Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Que penser de la Chine qui resplendit ?

Partons des faits tels que les experts les décrivent en Occident. Il en est un difficilement niable : la conjoncture s’est assombrie partout dans le monde du fait de l’aggravation de la crise de la zone euro. L’Europe craint la récession, les Etats-Unis sont à peine mieux lotis et les émergents ne progresseront que de 3 % à 4 % cette année, hormis l’Inde et la Chine. Ou encore, toujours en provenance des mêmes sources : Le forum économique mondial de Dalian, qui s’est tenu récemment dans le nord de la Chine, a fustigé sans ambages l’échec économique et social d’une Europe qui a tardé à prendre au sérieux la crise de la dette publique, par faiblesse et par suffisance. La Chine, elle, resplendit.

Ces remarques prises dans un journal financier: les Echos s’assortissent d’une analyse : l’Europe et les Etats-Unis souffrent de trop de démocratie alors que la Chine monte au firmament parce qu’elle n’a pas d’opinion publique et pourrait impulser les décisions qui conviennent à sa croissance.

Ce que l’on oublie de dire c’est qu’au premier rang des raisons des dette occidentales la Chine dénonce le surarement des Etats-Unis en particulier, mais toute proportions gardées celui de la France quatrième puissance militaire mondiale n’est pas mal non plus en matière de dépenses somptuaires.  La Chine en outre  est très attentive à la manière dont une politique de rigueur mal adaptée, étranglant la consommation populaire peut aggraver la récession

 Mais surtout présenter  le système politiques des Etats-Unis ou de l’europe comme souffrant d’en excès de démocratie est peut-être excessif. Oui si l’on décrit les batailles rangées et soigneusement contrôlées des camps politiciens, non si l’on envisage la possibilité pour les citoyens d’être entendus par les gouvernants. L’opposition unanime aux retraites en France et l’attitude du gouvernement est un témoignage parmi d’autres de ce que l’on entend par démocratie désormais. On peut même dire que la crise économique et financière dite de l’Euro se double aux yeux de tous d’une crise politique que l’on prétend résoudre par une intégration européenne toujours plus poussée et des centres de décision sur lesquels le citoyens n’a plus de prise. Et le discours sur la force de la Chine dûe à son absence de démocratie n’est pas innocent.

Faire de la Chine un lieu de calme plat, sans protestations et sans conflits sociaux est tout aussi mensonger. Certes les dissidents que l’Occident soutient sont en général totalement inconnus en Chine mais les protestations contre le traitement dans les usines, les abus des pouvoirs locaux non seulement existent mais sont entendus et parfois encouragés par le pouvoir central que ce soit contre les élutes locales corrompues ou contre les multinationales étrangères qui refusent d’appliquer le code du travail chinois . Comme la protestation des artistes contre la censure est une réalité mais souvent également il s’agit d’une protestation contre le nivellement par le marché, la vénalité et la corruption d’un enrichissement sans frein et pas nécessairement une adhésion aux “valeurs” de l’occident.

Enfin quand il est question de la Chine, il existe deux ou trois évidences qu’il ne faut jamais oublier:

1) c’est la première fois dans l’histoire de l’humanité que monte à l’horizon une puissance  en capacité d’hégémonie qui dans le même temps demeure un pays sous développé.

2) Si les statistiques mondiales témoignent d’une évolution positive de l’état de la population mondiale c’est largement à la Chine qu’on le doit, ce pays non seulement connaît un développement acceléré mais il entraîne dans son sillage d’autres pays en particulier de la zone asiatique.

3) La Chine a connu un développement lié à l’exportation en particulier de produits manufacturés de faible qualité avec un côut de la main d’oeuvre faible.

4) la crise qui a débuté en 2007 s’est traduite en Chine par une accélération des mutations dans son modèle de développement et ce sur plusieurs plans. Il y a une accélération vers la haute technologie et les produits de haute valeur ajoutée. Il y a également une croissance plus liée au développement du marché intérieur. pour aboutir à ce résultat la Chine a du adopter une politique entre autres d’amélioration des protections sociales, à la fois pour avoir une force de travail plus qualifiée et moins d’épargne.

C’est dans ce contexte qu’il faut apprécier cette nouvelle parmi d’autres comme la multiplication des logements sociaux pour tenter de freiner la surchauffe immobilière ou la modification du statut des travailleurs migrants, la croissance de la Chine n’est pas seulement le rêve d’un capitalisme débridé, elle est aussi la volonté de laisser voler l’oiseau mais dans la cage des contrôles publics, financiers en particulier et surtout la tentative de créer un marché intérieur ou dans le tiers monde par une amélioration de la vie des habitants, la recherche de la paix par une diplomatie trés traditionnelle de respect des souveraineté.Ainsi de Chine proviennent tous les jours des nouvelles qui disent à quel point ce n’est pas nécessairement rigueur et régression qui créent les conditions d’un équilibre budgétaire :  l’assurance pension va couvrir tous les seniors chinois d’ici 2015

Tous les citoyens âgés dans les zones urbaines et rurales chinoises seront couverts par l’assurance pension à l’horizon 2015, selon un plan de développement pour le troisième âge inscrit dans le cadre du 12ème plan quinquennal (2011-2015) et décrété vendredi par le Conseil des Affaires d’Etat (le gouvernement chinois).

Le nombre de Chinois âgés de 60 ans ou plus passera de 178 millions à l’heure actuelle à 221 millions en 2015, et leur proportion dans la population totale évoluera de 13,3% à 16%, précise le plan.

Le vieillissement de la population est un problème urgent et important auquel fait face le gouvernement.

En plus de l’assurance pension, le gouvernement améliora également les services de soins aux personnes âgées dans l’ensemble du pays.

Les centres médicaux communautaires vont établir des dossiers de santé pour ceux qui ont 65 ans ou plus dans les cinq prochaines années, indique le plan.

Source: xinhua

Ce que nos experts intéressés veulent oublier c’est que si face à la crise en Occident on a assisté à l’application d’une politique keynesienne à rebours, c’est-à-dire qu’il y a eu et continue d’y avoir intervention de l’Etat, celle-ci s’est opéré en déversant à fond perdu de l’argent dans un système financier qui a continué de plus belle à spéculer. La Chine, elle a appliqué des recettes plus traditionnelles pour développer un marché intérieur face au ralentissement des exportations.

Personnellement je me sens totalement libre par rapport à la Chine, doublement libre puisque je n’appartiens à aucun parti communiste et la Chine me paraît présenter une situation tellement contradictoire que je ne vois pas comment en faire un modèle.

Danielle Bleitrach

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments