Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

L’AGRICULTURE URBAINE À CUBA MONTRE COMMENT ÉVITER LA FAIM Par Paul Brown,

effectivement quand je suis arrivée à Cuba en 1994, la pénurie alimentaire était telle que malgré les distributions de nourriture – un riz gluant avec des haricots rouges- dans les entreprises, les écoles, on crevait de faim et il y a eu ce développement de l’agriculture urbaine, parfois c’était dans des espèces de bac riviera, parfois plus rarement dans des jardins. Mais l’article me paraît sous estimer le rôle de l’armée qui a constitué un véritable laboratoire de tous types de développement agricole y compris biologique . Dans Cuba est une île nous décrivons certaines de ces expérimentations. (note et traduction de Danielle Bleitrach histoire et societe)

Lorsque les pays manquent de nourriture, ils doivent trouver rapidement des solutions, et une réponse peut être l’agriculture urbaine.

C’est le remède que Cuba a pris résolument il y a 30 ans, face au dilemme de la fin de ses importations vitales de produits alimentaires. Et ce qui a fonctionné alors pour Cuba pourrait représenter des leçons aujourd’hui pour le monde en général, car il fait face à une faim croissante face à la crise climatique.

Lorsque l’Union soviétique s’est effondrée dans les années 1990, la plupart des approvisionnements alimentaires de Cuba ont été interrompus. Pour éviter une malnutrition sévère, les habitants de la capitale, La Havane, ont trouvé une réponse imaginative: le jardin urbain. Cela est maintenant considéré comme un plan possible pour la survie des populations urbaines dans un monde en réchauffement.

La Fast Transition Alliance a publié un compte rendu trrès complet de la progression rapide de Cuba vers l’autosuffisance dans le cadre de sa série, Stories of Change, qui décrit des cas de transformation rapide à grande échelle qui peuvent sembler difficiles à réaliser mais qui ont souvent fonctionné.

Le problème de la faim des Cubains s’est posé parce que pendant la guerre froide, ils ont cessé de produire leur propre nourriture et ont livré la plupart de leurs terres agricoles aux plantations de canne à sucre pour approvisionner l’Union soviétique. En échange de ces montagnes de sucre, Moscou a fourni à Cuba de la nourriture, des engrais chimiques et du mazout pour ses voitures et ses tracteurs.

SANCTIONS AMÉRICAINES UU.

L’effondrement soviétique a provoqué la rupture de ce commerce et le rationnement de la nourriture des habitants de la ville. Et Cuba a perdu son principal approvisionnement alimentaire tout en faisant face aux sanctions strictes des États-Unis. Le retour à l’agriculture conventionnelle aurait pris du temps et, en tout cas, cela a été difficile car les engrais, les carburants et les pesticides soviétiques étaient également épuisés.

Ensuite, des citadins très ingénieux, confrontés à un rationnement qui a réduit l’apport calorique quotidien moyen des Cubains de 2 600 en 1986 à 1 000 à 1 500 en 1993, se sont organisés pour cultiver leur propre nourriture dans des parcelles urbaines improvisées.

Au début, aux prises avec peu de connaissances et sans engrais, leurs rendements étaient faibles, mais lors de la production de compost et d’autres milieux de culture biologique, en plus d’introduire l’irrigation goutte à goutte, ils ont commencé à voir des améliorations.

En l’absence de produits chimiques, les horticulteurs ont eu recours à des contrôles biologiques tels que les soucis (sur lesquelles les opinions actuelles sont partagées) pour dissuader les insectes nuisibles.

En 1995, La Havane à elle seule comptait 25 000 parcelles desservies par des familles et des coopératives urbaines. Le gouvernement, réalisant les avantages potentiels, a encouragé le mouvement.

La qualité du sol a été améliorée grâce à un mélange de résidus de récolte, de déchets ménagers et de fumier animal pour créer davantage de compost et de conditionneurs de sol. Les fruits et légumes frais supplémentaires que cela a fourni ont rapidement amélioré l’apport calorique des citadins et sauvé beaucoup de malnutrition.

Avec le climat cubain, avec les changements d’irrigation et les sols s’améliorant constamment à partir de la matière organique ajoutée, les parcelles pourraient produire des légumes tout au long de l’année. La laitue, les blettes, les radis, les haricots, les concombres, les tomates, les épinards et les poivrons étaient cultivés et commercialisés.

Il est également été prouvé que l’exercice supplémentaire que les jardiniers urbains ont obtenu en travaillant à leurs parcelles, ainsi que le temps qu’ils ont passé à l’extérieur à l’extérieur, ont profité à leur santé.

Enfin, réalisant que l’autosuffisance était le seul moyen de nourrir la population, le gouvernement a limité la culture de la canne à sucre. Faute d’engrais, de nombreuses plantations ont été livrées à l’agriculture biologique. La pénurie d’huile pour les tracteurs signifiait que des bœufs étaient utilisés pour le labour.

SOLUTION PARTIELLE

L’expérience de l’agriculture urbaine à Cuba a incité de nombreux écologistes à penser que cela faisait au moins partie de la solution aux pénuries alimentaires menacées par le changement climatique. En 2008, les jardins potagers, malgré leur petite taille, constituaient 8% des terres de La Havane et 3,4% de toutes les terres urbaines de Cuba, produisant 90% de tous les fruits et légumes consommés

En conséquence, l’apport calorique cubain moyen a augmenté rapidement pour correspondre à celui des Européens, en fonction d’un régime composé principalement de riz, de haricots, de pommes de terre et d’autres légumes, un régime faible en gras qui réduit l’obésité.

Cependant, en raison des conditions météorologiques, le blé ne pousse pas bien à Cuba et l’île doit encore importer de grandes quantités de céréales panifiables. La viande est rare et devrait également être importée principalement.

Malgré cela, l’expérience de Cuba depuis la fin de la guerre froide dans les années 90 montre que de grandes quantités de produits frais peuvent être cultivées dans les villes et que l’agriculture urbaine est durable pendant des décennies.

Pour d’autres pays vulnérables à la perte soudaine de denrées alimentaires, l’expérience de Cuba suggère que l’agriculture urbaine peut être un moyen d’éviter une famine potentielle lorsque les importations sont restreintes, coûteuses ou tout simplement impossibles à obtenir.

Article original en anglais

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments