Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

El Gabo et Cuba: «La première impression a été plutôt comique» (+ Photos)

Dans mes mémoires, je raconte mes deux “rencontres” avec Gabo. La première était en 1986,je crois,cela se passait à Moscou dans le hall de l’immense hôtel où nous logions tous les deux. Il lisait l’humanité et je la lui ai empruntée. La seconde rencontre, il était sur une estrade aux côtés de Fidel et de Jean Paul II, sur la place de la Révolution.Il y avait une foule immense très politisée qui guettait les propos du pape et celui-ci nous fit un discours magnifique contre le capitalisme et ses méfaits. C’était la fin de son voyage dans l’île où le peuple cubain s’était ingénié sur les recommandations de Fidel à faire comprendre au Pape que “si dans sa Pologne, le socialisme avait été imposé comme un châtiment, les Cubains l’avaient choisi et le défendraient au prix de leur vie”. Gabo était là pour confirmer. Ue des pires vilénies de Patrick Le Hyarec, le directeur de l’Humanité fut qu’il ne se contentat pas en 1995 de soutenir Robert Menard contre Fidel Castro, ni même de confier la rubrique concernant Cuba à deux femmes incapables de comprendre ce qui s’y passait, en particulier Régine Desforges, mais que le lendemain où l’île avait été dévasté par un cyclone, il laissa Lavilliers se déconsidérer en écrivant un minable article sur “l’automne du patriarche”, dans lequel, il se moquait de Fidel Castro. Avoir utilisé dans ces temps Gabo le fidèle contre Fidel et Cuba était sans doute ce que ce type a fait de plus inculte, de plus minable. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Par: Thalía Fuentes Puebla , Dinella García AcostaDans cet article: Amitié , Cuba , Culture , Fidel Castro Ruz , Gabriel García Márquez , Histoire , Littérature , Naissance6 mars 2020 | 8 |Partager91

En ce qui concerne le 93e anniversaire de sa naissance, Cubadebate propose un hommage à cette grande lettre: un voyage vers sa relation avec Cuba. Illustration: Steemit

«Avant la Révolution, je n’ai jamais eu la curiosité de rencontrer Cuba. Les Latino-Américains de ma génération ont conçu La Havane comme un bordel scandaleux de gringos où la pornographie avait atteint sa plus haute catégorie de spectacle public bien avant qu’elle ne devienne à la mode dans le reste du monde chrétien . »

Gabriel Garcia Marquez

***

C’est en 1955 à Paris que Gabo entendit pour la première fois le nom de Fidel Castro, de la voix du poète Nicolás Guillén. Mais ce n’est que 17 jours après le triomphe révolutionnaire que l’écrivain colombien connaît La Havane. En janvier 1959, García Márquez était rédacteur en chef de Venezuela Gráfica et vivait avec sa femme, Mercedes Barcha, dans le quartier de San Bernardino. 

Gabo parlait toujours de ce 1er janvier 1959 lorsque des cris incontrôlés l’ont fait sortir de l’appartement pour voir ce qui se passait, pour confirmer les soupçons: Fulgencio Batista s’était échappé et s’était enfui pour Saint-Domingue dans un avion militaire.

L’occasion de visiter l’île, a-t-il dit une fois, a été présentée plus tôt que prévu, mais il l’attendait avec impatience. C’est ce qu’il dirait des années plus tard:  

«Le 18 janvier, alors que j’ordonnais au bureau de rentrer chez moi, un homme du Mouvement du 26 juillet est apparu haletant dans le bureau désert du magazine à la recherche de journalistes qui voulaient se rendre à Cuba le soir même. Un avion cubain a été envoyé à cet effet. Plinio Apuleyo Mendoza et moi, qui étions les partisans les plus déterminés de la révolution cubaine, avons été les premiers élus. 

«Nous avons à peine eu le temps de rentrer chez nous pour aller chercher un sac de voyage, et j’étais tellement habitué à croire que le Venezuela et Cuba étaient le même pays, que je ne me souvenais pa qu’il fallait un passeport. Ce n’était pas nécessaire: l’agent d’immigration vénézuélien, plus cubain qu’un Cubain, m’a demandé un quelconque document d’identité que j’avais sur moi et le seul papier que j’ai trouvé dans mes poches était un reçu de blanchisserie . L’agent me l’a plaqué dans le dos, en mourant de rire, et m’a souhaité un bon voyage.

«Le grave problème s’est posé à la fin, lorsque le pilote a découvert qu’il y avait plus de journalistes que de sièges dans l’avion et que le poids de l’équipement et des bagages dépassait la limite acceptable. 

Bien entendu, personne ne voulait s’en aller et personne ne voulait sacrifier ce qu’il transportait, et le responsable de l’aéroport lui-même était déterminé à envoyer l’avion surchargé. Le pilote était un homme mûr et sérieux, avec une moustache, avec l’uniforme en tissu bleu et les ornements dorés de l’ancienne Force aérienne cubaine et pendant près de deux heures, il a écouté toutes sortes de raisons impassibles. Enfin, l’un de nous a trouvé un argument mortel:

“Ne soyez pas un capitaine lâche”, at-il dit, “le Granma était également surchargé.”

Le pilote l’a regardé, puis nous a tous regardés avec une rage sourde.

“La différence”, a-t-il dit, “est qu’aucun de nous n’est Fidel Castro.”

«Mais il a été mortellement blessé, il a étendu son bras sur le comptoir, a arraché la feuille du carnet de commandes de vol et il l’a transformée en boule dans sa main.

“Très bien”, at-il dit, “nous allons partir comme ça, mais je ne suis pas au courant que l’avion est surchargé.

«Il a mis la boule de papier dans sa poche et nous a fait signe de la suivre. Alors que nous nous dirigions vers l’avion, coincé entre ma peur congénitale de l’avion et mon désir de connaître Cuba, j’ai demandé au pilote la gorge serrée:

“Capitaine, pensez-vous que nous arriverons?”

“Peut-être,” répondit-il, “avec l’aide de la Vierge de la Charité du Cuivre.”

Le voyage n’était pas confortable. Ils ont même débarqué d’urgence à Camaguey , la première terre cubaine que Gabo verrait 

«Avant midi, nous avons atterri parmi les demeures babyloniennes des riches les plus riches de La Havane à l’aéroport de Columbia, puis baptisé du nom de Ciudad Libertad, l’ancienne forteresse du Batistan où Camilo Cienfuegos avait campé quelques jours auparavant avec sa colonne de guajiros étonnés . 

” La première impression a été plutôt comique , car les membres de l’ancienne aviation militaire qui étaient passés à la Révolution et concentrés dans leurs casernes sont venus nous rencontrer alors que leur barbe n’avait pas eu le temps de pousser assez pour ressembler à de véritables révolutionnaires.”

***

Le premier voyage de Gabo à La Havane a donc eu lieu très tôt, et l’a pris au piège sur cette île pour toujours. Illustration: Culture agitée.

“La seule chose vraie pour moi, ce sont les chansons du Rolling, de la Révolution cubaine et de quatre amis.”
Gabriel Garcia Marquez

***

Le premier voyage de Gabo à La Havane a eu lieu non seulement très tôt, mais il l’a pris au piège sur cette île pour toujours. De ce voyage, il a émergé en tant que fondateur et correspondant à Bogotá puis à New York de l’agence de presse cubaine Prensa Latina.

Éclairé par la culture cubaine, fin 1986, le prix Nobel et Fidel Castro ont fondé l’ École internationale de cinéma de San Antonio de los Baños . El Gabo présiderait l’institution jusqu’à sa mort, donnant également des cours et des ateliers. 

En outre, à plusieurs reprises, García Márquez a été émissaire diplomatique de La Havane.

Même Bogotá est venu le qualifier d ‘ “ambassadeur sans titre” sur l’île. 

***

“C’est un grand écrivain cubain qui vit en Colombie.” Illustration: Pinterest.

“Vous les Cubains, en plus de lire beaucoup, vous savez bien lire.”

Gabriel Garcia Marquez

***

Une librairie au sous-sol du Palacio del Segundo Cabo, dans la Vieille Havane, a attiré l’attention de Gabriel García Márquez lors d’un de ses nombreux voyages à Cuba. En entrant dans un gardien reconnu le poète colombien: “Nous sommes honorés de votre visite, M. García Márquez.” Le Gabo a répondu instantanément à la salutation: “Appelle-moi Gabriel, mec, que le Seigneur ne m’accompagne pas.” 

Quand il le voit s’éloigner, un autre gardien a demandé à son partenaire qui était “ce gentil vieil homme”. “C’est un grand écrivain cubain qui vit en Colombie.” 

Il y avait plusieurs anecdotes que Gabo a raconté à propos des lecteurs cubains au sujet de ses livres. Parmi eux, il se souvenait toujours de celui d’un fermier de Cienfuegos qui lui écrivait pour lui dire qu’il avait une grand-mère qui était la même que la Úrsula Iguarán de Cent ans de solitude ; et un travailleur de Nícaro qui l’a approché lors d’un événement pour lui dire que l’histoire de sa mère et de son père avait beaucoup de choses en commun avec celle de Florentino Ariza et Fermina Daza à El amor en las cholera .

Cotidiana était également la présence de l’écrivain au Festival international du cinéma latino-américain de La Havane et aux événements organisés depuis la Casa de las Américas dans les années 60 et 70.

***

Parfois, le célèbre écrivain voulait passer inaperçu et passer de longues périodes sur l’île avec sa femme. Illustration: Pinterest.

« Une chose est sûre: où que vous soyez, comment vous êtes et avec qui vous êtes, Fidel Castro est là pour gagner. Son attitude face à la défaite, même dans les actes minimaux de la vie quotidienne, semble obéir à une logique privée: il ne l’admet même pas, et n’a pas un moment de calme alors qu’il ne parvient pas à inverser les termes et à la transformer en victoire.

“Entre nous, il y a une amitié intellectuelle, quand nous sommes ensemble, nous parlons de littérature” 

Gabriel Garcia Marquez.

***

En mars 2007, García Márquez a rencontré Fidel pendant plusieurs heures et la photo de cette réunion a fait le tour du monde. 

D’autres fois, cependant, l’écrivain de renom a voulu passer inaperçu et a passé de longues périodes sur l’île avec sa femme . À l’une de ces occasions, alors qu’il avait un plan tranquille, comme toujours, il est arrivé à La Havane et a visité l’école de cinéma de San Antonio et a partagé avec Raúl Castro. Peu de gens savaient qu’il était à La Havane, jusqu’à ce que Fidel l’invite à le rencontrer et qu’ils parlent pendant près de six heures. 

Le lendemain, Fidel a publié un article relatant sa rencontre: 

“J’ai passé les heures les plus agréables depuis que je suis tombé malade il y a presque deux ans”, écrit-il.

“Les vacances et l’anonymat sont terminés”, a déclaré Gabo le lendemain. “Vous venez ici hors saison et cela devient saison.”

Ce jour-là, ils se sont souvenus d’années de vie ensemble. Parmi eux, celui de l’après-midi où Gabo «lui a sauvé la vie» lors du IVe Sommet des présidents ibéro-américains de Carthagène des Indes , en 1994. Il y a eu une promenade en calèche et l’équipe de sécurité de Fidel attendait une attaque. 

«Fidel m’a appelé et m’a dit que si vous venez avec moi, ils ne nous tireront pas dessus. Et je suis monté. “

C’est en 1955 à Paris que Gabo entendit pour la première fois le nom de Fidel Castro, de la voix du poète Nicolás Guillén. Illustration: Pinterest.

En photos, moments de Gabriel García Márquez à Cuba

gabo
Gabriel Garcia Marquez
gabriel-garcia-marquez_0
gabriel-garcia-marquez-2_0
gabriel-garcia-marquez-3
gabriel-garcia-marquez-3_0
gabriel-garcia-marquez-4_0
gabriel-garcia-marquez-7_0
gabriel-garcia-marquez-8_0
gabriel-garcia-marquez-et-fidel-castro
gabo-1
gabo-2
gabo-3
gabo-4
gabo-5
gabo-6
gabo-7
gabo-8
gabo-9
gabo-10

Voir aussi:

En vidéo, discutant avec García Márquez

Partager91

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments