles! L’_uvre sérieuse n’en pâtit pas! Au contraire!… Le programme talmudique ne souffre aucun retard
d’exécution. L’érotisme polluant fait partie du programme. C’est tout. Chapitre intime.

Bagatelle pour un massacre, Louis Ferdiand Celine

Et puis faire de Charlie Chaplin le grand pionnier de l’impérialisme juif, il fallait y penser. Il est vrai que Charlie Chaplin avait fait le dictateur qui ridiculise tous les vrais impérialistes et grands paranos.

Vidéo Charlie ChaplinLe dictateur – Scène du globe de cofiz75 .
Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
3 Commentaires
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

C’est ridicule. Comment pouvez-vous prendre ce texte au serieux? On voit bien que c’est une logorrhée d’un malade mental et qu’il faut la prendre comme telle. D’ailleurs, je n’avais jamais lu ce texte, je suis impressionnée. D’abord j’ai été stupéfaite, puis j’ai ri, et ensuite je me suis dit que j’aimerais vraiment ecrire comme ça (pas “ça”, mais “comme ça”). Céline délirait dans certains de ces textes (trop, certainement), mais a ce que je sache, il n’a jamais dénoncé personne, soignait gratuitement qui le lui demandait sans se soucier des origines de ses patients. Un taré, quoi, génial mais taré… Lire la suite »

Chère Madame, je suis désolée de votre réaction. J’aurais du lire plus attentivement votre introduction. Comme je n’habite pas en France, je n’ai pas suivi les évènements liés aux Césars ou ces campagnes féministes. Il est évident que Céline est un sujet que l’on ne peut aborder ici. Peu importe que l’épisode entre Céline et Desnos ait eu lieu en mars 41 et que Desnos ait été arreté en février 44. Mais je me permets de vous donner un conseil: ne reproduisez jamais des textes que vous souhaitez critiquer. Car vous n’aurez jamais la certitude que tous vos lecteurs vous… Lire la suite »