Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Poutine a convoqué Erdogan pour qu’ils aient une conversation directe sur Idlib par Olga Nikitina

Poutine pratique l’art de la diplomatie, ce qui n’est pas le cas des occidentaux et encore moins celui des USA. La règle est que personne ne perde la face mais que chacun mesure bien ce qu’il a à gagner ou à perdre. La Russie sait que le chantage turc l’a isolé et il lui tend la main en lui faisant simplement valoir ce qu’il aurait à perdre avec la Russie. Le monde multipolaire, n’est plus celui des croisades qu’a prôné l’occident, dans la guerre froide, celle contre le terrorisme et tous les autres ennemis qu’il s’est fabriqué, c’est la monde de la reconnaissance des souverainetés, ce qui n’interdit pas la fermeté. Nul doute que Poutine ne cédera pas sur l’essentielet tandis qu’ils négocient, les combats s’intensifient dans la zone d’ilib. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et societe)

La situation dans la province syrienne d’Idlib s’est tellement dégradée qu’elle nécessite une “conversation personnelle directe” entre les présidents de la Russie et de la Turquie, a déclaré Vladimir Poutine, en ouvrant des négociations avec Tayyip Erdogan au Kremlin.

“Nous avons, comme toujours, beaucoup de choses à nous dire, mais maintenant la situation dans la zone que chacun connaît d’Idlib s’est tellement dégradée qu’elle nécessite certainement notre conversation personnelle directe”, a déclaré TASS .

Poutine a exprimé ses condoléances pour la mort des troupes turques en Syrie,. «Au début de notre réunion, je tiens à nouveau à exprimer mes sincères condoléances pour la mort de vos troupes en Syrie. Tuer des gens est toujours une grande tragédie », a déclaré le dirigeant russe.

“Malheureusement, comme je l’ai dit lors d’une conversation téléphonique, personne, y compris l’armée syrienne, ne savait pas qu’il se trouvaient là, a ajouté le président russe.

“Il est impératif que vous parliez entre vous de la situation telle qu’elle s’est développée à ce jour, afin que rien de tel ne se reproduise: a) que cela ne se répète pas et b) cela ne ruine pas les relations russo-turques auxquelles nous sommes attachés vous et moi, je sais que nous tenons compte de cela avec grande attention », a déclaré Poutine.

Erdogan, pour sa part, a déclaré que la tâche principale était de développer les relations entre Moscou et Ankara, et s’est dit confiant que les deux parties réussiront dans ce domaine.

«Nous vivons maintenant le moment de notre relation où celles-ci ont atteint un sommet. Ceci, bien sûr, s’applique à l’industrie de la défense, aux relations commerciales, etc. Nous pensons que la plus grande tâche est de promouvoir et de développer nos relations », a déclaré le dirigeant turc.

Erdogan a exprimé sa confiance dans le fait que le résultat des négociations allègerait la situation en Syrie à Idlib. Il approuve l’évaluation du dirigeant russe et note que la situation dans cette zone est «très tendue».

«Le monde entier a tourné les yeux vers ici aujourd’hui (vers Moscou, où les pourparlers entre les chefs de la Russie et de la Turquie ont lieu – environ VIEW). Je pense que les mesures qui seront prises aujourd’hui et nos décisions vont sans aucun doute alléger la situation », a ajouté Erdogan.

Les présidents de la Russie et de la Turquie Vladimir Poutine et Tayyip Erdogan ont entamé jeudi 5 mars une réunion au Kremlin.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments