Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Pourquoi les Américains attaquent l’armée russe en Syrie? par Evgeny Krutikov

Même au temps de la guerre froide Russes et Américains ne s’étaient pas trouvés aussi près. Les incidents se multiplient, certains ont une portée stratégique puisqu’il est clair que les Américains ne veulent pas abandonner le célèbre champ pétrolier de Rumeilan , d’autres sont selon l’article provoqués par les Kurdes, qui visiblement ne peuvent plus supporter leurs alliés américains qui les ont laissés tomber. Ce à quoi les Russes rétorquent qu’ils auraient dû y penser avant de s’engouffrer dans cette coalition impérialistes et ils ne peuvent pas malgré eux être entraînés dans un situation de conflits, mais c’est très explosif alors mêmes que un peu plus loin les Turcs sont en plein viol de territoire (note et traduction de danielle Bleitrach pour histoire et société)

En Syrie, des affrontements directs ont commencé entre les militaires de la Russie et ceux des États-Unis – heureusement, jusqu’à présent, sans utilisation d’armes. Qu’est-ce qui a provoqué l’arrogance des Américains qui ont bloqué la voiture blindée russe Tiger, à quel point ces incidents sont-ils dangereux – et pourquoi les opérations militaires en Syrie se sont-elles aggravées récemment?

Une vidéo tournée en Syrie décrivant un conflit routier entre l’armée russe et l’armée américaine a été diffusée sur le Web. En la visionnant on voit que l’incident s’est produit dans le quartier de la ville de Kamyshly, mais que la date n’est pas précisée. L’enregistrement a été réalisé par le passager d’une voiture qui rattrape un convoi avec des drapeaux russes, dont un véhicule blindé de transport de troupes et une voiture blindée Tiger.

Devant eux se trouvent deux voitures américaines blindées, dont l’une a le drapeau américain. La colonne se déplace très lentement, et le Tigre essaie de dépasser la voiture blindée américaine, mais celle-ci bloque son passage, puis lui fait quitter la route dans le champ, après quoi les deux voitures s’arrêtent. Sur ce film se casse. En cours de route, il est à noter que sous les roues du Tigre, qui a été jeté dans le champ, on voit un résident local terrifié, qui se tenait juste là, qui réussit à grand peine a à s’écarter. Tandis que , le “Tiger” rattrape calmement et contourne la voiture blindée américaine, en se déplaçant à travers le champ.

Le commandement central américain (CENTCOM) a refusé de commenter ce qui s’est passé. “En général, je peux dire que nous continuons à travailler en étroite collaboration avec les Russes dans le domaine de la prévention des conflits, ce qui est principalement efficace pour désamorcer les tensions et prévenir les frictions”, a déclaré le capitaine de la Marine William Urban. Plus tôt, le représentant spécial américain pour la Syrie, James Jeffrey, s’est plaint que “les incidents sont devenus plus fréquents”, bien qu’ils ne soient pas considérés par la partie américaine comme une menace sérieuse pour l’interaction russo-américaine dans la région. Le ministère russe de la Défense n’a pas encore commenté l’incident.

Avant, l’armée russe avait sauvé des soldats américains des affrontements avec des Kurdes dans les environs du même Kamyshly. L’incident s’est produit après l’éclatement d’un conflit entre le personnel de l’armée américaine et la population locale, à la suite de quoi les Américains ont ouvert le feu sur la garde civile. Un garçon de 14 ans est décédé, un résident local a été blessé. Selon le ministère de la Défense, l’armée russe a ramené le convoi américain à un point de base.

Et avant-hier, le 18 février, l’agence de presse turque Anadolu a rapporté que la patrouille américaine avait bloqué la route de la patrouille russe, qui s’avançait vers le célèbre champ pétrolier de Rumeilan au nord-est de la ville de Hasak au Kurdistan syrien. La chaîne de télégramme du portail kurde syrien Vedeng a publié une vidéo de l’encombrement routier et le témoignage d’un résident local: «Nous sommes maintenant situés près du village d’Al-Kharitah (Al-Harita). La patrouille américaine a bloqué les Russes et ne les a pas laissés passer. Et tout cela se fait au prix du sang des peuples kurde et syrien. » Le pathos anti-impérialiste des gauchistes kurdes est compréhensible, mais ils auraient dû y penser il y a trois ans quand ils ont accepté la “tutelle” de la part des États-Unis et ont autorisé la présence de l’armée américaine dans la région et autour de Rumeilan.

Mais si l’incident du 18 février est lié à la réticence obstinée des Américains à admettre qui que ce soit à proximité du champ pétrolier de Rumeilan, l’incident de la circulation à Kamyshly est une histoire purement entre individus . Le “Tigre” russe a sincèrement tenté de dépasser les Américains selon les règles de la route, mais la voiture blindée américaine “a refusé ce dépassement” sur l’autoroute et a commencé à manœuvrer, bloquant la route, après quoi le “Tigre” s’est vu contraint de le dépasser non pas selon les règles – à droite, sur le côté de la route. D’un point de vue formel, les règles de circulation ont finalement été violées par le Tigre russe. D’un autre côté, les Américains n’auraient pas dû être là du tout, leur séjour même dans cette région est illégitime. Comment cela s’est-il terminé? Ce n’est pas montré dans la vidéo, mais il doit y avoir beaucoup de protestations.

Entre les Russes du contingent en Syrie et les Américains des groupes de patrouille, il y a simplement une différence de mentalité. De plus, nous ne savons pas quelle tâche le groupe de patrouille russe était en train d’ effectuer. S’ils avaient un besoin urgent d’arriver à un certain point à l’heure exacte indiquée dans l’ordre, alors aucune patrouille américaine, errant n’importe où à la vitesse d’un escargot, ne devrait interférer avec cela. En général, cet incident ne vaut pas un clou, mais les affrontements fréquents avec les patrouilles américaines ont commencé à se transformer progressivement dans des rivalités de personnes et de groupes.

La réticence à céder n’est en aucun cas politiquement déterminée, seule la rivalité entre les soldats américano-russes sur les routes du Kurdistan syrien est déjà devenue une forme de jeu dangereux. Et aucun point focal pour la prévention des conflits ne peut résoudre ce problème. C’est une question de psychologie qui l’emporte sur la discipline. Dans le même temps, la discipline a été violée par les deux parties. La patrouille russe sera en mesure de justifier au moins la nécessité d’arriver à destination à temps, en respectant le calendrier, mais le comportement des Américains ne s’explique par aucun ordre ni calendrier.

Il faut se rappeler que, historiquement, même pendant la guerre froide, les Russes et les Américains n’ont jamais été dans une situation similaire de contact direct. Le désir de se montrer un peu plus «cool» face au principal rival géopolitique dans cette situation a des racines indestructibles, et les officiers devront faire beaucoup d’efforts pour au moins ménager les conséquences de tels incidents.

Il est clair que de telles escarmouches n’auront aucune suite politique, mais la perspective d’une confrontation lente autour du champ de Rumeilan est bien réelle. C’est la seule position en Syrie que les Américains sont prêts à défendre, tout comme Gettysburg, et les Kurdes (et ils sont, encore une fois, à blâmer) ont le droit de s’indigner d’un tel développement des événements. Il y a, bien sûr, une hypothèse théologique de complot selon laquelle la partie américaine maintiendra ainsi la tension dans la région. C’est possible, mais les accidents de la route ne rentrent pas dans ce schéma. C’est un accident, mais la position américaine de Rumeilan est une difficulté stratégique.

A ce sujet

Il y avait une vidéo d’un conflit routier entre les militaires de la Russie et des États-UnisExpert: Trump a l’intention de diviser l’alliance entre la Russie et la Turquie de deux manières évidentesIl y avait une vidéo d’un conflit entre les Américains et les Syriens pacifiques à Kamyshly

D’un autre côté, l’armée gouvernementale syrienne a développé un tel rythme offensif à Idlib que la perspective rapide de l’effondrement final au moins du front ouest des djihadistes se profile. Après la défaite des militants dans la banlieue ouest d’Alep, la 25e division d’assaut (Tiger Force), sans rencontrer de résistance organisée, s’est rendue sur les hauts plateaux d’Afrin, c’est-à-dire dans les soi-disant montagnes de Siméon. Selon la légende, c’est là que Siméon le Pilier a accompli son exploit de foi.

La région kurde d’Afrin a été capturée par les Turcs en 2018 et transférée sous le contrôle de «l’Armée syrienne libre» – le dernier vestige du nombre soi-disant modéré d’environ deux mille baïonnettes (les djihadistes d’Idlib après les récents événements d’environ 18 mille). Maintenant en fait

toute la partie orientale de la zone d’Idlib a été liquidée et des informations apparaissent sur la concentration des troupes gouvernementales près de Sarakib et dans une direction complètement différente – dans la province de Lattaquié en direction de Jisr al-Shugur.

Si Damas décide de partir des montagnes de Siméon, cela entraînera inévitablement de nouveaux affrontements avec les Turcs, qui considèrent la région d’Afrin comme étant presque la principale réalisation de leur campagne généralement infructueuse de 2018 (Opération Olive Branch). L’offensive des troupes gouvernementales dans d’autres secteurs entraînera une catastrophe pour l’ensemble de l’agglomération de djihadistes d’Idlib et la concentration de leurs restes dans la trois millionième ville (y compris les réfugiés) d’Idlib. Les problèmes humanitaires sont inévitables dans ce cas, mais Damas, apparemment, est déterminé à résoudre le problème une fois pour toutes. Ils peuvent être compris – maintenant la situation militaire se développe plus que jamais avec succès pour le gouvernement syrien.

Les défenseurs humanitaires occidentaux des djihadistes soutiennent que les militants devraient être pris en pitié parce qu’ils ont été amenés à Idlib de toute la Syrie – et ils n’auraient rien à perdre. Mais, premièrement, ils ont été amenés là-bas, leur sauvant la vie lors des accords sur le principe du “dernier bus pour Idlib”, se libérant de l’environnement avec des armes et des familles. Et, deuxièmement, personne ne leur a promis qu’à Idlib, ils vivraient pour toujours avec Allah dans le sein.

Il est prouvé que les Turcs refusent même de discuter du sort de la région d’Afrin, la considérant comme faisant partie de leur territoire historique. Cette position n’est plus déterminée par la situation politique actuelle en Syrie et autour d’elle, mais est liée aux ambitions historiques de la Turquie dans la région.

Le point ici n’est même pas que près de 100% de la population de la région d’Afrin est kurde, mais qu’Ankara est comparé à Afrin avec la région voisine de Hatay, qui a longtemps été une source de tension entre la Syrie et la Turquie. En 1938, la République indépendante de Hatay a même été proclamée, que la Turquie a annexée un an plus tard, et les habitants de la région – Arabes et Arméniens – ont déménagé en Syrie, et les Turcs, les Kurdes et les Turkmènes ont emménagé chez eux. Il existe un danger que les Turcs préparent une annexion similaire du Mintaki (volost) Afrin de la province d’Alep. Et maintenant, la sortie de l’armée du gouvernement syrien vers les montagnes de Siméon et vers Darat-Izza est le principal danger de cette situation. Si les Turcs sont prêts à accepter la perte de contrôle partiel sur Idlib et la défaite finale des djihadistes, alors ils se battront pour Afrin jusqu’au bout. Il ne faut pas oublier le fait

Dans cette situation, les frictions entre la Russie et la Turquie vont augmenter, et dans ce contexte, la poursuite des incidents au Kurdistan syrien avec les Américains pour des raisons familiales est inacceptable. Les différends sur le champ de Rumeylan (qui ne sont pas de nature militaro-politique en soi) sont une chose, et une confrontation directe avec les patrouilles américaines au Kurdistan en est une autre. Ici, la population locale sympathise toujours avec la partie russe, mais, compte tenu de la mentalité des Kurdes et de leur vision particulière du monde, tout peut changer en un clin d’œil.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

Tous ces dérangements humanitaires pour le pétrole. Cet énergie qui nous empoisonne et qui ne vaut plus que $52.00/ baril. Et souhaitons qu’il soit remplacé le plus vite possible par d’autres énergies moins émetteur de CO2 : Ce qui dérange beaucoup l’environment et la survie de l’ humanité. L’électrification du transport collectif universel et la venue de nouvelles autoroutes pour véhicules intelligents électriks, afin de diminuer ce CO2 qui empoisonne et dérange la survie sur notre belle planète. Quel désastre : pour du pétrole, Trump lui même la qualifie d’innutile ; cette guerre qu’ ils veulent se payer au détriment… Lire la suite »