Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La Coalition anti-turque s’agrandit de jour en jour

La méditerranée devient un lieu de plus en plus déstabilise, dans lequel des petits potentats et les Etats-Unis, l’UE jouent des stratégies bellicistes irresponsables en tentant d’asseoir leurs rêves de califat sur le constat d’avoir à faire à une hégémonie occidentale en crise. Les audaces de la Turquie en ce domaine sont en train de provoquer des alliances inattendues. Pendant ce temps-là les pauvres gens fuient. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et societe)

Rubrique: PolitiqueRégion: Moyen-OrientPays: Turquie

Ces dernières années, le président turc Tayyip Erdogan a activement promu une stratégie incroyablement ambitieuse mais extrêmement risquée qui peut être largement décrite comme un néo-ottomanisme ou des tentatives de restaurer la grandeur de l’Empire ottoman. En même temps, il s’efforcerait de présenter la Turquie comme le défenseur des opprimés, la deuxième patrie de tous les musulmans, le nouvel espoir de la Oummah islamique.

En fait, Ankara aurait tirer un avantage démesuré de la composante religieuse de sa politique étrangère, essayant d’exploiter les lignes sectaires en Syrie bien avant le début du conflit armé dans ce pays. À de nombreuses reprises, la Turquie a tenté de démontrer qu’elle était un paradis sûr pour la soi-disant opposition islamiste, en patronnant ainsi ses membres. Cependant, il n’a pas fallu longtemps pour qu’Ankara commence à repérer les personnalités les plus charismatiques de ce mouvement, à restreindre leur accès au pays ou même à rompre complètement les liens avec elles. Cette politique a permis à Ankara de focaliser l’attention de diverses forces, islamiques et opérant en dehors de la région, qui évaluaient maintenant la possibilité de conclure une sorte d’accord avec la Turquie. C’est à ce moment qu’Erdogan a commencé à profiter de l’aggravation du conflit armé en Syrie, pour rallier à la fois l’opposition syrienne et toutes sortes de militants radicaux sous sa bannière. Ces forces n’étaient pas sûres de leur avenir en raison des efforts antiterroristes actifs entrepris par les autorités syriennes et la communauté internationale, c’est pourquoi elles ont décidé qu’elles devaient l’utiliser comme un allié.

Cependant, cette politique a été vivement combattue non seulement par la Syrie et l’Irak, mais aussi par le principal concurrent régional d’Ankara – l’Iran, les élites occidentales étant réticentes à fournir autre chose qu’un soutien du bout des lèvre aux conceptions ambitieuses d’Erdogan. La société turque, dans sa majorité, n’était pas enthousiaste devant le prix qu’elle allait devoir payer pour les tentatives téméraires de restaurer le califat ottoman sous une forme ou une autre, malgré le fait que cela pourrait permettre à la Turquie de revendiquer le leadership sur le monde sunnite. Ce fait est devenu évident lorsque des informations sur l’activité importante de l’opposition politique ont commencé à arriver de Turquie.

Ces derniers mois, Erdogan est allé au-delà de ces premières tentatives pour tenter de démontrer qu’une nouvelle ère de la politique étrangère turque a maintenant commencé en intensifiant les avancées d’Ankara dans la région méditerranéenne. Il veut montrer que la Turquie est désormais devenue un grand acteur de premier plan dans le monde géopolitique. Parmi ces mesures, on peut mentionner le soutien d’Ankara au gouvernement d’unité nationale en Libye, ainsi que sa position agressive dans les eaux contestées près de Chypre, qui ont indigné la Grèce et plusieurs autres États méditerranéens.

Cependant, cette approche n’a pas apporté d’avantages significatifs à Ankara, tout en élargissant la liste des pays qui s’opposent à ses actions. Par exemple, la Turquie s’est trouvée prise dans unelutte acharnée entre le gouvernement d’unité nationale et Khalifa Haftar, le commandant en chef de l’armée nationale libyenne qui bénéficie du soutien de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, de l’Égypte et d’autres États.

Ces derniers jours, un autre aspect de la «nouvelle ère de la politique étrangère» d’Erdogan est devenu visible et a pris forme dans le contexte de l’aggravation de la confrontation armée entre Ankara et Damas, et c’est la carte des migrations qu’Erdogan a choisi de jouer, pour faire chanter non sans efficacité l’UE tout en obtenant le soutien d’un nombre limité de citoyens d’autres pays que la Turquie qui étaient empêché de tenter d’atteindre l’Europe. Cependant, cette stratégie, comme la majorité absolue des autres récentes d’Ankara, est également tombée à plat.

Pour ces raisons, nous voyons différents pays se rapprocher pour créer un front uni contre la Turquie. Cette évolution se manifeste par l’émergence d’une coalition anti-turque plus large en Méditerranée, composée de la Grèce, d’Israël, de l’OTAN, de l’UE, de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, de l’Égypte et d’un certain nombre d’autres États qui reçoivent un soutien tacite aux États-Unis et qui peuvent trouver diverses façons créatives de nuire au dirigeant turc. Dans le même temps, il ne semble pas, à ce stade, qu’Ankara ait encore des alliés disposés à le récupérer.

La myopie d’Erdogan a déjà abouti à l’établissement de relations diplomatiques entre la Syrie et le gouvernement de Khalifa Haftar, ce qui a conduit à l’ouverture de l’ambassade de Libye à Damas, qui, bien sûr, est un événement historique à part entière. Après tout, en fournissant une assistance militaire directe au gouvernement d’unité nationale dirigé par Faiz Saraj, Erdogan a offert à son pays la possibilité de se battre sur deux fronts, ce qui, tout au long de l’histoire, n’a donné de résultats positifs à personne. Le désir commun d’unir leurs efforts partagés par Damas et Khalifa Haftar est tout à fait compréhensible, car aujourd’hui Ankara utilise les mêmes militants djihadistes contre eux, et ils sont entraînés et armés directement par la Turquie, ce qui crée les conditions préalables à l’émergence de la coalition anti-turque .

Ces développements ont coïncidé avec l’activité du chef du renseignement égyptien, Abbas Kamel, en tournée dans un certain nombre de pays arabes «dans le but de signer des accords de sécurité». Et ce n’était pas une coïncidence, car les sources médiatiques égyptiennes déclarent que Le Caire va tenter de contrer l’influence croissante du président turc Recep Tayyip Erdogan en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

Ces dernières semaines, le chef du renseignement égyptien a réussi à effectuer une visite au Soudan, en Algérie et au Maroc. Au Soudan, il a soulevé la question de l’assistance militaire que ce pays aurait pu fournir à la Libye depuis un certain temps, note le Middle East Monitor. Au Maroc, Abbas Kamel discutera des liens d’Ankara avec le mouvement islamiste marocain Al Adl Wa Al Ihssane. La Tunisie faisait également partie des États que Abbas Kamel a visités lors de sa tournée, Erdogan nourrissant l’espoir de faire figurer ce pays sur la liste des alliés d’Ankara. Le président turc a effectué une visite officielle en Tunisie en décembre dernier, accompagné du ministre turc de la Défense Hulusi Akar et du chef des organisations nationales du renseignement turc, Hakan Fidan, dans le but de renforcer les positions d’Ankara dans ce pays.

Nous ne devons pas oublier que, outre la consolidation des opposants d’Erdogan en Afrique du Nord et en Méditerranée orientale, des processus similaires se déroulent en Europe en raison de la tentative de chantage qu’Ankara a tenté d’imposer. La situation en Syrie et les relations d’Ankara avec Moscou connaissent également un creux, comme en témoigne même le fait qu’Erdogan a sollicité une réunion urgente avec le président russe pour résoudre un nombre important de problèmes. Les problèmes qui courent le risque de faire échouer toute la campagne militaire turque en Syrie.

Maintenant, les choses semblent sombres pour le leader turc.

Certains pourraient affirmer qu’Erdogan est un politicien extrêmement expérimenté qui a démontré à plusieurs reprises sa capacité à s’imposer dans toutes sortes de jeux politiques, tout en récoltant des dividendes considérables dans le processus. Pourtant, nous sommes sur le point de voir si cette fois-ci Erdogan a réellement mordu plus qu’il ne peut mâcher.

Valery Kulikov, analyste politique, exclusivement pour le magazine en ligne « New Eastern Outlook ».Tags: erdogan

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments