Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Gennady Zyuganov: La lutte pour la Constitution est une lutte pour les droits des travailleurs!

En ce moment, en Russie, suite à la proposition du président Poutine se déroule un grand débat autour de la réforme de la Constitution, elle donne lieu à un affrontement entre les communistes du KPRF et les députés du parti de Poutine Russie Unie, majoritaires à la Douma, mais épaulés par l’extrême-droite nationaliste de jirinovski, comme le plus souvent, celui-ci étant une sorte de “bouffon du roi”. Le débat va bien au-delà des articles et des amendements, comme en témoigne cette conférence de presse de Ziouganov, le secrétaire du KPRF, ce qui est en jeu c’est le projet de société et qui défend réellement le pays, l’immense majorité du peuple ou les oligarques qui l’ont toujours vendu. (note et traduction de danielle Bleitrach pour histoire et societé)

Dans la salle Octobre de la Chambre des syndicats, une table ronde sur les amendements à la Constitution de la Fédération de Russie proposés par la faction du parti politique “Parti communiste de la Fédération de Russie” a eu lieu. S’adressant aux participants au forum, le président du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie, Gennady Zyuganov, a déclaré que “notre pays est le successeur de l’Empire russe et de l’Union soviétique et continuera leurs meilleures traditions”

Au début de son discours, Gennady Zyuganov a attiré l’attention du public sur les leçons constitutionnelles du siècle dernier. Premièrement, les constitutions ne vivent que si les autorités dans leurs actions sont guidées par la Loi fondamentale et protègent les intérêts du peuple, la souveraineté de l’État. Le leader communiste a rappelé les trois constitutions adoptées à l’époque soviétique: Lénine, Staline et Brejnev, qui accordaient aux citoyens de larges droits et garanties sociales. Cependant, avec l’effondrement de l’Union soviétique, la dégradation et l’abandon des conquêtes des années passées ont commencé dans le contexte du renforcement du pouvoir exclusif du chef de l’État. “La constitution qui est en cours de réparation aujourd’hui à l’initiative de Poutine est essentiellement une constitution d’autocratie présidentielle”, a-t-il dit, soulignant la nécessité de réviser la loi fondamentale libérale-bourgeoise.

Le président du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie a rappelé que la constitution adoptée en 1993 n’a sauvé le pays d’aucun trouble: ni de la guerre tchétchène, ni de la destruction de la production et de l’appauvrissement des citoyens. “Elle ne sauve toujours pas de la corruption sauvage et de l’arbitraire”, a déclaré Gennady Zyuganov. Le chef communiste a également déclaré la nécessité de réparer la loi fondamentale en faveur de la majorité absolue de la population du pays.

Le président du Comité central du Parti communiste a rappelé l’échec de la politique du gouvernement et des programmes qu’il a créés. La conséquence a été la démission du gouvernement et le soutien aux initiatives sociales avec l’allocation de plus de 4 billions de roubles pour eux.

En outre, Gennady Zyuganov a attiré l’attention sur les principaux dangers auxquels le pays est confronté et sur les mesures proposées par le Parti communiste pour les combattre. La première des menaces, a-t-il rappelé est l’extinction de la population, en particulier celle du peuple russe, qui a perdu près de 20 millions de personnes pendant les années de réformes libérales, et 25 millions après que Eltsine ait créé de nouvelles frontières d’État. “

Il est maintenant nécessaire d’apporter un changement fondamental à la constitution selon laquelle les Russes sont une nation formant un État dans une famille multinationale amicale de tous les peuples qui a créé une puissance millénaire”, a-t-il insisté, notant que la lutte contre la menace existante est une question de survie historique pour l’ensemble de la population du pays.

Le leader communiste a cité l’appauvrissement de la population comme le deuxième danger, car dans le pays le plus riche du monde, plus de 20 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté. “Les entrailles de la terre doivent appartenir au peuple”, a-t-il dit. Gennady Zyuganov a également qualifié la hauteur du salaire minimum de trop bas, soulignant qu’il n’y a aucun obstacle à l’augmentation de deux à trois fois.

Le président du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie a déclaré que de nombreux jeunes spécialistes, n’ayant pas trouvé de postes chez eux, étaient prêts à partir à l’étranger et, selon les enquêtes, il y en a plus de la moitié parmi les diplômés universitaires. Selon le chef des communistes, environ un million et demi de nos compatriotes travaillent aujourd’hui dans le monde, qui ne sont prêts à rentrer que s’ils ont du travail et un niveau de vie décent.

Parmi l’un des principaux problèmes, Gennady Zyuganov a cité l’incohérence des dispositions déclarées sur l’état social avec la situation réelle, dans laquelle le niveau de vie des travailleurs est en constante baisse. “Ce n’est pas un état social”, a-t-il dit, “c’est un état d’oligarchie, de criminalité, de corruption et de voleurs.” Le chef communiste a appelé à consacrer 7% du budget du pays à la science, à l’éducation et aux soins de santé. Il a souligné une baisse du niveau d’alphabétisation des diplômés, qualifiant la situation actuelle de verdict pour l’ensemble du système éducatif.

Par ailleurs, Gennady Zyuganov a dénoncé la réforme des retraites, qui a humilié les personnes âgées et aggravé la situation socio-économique du pays. «C’est anti-historique et contre nature», a-t-il souligné, notant que la tendance inverse se produit dans le monde entier – pour réduire l’âge de la retraite.

Gennady Zyuganov a également souligné le manque de mécanismes normaux de gouvernance et de contrôle du pouvoir dans le pays. Il a déclaré: “Un système de gestion dans lequel l’exécutif ne rend pas compte aux élus du peuple est condamné.” Le leader communiste a appelé non seulement à donner à la Douma d’État la possibilité d’approuver le gouvernement, mais aussi à donner le droit d’exiger un rapport des ministres avec la possibilité de leur démission. Par ailleurs, il a noté l’absence d’un système efficace d’autonomie locale, car les municipalités ne sont pas en mesure de remplir leurs obligations budgétaires. Selon le président du Comité central du Parti communiste, le problème est résolu par la redistribution des fonds budgétaires entre les niveaux fédéral, régional et municipal.

Le chef communiste a qualifié les propositions d’amendement du statut du Conseil d’État d’opération secrète touchant l’ensemble du système de gestion. Il a appelé à la formation de ce corps de personnes talentueuses qui peuvent donner une évaluation sur des questions fondamentales. “Je ne sais pas ce que cela entraînera, mais nous devons surveiller attentivement et suivre”, a déclaré Gennady Zyuganov. «Parce que le Conseil d’État peut jouer un rôle stabilisateur très important, et absolument destructeur, donnant naissance à un double pouvoir, qui s’est toujours mal terminé pour notre pays.»

Parlant de la nationalisation des entreprises , le chef du Parti communiste a noté que cette forme de gestion est bien adaptée avec les traditions de notre peuple et à l’avenir est en mesure d’assurer non seulement la sécurité alimentaire, mais aussi un potentiel d’exportation élevé. À titre d’exemple, il a cité la ferme d’État nommée d’après Lénine sous la direction de Pavel Grudinin et de l’entreprise nationale à Usolye-Sibirsky, où les nouvelles technologies sont développées et dans le même temps est pris en compte le soin des travailleurs.

Abordant la question des élections et du système politique, Gennady Zyuganov a souligné que le parti au pouvoir n’était pas prêt pour une refonte fondamentale de la constitution, ce qui a été prouvé à plusieurs reprises puisqu’il a rejeté rejetant des projets de loi protégeant les intérêts des travailleurs. “Ce type de députés n’exprimera pas les intérêts de la majorité”, a-t-il déclaré. Le chef communiste a également noté le manque de volonté de la Russie unie de modifier la législation électorale pour rendre les élections compétitives.

Gennady Zyuganov a qualifié le manque d’idéologie d’État de non-sens, notant qu’il a été construit par le peuple lui-même pendant des siècles. Selon lui, notre idée nationale repose sur quatre valeurs principales: un État centralisé fort, un sens élevé de la spiritualité, un sens du collectivisme et un sens de la justice. Le chef des communistes a noté qu’en Union soviétique, ces quatre piliers se sont réunis, ce qui a permis de réaliser une percée économique et sociale sans précédent dans l’histoire, de vaincre le fascisme et d’aller dans l’espace.

“Notre pays est le successeur de l’Empire russe et de l’Union soviétique et continuera les meilleures traditions”, a-t-il déclaré. À cet égard, le chef communiste a condamné les récentes tentatives de réécrire l’histoire et de réviser les attitudes envers le passé soviétique.

Gennady Zyuganov a également exigé que tout appel au démembrement du pays soit assimilé à des infractions pénales. Dans le même temps, il a exprimé son soutien à la priorité des lois nationales sur les lois internationales, tout en notant comme une menace la domination des capitaux étrangers dans un certain nombre de secteurs de l’économie.«La lutte pour les droits des travailleurs est une lutte très responsable. Elle devrait être menée à toutes les têtes de pont, y compris celles liées à la constitution », a souligné le chef du Parti communiste. En conclusion, il a appelé tous les députés communistes à mener un travail explicatif avec les électeurs, en promouvant la position du parti sur cette question.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments