Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La couverture médiatique de L’accusation d’Assad en 2018 d’avoir utilisé des armes chimiques a été une honte : encore une pièce au dossier Assange

Les conclusions de cet article sont d’autant plus saisissantes que c’est The National Interest qui les publie. The National interest est une revue nord-américaine de sensibilité républicaine (en 1989 c’est cette revue qui a publié un article devenu célèbre de Francis Fukuyama intitulé The End of History? (La Fin de l’Histoire? depuis elle s’est divisée entre ultra qui ont suivi Fukuyama et “réalistes” qui ont été plutôt pour Reagan… C’est dire … elle s’intéresse en priorité aux problèmes militaires et est souvent bien informée).
Dans Histoireetsociete, nous avions dénoncé les mensonges de l’OIAC qui avait accusé Assad d’avoir bombardé chimiquement des quartiers de Damas. Nous avions mis, comme dans l’article ci-dessous en cause le gouvernement de Hollande, qui avait même fait pression sur les Etats-Unis pour une intervention contre la Syrie, en affirmant que la “ligne rouge” était franchie. Le PCF qui n’avait les yeux de chimène à cette époque-là que pour les kurdes et donc la coalition avait suivi Hollande et Fabius ou du moins n’avait pas plus bougé que le reste de la presse. Cet article du National Interest est donc une véritable bombe qui donne un argument de plus pour a bataille en faveur d’Assange (note et traduction de Danielle Bleitrach pour Histoire et société).

Des analystes indépendants ont soulevé des questions pertinentes au sujet de plusieurs conclusions auxquelles l’OIAC était parvenue concernant les incidents précédents, et il est déjà regrettable que les journalistes traditionnels aient ignoré ou rejeté de manière péremptoire ces objections et critiques. Mais des preuves de plus en plus nombreuses d’une inconduite pure et simple de l’OIAC lors de son enquête sur le dernier épisode, l’utilisation alléguée d’armes chimiques à Douma (une banlieue de Damas tenue par les rebelles) en avril 2018, auraient dû déclencher une enquête massive de la part des journalistes. Au lieu de cela, il y a eu le stridule des grillons, par Ted Galen Carpenter

Pour la plupart des membres des médias, la guerre civile syrienne qui a éclaté en 2011 a été un mélodrame qui s’est joué comme une lutte entre le bien et le mal, tout comme les journalistes ont simplifié à outrance les précédents conflits obscurs dans les Balkans, en Irak et en Libye. Dans le récit médiatique standard, le dictateur syrien Bashar al-Assad est un archi-méchant, tandis que les insurgés syriens sont des victimes innocentes de ses atrocités. Ce récit reprend également la position officielle de Washington et de ses alliés occidentaux.

Le manque de scepticisme des médias à l’égard de la propagande gouvernementale n’est nulle part plus évident que dans la couverture des allégations selon lesquelles le régime d’Assad aurait utilisé des armes chimiques contre des civils. Pire encore, les médias (à quelques exceptions près) ont ignoré un nombre croissant de contre-preuves. Leur couverture de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), l’organe des Nations Unies chargé d’enquêter sur les allégations selon lesquelles les forces syriennes auraient utilisé de telles armes en 2013, 2017 et 2018, a été particulièrement crédule et peu professionnelle. 

Des analystes indépendants ont soulevé des questions pertinentes au sujet de plusieurs conclusions auxquelles l’OIAC est parvenue concernant les incidents précédents, et il est déjà regrettable que les journalistes traditionnels aient ignoré ou rejeté de manière péremptoire ces objections et critiques. Mais des preuves de plus en plus nombreuses d’une inconduite pure et simple de l’OIAC lors de son enquête sur le dernier épisode, l’utilisation alléguée d’armes chimiques à Douma (une banlieue de Damas tenue par les rebelles) en avril 2018, auraient dû déclencher une enquête massive de la part des journalistes. Au lieu de cela, il y a le stridule des grillons. Les États-Unis et la Grande-Bretagne ont répondu à l’incident de Douma par des frappes aériennes contre des cibles du gouvernement syrien, intensifiant au moins temporairement l’implication militaire occidentale dans la guerre civile en Syrie. Par conséquent, il est assez important d’évaluer si ces rumeurs de frappes étaient fondées sur des informations valides ou erronées.

L’OIAC a publié un rapport intérimaire officiel en juillet 2018 et a publié son rapport final en mars 2019. Le rapport intermédiaire affirmait que l’arme utilisée était probablement une bouteille de chlore gazeux lâchée dans l’air. La conclusion sur la méthode d’expédition était importante car les forces insurgées manquaient d’avions de combat ou d’hélicoptères, ce qui rend très improbable l’expédition aérienne d’une arme chimique de cette sorte. L’élimination d’un éventuel placement manuel du cylindre a donc fait du régime d’Assad le suspect évident de l’atrocité. Cependant, les rapports de juillet 2018 et de mars 2019 ont omis des éléments importants que les enquêteurs avaient inclus dans leur projet initial de rapport intérimaire.   

Puis, en mai 2019, une note interne de l’OIAC a été divulguée. Cette note a été écrite aux dirigeants de l’organisation et les a accusés d’avoir trompé le public sur les conclusions de l’enquête. Plus précisément, la conclusion selon laquelle une attaque aérienne était responsable n’était qu’une opinion majoritaire et non un consensus. Ian Henderson, membre de la mission d’établissement des faits de l’OIAC en Syrie, a nié avoir divulgué le mémo et la personne exacte qui l’a divulgué reste incertaine. Quoi qu’il en soit, il semble que de nombreux inspecteurs doutent de la conclusion officielle et, par extension, de la culpabilité du régime Assad. Pourtant, les responsables de l’OIAC ont refusé de divulguer des informations sur les opinions dissidentes, sans explication ni justification apparente.

La réponse de l’OIAC à une question du journaliste britannique Peter Hitchens au sujet de la fuite était remarquablement défensive, insistant sur le fait que l’organisation axait son enquête sur «la publication non autorisée» du document remettant en question, c’est-à-dire le rapport officiel, et ajoutait que «pour le moment, il y a aucune autre information publique à ce sujet et l’OIAC n’est pas en mesure de répondre aux demandes [sic] d’interviews. » Un autre journaliste britannique, Robert Fisk, a observé avec aigreur: «[Il] existe une institution enquêtant sur un crime de guerre dans un conflit qui a coûté des centaines de milliers de vies – mais sa seule réponse à une enquête sur l’évaluation « secrète » des ingénieurs est de se concentrer sur sa propre chasse aux sorcières sur la source du document dont il souhaitait garder le secret face au monde. ” Malheureusement, a-t-il ajouté «C’est une tactique qui semble avoir fonctionné jusqu’à présent: pas un seul média n’a rendu compte des conclusions officielles de l’OIAC, n’a suivi l’histoire du rapport que l’OIAC a supprimé.»

Les questions concernant la conduite de l’OIAC sont devenues encore plus pertinentes en novembre 2019, lorsque WikiLeaks a commencé à publier une série de documents internes montrant l’existence d’opinions dissidentes et démontrant que l’équipe qui a rédigé le rapport final de l’OIAC sur Douma n’était apparemment même pas allée en Syrie.

À tout le moins, les journalistes auraient dû faire preuve de prudence en acceptant les conclusions officielles des États-Unis et de leurs alliés de l’OTAN sur la responsabilité des attaques chimiques. Pourtant, très peu de médias ont exprimé le moindre scepticisme. Au lieu de cela, la grande majorité a répété les allégations initiales de Washington et les conclusions ultérieures de l’OIAC comme s’il s’agissait de faits établis et incontestables. 

La réticence à contester ces comptes officiels s’est poursuivie même lorsque les informations se sont multipliées sur les aspects douteux de l’enquête Douma de l’OIAC. 

L’indifférence omniprésente des médias à l’égard des révélations dommageables a persisté. La couverture modeste que les nouvelles informations ont reçue a été limitée en grande partie aux points de vente non traditionnels tels que  InterceptAntiwar.com,   Grayzone et Counterpunch

Dans le Grayzone Aaron de Maté a exprimé sa déception à la limite du dégoût sur les performances de la communauté journalistique: «Alors que les résultats supprimés sortent via des dénonciateurs courageux de Wikileaks, ils sont toujours tenus à l’écart du public. C’est parce que les médias occidentaux – y compris les principaux médias progressistes et accusatoires – ont ignoré ou blanchi l’histoire. Et cette autocensure des médias est devenue un scandale en soi. »

Les quelques journalistes traditionnels qui ont tenté de couvrir les développements de plus en plus embarrassants concernant l’OIAC ont rencontré une résistance féroce. Un journaliste de Newsweek en colère, Tareq Haddad, a démissionné de cette publication après que les rédacteurs aient bloqué à plusieurs reprises ses tentatives de publier des révélations sur les documents de l’OIAC divulgués. L’un des aspects les plus troublants de son expérience était qu’un rédacteur en chef ayant pris cette décision avait auparavant travaillé pour le Conseil européen des relations étrangères, un groupe de réflexion ultra-établi ayant des liens extrêmement étroits avec plusieurs gouvernements de l’OTAN.

L’ancien inspecteur des armes de l’ONU, Scott Ritter, a noté que l’analyse de Haddad pouvait être un scoop scandaleux impliquant une agence des Nations Unies largement respectée, car son article d’investigation «ne concernait pas le rapport d’Ian Henderson, mais plutôt une série de nouveaux documents appuyés par un inspecteur transformé dénonciateur connu uniquement sous le nom de «Alex», qui accusait la direction de l’OIAC d’ignorer les conclusions de ses propres inspecteurs en faveur d’un rapport révisionniste préparé par une autre équipe d’inspecteurs basée en Turquie. » Ce dernier groupe s’est apparemment fortement appuyé sur les données et les témoins fournis par la Défense civile syrienne (les «Casques blancs») – une organisation d’aide médicale virulemment anti-Assad soutenue par l’Arabie saoudite, la France et d’autres puissances étrangères. Peut-être le plus troublant, Newsweek non seulement bloqué la publication dans ses propres pages, mais il aurait menacé de poursuivre Haddad s’il publiait son analyse ailleurs. 

La couverture (ou plus précisément le manque de couverture) du comportement douteux de l’OIAC a indiqué que, comme ils l’ont fait en ce qui concerne les conflits dans les Balkans, en Irak et en Libye, les journalistes grand public sont beaucoup trop disposés à servir de conduits pour un débat douteux, inspiré par le gouvernement. récit. Une fois de plus, la presse joue le rôle d’un chien de garde plutôt que d’un chien de garde vigilant qui protège l’intérêt public.

Ted Galen Carpenter, chercheur principal en études de sécurité au Cato Institute et rédacteur en chef à National Interest, est l’auteur de 12 livres sur les affaires internationales, dont Gullible Superpower: US Support for Bogus Foreign Democratic Movements (2019).

https://nationalinterest.org/blog/skeptics/medias-coverage-syria-april-2018-chemical-weapons-attack-disgrace-120806

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments