Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

«Vietnam du Moyen-Orient» pour les États-Unis ? par Vladimir Platov

Cet article éclaire bien des enjeux qui ne concernent pas les seuls Etats-Unis, mais également les divers gouvernements français, les socialistes ayant été dans ce domaine souvent pire si cela est possible que ceux de droite. La crise politique que nous connaissons, le désaveu de nos représentants ne concerne pas seulement leur politique anti-sociale, mais également une conception du rôle de la France dans le monde, même si tout a été fait pour, comme le décrit l’article, masquer la politique de guerres injustes et néo-coloniales de nos dirigeants et on pourrait ajouter de la totalité de la classe politique et des médias qui ont perdu toute respectabilité patriotique dans cette affaire. La conclusion de cet article, nous la faisons nôtre: dans ce monde multipolaire, les États-Unis doivent apprendre à protéger leurs intérêts dans la région par la diplomatie, les accords et les alliances et non en recourant à des conflits armés sans fin. Un tel changement de politique bénéficiera aux États-Unis ainsi qu’à d’autres nations (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société).

Les États-Unis ont perdu la guerre du Vietnam il y a quarante-cinq ans. En effectuant des frappes aériennes contre le Nord et en déployant des troupes américaines dans le Sud, Washington espérait affaiblir l’économie du Nord-Vietnam. La guerre a vu certains des bombardements aériens les plus intenses de l’histoire de l’humanité. De 1964 à 1973, l’US Air Force a largué environ 7,7 millions de tonnes d’explosifs et d’autres munitions en Indochine. À l’époque, de nombreux soldats et officiers désertaient souvent de l’armée américaine et de nombreux vétérans de la guerre souffraient de troubles psychologiques, notamment du soi-disant syndrome du Vietnam. D’anciens militaires incapables de faire face à leurs problèmes psychologiques ont même fini par se suicider. Peu de temps après, beaucoup ont réalisé la futilité de ce conflit. Et en signant l’Accord de Paris sur la fin de la guerre et le rétablissement de la paix au Vietnam en 1973, les États-Unis, qui avaient perdu 58 000 de leurs soldats depuis 1965, ont mis fin à leur participation au conflit, admettant ainsi de facto leur défaite face à la République démocratique du Vietnam et ils ont quitté leurs territoires. Ce fut la première guerre que les États-Unis ont perdu dans leur histoire.

Malheureusement, ces escapades au Vietnam n’ont pas donné de leçon à l’establishment militaire et au monde politique américain, car la superpuissance n’a pas renoncé à ses ambitions à mettre au pas les gouvernements en désaccord avec elle afin de poursuivre ses objectifs de domination mondiale. Et, aujourd’hui, cette prétention est facilement discernable des actions de Washington en Afghanistan, en Irak, en Syrie et dans de nombreux autres pays, où les conflits armés (utilisés comme un outil par les États-Unis) ne conduisent pas seulement à la destruction de nombreux pays et de leur population en provoquant la faim, la pauvreté et les crises, mais aussi alimentent partout les sentiments anti-américains. Comme à l’époque du Vietnam, en raison de la futilité des guerres menées par l’élite militaire et politique américaine en Afghanistan, en Irak, en Syrie et dans un certain nombre d’autres pays, il y a eu une augmentation des suicides parmi le personnel militaire américain. Selon des informations publiées par l’US Air Force , seulement en 2019, les taux de suicide parmi les militaires en service militaire actif, dans la Garde nationale américaine et dans les forces de réserve, ont augmenté de 33%.

À l’heure actuelle, la croissance du sentiment anti-guerre aux États-Unis ne se résorbe pas malgré la ruse utilisée dans la littérature spécialisée anglophone qui consiste à décrire les interventions militaires des États-Unis et de la coalition internationale dirigée par les États-Unis dans les pays du Grand Moyen-Orient, non comme une guerre mais par un terme plus neutre, à leur avis, de «conflit». Une telle désignation n’est pas basée sur l’ampleur ou la portée géographique des opérations militaires américaines, mais plutôt sur le fait que Washington, ou plus précisément le Congrès des États-Unis, n’a pas officiellement déclaré la guerre à ces pays. Et toutes les répercussions de ne pas le faire, juridiques également, pour le public américain comprennent l’absence de toute résolution correspondante des Nations Unies. Les analystes américains affirment trop souvent que ces guerres sont le résultat d’une escalade des tensions, qui s’est ensuite transformée en une confrontation armée. Mais cela place encore les États-Unis et les membres de sa coalition dans une position assez ambiguë. En effet, prendre part au combat pour des raisons essentiellement illégales signifie qu’en fin de compte, ils peuvent être tenus responsables de leurs actions par la communauté mondiale, comme cela s’est produit lors du Russell Tribunal, qui «a enquêté et évalué la politique étrangère américaine et intervention militaire au Vietnam ».

Le soi-disant «accord du siècle» proposé par le président américain Donald Trump pour établir la paix au Moyen-Orient a suscité le feu non seulement des opposants politiques du leader américain et des États-Unis, mais aussi des alliés au sein de l’OTAN. Par exemple, le président turc Recep Tayyip Erdoğan a récemment qualifié le plan pour le Moyen-Orient de «projet d’occupation». Il a déclaré que l’accord ne servirait pas la paix ni n’apporterait de solution, mais visait plutôt à légitimer l’occupation d’Israël.

Les mesures prises par Washington pour «éliminer» physiquement ses rivaux politiques et prendre des dispositions pour les assassiner (par exemple, l’opération américaine contre le général de division Qasem Soleimani en Irak) conduisent non seulement à une opposition accrue contre les États-Unis, mais aussi à de plus grandes menaces auxquelles sont confrontés les citoyens américains eux-mêmes. En représailles aux actions barbares de Washington, les politiciens iraniens ont exprimé leur volonté d’organiser «une autre guerre du Vietnam» pour les Américains s’ils refusaient de quitter le Moyen-Orient. Les habitants de la région, qui ont récemment multiplié les attaques de missiles contre des bases militaires, des ambassades et des consulats américains, ont également fait la même promesse. Plus tôt, l’analyste américain Scott Bennett a averti que l’Irak était devenu de plus en plus le deuxième «Vietnam au Moyen-Orient» pour Washington, et a souligné que l’invasion américaine de cette nation avait été complètement «inconstitutionnelle» et avait, par-dessus tout, violé la Charte des Nations Unies. Il a également déclaré que la présence américaine dans la région n’avait eu aucun impact positif et n’avait entraîné que ruine, mort et destruction.

Selon CNN, l’opération américaine en Irak pourrait se terminer par une humiliation pour Washington. Le président américain Donald Trump n’a pas encore retiré ses troupes américaines des territoires irakiens malgré sa campagne électorale qui promettait de mettre fin aux guerres prolongées. Les États-Unis sont désormais confrontés à la possibilité d’être expulsés de l’Irak, ce qui serait une victoire importante pour l’Iran alors qu’il consolide son influence déjà considérable à Bagdad. L’expulsion des États-Unis d’Irak pourrait mettre un terme humiliant à sa longue intervention militaire là-bas, qui a coûté des milliards de dollars (en argent des contribuables) et entraîné la mort de milliers de militaires américains.

Pour l’instant, l’Iraq a arrêté toutes les opérations conjointes avec les États-Unis visant Daech (un groupe terroriste interdit en Fédération de Russie). Et le Premier ministre intérimaire irakien a déclaré que le retrait des forces américaines était le seul moyen de protéger les personnes vivant à l’intérieur des frontières irakiennes.

La réaction de la population syrienne face à l’agression américaine provoque la «vietnamisation» de la crise dans ce pays. Récemment, dans le village syrien de Harbat-Hamo (situé à 10 km à l’est de la ville de Qamishli dans le gouvernorat d’Al-Hasakah), les habitants kurdes se sont révoltés en refusant de laisser passer un convoi américain, comprenant plusieurs véhicules. Et seules les mesures prises par les patrouilles russes ont aidé à protéger les militaires américains de la colère croissante des Syriens.

Les choses ne vont pas non plus bien pour les États-Unis en Afghanistan, qui a été plongé par Washington dans un conflit armé de près de 20 ans dans lequel des milliers de civils meurent chaque année.

De nos jours, de nombreux médias et analystes aux États-Unis et à l’étranger se rendent compte qu’il est temps que Washington renonce à ses ambitions de transformer la région conformément à sa vision. Les attaques les plus récentes contre des installations américaines au Moyen-Orient, ainsi que les défis auxquels les États-Unis sont confrontés lorsqu’ils prennent des mesures de rétorsion, soulèvent tous des questions, que Washington a choisi d’ignorer pendant de nombreuses années, sur les objectifs des interventions américaines dans les affaires du Moyen-Orient.

Dans le climat actuel, une opinion selon laquelle les États-Unis ne disposent que de deux options s’ils souhaitent rester un acteur dans la région a même été exprimée. La première consiste pour les États-Unis à suivre la même voie qu’au Vietnam avant 1973 et à s’engager dans des combats militaires dans la région, contre l’Iran aussi, sachant très bien que cela conduira à une nouvelle guerre prolongée, qui sera impossible à gagner.

Pourtant, Washington a une autre option (similaire à celle utilisée au Vietnam après 1973), à savoir mettre fin aux conflits armés au Moyen-Orient, provoquée par les précédentes administrations américaines, tout comme Donald Trump l’avait promis lors de sa campagne électorale. En effet, bien que les États-Unis n’aient pas pu vaincre le Vietnam avec du napalm et des bombes, ils sont revenus dans ce pays avec leurs investissements et leur aide militaire! La deuxième option encourage les États-Unis à suivre des politiques plus réalistes qui tiennent compte du climat actuel, dans lequel ils n’ont plus un avantage écrasant en termes de richesse et de pouvoir. Les États-Unis doivent apprendre à protéger leurs intérêts dans la région par la diplomatie, les accords et les alliances et non en recourant à des conflits armés sans fin. Un tel changement de politique bénéficiera aux États-Unis ainsi qu’à d’autres nations,

Vladimir Platov, expert du Moyen-Orient, exclusivement pour le magazine en ligne « New Eastern Outlook ».

https://journal-neo.org/category/locations/middle-east/

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

A mon avis, il se trompe de faire le parallèle avec le Vietnam. Je ne pense pas que le parallèle avec le Vietnam soit valable. Rappelez-vous 1973 et le choc pétrolier. Le Moyen Orient devenait richissime, en fait une source de finance internationale qui aurait pu rivaliser l’Ouest, et en particulier financer les pays arabes et les aider a se developper, créant ainsi un pôle alternatif, en plus de l’URSS et de la Chine, qui eux ne finançaient personne a l’extérieur. Le Liban en particulier devenait un centre bancaire, alimenté par l’argent du pétrole. Il fallait absolument stopper ca. Les… Lire la suite »