Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Les USA ont suivi les atrocités du plan Condor des dictatures d’Amérique latine à travers des machines manipulées de la société Crypto AG.

Ces “révélations du Washington Post ne surprendront que ceux qui veulent ignorer la réalité des “démocraties” occidentales. Ceux qui ont été capables de tels actes et qui ont toutes chances de poursuivre leurs opérations sont les mêmes qui ne cessent de dénoncer l’espionnage dont ils seraient victimes, comme l’absence de liberté des régimes “communistes” ou simplement progressistes comme le Venezuela.

Il y avait la parodie d’une “structure démocratique” du Plan Condor. Ainsi au pire moment des dictatures latino-américaines, il existait des réunions où chaque représentant votait. Des délégués d’Argentine, d’Uruguay, du Chili, du Paraguay et de Bolivie réunis au siège du Plan Condor en Argentine ont discuté et désigné à l’unanimité leurs victimes. Chaque délégué a présenté une «proposition opérationnelle» et un vote a mis fin à la discussion sur l’opportunité, le coût politique et le matériel. En cas de désaccord, un enregistrement a été réalisé avec des copies pour chaque pays participant. Si une «opération» était approuvée, un mécanisme bureaucratique était mis en place, y compris des déplacements et des dépenses pouvant atteindre 3500 $ par jour pour des groupes de travail de cinq agents au maximum. Les atrocités du Plan Condor, les assassinats de masse, les tortures inhumaines, ont pu alarmer certaines consciences mais il est clair que jamais il n’y a eu de la part de la CIA la moindre tentative pour les interrompre, au contraire. Et aujourd’hui l’on découvre qu’au-delà de ce groupe qui coordonnait les actions de répression, de torture et de meurtre, les USA avaient installé de grandes oreille qui leur révélaient tous les agissements de leur créature. Quant à nous Français nous avons fourni des tortionnaires formés dans nos guerres coloniales , celle d’Algérie en particulier pour les exécutions.

C’est pour cela que je vous propose de prendre très au sérieux ce qui nous est révélé de l’aide que fournirait le gouvernement américain à l’Extrême-droite d’un Steve Bannon et à son “armée de gladiateurs”. Le continent européen n’est même plus un allié dans ce nouvel épisode de la guerre des Etats-Unis non plus contre le “terrorisme” mais contre la Chine trop “rouge”.(note et traduction de danielle Bleitrach pour histoire et societe)

17 févr.2020 20h38 GMT

Une enquête journalistique affirme que la société s’est présentée comme une entreprise suisse, mais appartenait secrètement à la CIA, et a fourni des machines de chiffrement aux dictatures latino-américaines.

Le renseignement américain a activement surveillé, pendant des décennies, les communications diplomatiques et militaires de nombreux pays d’Amérique latine, grâce à des machines de cryptage fournies par la société suisse Crypto AG.

La société appartenait secrètement à la CIA et à l’agence de renseignement allemande BND, révèle un rapport du Washington Post.

Selon cette enquête, les gouvernements dictatoriaux d’Amérique latine, dans la seconde moitié du siècle dernier, ont acquis les machines de Crypto AG pour exécuter le plan Condor – un système continental caractérisé par l’extermination et les disparitions forcées d’opposants politiques à ces – qui impliquaient des pays comme le Chili, le Paraguay, la Bolivie, le Brésil, l’Uruguay et l’Argentine.

Les machines acquises, initialement, étaient le Crypto CX-52; mais, en 1977, ils ont décidé de mettre à jour et d’acquérir le Crypto H-4605. Cependant, ils ignoraient que les appareils étaient falsifiés et que les États-Unis les utiliséaient pour espionner les communications.

De cette façon,les USA avaient une position privilégiée pour connaître les atrocités commises par ces dictatures; En fait, les médias américains notent que les documents indiquent que certains responsables de la CIA ont été alarmés par les violations des droits de l’homme .

Cependant, les archives ne révèlent aucun effort substantiel de la part des agences d’espionnage ou de hauts responsables américains pour mettre fin aux violations des droits de l’homme dans les pays concernés.

La manière dont les USA connaissaient la réalité du Plan Condor a déjà été révélé précédemment. En avril de l’année dernière, Washington a envoyé des documents déclassifiés à l’Argentine qui éclairaient les conditions du terrorisme d’État des dictatures et, en particulier, comment cette opération a été menée. Entre autres, il a été révélé que le Centre des opérations de cette initiative était installé sur le territoire argentin.

D’autres pays ont été espionnés
Crypto AG a été fondée dans les années 1930 par l’inventeur suédois Boris Hagelin. Selon les recherches du Washginton Post, dès les années 1950, il y avait une “compréhension des messieurs” entre l’entreprise et la US National Security Agency pour fournir des informations

Ensuite, il est devenu la propriété secrète de la CIA et du BND; C’est alors que les appareils vendus par l’entreprise ont été manipulés pour déchiffrer facilement les codes que les pays qui ont acquis les machines ont utilisés pour envoyer leurs messages cryptés.

En plus des pays impliqués dans le plan Condor, Crypto AG a vendu des machines manipulées à plus de 100 pays , dont l’Iran, l’Égypte, le Pakistan, l’Arabie saoudite, l’Italie, le Mexique, le Pérou, la Colombie, le Venezuela et le Nicaragua.

Selon le rapport, l’opération de collecte de renseignements clandestine s’appelait initialement “Thésaurus” puis a été remplacée par “Rubicon”. Le nom de code de Crypto AG était “Minerva”.

Des documents déclassifiés par les États-Unis révèlent que les Etats-Unis suivaient les atrocités des dictatures qu’ils installaient

Selon ces documents, non seulement les actes du Plan Condor et leurs atrocités avaient leur coordination en Argentine eb plein accord avec les Etats-Unis, mais il y avait plus: compte tenu des pays qui ont acquis des machines Crypto AG et des dates auxquelles elles ont été utilisées, les services de renseignement américains, en plus du plan Condor, ont été immédiatement au courant d’autres événements du même type sur plusieurs continents

Par exemple, ils pourraient être au courant des massacres en Indonésie, des abus sous «l’apartheid» en Afrique du Sud , du coup d’État militaire de 1973 au Chili et du coup d’État de 1976 en Argentine, de l’assassinat de l’ancien ministre des Affaires étrangères chilien Orlando Letelier à Washington en 1976, de la révolution sandiniste au Nicaragua, la guerre des Malouines, entre autres.

La société Crypto AG a été liquidée en 2018 et ses actifs ont été acquis par deux sociétés: CyOne Security, dédiée à la vente de systèmes de sécurité au gouvernement suisse; et Crypto International.

Bien que les nouveaux propriétaires soulignent qu’il n’y a aucun lien avec les services de renseignement dans aucun pays, CyOne a, à ce jour, Giuliano Otth en tant que PDG, le même qui était à la tête de Crypto AG au cours des deux dernières décennies.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de