Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Trump contre-attaque contre Jo Biden, en inventant une menace chinoise

Cet article du National Interest témoigne l’angle d’attaque choisi par Trump contre l’établissement démocrate qui est en train d’imposer Jo Biden face à Bernie Sanders. Comme dans le cas de la crise ukrainienne et de la manière dont les dirigeants démocrates de l’époque, Clinton, Biden s’étaient enrichis avec la main-mise sur l’Ukraine, non sans raison il est dénoncé la stratégie de Clinton et d’Obama, le soutien à la délocalisation productive. Mais cela s’assortit de toute la xénophobie possible. La Chine dans un article déjà ancien s’interrogeait sur les raisons qui poussaient les Etats-Unis à la veille de chaque élection présidentielle à faire une poussée anti-chinoise. Là, le cas est extraordinaire, les Etats-Unis ont déclenché une guerre commerciale contre la Chine et découvrent à quel point ils sont dépendants. Ce qui devient une menace (jamais proférée) de la part des Chinois de les priver de soins face à une épidémie, la nouvelle étape sera-t-elle l’accusation de la part de la Chine d’avoir inventé le coronavirus et cela permettra-t-il de masquer l’absence de sérieux, la joie même des USA, des occidentaux en général devant ce que subissait la Chine ? Dans le fond ce que cette droite américaine attribue à la Chine est exactement ce qu’elle fait avec ses blocus, s’attaquer à la population civile, sans parler de l’utilisation de bombardements et d’armes bactériologiques hors champ de bataille où il ne faut pas risquer la vie d’un soldat américain (note et traduction de Danielle Bleitrach)

La Chine menace de jeter l’Amérique «dans la mer puissante du coronavirus».

La Chine menace de faire des ravages sur l’approvisionnement en médicaments de l’Amérique au milieu de l’épidémie de coronavirus de Wuhan. Grâce à notre élite mondialiste et surtout aux faux-pas pendant l’administration Obama-Biden, Pékin a le pouvoir de faire exactement cela. par Christian Whiton

La Chine menace de faire des ravages sur l’approvisionnement en médicaments de l’Amérique au milieu de l’épidémie de coronavirus de Wuhan. Grâce à notre élite mondialiste et surtout aux faux-pas pendant l’administration Obama-Biden, Pékin a le pouvoir de faire exactement cela.

Dans un article publié à Xinhua, l’un des porte-parole du Parti communiste chinois, Pékin a menacé d’imposer des contrôles des exportations pharmaceutiques, après quoi l’Amérique sera «plongée dans la puissante mer des coronavirus».

Malheureusement, Pékin ne bluffe pas à propos de cette capacité.

Comme Rosemary Gibson, co-auteur de “China Rx: exposer les risques de la dépendance de l’Amérique à l’égard de la Chine pour la médecine”, a témoigné devant une commission du Congrès l’été dernier, la Chine a un rôle dominant dans la fabrication des médicaments génériques qui représentent 90 % de ce que les Américains prennent.

La vulnérabilité critique ne concerne pas seulement les médicaments finis, mais ce que l’on appelle les ingrédients pharmaceutiques actifs, dont 80% environ sont désormais importés par l’Amérique. La plupart d’entre eux viennent de Chine rouge.

Même les médicaments finis provenant d’autres sources dépendent de la Chine. L’Inde est une autre source importante de médicaments génériques et 80% des ingrédients médicamenteux de ce pays proviennent de Chine.

Il y a de nombreux coupables derrière cette trahison, mais certains méritent une mention spéciale. 

La cabale mondialiste qui a exporté nos industries vers la Chine au nom du «libre-échange» est au premier plan. Comme Gibson le rapporte également, dans les quatre ans suivant l’adoption de la loi de l’ère Clinton accordant à la Chine un accès sans entrave aux marchés américains et l’adhésion à l’OMC, «la dernière usine de fermentation de la pénicilline aux États-Unis a fermé ses portes; le cartel chinois de la vitamine C a forcé la fermeture de la dernière usine de production américaine et la dernière usine de fabrication d’aspirine a cessé ses activités en raison des prix d’éviction des entreprises chinoises. »

Le gouvernement chinois a utilisé son arme de jeu préférée pour rendre le monde dépendant de ses médicaments: protéger et subventionner les fabricants nationaux pour sous-vendre les concurrents américains, aidé par l’espionnage industriel chinois. En effet, la biotechnologie est l’une des dix catégories de la stratégie industrielle «Made in China 2025» de Pékin, qui a entraîné une grande partie de ses vols de propriété intellectuelle et du dumping de marchandises à des prix inférieurs à ceux du marché pour tuer les entreprises américaines.

Parmi les mondialistes, l’ancienne administration Obama-Biden est particulièrement coupable d’avoir mis l’Amérique en danger. Au cours des huit années de cette administration, le vice-président de l’époque, Biden, a souvent été le leader pour répondre au nombre croissant d’épidémies à l’étranger auxquelles l’Amérique a été exposée.

Au cours de la pandémie de grippe H1N1 (grippe porcine) en 2009, Biden s’est adressé à tort au public au sujet de l’épidémie: «Je dirais aux membres de ma famille, et je l’ai fait, je n’irais nulle part dans des endroits confinés en ce moment… C’est que vous êtes dans un avion confiné. Lorsqu’une personne éternue, elle passe partout dans l’avion. »

Parlant de l’épidémie d’Ebola 2014-2016, Biden a récemment déclaré: «Je faisais en sorte que la pandémie n’atteigne pas les États-Unis, sauvant ainsi des millions de vies.» En fait, l’administration Obama a admis des personnes connues pour avoir la maladie en Amérique.

Pendant l’épidémie du virus Zika, Biden était chargé de faire pression sur le Congrès pour obtenir des fonds. 

Faut-il croire qu’au milieu de toute cette attention portée à l’épidémie, Biden et ses collègues mondialistes ne connaissaient pas l’incapacité croissante de l’Amérique à fabriquer même les produits pharmaceutiques les plus élémentaires? Tout au long de l’administration Obama-Biden, notre dépendance à l’égard de la Chine s’est aggravée. 

Le mois dernier, Biden a critiqué la réponse de l’administration Trump au coronavirus de Wuhan. Au départ, il a critiqué la décision sans précédent du président de suspendre les vols en provenance de Chine: «Ce n’est pas le moment pour le bilan de Donald Trump d’hystérie et de xénophobie – xénophobie hystérique – et de la peur.»

Plus tard, il a fait volte-face pour accuser Trump de ne pas en faire assez, imaginant s’il était président: «Je serais au téléphone avec la Chine pour lui faire comprendre que nous allons devoir être dans votre pays. Vous devez être ouvert. Vous devez être clair. Nous devons savoir ce qui se passe. »

Bien sûr, la réticence de Pékin à autoriser quoi que ce soit de ce genre est la raison pour laquelle leur coronavirus s’est propagé à grande échelle. Curieusement, Biden et ses collègues mondialistes restent optimistes sur la Chine et leur capacité à influencer son gouvernement communiste. L’année dernière, a-t-il dit à propos de la Chine, «ce ne sont pas de mauvaises personnes» et «ce n’est pas de la concurrence pour nous». 

Bien sûr, Biden n’était pas seul, pas plus que les démocrates. La Maison Bush a toujours aimé le mythe selon lequel l’engagement économique de la Chine, évidemment à des conditions favorables à Pékin, ferait d’un adversaire un allié. Le mythe perdure. Bob Zoellick, qui était la cheville ouvrière du commerce de George W. Bush, a été un adversaire franc des efforts de Trump pour mettre fin à la dépendance des États-Unis à l’égard de la Chine, affirmant vaguement: “Vous ne pouvez pas contenir la Chine”.

Pour corriger cette vulnérabilité médicale, Trump devrait appliquer des tarifs permanents et progressivement croissants sur les médicaments et ingrédients chinois. Il devrait également établir une réserve stratégique de médicaments en exigeant que le ministère de la Défense et les Anciens Combattants n’achètent que des médicaments fabriqués à 100% en Amérique. Cette demande intérieure créerait une offre intérieure.

Trump devrait également inciter les sociétés pharmaceutiques à lancer un programme d’urgence pour obtenir l’indépendance de la chaîne d’approvisionnement par rapport à la Chine. Ce serait formidable s’il pouvait y parvenir par un appel au patriotisme. Sinon, il devrait utiliser le Defense Production Act de 1950 pour forcer le problème.

Il est temps de renverser la liquidation mondialiste de l’Amérique qui a mis Pékin en charge de notre chaîne d’approvisionnement en médicaments.

Christian Whiton, senior fellow au Centre for the National Interest, est l’auteur de  Smart Power: Between Diplomacy and War. Il a été conseiller principal du Département d’État sous les administrations George W. Bush et Trump.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments