Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Vu de Russie: Y aura-t-il une guerre entre la Turquie et la Syrie? La Russie pourra-t-elle l’empêcher?

Par Mikhail Magid , el 14 02.2020

C’est effectivement la quadrature du cercle, il semble que dans cette affaire tout le monde cherche la guerre, sauf la Russie qui a intérêt à la paix et qui peut l’imposer dans certaines limites, sa propre implication dans le conflit. Ne pas oublier que les Etats-Unis sont restés pour piller les puits de pétrole et qu’il semble bien à la lecture de cet article que les Kurdes agissent en leur faveur et avec leur appui, en tentant de reproduire la stratégie des Kurdes d’Iran, profiter des divisions irréconciliables pour construire son propre territoire avec l’aide de l’occident (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Ces derniers jours, le sujet syrien a de nouveau fait la une des médias mondiaux et a commencé à prendre des contours menaçants. Le fait est que dans la région nord-ouest de la Syrie, à Idlib, les véhicules blindés turcs affluent en continu. Environ 1 000 unités de chars, d’artillerie, de camions avec des soldats ont déjà été transférés et le flux ne s’arrête pas. La Turquie se prépare à une opération militaire majeure contre les forces d’Assad.

Le scénario dans lequel une telle opération se transformera en une attaque à grande échelle n’est pas acquis d’avance, mais il est possible. Erdogan a lancé un ultimatum aux dirigeants syriens. Le 5 février, il a  déclaré : «Actuellement, deux de nos 12 postes d’observation sont situés derrière la ligne de front du régime. Nous espérons qu’à la fin de février, le régime quittera nos postes d’observation. Si le régime ne recule pas, la Turquie sera obligée de prendre les choses en main. » Après les attaques de l’artillerie turque contre les forces d’Assad, cet avertissement ne peut être ignoré.

Qui combat Assad à Idlib?

L’offensive d’Assad dans la région d’Idlib ces dernières semaines, qui est soutenue par les forces russes et iraniennes, ainsi que par les milices pro-iraniennes, est dirigée principalement contre le groupe Khayyat Tahrir al-Sham (KHT). Son noyau est constitué par des militants salafistes de l’organisation Jebhat al-Nusra, la branche syrienne d’al-Qaïda, qui a détruit les gouvernements locaux à Idlib et à les leurs imposé aux villes et aux villages et persécuté tous ceux qui ne sont pas d’accord. Plus de 20 000 militants du KhTSH contrôlent non seulement la région, mais effectuent également des raids de sabotage de guérilla sur le territoire occupé par Assad.

En plus d’eux, à Idlib, il y a des formations de l’Armée nationale syrienne (SNA), des groupes islamistes – partisans du djihad armé et des nationalistes pro-turcs, créés pendant le soulèvement contre Assad, et maintenant dirigés par des officiers turcs. Enfin, il existe des groupes de forces anti-Assad qui sont relativement indépendants du HTS et de la Turquie. Pour Assad, le contrôle d’Idlib est une étape importante vers la défaite finale de l’opposition et la restauration du contrôle de la Syrie.

Pourquoi cela dérange-t-il la Turquie?

Depuis le début de Saura (le soulèvement en Syrie) en 2011, la Turquie a plus ou moins apporté son soutien aux forces islamistes impliquées dans la lutte contre Assad. Erdogan a cherché à utiliser et à mettre à son service un certain nombre de groupes d’opposition, ce qu’il a réussi. à faire  Il rêvait probablement de créer un régime ami de lui en Syrie. Cependant, à ce jour, les zones contrôlées par les forces de l’opposition ont été réduites ou prises par les partisans d’Assad. Cependant, Erdogan continue de voir certains groupes d’opposition comme ses alliés.

Un autre objectif de la Turquie est de créer une zone tampon le long de la totalité de la frontière turco-syrienne de 800 kilomètres qui pénètrerait en Syrie sur des dizaines de kilomètres – pour faire barrière aux Forces nationales d’autodéfense kurdes (ONS). La Turquie les considère comme liés au Parti des travailleurs kurdes (PKK), qui mène une guérilla en Turquie et à ses frontières dans un souci d’autonomie de 20 millions de Kurdes turcs. Les opérations frontalières d’Erdogan en Syrie pour créer cette zone tampon sont très populaires en Turquie.

Selon les données des  sondages d’opinion, cette opération contre les kurdes récolterait jusqu’à trois quarts de l’adhésion des Turcs, et ils contribuent à la popularité et aux pourcentages favorable au du président Recep Tayyip Erdogan. En outre, la Turquie cherche à créer dans cette «zone de sécurité» quelque chose comme une Syrie alternative, contrôlée par des officiers et des économistes turcs, opposant à la fois la Syrie d’Assad et aux forces kurdes représentées par l’ONS et le PKK. En bref, une zone de sécurité pourrait devenir l’outil de la Turquie contre le régime des Kurdes et Assad. La région d’Idlib est directement adjacente à ces zones et peut être considérée par la Turquie comme sa continuation possible.

De plus, le problème d’Erdogan est la baisse de ses notes. Désormais,  42% des citoyens turcs voteraient pour lui  , alors qu’en octobre, lors d’une importante opération anti-kurde dans le nord-est de la Syrie, ce chiffre était de 48%. Les opérations militaires en Syrie pourraient accroître sa crédibilité en Turquie.

Certains observateurs estiment que la défaite d’Erdogan et de son Parti de la justice et du développement (AKP) aux élections municipales de 2019 est liée à ce facteur. Pendant ce temps, les combats à Idlib ont entraîné de nouveaux flux de réfugiés. Environ un million de Syriens se sont précipités aux frontières de la Turquie, et c’est loin d’être la fin. La population d’Idlib est de 4 millions d’habitants, dont 2 millions de réfugiés des forces d’Assad d’autres régions de Syrie, pour qui la vie dans les conditions du régime est inacceptable. La transition de toute cette masse de personnes victimes de bombardements et de tirs du côté turc sera un véritable désastre pour Erdogan.

Récriminations et confrontation croissante

Conformément aux accords conclus à Astana et Sotchi entre la Russie, la Turquie et l’Iran, Idlib devait devenir une zone de désescalade. Cela signifiait que les opérations militaires de toutes les parties devaient être réduites puis arrêtées complètement. Il a également étéenvisagé que les militants du KhTSH quitteraient la région d’Idlib ou au moins retireraient leurs forces et leur équipement militaire de la bande de sécurité au contact des forces d’Assad. Des postes d’observation turcs ont été créés dans cette zone.

Cependant, HTS n’a pas pensé à partir. La Turquie et les forces pro-turques déployées à Idlib n’ont rien fait pour neutraliser cette organisation. Ils coopèrent avec le KhTS et ne veulent pas subir de pertes à la suite d’un conflit avec le groupe. Peut-être pensent-ils également que cela ne changera rien. Non seulement les KhTSh attaquent Assad et attaquent des cibles russes, mais aussi certains groupes pro-turcs, et cela n’a aucun sens de supporter des pertes dans des batailles avec ceux qui sont presque des alliés et de les écraser. De plus, les dirigeants turcs peuvent croire qu’Assad attaquera de toute façon l’opposition, quoi qu’il fasse. Il y a une raison pour un tel soupçon – le régime d’Assad a détruit toutes les zones d’opposition préexistantes , bien que l’activité militaire des forces anti-Assad ait été fortement réduite.

HTSh a lancé une offensive à l’arrière contre les forces d’Assad, en commettant des actions de sabotage. En outre, ils ont tenté d’attaquer des installations militaires russes avec des drones. D’autres groupes djihadistes de l’opposition ont également participé aux attaques. Cela a donné à Assad et à ses alliés une raison de lancer une opération à grande échelle à Idlib. En réponse, la Turquie a accusé Assad d’avoir violé les accords de désescalade.

Pendant l’offensive de l’armée syrienne, un certain nombre de postes turcs ont été encerclés par les forces d’Assad et certains ont été soumis à des attaques d’artillerie – il est difficile de dire par accident ou intention. Huit soldats turcs sont morts. Le 3 février, la Turquie a répondu en «neutralisant» 76 soldats syriens à Idlib. Cette déclaration a été faite par le ministre de la Défense nationale de Turquie Hulusi Akar,  disant : «Les attaques ont été menées sur 54 cibles du régime. Selon des informations reçues de diverses sources, 76 militaires du régime de [Bachar al-Assad] sont actuellement neutralisés. »

Les troupes turques ont envahi Idlib. Erdogan a lancé un ultimatum à Assad.

Soit il battra en retraite, supprimera l’encerclement des postes turcs et arrêtera les opérations militaires qui ont provoqué le flux de réfugiés, soit Erdogan prendra l’initiative . En fait, c’est une menace de guerre. Après la mort de soldats turcs par l’armée syrienne, l’opinion publique turque est susceptible d’accepter positivement l’opération contre Assad.

La Turquie n’a pas peur de la confrontation avec Assad. Lors de l’opération Source de la paix en 2019, l’armée turque a littéralement balayé les forces de l’armée syrienne, et parfois elles ont fui alors que les troupes turques approchaient. Ensuite, les troupes russes n’ont pas défendu Assad. De plus, les militaires de la Fédération de Russie ne protègent pas Assad des attaques de l’armée de l’air israélienne – ils aident Assad uniquement en cas de conflit avec des combattants de l’opposition. Le moral de nombreuses unités des forces d’Assad est bas, l’approvisionnement est médiocre, elles sont souvent vêtues de vêtements déchirés, leurs armes et leur organisation ne sont pas comparables à celles des Turcs.

Mais la Turquie n’est pas intéressée à compliquer les relations avec la Russie. Mais une telle complication est inévitable si la Turquie frappe à nouveau contre Assad, l’allié de Moscou.

Russie et Turquie: alliance et confrontation

La Russie était dans une position difficile. D’une part, elle joue le rôle d’intermédiaire. Moscou souhaite un rapprochement avec Ankara et un rapprochement entre la Turquie et l’OTAN. À cette fin, la Russie construit une centrale nucléaire en Turquie à Akkuyu, y a posé un gazoduc, transformant la Turquie en un grand hub gazier (approvisionnant les pays européens), et vend des systèmes de missiles C-400 à l’armée turque. Le volume du chiffre d’affaires du commerce russo-turc atteint 22 milliards de dollars. L’amélioration des relations avec la Turquie est plus importante pour les dirigeants russes que le triomphe d’Assad. Par conséquent, la Fédération de Russie cherche à réconcilier Damas et Ankara, ce qui est dans son intérêt.

D’un autre côté, la Fédération de Russie en Syrie est un allié militaire d’Assad et de l’Iran. Avec eux, elle participe à des opérations offensives à Idlib contre le KhTSH et les militants pro-turcs. La Russie n’étant pas une partie totalement neutre au conflit, sa mission de médiation est difficile. Erdogan a exprimé à plusieurs reprises son mécontentement à l’égard de la politique de la Fédération de Russie et des publications critiques sur la Turquie ont été publiées dans les médias russes. Dans une certaine mesure, la Russie et la Turquie s’opposent en Syrie, même si elles peuvent résoudre en partie leurs contradictions aux dépens d’un tiers (Assad, militants turcs, ONS kurdes).

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments