Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

The Guardian : Donald Trump confie à Mike Pence la réponse des américains au coronavirus

Amanda Holpuch à New York et le personnel du Guardian @holpuch

Jeu 27 fév 2020 02.19 GMTPublié le mercredi 26 février 2020 à 14h00 GMT

Il faut lire cet article du Guardian comme une dénonciation de l’état réel de la gouvernance américaine. Non seulement le coordonnateur de l’épidémie est célèbre pour ses visées réactionnaires en matière d’épidémie, mais le discours de Trump est un chef d’oeuvre de confusion. Tout l’article – et sa chute finale sur le maire de San Francisco qui visiblement cède à a panique est le venin dans la queue -, montre que c’est le grand n’importe quoi, que la journaliste compare à l’attitude rationnelle de la Chine. J’ajouterais que quand on a subi depuis des semaines la propagande occidentale contre la Chine et que l’on voit les maîtres d’oeuvre de la dite propagande dans un tel état d’incohérence, on commence à se demander à qui notre gouvernement français fait le plus penser? Hélas le modèle de Macron, en matière de destruction des services publics et d’arrogance imbécile parait plus proche de celui de Trump, que celui des Chinois. Eux au moins sont capables de construire deux hôpitaux en une semaine, tandis que nos gouvernants ne savent que détruire ceux qui existent déjà et cerise sur le gâteau à la mode ubuesque de Trump d’avoir une démission de la ministre de la santé pour cause de campagne électorale municipale en remplacement de qui vous savez.. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour Histoire et société)

Donald Trump a chargé mercredi le vice-président Mike Pence de la réponse américaine au coronavirus.

Dans un discours long, décousu et souvent déroutant destiné à rassurer les Américains sur l’impact potentiel du virus, Trump a déclaré que le risque pour le peuple américain “restait très faible”.

L’annonce de la nomination de Pence a précédé un rapport des Centers for Disease Control selon lequel une personne dans le nord de la Californie a contracté le virus sans voyager en dehors des États-Unis ni avoir de contact avec un cas confirmé.

Trump a déclaré mercredi qu’il était prêt à dépenser «tout ce qui est approprié», même si cela signifiait plus que les milliards de dollars supplémentaires que les démocrates ont jugés nécessaires pour renforcer la réponse américaine. Trump avait en effet déclaré au Congrès en début de semaine que le gouvernement devait dépenser 2,5 milliards de dollars en fonds d’urgence pour lutter contre le virus.

Trump a déclaré que Pence travaillerait avec les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), les National Institutes of Health (NIH), le Department of Homeland Security (DHS) et d’autres agences gouvernementales pour coordonner la réponse.

“Quoi qu’il arrive, nous sommes totalement préparés”, a déclaré Trump.

Le coronavirus déclenchera-t-il une récession mondiale?

Jeffrey Frankel Lire la suite

Tout au long de la conférence de presse, Trump a cherché à minimiser les craintes de l’impact du virus à travers les États-Unis, y compris en mentionnant à plusieurs reprises combien il était étonné d’avoir récemment appris combien de personnes sont tuées par la grippe chaque année.

Mais plusieurs responsables de la santé réunis avec lui sur le podium ont souligné que les Américains devaient se préparer à ce qui pourrait devenir une épidémie plus large.

«Notre stratégie de confinement agressif ici aux États-Unis a fonctionné et est responsable des faibles niveaux de cas que nous avons jusqu’à présent. Cependant, nous nous attendons à plus de cas », a déclaré le Dr Anne Schuchat du CDC.

Le secrétaire américain à la Santé, Alex Azar, a confirmé qu’il y avait 15 cas de coronavirus diagnostiqués aux États-Unis, portant le nombre total de personnes infectées dans le pays à 60. Il y a trois cas d’Américains rapatriés de la province chinoise de Wuhan et 42 personnes qui ont été rapatriés du bateau de croisière Diamond Princess qui était amarré au Japon. L’un des passagers du navire de croisière Diamond Princess participe à la première étude américaine sur un antiviral pour traiter le coronavirus.

Mercredi, le président avait vanté la réponse de son administration à la crise. Mais de sérieuses inquiétudes ont été exprimées jusqu’à présent concernant sa réponse.

Azar a demandé 2,5 milliards de dollars en financement d’urgence au Congrès pour répondre au coronavirus. Mais les démocrates ont déclaré que ce montant était insuffisant compte tenu de l’ampleur des défis.

Jusqu’à présent, Chuck Schumer, le leader démocrate du Sénat, a vivement critiqué la réponse du gouvernement américain et a proposé mercredi une somme de 8,5 milliards de dollars pour répondre à l’épidémie de virus, plus du triple de la demande de Trump.

Schumer demande 4,5 milliards de dollars au ministère de la Santé et des Services sociaux pour lutter contre l’épidémie aux États-Unis, 1 milliard de dollars pour développer et fabriquer un vaccin, 1 milliard de dollars pour aider d’autres pays à lutter contre le coronavirus et 2 milliards de dollars pour rembourser les États pour les coûts engagés pour lutter contre l’épidémie.

Des experts en santé publique ont exprimé leur inquiétude quant au fait que les États-Unis avaient testé moins de 500 personnes pour le virus, à l’exclusion des personnes qui étaient revenues sur des vols d’évacuation (En comparaison, la Corée du Sud a testé plus de 35 000 personnes). Ce manque de tests, ont-ils prévenu, pourrait nous empêcher de comprendre la propagation du virus à travers le pays.

Trump a déclaré que les États-Unis «testaient tout le monde que nous devons tester et trouvaient très peu de problèmes. Nous traitons cela comme la grippe », a ajouté le président, en rappelant aux Américains de se laver les mains.

Les législateurs et les experts politiques ont également poussé l’administration à nommer un «tsar» pour superviser la réponse américaine, comme l’a fait l’administration Obama pendant la crise Ebola. Ils ont averti que la capacité des États-Unis à répondre à la crise avait été entravée par la décision de l’administration Trump en mai de démanteler le bureau du conseil de sécurité nationale qui avait pour mission de superviser une réponse coordonnée à l’échelle du gouvernement en cas de pandémie. La semaine dernière, 27 sénateurs ont écrit une lettre à Trump lui demandant de combler rapidement les manques dans ce domaine.

On ne sait pas si la nomination de Pence apaisera leurs préoccupations. Dans le passé, Pence a été critiqué pour son rôle de gouverneur de l’Indiana dans le blocage des programmes d’échange d’aiguilles propres lors d’une épidémie de VIH.

L’épidémie de coronavirus a jusqu’à présent touché 80 000 personnes dans le monde. En Chine continentale, il y a eu 2 663 décès parmi 77 658 cas, principalement dans la province centrale du Hubei. Plus de 12 000 personnes affectées en Chine se sont déjà rétablies et l’Organisation mondiale de la santé a déclaré mercredi que davantage de nouvelles infections avaient été identifiées à l’extérieur de la Chine qu’à l’intérieur.

Des experts en santé publique ont salué la réponse du CDC à l’épidémie aux États-Unis, bien que la réaction de Trump et d’autres membres de son administration à l’épidémie suscite des inquiétudes.

Trump a déclaré mardi que les États-Unis étaient “très proches” d’un vaccin contre le coronavirus, ce que le Dr Anthony Fauci des National Institutes of Health a déclaré mercredi ne pas être envisageable avant au moins 18 mois pour sa disponibilité. La Maison Blanche a déclaré plus tard que le président parlait plutôt du vaccin contre Ebola approuvé il y a deux mois.

Mardi, le chef intérimaire du DHS, Chad Wolf, n’a pas répondu aux questions de base sur la maladie, y compris les projections de la propagation du virus et la manière dont il a été transmis. Le DHS fait partie des agences qui coordonnent la réponse au virus.

Le sénateur John Neely Kennedy, un républicain de Louisiane, a terminé une série de questions en disant à Wolf: “Vous êtes censé nous garder en sécurité et le peuple américain mérite des réponses directes sur le coronavirus et je ne les obtiens pas de vous.”

Mardi, la responsable de la vaccination du CDC, Nancy Messonnier, avait déclaré qu’en l’absence de vaccins ou de médicaments, les autorités devraient envisager d’éventuelles fermetures d’écoles et le télétravail dans le cadre des efforts visant à contenir la propagation de la maladie.

«Je comprends que toute cette situation peut sembler accablante et que la perturbation de la vie quotidienne peut être grave. Mais ce sont des choses auxquelles les gens doivent commencer à penser maintenant », a déclaré Messonier. «J’ai eu une conversation avec ma famille au petit-déjeuner ce matin, et j’ai dit à mes enfants que – même si je ne pensais pas qu’ils étaient en danger – en ce moment, en tant que famille, nous devons nous préparer à une perturbation importante de notre vie. “

Après l’annonce du CDC, le maire de San Francisco, London Breed, a déclaré une urgence locale, bien qu’il n’y ait aucun cas confirmé parmi les résidents de la ville.

Breed a déclaré que sa déclaration avait été faite pour accroître la préparation. «Nous voyons le virus se propager chaque jour dans de nouvelles parties du monde et nous prenons les mesures nécessaires pour protéger les San Franciscains contre les méfaits», a déclaré Breed.

Associated Press a contribué à ce rapport

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

60 millions d’états uniend sans couverture médicale des ghettos partout, des prédicateurs antiscience des politiques souhaitant le massacre des pauvres des bases militaires en Asie où le coronavirus est absent c’est cela la démocratie et la santé pour tous ?