Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Pour comprendre les enjeux de la politique des USA au Moyen Orient- Son attaque contre l’Iran

L’assaut que les USA mènent contre la Chine ont leur pendant exact au Moyen Orient où la cible cette fois est l’Iran. Le peuple iranien l’a très bien compris qui face aux attaques américaines a fait bloc autour de ceux qui paraissent les plus aptes à résister à cette offensive. Vu des Russes, le grand jeu nous présente des alliances à géométrie variable mais pour lesquels les peuples et même “la démocratie” sont le cadet des soucis. Il est tout de même assez extraordinaire que l’Iran soit l’un des pays où l’épidémie de coronavirus ait été le plus développé, comme la Corée du sud qui se rapprochait de la Corée du nord. Exiger la paix et l’arrêt de ces menaces impérialistes est donc un devoir impérieux (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société).

Le président américain Donald Trump ne desserre pas sa prise dans ses tentatives d’étrangler le peuple iranien. Tout a commencé avec le retrait totalement injustifié de l’Amérique de l’accord nucléaire iranien, qui avait été signé par les membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU et l’Allemagne. Comme d’habitude, Washington a ensuite recouru à la force pour atteindre ses objectifs ouvertement hostiles. Des drones américains conçus pour le renseignement, la surveillance et la reconnaissance (ISR) ont été transportés à plusieurs reprises dans l’espace aérien iranien. Cependant, ils n’ont pas été laissés pour compte avec leurs astuces, et un drone américain moderne d’une valeur de plusieurs millions de dollars a été abattu.

L’Iran a été frappé par un système supplémentaire de sanctions inhumaines, soigneusement conçues dans le seul but de mettre les Iraniens à genoux. Les sanctions actuelles comprennent même une interdiction de fournir des médicaments essentiels, des dispositifs médicaux et des équipements médicaux modernes, rendant impossible la fourniture d’un traitement efficace. La fourniture d’équipements pour les centres médicaux périnatals a également été sanctionnée. Les sanctions restreignent finalement les moyens disponibles pour lutter contre le coronavirus, mais jusqu’à présent, les Iraniens ont réussi à se défendre contre toutes les tentatives de certaines forces pour introduire ce nouveau fléau dans leur pays.

N’oublions pas non plus le meurtre du général de division iranien Qasem Soleimani en Irak, un acte provocateur auquel les Iraniens ont immédiatement réagi en bombardant deux bases militaires américaines. Selon les dernières données, plus de 100 soldats américains ont subi des traumatismes crâniens au cours de l’attaque, même si les Américains avaient reçu un avertissement préalable de la partie irakienne et savaient que l’attaque allait avoir lieu.

Le recours à la force contre l’Iran n’a donc pas généré de bénéfices tangibles pour les États-Unis, au contraire, il a exposé Washington comme un agresseur et un violateur du droit international, plutôt que comme un membre permanent engagé du Conseil de sécurité de l’ONU qui s’acquitte de ses responsabilités de sécuriser la paix et se conformer au droit international.

Mais l’administration Trump ne s’arrête pas à ce qui a été «accompli» et continue de proposer de nouvelles méthodes et façons de lutter contre Téhéran. Cette fois, les Américains ont décidé d’impliquer les Arabes sunnites, ennemis traditionnels des Iraniens chiites, pour réaliser leurs plans à leur place, mettant Israël en charge de la nouvelle coalition. Selon un rapport paru dans l’un des plus grands journaux du Moyen-Orient, World Israel News, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a assumé la responsabilité de cet «acte de diplomatie» et lui et son équipe ont été occupés à assurer la médiation entre Israël et L’Arabie saoudite, poussant les deux pays dans une alliance contre l’Iran. “Ces derniers jours, des discussions très intenses ont eu lieu entre Washington, Israël, l’Égypte et l’Arabie saoudite pour organiser une réunion au sommet au Caire dès les prochaines semaines, même avant les élections en Israël, qui en dehors de l’hôte, l’Égypte, seront suivies par les États-Unis, Israël, l’Arabie saoudite et aussi les dirigeants des Émirats arabes unis, du Soudan, de Bahreïn et d’Oman », cite le journal israélien ses sources. La Jordanie a également reçu une invitation, selon d’autres sources arabes, mais le roi de Jordanie Abdullah souhaite que le dirigeant de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas reçoive également une invitation. Les États-Unis ont fait savoir au roi que ces pourparlers étaient déjà en cours et qu’Israël avait accepté que les Palestiniens participent à la réunion du Caire. Selon des responsables de l’administration américaine, Washington a directement dit aux Palestiniens que “ce serait probablement la dernière chance pour Abbas et les Palestiniens d’avoir droit au chapitre et de participer aux développements diplomatiques qui se déroulent dans la région”.

Cette réunion devrait se poursuivre, étant donné que l’actuelle administration américaine a tenu à plusieurs reprises des réunions secrètes avec des représentants israéliens et arabes pour tenter de nouer des relations entre eux. À cet égard, il convient de mentionner une réunion très importante qui s’est tenue à la Maison Blanche entre des représentants d’Israël et des Émirats arabes unis (EAU), dont le journal World Israel News a fait état. Une réunion trilatérale secrète en décembre 2019 impliquant les États-Unis, Israël et les Émirats arabes unis (EAU) a eu lieu à la Maison Blanche, dans le but de coordonner les actions contre l’Iran, selon des responsables israéliens et américains cités par la chaîne israélienne Channel 13 TV et Axios. Le plan de ces mesures comprenait la discussion d’un pacte de non-agression EAU-Israël comme étape intermédiaire sur la voie de la normalisation diplomatique. La délégation israélienne aux pourparlers secrets était dirigée par le conseiller à la sécurité nationale du Premier ministre Benjamin Netanyahu, Meir Ben-Shabbat. Les EAU étaient représentés par leur ambassadeur à Washington Yousef Al Otaiba, qui serait un conseiller très proche du dirigeant de facto des EAU, le prince héritier Mohammed bin Zayed. La représentation américaine aurait inclus le conseiller à la sécurité nationale Robert O’Brien et son adjoint, Victoria Coates, ainsi que Brian Hook, le représentant spécial américain pour l’Iran.

Au milieu des efforts déployés par Netanyahu pour renforcer une «alliance secrète» avec les Émirats arabes unis contre l’Iran, les médias israéliens notent que la percée s’est produite en février 2019 à Varsovie, lors d’une conférence anti-iranienne dirigée par les États-Unis à laquelle ont participé Israël et les États du Golfe. Après la conférence de Varsovie, l’administration Trump a pris la décision de créer un forum trilatéral – les États-Unis, Israël et les Émirats arabes unis – pour renforcer la coopération contre l’Iran. Au moins trois réunions ont eu lieu au cours de l’année dernière.

L’un d’eux avait déjà été rapporté par le Wall Street Journal: «Netanyahu et l’administration Trump veulent faire avancer ce processus encore plus.» Le journal ajoute que les deux dirigeants «font pression pour des accords de non-agression avec les Émirats arabes unis et d’autres États du Golfe, ainsi que des vols directs et des voyages publics par des responsables israéliens vers le Golfe.

Israël a confirmé que le ministre des Affaires étrangères, Yisrael Katz, s’était rendu aux Émirats arabes unis et avait rencontré un haut responsable émirati en marge d’une conférence sur le climat. Le ministre d’État émirati, Anwar Mohammed Gargash, a prédit un «changement significatif» dans les relations d’Israël avec le monde arabe dans les années à venir. À son avis, le boycott de longue date de l’État juif, maintenu par la plupart des nations du monde arabe, est un faux pas majeur.

De ce point de vue, il semble que tout mène à la création d’une sorte d’union ou d’alliance d’États arabes dirigée par Israël. À tout le moins, c’est le plan sur lequel Donald Trump place ses espoirs, qui mise sur les États arabes qui tournent contre l’Iran et ses politiques dans la région.

Cependant, les mouvements unilatéraux des États-Unis, l’expansion injustifiée de l’OTAN vers l’est, la grave violation des résolutions internationales, l’imposition par Washington de sanctions unilatérales, la violation de la souveraineté nationale, l’ingérence dans la politique intérieure d’autres pays, la création de nouvelles coalitions avec des objectifs agressifs – tout cela est un sujet de profonde préoccupation pour l’Iran, la Russie et les autres États non agresseurs, soucieux d’assurer un développement pacifique dans cette région turbulente. Augmenter la coopération existante entre les pays et coopérer avec plus de pays offrirait une réponse stratégique aux tentatives effrontées de l’Amérique pour accroître sa domination avec une nouvelle agression au Moyen-Orient.

Viktor Mikhin, membre correspondant de l’Académie russe des sciences naturelles , exclusivement pour le magazine en ligne « New Eastern Outlook. ”

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments