Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

L’Italie tente de chasser son extrémiste de droite du «cloître des gladiateurs» par Andre Vitchek

Dans le contexte de la conférence de Munich ou, pour résumer, les puissances occidentales se sont demandé s’il fallait attaquer la Chine et la Russie séparément ou ensemble, ‘André Vitcheck approfondit la nature de la croisade lancée contre la Chine. Il semble en effet, que tous les membres de l’UE en fonction de l’intérêt immédiat de certains capitalistes européens rechignent à s’impliquer totalement dans une véritable croisade de l’extrême-droite au nom de la suprématie blanche contre la Chine, mais que les Etats-Unis soient prêts à leur forcer la main par tous les moyens y compris au forceps. Il y aurait même des tentatives de résistance. Ce seraient un certain nombre d’appareils du capital qui soient divisé sur l’opportunité de cette stratégie dont Stève Bannon, entouré d’autres milliardaires se soit fait le promoteur. L’ Eglise qui joue sa pérennité, elle même serait divisée. Vitcheck tente la stratégie de Lavrov introduire un coin au sein de l’occident en découvrant qui est derrière Bannon? l’auteur de l’article affirme clairement qu’il n’a pas rompu avec Trump .Rappelons que chez nous en France, la fusion s’est opérée entre Stève Bannon et Marion Maréchal Le Pen. (note et traduction de danielle Bleitrach pour histoire et societe)

Steve Bannon, ancien stratège de la Maison Blanche et rédacteur en chef de Breitbart, a finalement été expulsé d’un monastère italien, que même Newsweek décrivait non sans humour comme un «camp d’entraînement d’extrême droite».

Nous avions, avec quelques autres, averti depuis un certain temps que l’ancien conseiller de Trump avait franchi toutes les lignes et avait commencé à s’immiscer directement dans les affaires intérieures de l’Union européenne, en promouvant et en organisant la fusion de dangereuses alliances d’extrême droite de toutes natures; politique, philosophique et religieuses. Le monastère était censé offrir des «classes», que Bannon a décrites comme «la base des fondements de l’Occident judéo-chrétien».

Tactique? créer  «Une école de gladiateurs moderne», selon la propre évaluation de Steve Bannon.

Le Journal NEO (New Easter Outlook) a déjà publié un essai en 2019, analysant les activités de Bannon en Italie et au-delà: «Steve Bannon – a Profile of a US Apparatchik. De la Chine au Pape ». :

«Steve Bannon est un propagandiste talentueux et le promoteur de la suprématie occidentale et de la« culture »impérialiste. Il est extrêmement dangereux, principalement parce qu’il sait précisément ce qu’il fait et ce qu’il veut réaliser: un contrôle total sur le monde. » 

L’année dernière, il était difficile d’imaginer que l’Italie oserait faire basculer le bateau, perturbant les activités de l’un des néo-conservateurs les plus puissants et les plus habiles du monde. Mais l’inimaginable a soudainement eu lieu.

Rapporté par Rosie McCall de Newsweek :

«Le ministère italien de la Culture a annoncé qu’il avait expulsé ce qui a été décrit comme un camp d’entraînement politique d’extrême droite dans un monastère du XIIIe siècle,   rapporte l’ AFP . L’expulsion a des liens avec Steve Bannon, un ancien conseiller du président Donald Trump, par le biais de son DignitatisHumanae Institute (DHI), que Bannon finance.

Selon l’AFP, l’expulsion – de ce qui avait été créé pour former les étudiants à «défendre l’Occident» – avait obtenu un bail de 19 ans sur Trisulti Charterhouse dans la province de Frosinone, dans le centre de l’Italie, en février 2018. Cependant, le ministère a déclaré le Jeudi, le groupe avait faussement soumissionné pour le bail, et ainsi ils ont été expulsés. Cela fait suite à des informations révélées en mai selon lesquelles le ministère avait l’intention de révoquer le bail en raison de «violations de diverses obligations contractuelles», selon The Telegraph.

Ce sera un coup dur pour Benjamin Harnwell, un conservateur britannique et directeur de DHI, qui avait espéré lancer le premier cours de trois semaines pour un petit groupe d’étudiants cette année et était en train d’obtenir le permis de construire pour réorganiser le lieu. Harnwell est un associé de Bannon, qui aurait promis de donner 1 million de dollars au projet. »

 Bien sûr, le «camp d’entraînement» a été expulsé pour des raisons techniques et non sur des bases idéologiques.

Mes contacts au sein du Mouvement 5 étoiles au pouvoir (Movimento 5 Stelle) sont discrets et prudents sur le sujet. Habituellement ouverts, ils hésitent à enregistrer. Aujourd’hui je ne reçois que des morceaux de révélations . Mais ce que je reçois est révélateur. Ce sont des problèmes importants et extrêmement dangereux. M. Bannon ne fait plus partie de l’équipe de Donald Trump depuis un certain temps, mais peu de gens doutent qu’il travaille toujours au nom de l’équipe néo-conservatrice du président.

Qu’est-ce que j’obtiens de Rome? Un amas de nouvelles confuses et la demande de ne pas utiliser de vrais noms dans mes écrits, quand il s’agit du cas de Bannon:

«Nous avons l’ordre de ne pas parler à la presse, André… Jusqu’à ce qu’une décision soit prise par le Conseil d’État… Ici, au sein de l’administration, c’est une guerre; plus qu’une guerre; une bataille à l’intérieur du gouvernement… et de l’Église. Le pape François est contre les conservateurs. Le nouveau ministre de la Culture, Franceschini (PD) est lié à l’Église… Les choses sont incertaines jusqu’à présent. Le Tar (Tribunal administratif), a fait un rempart en soutien derrière Bannon et bloqué la décision du ministre de la Culture. Et maintenant, le Conseil d’État doit décider. »

Une autre source venue de Rome a proposé des analyses beaucoup plus concrètes:

“Il y a des partis en Italie, comme la Ligue du Nord et les” Fratelli d’Italia “[Frères italiens] qui produisent de la propagande et reçoivent des ordres directs de Bannon, cédant à sa haine envers la Chine.”

Bien sûr, c’est énorme. La Ligue du Nord et les «Fratelli d’Italia» sont parmi les forces politiques les plus puissantes d’Italie. Le fait qu’ils soient sous la botte d’un extrémiste de droite américain est une nouvelle énorme et scandaleuse.

 ***

Pendant longtemps, Steve Bannon a encouragé les forces de droite en Italie et au-delà.

Selon La Presse (23 septembre 2018), il a salué les mouvements de droite italiens, affirmant qu ‘«avec eux ici en Italie, la révolution fonctionne»:

«Sur la scène romaine d’Atreju, événement des Fratelli d’Italia, Steve Bannon fait l’éloge des partis de Salvini et Meloni:« Lors des élections, les Italiens se sont prononcés contre le système, disant qu’il était temps de changer. Ils sont fatigués du sentiment qu’on leur dit qu’ils sont racistes et xénophobes, simplement parce qu’ils veulent défendre leur culture et leur pays », a déclaré l’ancien stratège de la Maison Blanche. “La vôtre est l’expérience la plus importante, si la révolution fonctionne ici, alors elle se répandra”, a ajouté Bannon. “

Sans surprise, Steve Bannon évoque la colère de ceux au nom desquels il prétend parler; l’Église catholique moderne, et même le christianisme en général.

Le pape François, que Bannon a personnellement insulté à plusieurs reprises, est clairement contre sa politique.

J’ai également approché l’un des théologiens / philosophes vivants les plus importants, mon ami John Cobb Jr., qui a clairement exprimé son point de vue pour cet essai:

«Steve Bannon indique clairement que l’on peut aujourd’hui renouveler le genre de christianisme de Charlemagne sans gêne et obtenir un soutien important de la part d’autres« chrétiens ». Il fait peu ou pas semblant de suivre Jésus ou les prophètes hébreux. Ses héros sont les gladiateurs. Il prépare les gens à se battre de toutes sortes de façons, y compris, semble-t-il, violentes. Sa guerre soutient l’Occident plutôt que n’importe quelle nation, il recherche ce que nous appelions jadis «la chrétienté». Du point de vue de la Bible, la dévotion à un État-nation ou à l’Occident est de l’idolâtrie. »

John Cobb a conclu:

«Chrétiens du premier ordre, ceux qui cherchent à être disciples de Jésus sont appelés à aimer même ceux qui répandent la haine. Mais un aspect de cet amour doit être d’identifier ceux qui font de la défense de l’Occident leur priorité absolue en tant qu’idolâtres. Les chrétiens devraient continuer à montrer les conséquences de cette idolâtrie. C’est destructeur pour la société. Cela endommage également l’idolâtre. Si nous aimons vraiment Steve Bannon, nous sommes appelés à essayer de réduire les dommages que sa pensée et son action idolâtres font à la fois aux autres et à lui-même. Si sa compréhension du christianisme donne une place quelconque aux enseignements et au ministère de Jésus, nous pouvons souligner combien radicalement son travail s’oppose à celui de Jésus. S’il a un quelconque intérêt pour le Dieu biblique, nous pouvons souligner qu’il échoue profondément à servir ceux que Dieu l’appelle à servir. S’il se soucie vraiment de l’avenir de l’Occident, nous pouvons montrer qu’il bloque les voies d’un avenir florissant. Peut-être, juste peut-être, il peut écouter. ”   

Il devient clair que pour Steve Bannon, il ne sera pas facile de naviguer dans les eaux tumultueuses de la politique européenne. Certes, l’Europe s’est déplacée, de manière cohérente et alarmante, vers la droite. Certains diraient même, vers l’extrême droite.

Mais ce n’est pas la droite de Bannon, pas la droite de Trump. L’Europe estime qu’elle n’a pas encore besoin d’un autre apparatchik américain pour lui dicter dans quelle direction aller.

La droite européenne est exceptionnellement nationaliste. Mais M. Bannon essaie de créer un front fasciste européen uni. Il ne semble pas que les pays européens recherchent l’unité, quelle qu’elle soit. Le Royaume-Uni, la Hongrie et même l’Italie le prouvent.

Les Européens sont prêts à travailler avec la Russie ou la Chine, si cela sert leurs intérêts (et très souvent, c’est le cas). Des gens comme Bannon sont des fondamentalistes culturels et religieux. Ils sont fabriqués exactement à partir des mêmes éléments que les colonialistes et les fascistes, qui ont attaqué d’innombrables pays et tué des millions de personnes précisément dans des pays comme la Russie et la Chine. Au moins maintenant, ce genre d’attitude n’est pas très populaire à Berlin, Rome et Madrid . Là, les populations veulent tous les avantages qu’elles ont retirés du néocolonialisme, mais sans les risques de guerres ou d’autres interventions belligérantes directes.

Bannon est prêt à aller «jusqu’au bout»; de bombarder et même de mettre des bottes occidentales au sol.

Et il provoque, avec arrogance et sans diplomatie.

Même lorsque la moindre détente est forgée, avec la Russie, la Chine ou d’autres adversaires de l’Occident, il commence immédiatement à verser du sel dans les blessures.

Tout récemment, il a insulté la Chine et sa diplomatie, d’une manière des plus vulgaires. Le 20 janvier 2020, Forbes a écrit:

“Ce que vous voyez dans la signature aujourd’hui avec la Chine et l’USMCA, c’est le début de la fin du déclin géré des États-Unis”, a déclaré Steve Bannon, ancien conseiller de Trump, lors d’une conférence sur CBNC mercredi. «C’est une énorme victoire pour les États-Unis, et c’est pourquoi vous ne voyez pas Xi Jinping ici le signer et personne dans les médias chinois n’écrit à ce sujet. Trump a changé le centre de gravité sur la façon dont les élites doivent penser à la Chine. »

Mais même Forbes doute de cette arme de cow boy.

Les choses deviennent encore plus profondes et plus sinistres. Bannon est à la recherche de financements, en s’associant aux individus les plus anti-RPC et anti-communistes, qu’ils soient occidentaux ou originaires de Chine (RPC) elle-même. Le 29 octobre 2019, Axios a rapporté:

«Le mystère de savoir qui finance le travail de Steve Bannon a été au moins en partie résolu: Guo Media, une entreprise liée à un milliardaire chinois controversé, a engagé Bannon pour au moins 1 million de dollars pour des« services de conseil stratégique », selon les contrats obtenus par Axios.

Pourquoi c’est important: le milliardaire fugitif – un homme nommé Guo Wengui, également connu sous le nom de Miles Kwok – est impliqué dans le conflit américano-chinois. Il est un critique avéré du Parti communiste chinois et serait membre de Mar-a-Lago. Il figure sur la liste des personnes les plus recherchées en Chine pour corruption, fraude et blanchiment d’argent, selon le New York Times… »

***

Steve Bannon ne fait pas d’analyses; il manipule, il fait de la politique en parlant ou en écrivant.

Et maintenant, il semble que l’Italie en ait assez. Ou du moins certaines personnes au sein de l’administration italienne. Le pays traverse une période complexe de transformation. Il n’apprécie plus l’extrême-droite américaine.

L’Italie a besoin de la Chine. Et la Chine a divers alliés dans le mouvement 5 étoiles. Et on pourrait en dire autant de pays comme le Venezuela et même l’Iran. Ce n’est plus l’Italie de Berlusconi.

Si Bannon est expulsé du «cloître des gladiateurs» pour de bon, cela pourrait être le signe qu’un nouveau départ italien et européen est arrivé. Pas nécessairement un début de gauche ou un début «progressiste», mais un début quand même. Cela pourrait signaler que Washington ne sera pas autorisé à gouverner de l’autre côté de l’océan sans aucune opposition, par le biais de gladiateurs idéologiques obsédés par les combats meurtriers. Bannon a mal calculé la géographie et l’époque: la Rome du 21e siècle et ses environs n’ont rien à voir avec l’ancienne ville grecque de Sparte.

Andre Vltchek est philosophe, romancier, cinéaste et journaliste d’investigation. Il est un créateur du monde de  Vltchek en mots et en images , et un écrivain qui a écrit un certain nombre de livres, y compris la  Chine et la civilisation écologique.  Il écrit spécialement pour le magazine en ligne  «New Eastern Outlook».

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments