Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Les États-Unis se plaignent parce que le Cambodge pivote vers la Chine

Dans cet article il y a deux faits saillants, le premier est la manière dont la Chine confrontée à une épidémie dans laquelle beaucoup voyait la fin de ses progrès, en profite au contraire pour trouver des solutions aux problèmes pré-existants. ON pense à l’interview du PDG de Huwaï au Point expliquant qu’il y a deux volants pour guider la Chine, le premier est la croissance capitaliste, le second est le socialisme, quand tout va bien on laisse le marché et le capitalisme agir, quand il y a un problème on retourne au socialisme. En fait il s’agit de l’intervention de l’Etat, ce qui pourrait être keynesien, mais cela se combine avec la mobilisation populaire, son organisation à une échelle qu’aucun new deal n’a réalisé, l’organisateur est le parti communiste.Mais ici nous voyons non pas les aspects intérieurs mais la poursuite de la stratégie chinoise à l’extérieur, malgré l’épidémie, en commençant à conforter l’environnement proche, l’Asie. Ici aussi, il s’agit de partir de l’incapacité de l’impérialisme à reconnaître les souverainetés nationales pour proposer un deal gagnant-gagnant. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et societe)

Le front «Radio Free Asia» (RFA), financé par le Département d’État américain, a récemment protesté devant le projet sino-cambodgien de procéder à des exercices militaires conjoints malgré l’épidémie de coronavirus en cours.

Selon Khmer Times , les exercices conjoints de cette année comprendront jusqu’à 200 membres du personnel chinois et plus de 2 000 membres du Cambodge. Selon l’article, les exercices comprendront également «l’utilisation de chars, de véhicules blindés de transport de troupes, d’artillerie, de mortiers et de navires canonniers pour hélicoptères».

Le Cambodge a rejeté les inquiétudes concernant la tenue des exercices au milieu de l’épidémie, il a noté l’impact relativement faible de la propagation du virus sur la nation khmer. De plus, il a argué qu’il était peu probable que la Chine ne fasse pas preuve d’une extrême prudence lors de la sélection du personnel militaire envoyé pour participer aux exercices cette année.

La référence au virus manifeste simplement que les États-Unis sont prêts à prendre des sanctions à la fois contre la Chine et le Cambodge et, ce faisant, ce genre de menace rappelle aux deux nations l’importance d’établir des alternatives significatives et durables à «l’ordre international» actuel mais en perte de vitesse encore dirigé par les États-Unis.

Les États-Unis se plaignent de l’augmentation des liens sino-cambodgiens 

Dans un article de RFA intitulé «Des exercices militaires conjoints Cambodge-Chine« Golden Dragon »vont se poursuivre, malgré la menace du coronavirus», le front américain a manifesté sa contrariété :

Le Cambodge et la Chine n’ont pas l’intention d’annuler leur quatrième exercice militaire conjoint annuel “Golden Dragon” ce mois-ci, malgré la menace du nouveau coronavirus (COVID-19), a déclaré lundi le ministre cambodgien de la Défense, Tea Banh.

L’article se plaignait également ouvertement de la baisse des relations occidentales-cambodgiennes et de la manière dont elles reflétaient l’influence croissante de la Chine dans la région. RFA poursuivait sa diatribe contre les exercices:

Les exercices de cette année marquent une expansion par rapport à ceux de 2019, lorsque 250 militaires chinois et 2500 militaires cambodgiens ont pris part à des exercices pendant 15 jours au terrain d’entraînement du champ de tir militaire de Chum Kiri dans le district de Chum Kiri.

Ce sont les troisièmes et plus grands exercices militaires conjoints Cambodge-Chine à se tenir sur le sol cambodgien depuis que le ministère cambodgien de la Défense a brusquement suspendu les exercices conjoints annuels «Angkor Sentinel» avec l’armée américaine et abandonné les exercices d’entraînement antiterroriste avec l’armée australienne en 2017.

Les exercices conjoints avec les pays occidentaux n’ont jamais été rétablis après 2017, signe du déclin en phase terminale de Washington dans la région.

Washington n’a pas su agir et ne saura pas plus dans l’avenir 

Plutôt que de répondre aux préoccupations du Cambodge concernant l’extension de l’influence occidentale, l’ingérence et la subversion dans les affaires politiques internes du Cambodge, l’Occident (et les États-Unis en particulier) a plutôt redoublé d’ingérence.

Ce qui a été également mentionné dans l’article de la RFA, qui affirmait:

Pendant ce temps, l’influence occidentale au Cambodge est en déclin au milieu des critiques adressées à Hun Sen et au CPP au sujet des restrictions à la démocratie avant et après le scrutin.

Les États-Unis ont depuis annoncé des interdictions de visa sur des individus considérés comme limitant la démocratie dans le pays, dans le cadre d’une série de mesures visant à faire pression sur le Cambodge pour inverser la tendance, et l’Union européenne a annoncé à la mi-février son intention de suspendre l’accès en franchise de droits à son marché dans le cadre du programme «Tout sauf les armes» (EBA) pour environ un cinquième des exportations du Cambodge, en invoquant des reculs sur les droits de l’homme. 

En réalité, il n’y a pas eu de «recul des droits de l’homme» au Cambodge, mais simplement une répression de  la sédition ouvertement soutenue et financée  par l’ Occident sous la forme de partis politiques d’opposition, dont beaucoup sont littéralement les marinnettes de Washington DC et dirigés par des responsables politiques résidant à l’étranger et fuyant des accusations criminelles et des peines de prison.

C’est un modèle répété dans toute l’Asie du Sud-Est et au-delà, où les États-Unis et leurs partenaires européens utilisent une combinaison de coercition économique et politique pour manipuler et contrôler les pays en développement, ce modèle n’a pas connu un réel succés parmi les nations ciblées.

Les nations ciblées ont de plus en plus profité de l’émergence du multipolarisme et de la capacité de nouer des liens alternatifs avec des pays comme la Chine et la Russie qui non seulement offrent une alternative aux liens occidentaux et l’accès aux marchés, mais offrent de plus en plus de meilleures opportunités que l’Occident, même sous de meilleures conditions .

Alors que la marque de l’ingérence de l’Occident continuera d’avoir un impact sur le Cambodge, le Cambodge et d’autres pays de la région établissent de plus en plus ces alternatives permanentes dans un processus qui, en fin de compte et de manière permanente, rendra les tactiques occidentales impuissantes et ceux qui en usent de plus en plus isolés.

Les liens politiques, économiques et militaires croissants entre la Chine et le Cambodge remplacent définitivement la primauté américaine sur la région. À moins que les États-Unis ne trouvent une manière plus constructive et honnête de s’engager avec la région, ce processus se poursuivra, ce qui ne peut que contribuer à un déclin mondial beaucoup plus large de la puissance et de l’influence américaines.

Joseph Thomas est rédacteur en chef du journal géopolitique basé en Thaïlande,  The New Atlas  et contributeur au magazine en ligne « New Eastern Outlook ».

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments