Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Malgré la haine anticommuniste, raciste d’une Valérie Niquet dans l’émission honteuse de C dans l’air …

La Chine donne du temps à tout le monde: dans la lutte contre le coronavirus aussi dans l’économie

Mardi 25 février 2020 par CEPRID par Alberto Cruz, traduit de l’espagnol par Danielle Bleitrach pour histoire et société. Ce texte est publié en rectification de la honte de notre télévision française. Hier 26 février, j’ai écouté l’émission C dans l’air consacré au sujet que traite cet article, il y avait quatre intervenants Philippe Dessartine, Sylvie Mattei, Dominique Seux et l’incroyable Valérie Niquet. Si on ne pouvait pas considérer que les trois premiers avaient la moindre sympathie pour la Chine et qu’ils commettaient ça et là quelques erreurs factuelles, leurs propos ne mériteraient certainement pas la même indignation que ceux suscités par madame Valérie Niquet. Cette femme que l’on nous présente comme une experte est une propagandiste de haine contre la Chine et elle ne cache pas pourquoi, parce qu’elle hait le communisme. Son ennemi personnel est Xi Jinping mais aussi Huawei… La parole qu’elle diffuse est celle de l’extrême-droite japonaise et celle de la CIA toutes ses “interventions”, ses textes portent sur “le système chinois” à qui on ne peut pas accorder la moindre confiance et son regard porte cette haine. Les autres participants, y compris la meneuse de l’émission la regardaient avec stupéfaction tant elle n’ouvrait la bouche que pour jeter des vipères. Anticommuniste, sinophobe, passe encore, mais si tout le monde s’accorde pour dire que la panique, la xénophobie sont dans cette crise épidémique et économique, une catastrophe, cette femme doit être impérativement écartée de la télévision, sa propagande n’a rien à y faire. Donc voici sur le sujet traité hier quelques rectifications (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Résultat de recherche d'images pour "valérie Niquet"

L’infection à coronavirus s’est propagée dans le monde malgré les tentatives de la Chine pour l’empêcher. Pendant deux longs mois, l’épidémie baptisée COVID-19 par l’Organisation mondiale de la santé a été active presque exclusivement en Chine. Au moment d’écrire ces lignes, il commence déjà à se propager à travers l’Asie et l’Europe alors qu’il commence à s’affaiblir en Chine, où il n’y a pratiquement aucun cas d’infection en dehors de l’épicentre du Hubei. L’OMS ne parle toujours pas de pandémie, mais elle dit que les autres pays n’ont pas été à la hauteur car la Chine, avec sa lutte contre le virus, a donné au monde beaucoup de temps pour se préparer.

Cependant, malgré le nombre de morts et de personnes touchées, ce n’est pas une épidémie plus dangereuse que les autres. La panique déchaînée est tout à fait irrationnelle car, grâce au travail de la Chine, on sait déjà que le nombre de personnes touchées est divisé en deux classes: les cas ouverts ou étudiés et les cas fermés, c’est-à-dire les cas qui ont subi des enquêtes et sont considérés comme étant les plus probables et ceux qui ont été confirmés. Sur le total ainsi atteint par le virus, 80% sont des cas ouverts (probables) et les 20% restants sont clos (confirmés). Sur ce pourcentage de cas clôturés, c’est-à-dire ceux réellement infectés, 86% sont hospitalisés, avec différents niveaux de gravité, et parmi eux 14% sont décédés. Et parmi les décès, 85% sont survenus chez des personnes de plus de 65 ans.

Bien qu’il soit imprévisible de prévoir l’évolution de l’épidémie, comme l’a dit l’OMS, la vérité est que le nombre de cas, ouverts et fermés, diminue régulièrement en Chine depuis le début du mois de février. En effet, depuis le 3 février le nombre de personnes affectées diminue de façon significative dans tout le pays (il ne reste actif, avec un degré élevé d’infections, que dans la province du Hubei, d’où il est originaire) et, au contraire, augmente le nombre des personnes libérées.

Étant donné que ce virus inhabituel a une période d’incubation de 24 jours, il y a encore des centaines de cas qui apparaissent quotidiennement mais le nombre de décès est presque stable et avec une tendance à chuter de 100 par jour à partir de fin février. C’est à partir de ces dates, ou autour d’elles, que l’on considère que l’épidémie pourrait atteindre son paroxysme même si pour l’OMS “il est encore trop tôt”. Cependant, l’OMS continue d’insister sur le fait que le coronavirus n’est pas une épidémie mondiale et n’augmentera pas le niveau de risque mondial tant qu’il ne sera pas déclaré pandémique.

Devoir se préparer au pire est logique selon l’OMS, mais la panique n’a aucune raison valable malgré l’augmentation des cas dans d’autres pays en dehors de la Chine. C’est pourquoi l’OMS vient d’envoyer une équipe internationale d’experts pour effectuer des contrôles sur place, revoir les mesures préventives, visiter les centres de recherche et donner des instructions pour contenir l’épidémie dans le monde.

Et ce sont, avec de fortes raisons d’optimisme venant de Chine, comme l’exprime Zhong Nanshan, l’un des principaux experts chinois dans la lutte contre le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS, l’épidémie qui s’est produite dans les années 2002 -2003) qui est celui qui met le plus l’accent souligne que COVID-19 est sur le point d’atteindre son apogée.

Les spéculations sont nombreuses, les certitudes peu nombreuses. Mais il y en a quelques-unes à souligner: la Chine combat l’épidémie en son nom propre, mais aussi du monde et le fait sur trois fronts et dans cet ordre: elle protège ses citoyens de la transmission des infections même si elle a fermé des villes; elle a envoyé des milliers d’experts et d’agents de santé (principalement des bénévoles et des membres du Parti communiste) pour traiter les personnes touchées et enquêter sur les vaccins pour trouver un remède rapide, et elle protège l’humanité contre les infections, même au détriment de son économie

Mais ce n’est pas mauvais en soi. Ou du moins pas très mauvais. Parce que grâce au coronavirus, les mesures que la Chine met en œuvre – comme la réduction du coût des prêts – s’adressent aux entreprises qui travaillent pour la consommation intérieure, qui est actuellement la principale source de croissance de l’économie chinoise. En fait, même avant le coronavirus, la dépendance de la Chine à l’égard des exportations (en conséquence également de la guerre commerciale menée par les États-Unis) avait été considérablement réduite, passant de 51,3% à 31,8%. Cela ne signifie qu’une chose: l’exportation n’est plus le principal moteur de la croissance économique de la Chine. Et cette tendance ne fera qu’augmenter avec et après le coronavirus.

Cependant, les dommages économiques causés par COVID-19 sont évidents parce que la Chine est le plus grand partenaire commercial de plus de 100 pays, de sorte que les mesures prises pour empêcher la propagation de l’épidémie ont affecté les relations commerciales avec eux.

Nous vivons dans un système économique fortement interdépendant et fortement lié par les flux de matières premières qui alimentent les capacités de production de la Chine et cette chaîne est désormais au ralenti. En raison du coronavirus, moins de pétrole, moins de cuivre et moins de charbon sont commercialisés, entre autres produits. Si cela ne semble pas trop nous toucher, il faut ajouter que 80% des smartphones produits dans le monde arrivent de Chine, et environ 50% des ordinateurs et téléviseurs. La peur du COVID-19 se répand avec l’épidémie, endommageant gravement le commerce mondial et les chaînes d’approvisionnement.

Mais s’il y a un pays menacé par les conséquences du virus, ce sont les États-Unis. La Chine étant le centre mondial de fabrication de ces types de produits, le virus a perturbé la chaîne d’approvisionnement de sociétés telles que Boeing, GM ou Apple, pour n’en nommer que quelques-unes.

Si la Chine ne peut pas contrôler le virus dans les marges qu’elle a établies depuis le début, environ trois mois (et cela interviendra à la fin du mois de mars), l’économie américaine sera gravement touchée et une telle situation lors d’une année électorale, pourrait être mortelle. La baisse de la commercialisation du pétrole (et les États-Unis sont, avec la Russie et l’Arabie saoudite, à la tête de la production mondiale) est due au fait que la Chine a réduit ses achats de 20%, ce qui a considérablement réduit le prix du baril. Et cela signifie également qu’aux États-Unis, on voit comment le pétrole vendu est 15% moins cher maintenant et cela signifie des dommages considérables à l’économie américaine, avec la faillite des entreprises qui en résultera, en particulier celles qui extraient le pétrole du schiste et qui est exporté, presque entièrement, en Chine.

À cela, il faut ajouter la question agricole, indispensable pour s’entendre sur la trêve commerciale entre les deux pays dans la guerre des tarifs et qui est désigné sous le nom de la “Phase 1”. En raison du coronavirus, la Chine a non seulement considérablement réduit l’achat de produits agricoles tels que le soja ou le maïs, mais a déjà laissé entendre qu’elle pourrait demander une révision de l’accord en raison des effets du virus.

Ce ne sont pas des mots vides ou des contributions enthousiastes, ce sont des faits. Aussi certain que la Bourse de New York a déjà connu (le 24 février) la pire baisse de points de son histoire, soit depuis 124 ans.

Si la situation épidémique ne peut être maîtrisée, peu d’économies se débarrasseraient des dommages potentiels et des économies telles que le Japon, les États-Unis et l’Europe subiront le coup le plus fort étant donné leur chaîne d’approvisionnement étroite avec la Chine. Et seule la Chine se bat sur les deux fronts tandis que les autres surveillent et se réjouissent d’une épidémie qui pourrait affaiblir leur grande menace.

Alberto Cruz est journaliste, politologue et écrivain. Son nouveau livre est «Les sorcières de la nuit. Le 46e Régiment «Taman» d’aviateurs soviétiques de la Seconde Guerre mondiale », édité par La Caída avec la collaboration du CEPRID et qui en est déjà à sa troisième édition. Les commandes peuvent être faites à libros.lacaida@gmail.com ou à ceprid@nodo50.org

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments