Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Vu de Russie : Résilience chinoise et résistance silencieuse, simple et régulière – un modèle pour l’humanité

Cet article écrit par un ancien économiste de la Banque mondial, Peter Koenig pour une revue russe en langue anglaise, analyse la Chine et la manière dont ce pays fait face à l’épidémie d’une manière qui rompt totalement avec ce que l’on peut lire dans notre presse. Dans la deuxième partie, honnêtement, je ne sais pas si la création du virus attribué aux Etats-Unis a quelque véracité, l’idée a été émise par les Cubains également et non seulement ils n’ont rien de “complotistes”, mais ils en ont fait l’expérience cuisante. Si ces allégations me mettent presque aussi mal à l’aise que les éternelles références de occidentaux à des “trafics d’organe” , c’est parce que je rêve un monde où l’objectivité scientifique l’emporterait sur le mensonge des guerres. Mais l’ensemble du texte reflète bien ce qu’un monde dont nous voulons tout ignorer pense de ce dont nous sommes capables. C’est le choix que nous avons fait pour ce blog, proposer “aux occidentaux” de se réveiller et de voir la réalité d’un monde qui change, la fin de leur suprématie et la manière dont chacun juge de la nocivité potentielle des USA et de leurs vassaux. La colère monte dans nos couches populaires contre des dirigeants arrogants, égoïstes et menteurs, et celle-ci a son répondant dans la majorité de la planète qui ne fait plus de différence entre nous et nos dirigeants (note et traduction de danielle Bleitrach)

un appel constructif au peuple chinois, samedi dernier, le président Xi Jinping a appelé le courage du pays à vaincre l’épidémie meurtrière qui a déjà fait plus de 80 morts et plus de 2000 personnes infectées dans le monde, la grande majorité en Chine. Ces chiffres évoluent rapidement, la propagation de l’épidémie s’accélérant. Le président Xi a averti que la situation était grave, mais pas insurmontable.

“Tant que nous avons une confiance inébranlable, travaillons ensemble, [nous appuyons sur] la prévention et les remèdes scientifiques et des politiques précises, nous serons certainement en mesure de gagner la bataille” , a déclaré le président Xi lors d’une réunion du bureau politique, selon Xinhua.

On pense que le coronavirus mortel, 2019-nCoV est originaire d’animaux sauvages, tels que les chauves-souris, mais la science n’a toujours pas confirmé les détails.


En bref, le gouvernement chinois mérite de très grandes félicitations pour les mesures sanitaires efficaces et rapides qu’il a prises pour éviter de nouvelles infections – mettant environ 50 millions de personnes en quarantaine, bloquant les itinéraires de voyage potentiellement dangereux et vérifiant les voyageurs pour d’éventuels symptômes.

Le moment de l’épidémie apporte une dimension supplémentaire de douleur et de souffrance, car il affecte et entrave la célébration du Nouvel An lunaire chinois, la joie éprouvée alors rendre visite aux familles et de vivre ensemble. Et sur un plan tertiaire, cela affecte également l’économie du commerce de détail.

Les médecins et infirmières chinoises ont déjà guéri plusieurs dizaines de cas. Des scientifiques chinois, en collaboration avec des scientifiques russes, accélèrent leurs recherches pour développer un vaccin contre le virus. En effet, aucun pays au monde n’a jamais réussi avec autant d’ardeur, d’efficacité et d’amour pour les gens à progresser vers l’isolement d’une maladie potentiellement hautement infectable et mortelle, à empêcher des millions d’infection et à leur fournir des mesures de protection et de guérison. et en mettant en place un mécanisme national de surveillance sanitaire impénétrable.

Il ne peut y avoir de signe plus clair que le Gouvernement chinois fait tout son possible pour le bien-être et le bien-être de sa population. Cela se reflète également dans la haute estime et la crédibilité que le peuple chinois accorde à son gouvernement. – Quelque chose dont on n’a pas entendu parler à l’ouest – dont on n’a pas la moindre idée.

Au contraire, en Occident, la maladie signifie avant tout des affaires et ce modèle (commercial) de soins de santé est en constante augmentation, traitant les malades comme un «marché» – et ceux qui ne sont pas encore malades, comme un marché potentiel. L’industrie médicale est l’un des appareils les plus féroces à gagner de l’argent, à côté de l’industrie de guerre.

Il ya plus plus, les grands médias occidentaux vendus et manipulateurs ont immédiatement mis le blâme sur la Chine. Ils diabolisent et calomnient la Chine, pour une hygiène insuffisante, pour négligence médicale – c’est une accusation de plus du «péril jaune» causant un danger mondial. Une horreur digne de l’attitude occidentale et de son injustice.

Mis à part ces mensonges et cette fausse propagande, regardons le contexte. Aux États-Unis seulement, la grippe régulière cause chaque année plusieurs milliers de décès, et ce malgré la vaccination à l’échelle nationale et, dans certains États, la vaccination forcée. La saison grippale 2019/20 a déjà fait plus de 7000 décès et cas non recensés d’infections grippales graves; et cela uniquement aux États-Unis. Nous parlons d’un pays de quelque 350 millions d’habitants. – Les statistiques de cette épidémie de grippe pourraient être étendues proportionnellement dans toute l’Europe et le reste du monde occidental – et l’ordre de grandeur serait encore plus écrasant.

Pourtant, la Chine, avec une population d’environ 1,4 milliard de personnes, une épidémie, où jusqu’à ce jour moins de 3000 personnes ont été infectées par le nouveau virus 2019-nCoV, et le nombre de morts est inférieur à 1000, le pays est harcelé non-stop pour être à l’origine de cette nouvelle maladie.

Soyons clairs, la Chine n’a ni besoin ni envie de se comparer à l’Occident, ni ne veut mesurer son degré d’efficacité dans la maîtrise de la maladie et la gestion des conséquences de la maladie contre l’Occident. Pas du tout. Cela ne fait pas partie de la philosophie chinoise. – Cependant, l’OMS appelle immédiatement l’épidémie une pandémie potentielle, effrayant ainsi le grand public avec un autre danger venant de l’est, de la Chine.

Le gouvernement chinois et les scientifiques chinois travaillent pour le peuple afin de limiter autant que possible l’épidémie. Et ils «gagneront»; grâce à leur détermination, comme dans l’immense majorité de ce à quoi la Chine s’engage, en surmontant presque tous les obstacles. Ce que la Chine a déjà accompli en empêchant la propagation de la maladie en Chine et dans d’autres pays est tout simplement remarquable. C’est ce qu’aucun autre pays au monde n’aurait réalisé au cours de cette courte période.

La Chine fait tout cela tranquillement, sans se vanter. Il y là simplement d’un flux de création sans fin pour le bien-être de sa population et pour l’harmonie – et, finalement, pour une cohabitation pacifique et confiante des gens avec leur gouvernement. Les gens participent volontairement à cet effort gigantesque pour contenir et guérir la maladie, malgré la souffrance éprouvée par nombre d’entre eux de ne pas pouvoir rendre visite à leurs familles pendant ce nouvel an chinois très vénéré, la célébration du Nouvel An lunaire qui, en magnitude et en importance, serait pour les occidentaux l’ équivalent de Noël.


Cela dit, il convient également de noter que ce cas de 2019-nCoV est curieusement similaire à d’autres maladies à coronoVirus, comme le syndrome respiratoire du Moyen-Orient – MERS, d’abord trouvé en Arabie saoudite (2012), puis il s’est propagé à d’autres Pays d’Afrique subsaharienne; et le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), découvert pour la première fois en Chine en 2002, s’est propagé dans le monde entier mais a été rapidement maîtrisé et n’a causé aucune infection connue après 2004. Les deux sont des coronavirus, soupçonnés d’avoir été fabriqués en laboratoire, avec des essais sur les animaux, et le le transfert de virus à l’homme n’a été possible qu’avec l’assistance humaine. Ensuite, les virus ont muté pour rendre possible une infection interhumaine. Bothe SRAS et le nouveau virus 2019-nCoV ont également la particularité d’affecter principalement les personnes de race chinoise.

Il existe plus de 100 laboratoires clandestins et semi-connus parrainés par la CIA / Pentagone répartis dans le monde entier – des laboratoires pour fabriquer et tester des agents de guerre biologique. Il y a quelques années, un de ces laboratoires a été découvert et signalé en Ukraine. Ils travaillaient sur un virus affectant la «race russe». Puisqu’il n’y a pas de race russe homogène – leurs premiers essais auraient échoué. pourtant l’empire n’abandonne jamais ses tentatives diaboliques de dominer le monde, nous pouvons supposer que la recherche sur les bio-agents à partir de “la race” continue.

Ce projet occidental, en particulier américain (CIA, Pentagone, OTAN) visant à développer des armes biochimiques pour tuer des personnes par la maladie plutôt que des balles et des bombes – c’est beaucoup moins cher! Et moins évident – existe. Vous pouvez tirer votre propre conclusion sur la question de savoir si le SRAS et le nouveau 2019-nCoV correspondent à ce modèle. Le moment de l’apparition était particulièrement curieux. Il a été signalé pour la première fois le 31 décembre 2019 à Wuhan – puis élargi dans une certaine proportion, de sorte qu’il interférait avec les vacances les plus importantes de Chine, le Nouvel An lunaire. Bien sûr, cela pourrait être une simple coïncidence.


L’un des modèles de guerre «de basse intensité» de Washington consiste à déstabiliser la Chine (et la Russie d’ailleurs) par tous les moyens. Dans cet objectif de déstabilisation, la Chine est constamment harcelée et agressée – voir Hong Kong, Taiwan, les Ouïghours du Xinjiang, le Tibet, les guerres tarifaires – et pourquoi pas avec un virus contagieux, un procès pour une éventuelle pandémie?

Ce qui peut être observé et même l’Occident doit le remarquer avec chagrin et avec frustration – c’est l’extrême résilience et la capacité d’adaptation et de résistance de la Chine – pour résister avec des esprits puissants et une ingéniosité qui sauve son peuple. Et cela sans contre-agression, sans même une accusation et jamais une menace. C’est la voie à suivre pour la Chine: un flux constant de création sans fin, en évitant les conflits, pas de domination, mais en recherchant l’harmonie en construisant des ponts entre les peuples et entre les pays et les cultures – en créant la compréhension et le bien-être, vers un monde multipolaire. Un modèle pour l’humanité? – Si seulement l’Occident ouvrait les yeux et se réveillait.

Peter Koenig est économiste et analyste géopolitique. Après avoir travaillé pendant plus de 30 ans avec la Banque mondiale, il a écrit Implosion , un thriller économique, basé sur son expérience de première main. collaboration pour le magazine en ligne « New Eastern Outlook. “
https://journal-neo.org/

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments